THIBAUT DERIEN, photographe dans la ville fantôme

SPONSORED

NOUVEAU !

un espace pour chaque discipline
MusiquePhotoVidéoArts GraphiquesSpectacle Vivant

Chercher une news

Publicité

Auteur et interprète de quatre albums, Thibaut Derien a troqué la musique contre le silence. Après dix années consacrées à la chanson, il a retrouvé sa première passion : la photographie. Sa série "J'habite une ville fantôme" a vu le jour pendant ses tournées, tandis que la dernière série "Sur scène dans une minute !" le ramène aux salles de spectacle où il se place de l'autre côté du miroir. De sa nouvelle place, il prend de la distance, comprend et capture "le moment où (...) tout parait grave et important. C’est en tout cas ce que je ressentais juste avant de monter sur scène, un peu à tort d’ailleurs et que j’ai voulu photographier dans cette série."
Entretien avec Thibaut Derien. Photographe. Vit et travaille dans sa ville fantôme...

 

Auteur interprète, après 4 albums (Instants fanés, L'éphéméride, Vasistas, Le comte d'apothicaire) et 10 années consacrées à la musique, vous êtes revenu à votre premier amour : la photographie. 
- Comment le passage des mots au silence a-t-il eu lieu ?
- Qu'est-ce qui a motivé votre choix de l'expression par l'image?

Après mon dernier album de chansons, Le comte d’apothicaire, j’avais envie de me consacrer plus sérieusement à la photo que je pratique depuis le lycée. D’une part je n’avais plus d’inspiration, je n’écrivais plus. D’autre part la musique se fait à plusieurs (répétitions, enregistrements…), et j’avais envie de solitude après ma dernière tournée. J’ai aimé faire de la musique, vivre en groupe, toutes ces années, mais à un moment j’ai eu envie de rester chez moi et de m’exprimer par le biais d’un plaisir solitaire, la photo. J’ai donc troqué les mots contre les images, et la musique contre le silence.


© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Alexis HK 


© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Albin de la Simone 


© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Maissiat
 

© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Bertrand Belin

Votre série "Sur scène dans une minute!" vous ramène dans les salles de spectacles.
- La scène vous manque-t-elle ?
- Qu'est ce que votre expérience d'artiste musicien apporte-t-elle dans la création de cette série ?

La scène ne me manque pas car à vrai dire j’avais tellement le trac que je n’ai jamais vraiment aimé ça. Ce qui me manque c’est l’ambiance, la route, le voyage, les rencontres, etc… Pour ma série « sur scène dans une minute! » le fait d’avoir été chanteur m’a aidé tout d’abord à pénétrer dans les loges avant le spectacle. J’ai commencé par photographier des artistes que je connaissais, qui me faisaient confiance. Mon expérience en la matière m’a aidé dans la réalisation de ma série car je savais où me placer, je savais à quel moment je pouvais gêner ou pas les techniciens, et surtout je savais ce que je voulais saisir et quand cela aller se produire. S’il y a quelque chose qui devait me manquer, c’est ce moment où l’on se sent réellement vivant, où tout parait grave et important. C’est en tout cas ce que je ressentais juste avant de monter sur scène, un peu à tort d’ailleurs, et que j’ai voulu photographier dans cette série.


© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Babx

© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Kent


© Thibaut DERIEN - Sur scène dans une minute! - Lior Shoov


Parlez-nous de votre série photographique "J'habite une ville fantôme", entre fiction et documentaire...
- Dans quelles circonstances est-elle née ?
- Quelles sont vos sources d'inspirations ?
- Quel ressenti, impression souhaitez-vous transmettre ?

Ma série « j’habite une ville fantôme » est née justement pendant mes tournées. Entre le moment des balances, le réglage du son avant un concert, et le concert lui-même, il y a souvent quelques heures à tuer. J’en profitai pour visiter les villes où l’on était et j’ai commencé à photographier ces boutiques fermées sans trop savoir pourquoi au départ.  Elles me touchaient, simplement. C’est au fur et à mesure de l’avancement de ma « collection » que j’ai commencé à créer cette ville fantôme dont je suis le seul habitant, en réponse à une France que je trouve laide. Derrière ces magasins fermés aux typos et devantures singulières, ces rideaux de fer tirés, je parle surtout de cette France des ronds-points et des centres commerciaux qui font se ressembler chaque coin du territoire. J’évoque la fermeture des bistrots et la mort des centres villes où presque plus personne ne s’arrête et où l’on va jusqu’à supprimer les bancs publics. Bref la singularité disparait, les rares enseignes qui subsistent en centre ville sont des chaînes, des banques ou des agences immobilières, et le reste se passe sur des parkings. Avec la disparition de la vie en centre ville, c’est surtout le lien social qui s’en va, et j’essaye de saisir au-delà de la nostalgie et parfois de l’humour qui se cachent dans ces devantures de magasins fermés, une forme de vie en société.

 © Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme

© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme


© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme


Quels outils, techniques, traitements… avez-vous l'habitude d'utiliser ?

Pour ce qui est de la technique, je suis passé au numérique depuis une dizaine d’années, depuis qu’on m’a volé tout mon appareil dans un cambriolage ! Je ne suis pas très doué avec les logiciels de retouche et surtout pas très patient devant mon écran. Même si j’ai trouvé quelques trucs pour peaufiner le grain et le style que je voulais pour chacune de mes séries, l’essentiel se passe à la prise de vue. Je ne photographie qu’en lumière naturelle, ou ambiante, et j’attends ou fais en sorte qu’elle me convienne.

 
© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme

© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme

© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme

Quelles expériences (rencontres/ collaborations/ expositions …) vous ont-elles marquées ? 

L’exposition qui m’a le plus marqué c’est celle au Grand Palais pendant Paris Photo où j’étais l’un des lauréats SFR Jeunes talents. Ce fut l’occasion de rencontrer beaucoup de gens en très peu de temps, public et professionnels, et ce fut surtout pour moi un déclic. C’est depuis cette expo il y a un an que je consacre tout mon temps à la photographie.

© Thibaut DERIEN - J’habite une ville fantôme 


Le mot de la fin ? 

Je prépare un livre au sujet de ma ville fantôme pour 2015, histoire de mettre un terme à cette série qui me poursuit depuis trop longtemps, et je finalise ma série « Sur scène dans une minute! » qui est en ce moment exposée au Studio des variétés à Paris. J’aimerai la faire tourner, comme un spectacle, l’exposer dans les halls de salle de concerts, comme je l’ai fait aux Trois Baudets au printemps dernier, pour que le public avant de s’installer dans la salle, puisse voir à quoi ressemble un artiste avant qu’il ne monte sur scène.

 

RETROUVEZ Thibaut DERIEN sur :

SITE OFFICIEL
PAGE FACEBOOK

 


Les photographies de Thibaut DERIEN seront présentées à :

Fotofever au Carrousel du Louvre par Little Big Galerie
du 14 au 16 novembre
et
Galerie du Curé à Luxembourg du 26 novembre au 8 janvier 2015

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2014-11-10 16:49:44
    • 5 718 views
  • Tags - #paris #musique #photographe #photographie #ville #scene #fantôme #THIBAUT DERIEN
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI