Interview de SPEEDY GRAPHITO : artiste avant-gardiste de l'Art urbain contemporain !

FEATURED
SPONSORED

NOUVEAU !

un espace pour chaque discipline
MusiquePhotoVidéoArts GraphiquesSpectacle Vivant

Chercher une news

Publicité

Speedy Graphito est un peintre français, né en 1961, faisant la jonction entre la figuration libre et à la scène Street art française des années quatre-vingt.
Artiste précurseur d’avant-garde, reconnu comme l’un des pionniers du mouvement de l'Art contemporain urbain, il s’impose aujourd’hui sur la scène internationale - tel qu'un des artistes majeurs de sa génération.
Depuis près de 30 ans, Speedy Graphito marque la mémoire collective et les murs de Paris en les colorant de ses graphismes percutants, au " Style Graphito ".
Speedy Graphito utilise toutes formes d’expression - peinture, sculpture, installations.... créant à travers son œuvre et au fil des époques un langage universel imprégné de l’air du temps : "Je n’ai de cesse de représenter le monde qui m’entoure. Je m’inspire de la vie, de ma vie. Les images sont omniprésentes. Elles portent les valeurs de notre culture. "
Voici une interview coup de coeur d'un artiste d'exception, que nous sommes heureux et fiers de partager avec vous !

- EVENEMENT -

Le samedi 26 septembre, à 15h30, sera inaugurée la plus grande fresque d’Europe réalisée par Speedy Graphito. 
Les 3000m² de façade extérieure des Arènes de l’Agora prennent ainsi une nouvelle ampleur. 
Cet évènement aura lieu dans le cadre d’un après-midi consacré aux arts urbains (15h-18h) mis en place par la ville d’Évry avec l'association Hip Hop Citoyens.
- concert de Kohndo
- danse hip-hop par les compagnies Azaria et Kdanse
- démonstration de BMX et d'Art du Déplacement Academy Evry
- DJ
Cette fresque est réalisée dans le cadre du Festival Street Art de la communauté d'agglomération Evry Centre Essonne. 

EVENEMENT FACEBOOK

  

Artiste précurseur d’avant-garde, tu es l’un des pionniers du mouvement Street Art français et l’un des artistes majeurs de ta génération avec une notoriété internationale. Peux-tu nous parler de tes débuts dans les années ’80... :

- Comment la rue est-t-elle venue à toi… ou es-tu venu à elle ?

Mes premières interventions dans la rue ont commencé au tout début des années 80. Avec un groupe constitué d’amis d’école d’art (Ecole Estienne à paris), c’est sous le nom d’X.Moulinex que nous avons débuté à recouvrir les passages piétons de pochoirs créant ainsi des tableaux rythmés par les rayures des bandes. Ensuite, j’ai fais mes propres pochoirs, plus personnalisés, avec mon nom et un petit personnage simplifié qui est devenu mon symbole.
J’y ajoutais même mon numéro de téléphone pour avoir un retour.
J’ai par la suite rencontré d’autres artistes urbains comme Jérome Mesnager, Blek le rat, le groupe VLP, Epsylon Point… et des rassemblements et des expositions collectives ont été organisées nous permettant d’élargir notre nouveau public.

© SPEEDY GRAPHITO - Another Day (2014) - 300 x 200


- Quel rôle la figuration libre a-t-elle jouée dans ta démarche artistique ?

L’apparition de la figuration libre a d’abord été une source d’espoir. Des artistes jeunes exposaient enfin en galeries. Quand j’ai à mon tour frappé aux portes des galeries, je me suis aperçu que celles-ci avaient été refermées. Cette mise à l’écart a été un moteur pour trouver d’autres solutions dont la reproduction de mes toiles au pochoir que j’ai bombé sur les murs de ma ville en quête de reconnaissance.


© SPEEDY GRAPHITO - CITY COLOR (2013) h : 200cm

-  A quel moment as-tu été reconnu du grand public ? Des projets ayant accélérés cette visibilité … ?

En 1986, j’ai participé à un concours d’affiche pour le Ministère de la culture.
Pour la première fois, « La ruée vers l’art » rendait tous les musées gratuits pendant un mois. Mon visuel a été sélectionné, a gagné le concours et j’ai été placardé du jour au lendemain dans toute la France. Ma notoriété est partie en flèche et les galeries se sont ouvertes ainsi que de nombreuses demandes de collaborations.


© SPEEDY GRAPHITO - ruée vers l'art (1985)

- Cette notoriété a-t-elle influencée ton œuvre ? Si oui, sur quels aspects ?

Cette soudaine notoriété m’a fait peur. J’étais jeune et je ne voulais pas être enfermé dans une image me privant de liberté d’expression. J’ai donc très rapidement tué mon personnage pour explorer et imposer d’autres formes visuelles.

© SPEEDY GRAPHITO - cabane

© SPEEDY GRAPHITO - Daddy Mobile (2012) - 100x150

SPEEDY GRAPHITO 5X3 from Check-in films on Vimeo.


Dans ton œuvre tu croises de nombreuses formes d’expression artistique - peinture, sculpture, installation, photo ou encore la vidéo…

- Qu’est-ce que cette approche pluridisciplinaire traduit-t-elle ?

J’aime découvrir de nouveaux supports. Cela permet de se réinventer à chaque fois. Je crée par curiosité. J’aime être étonné et me surprendre.

- Comment influe-t-elle sur ta manière de créer ?

Par mon travail, j’essaye de comprendre ce qu’est une image, son pouvoir, sa mémoire et ses références. La variété des supports m’offre une exploration plus large. J’aime surtout crée des univers en 3 dimensions où le spectateur peut s’immerger. La mixité des supports renforce cette impression de réalisme et ses mondes deviennent plus concrets.

© SPEEDY GRAPHITO - Atomised Wonder Woman (2013) - 100x100cm

- Collabores-tu avec des artistes d’autres disciplines sur des projets ? Si oui, peux-tu nous parler d’un projet collaboratif qui t’a particulièrement marqué ?

Je collabore aussi bien avec des graffeurs autodidactes qu’avec des artistes d’art contemporain confirmés. Je n’aime pas les étiquettes, les interdictions et je pense que l’art n’a pas de frontière de genre. Etre confronté à des approches artistiques différentes ouvre l’esprit.
Dans les festivals, il y a très souvent des créations collectives. C’est le moment où l’on apprend à se connaître, où les échanges sont les plus parlants.

© SPEEDY GRAPHITO - Big Bross Spray For You (2011) - 140X115


- Quelles sont tes techniques, supports de prédilection ?

J'affectionne par dessus tout la peinture. Elle est chargée d’histoire et elle doit se réinventer sans cesse pour perdurer. C’est à mes yeux le plus grand défi que je puisse m’imposer. Tout semble être fait et pourtant les possibles semblent infinis.

© SPEEDY GRAPHITO - Circus (2014) - 100x100cm


Ton œuvre est influencée par l'iconographie et l’imagerie pop (super héros, comics, Disney, univers publicitaire, jeux comme Tétris…), que tu t’appropries et détournes de manière joyeuse et ironique.

- Comment t’est venue l’idée de détourner les symboles de notre identité culturelle occidentale, ses normes et ses diktats ?

Je n’ai de cesse de représenter le monde qui m’entoure. Je m’inspire de la vie, de ma vie. Les images sont omniprésentes. Elles portent les valeurs de notre culture. En représentant la culture populaire, j’exprime aussi la mémoire collective, ce lien qui nous unis par des pensées communes et qui font l’identité d’un peuple.

- De quelle manière aimerais-tu bousculer les esprits… faire réagir ?

Les images ont pris aujourd’hui le pouvoir. Internet en a été un accélérateur. Je suis confronté à toute cette propagande qui reste pour l’essentiel un produit de consommation. En jouant avec ses codes, je tente de donner du recul, une vision distancée sur les ficelles de cette manipulation de masse.


© SPEEDY GRAPHITO - What Else ? (2011) - 150X140

- Penses-tu que cette ironie soit perçue/décryptée par tous et de quelle manière ?

Il y a toujours plusieurs degrés de lecture dans une œuvre. La première approche est un sentiment de séduction. On reste attiré par ce qui nous semble familier. Très vite, le décalage entre notre mémoire et ma représentation sème le doute et nous pousse a essayer de comprendre le pourquoi de cette œuvre. Devant quoi sommes nous ?
Mes œuvres sont des réponses et c’est à chacun de nous d’y trouver les questions.
La liberté d’interprétation fait parti du processus du cheminement par l’éveil.
 


© SPEEDY GRAPHITO - Lost in the big city (2011) - 210X140

© SPEEDY GRAPHITO - Paris Plazza Beaubourg (2009)
© photo Philippe Bonan


Les thèmes de l’enfance et de la mort sont aussi très présents dans tes œuvres…

- En quoi ces thèmes t’inspirent-t-ils ?

L’enfance correspond à l’appréhension sensitive et instinctive du monde avant que le regard soit formaté. Mettre l’observateur dans cet état fait partie de ma démarche de déprogrammation du spectateur.
La mort fait partie de tous cycles terrestres. C’est l’une des constances de notre planète. C’est aussi le point de basculement vers une renaissance de soi.

- Quel  est le lien/rapport entre ces 2 thèmes ?

Ces 2 thèmes permettent de se recentrer sur la nature primale de notre être. Ces choses inhérentes qui font que nous sommes un et que ce un fait parti d’un tout.
Les questions existentielles exprimant le pourquoi nous sommes là, quelle est notre place dans l’univers et dans se monde, sont la base de ma quête intérieure qui fait de moi ce que je suis.

- Comment se sont-t-ils glissés dans ton œuvre ?

L’art est mon moyen de communication avec mon subconscient. C’est par lui que je médite. C’est pour cela que je suis artiste, pour pouvoir témoigner de mon expérience de vie. Chaque œuvre est une pierre retraçant le parcours de ma vie.
Je suis le cobaye de mes propres expériences.

© SPEEDY GRAPHITO - FUN (2014) - 81x100cm


- Peux-tu nous en dire plus sur ta manière de travailler « Dans l’urgence du temps qui passe, (…) (j')agis selon un mode "Survie". »…

Mes idées sont plus nombreuses que je temps dont je dispose pour les réaliser.
Je dois donc faire des sacrifices. Chaque idée en amenant une autre, j’avance à l’aveugle découvrant mon chemin au fur et à mesure qu’il se dessine.
Je vies dans le présent et regarde rarement en arrière. Seul l’instant du moment, de l’envie et du désir de faire me guide. Chaque œuvre est un nouveau départ vers une découverte.


© SPEEDY GRAPHITO - Rue des 5 diamants Paris (2005)

Mot de la fin ?

J’adore mon métier. C’est ma raison de vivre.
Je ne remercierai jamais assez l’univers de m’avoir permis d’en vivre. C’est comme un miracle chaque jour de pouvoir continuer à l’exercer sans autre contrainte que de suivre ma voie.


© SPEEDY GRAPHITO - Le Havre (2012)

Des projets-actualités à venir pour 2015 ?

2015 s’annonce déjà très chargé avec des expositions solos à Paris, Lille et Los Angeles ainsi que des participations artistiques en Belgique et au Maroc.

 

- EVENEMENT -

"MADE IN AMERICA" :
premier livre de SPEEDY GRAPHITO qui regroupe toute sa production américaine depuis les 3 dernières années !

Commandez le livre @ Fabien Castanier Gallery : ICI

 

RETROUVEZ SPEEDY GRAPHITO sur :

PAGE ARTIST'UP
SITE OFFICIEL
PAGE FACEBOOK

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2017-04-17 18:29:13
    • 4 937 views
  • Tags - #art #paris #street art #dessin #graffiti #arts graphiques #précurseur #Speedy Graphito #ART IS A JOKE #avant-garde #pionnier
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI