Elbi : un savoureux mélange entre soul, hip-hop, jazz et electro !

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Originaire de Annecy, Lucile Bauer débuta le chant à 11 ans pour pour "pouvoir évacuer la pression". C'est à 15 ans qu'elle choisit de prendre le nom d'Elbi et qu'elle commence à composer. Après de nombreux voyages, en Polynésie, Suisse, Australie ou encore au Royaume-Uni, elle vit aujourd'hui à Paris où elle se consacre à ses projets : Elbi et Elbi's Herd of Soul.
Elbi propose un "savoureux mélange entre soul, hip hop, jazz et électro" ! On retrouve dans sa musique l’utilisation de samples vocaux et électroniques, renforcés en live par la touche jazz de musiciens confirmés.
Suite à sa collaboration anglaise avec Ambassadeurs, elle est révélée à la scène électro Anglaise et est plébiscitée en 2013 par la chaîne BBC sur la scène mondialement reconnu du Fringe Festival d'Edimbourg.   L'année 2015, promet d'être riche pour Elbi, après un EP avec Elbi's Herd of Soul, plusieurs collaborations et concerts dont le 26 Mars à l'OPA et un second EP en perspective... c'est certain, on ne fait que commencer à entendre parler d’elle !


Elbi, parle-nous un peu de toi… Qui se cache derrière ce nom ?  

Une Annécienne de 24 ans, installée à Paris depuis un an et demi. Je suis principalement chanteuse, auteure, compositrice et productrice. J’ai commencé le chant à 11 ans parce que je détestais mon maître d’école de CM2 et que j’avais besoin d’évacuer la pression. Après ça, Elbi est venu assez vite. Les groupes ne m’ont jamais vraiment réussi: à Annecy, on ne me proposait que des groupes de rock alors que moi, mon rêve c’était de faire du hip hop, du jazz et de la soul. Du coup j’ai préféré faire mon truc de mon coté. J’ai commencé à écrire mes chansons à 15 ans mais c’est toujours resté une passion à coté de l’école et de la fac. C’est après avoir fini mon Master en Management que je me suis décidée à rentrer en France pour me consacrer à mes projets Elbi et elbi’s Herd Of Soul. 
 
© Elbi

Comment se passe ton processus de création ? De quelle manière composes-tu ? 

Je commence toujours par une trame globale de la musique : le rythme, une couleur. Après, c’est très étrange…  je chante une sorte de yaourt ou les mots viennent en franglais avec une mélodie. Il ne me reste plus qu’à relier les points, comme dans un dessin pour enfant, raconter l’histoire entre ces mots. Je trouve souvent l'inspiration dans les poèmes, je développe le thème, son champ lexical. 
 


ELBI - "Mambo Mambo" (Troublesome Soul EP) 

Quels sont tes lieux/ et ou moments favoris de création ?

Chez moi, seule, avec mon ordi ou un sampleur. J’aime bien me caler le matin ou la nuit pour la prod, j’ai l’esprit très clair et je me sens au calme. Pour la voix, avant 17 heures ça ne sert à rien, on dirait Bonnie Tyler. Par contre les textes, ça vient aussi dans le métro ou dans les cafés, je trouve que le bruit ambiant marche mieux que le silence. 

Tes multiples voyages (en Polynésie, Suisse, Australie ou encore UK) ont-ils inspiré tes créations musicales ? Si oui, de quelle manière ?

Ce n’était pas l’idée première (j’ai voyagé pour mes études), mais tous les endroits ou j’ai habité (ou visité) ont eu une influence sur mes goûts ou ma façon de travailler. Déjà, le fait de bouger chaque année ou presque m’a appris à bosser seule. A Tahiti, les rythmes polynésiens me fascinaient et c’est là ou j’ai appris la guitare et le ukulele pour faire mes premières compos. En suisse, j’ai commencé à chanter dans des Jam sessions et à découvrir la scène avec d’autres musiciens, le partage de la musique. 
Puis il y a eu l'Angleterre, et je suis tombé amoureuse du rapport qu’ont les anglais à l’Art. En France, on nous apprend à ne compter que sur les études, on nous dit que l’art est un milieu difficile, que ce n’est pas un métier en soi, qu’il faut rentrer dans le moule. Du coup, assumer le fait d’être artiste devient automatiquement un combat constant avec les gens qui nous entourent mais pire, avec nous même. Les anglais ne se posent même pas la question! L’art accompagne leur façon de vivre, leur quotidien. Il y a chez eux une acceptation qui m’a permis d’assumer l’originalité qui s’était endormie à partir de l'adolescence. J’y ai rencontré Ambassadeurs à l’époque étudiants à l’école de son. C’était mon premier featuring, premier studio et vraiment une très belle rencontre avec qui je garde un contact précieux. Quand je suis repartie pour Edimbourg faire mon Master d’Event Management, j’avais envie de faire évoluer mon projet, et la motivation est revenue après mon séjour en Australie un peu stérile du point de vue musical. Là aussi, beaucoup de rencontres incroyables, des gens qui m’ont laissé ma chance, qui m’ont soutenu. Quand j’ai fait la scène de la BBC au festival d’Edimbourg, cela m’a donné un coup de fouet monumental, et ça m’a donné le courage de ne faire que ça.
 

© Elbi

 Ta musique nous propose « un savoureux mélange entre soul, hip hop, jazz et électro ».
Comment les croises-tu au sein de ton projet musical ?

C’est assez compliqué à expliquer, étant donné que le mélange se fait de manière automatique et vient plutôt d’envies que de choses calculées. Déjà, il y a une chose à laquelle je ne peux échapper, c’est le timbre de ma voix, soul. Le jazz se ressent plus au niveau des couleurs d’accords qui me touchent, surement par rapport à ce que j’ai écouté étant petite, mais aussi les mélodies de voix beaucoup inspirées du jazz vocal. La touche Hip-Hop vient surement de cette envie profonde de ressembler à Lauryn Hill et de jouer dans Sister Act 2 et se ressent dans le flow et la sorte de rap étrange que j’écris. Enfin l’électro est à la fois une nécessité et une envie. Le fait de  développer mon projet seule, ainsi que de produire mes tracks m’ont obligé à me pencher vers des outils ‘électroniques’, qui définissent tout de suite la musique que je fais. Mais c’est aussi une volonté : j’aime danser sur de la House, j'aime le son des nappes d’accord ou de la basse aux synthés, et aussi l’idée de pouvoir créer un beat à partir des moyens du bords (claquement de doigts, canettes réverbées, etc). 



Durant tes lives, on retrouve des musiciens de jazz confirmés. 
Qu’est que ça apporte en termes de couleur, ampleur et émotion à ta musique ?

Je trouve que faire du live est très intéressant parce que la musique procure une émotion chez le public qu’il ne trouve pas forcément en écoutant le track à la maison. Pour le projet solo, c’était donc important pour moi d’ajouter un coté humain aux machines. Ca à aussi donné un coté improvisation et écoute des autres que je n’avais pas auparavant. Et puis, j’en avait un peu marre de faire des concerts toute seule, j’étais occupée à tout gérer un même temps et donc beaucoup de mal à interagir avec le public… Alors que la scène est faite pour ça!  Du coup, ajouter des musiciens à donné plus d’énergie au set Elbi. C’est aussi flagrant avec elbi’s Herd Of Soul, ou les gens finissent complètement déchainés aux concerts, et moi en nage. 
 

© Elbi's Herd of soul 


Elbi's Herd Of Soul - "Something" (Live at Kramus Deluxe Studio)



Qui sont tes icônes musicales ? 

J’ai beaucoup d’influences très variées. J’ai commencé le chant avec le jazz, le gospel ou la soul : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Aretha Franklin, Bobby Mc Ferrin, Miles Davis. Je suis aussi fascinée par la culture hip-hop et écoute énormément de neo-soul et rap américain, comme Erykah Badu, D’Angelo, Lauryn Hill, Jazzmataz, Tribe Called Quest, Glasper. Beaucoup aussi de House et Pop electro :Matthew Herbert, Black Coffee, Kimbra, Jessie Ware,  qui apportent le coté 2.0 à mon penchant pour l’old school. 

Qu’écoutes-tu en ce moment ? 


Entre autres :
Hiatus Kaiyote / The World Sofly Lulls
Jan Jelinek / Tendency
Herbert Ft. Dani Siciliano 
Sampha / Without
Four Tet fr. Neneh Cherry / Nina
ZaraMcFarlane / Move (Atjazz Remix)
Erevan Tusk / Growing  
XYWHY / East Of Atlantic  
Christine and the Queens / Christine
Black Weed & Shungu / Nouveau Negro
Beny le Brownies / Kids
Uphigh Collective feat. Delvis / Blend


ELBI - "Please Come Back" (Troublesome Soul EP) 

Lorsque tu ne composes pas, que fais-tu de ton temps libre ?
 
J’ai un taf alimentaire, gère le management et la communication des deux groupes, donne des cours de chant, vais voir des concerts et participe à des jams, vais filmer des paysages, ou trainer dans les shops vintage, je dors beaucoup et je mange! Dernièrement, je dois avouer que mes sorties non reliées au boulot ou vacances se sont un peu réduites, je garde un peu mon énergie sinon nervous breakdown assuré! Et puis quand le boulot c’est la musique, c’est quand même bien plus cool de travailler. 
 

© Elbi 
 
 L’année 2015 promet d’être bien remplie pour toi, quels sont tes projets, tes actualités ?

On vient de sortir un EP (live) avec elbi’s Herd Of Soul, donc pas mal de concerts en vue, mais surtout la composition de nouveau morceaux pour un futur album. Je suis aussi en préparation du 2nd EP pour ELBI, plus House et minimaliste que le 1er, ainsi qu’un nouveau live qu’on présentera le 26 mars à l’OPA
Niveau featurings, une collab avec Villanova qui sortira sur le label Rebirth courant 2015 dont on est plutôt heureux!
Une petite track avec Beny Le Brownies aussi, la famille d’Annecy. 
Bref, 2015 est bien partie.
 


ELBI - "Running Away" (Troublesome Soul EP/ VIDEO) 

 

SUIVEZ LES ACTUALITES de ELBI : 
SITE OFFICIEL 
FACEBOOK 
SOUNDCLOUD 
BANDCAMP
TWITTER 
INSTAGRAM 

SUIVEZ LES ACTUALITES de HERD OF SOUL : 
SITE OFFICIEL 
FACEBOOK 
SOUNDCLOUD
  • Léa Rekouane
    (hôte)
    • 2015-03-04 14:43:49
    • 2 808 views
  • Tags - #paris #électro #annecy #music #jazz #france #hip hop #Soul #Elbi #Elbi's herd of soul #UK
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI