Alexandre Saltiel, directeur artistique, scénariste, réalisateur de talent !

FEATURED

NOUVEAU !

un espace pour chaque discipline
MusiquePhotoVidéoArts GraphiquesSpectacle Vivant

Chercher une news

Publicité

Directeur artistique, scénariste, réalisateur, graphiste print, graphiste vidéo et monteur truquante after effects... Alexandre Saltiel mène aujourdhui une multi activité autour de l’image, mettant ses compétences et sa passion pour l’audiovisuel - au service de ses clients. 
Alexandre Saltiel réalise des films publicitaires, mais également des clips vidéos - rien de plus natuel pour ce passionné de musique. A son actif, de nombreuses collaborations, dont La Maison TellierBaden BadenAriane MoffattLouane... et récemment Maximilien pour ne citer que celles-ci...
"Chaque tournage est une histoire folle pleine de galères, de joies et de surprises ! "
Alexandre Saltiel nous parle ici de son parcours atypique, de ses expériences, de sa passion pour l'image et de son envie de transmettre à travers ses images son attrait pour la beauté, la douceur, l'amour de la nature et le goût du voyage...



Alexandre Saltiel

Pouvez-vous présenter et nous parler de votre parcours…?
Comment est né votre intérêt pour l’univers audiovisuel ? 
Etant enfant je dessinais tout le temps sans avoir la moindre idée de ce que cela pouvait m’apporter par la suite.
Sur les conseils insistants de mes parents je pars à 17 ans à Paris pour une prépa HEC suivi d’une Ecole Supérieure de Commerce (ISC).
C’est là que je retombe sur mes pieds, en m’inscrivant dans une association d’étudiants sous forme de mini agence de pub.
Là je découvre un Mac, Photoshop 2.0 et illustrator.
Je ne mets plus un seul pied en cours et passe mon temps à découvrir et pousser les logiciels à leurs limites et conçois rapidement les affiches et flyers des grandes soirées étudiantes de la capitale.
Une fois diplômé (oui quand même), je cherche un stage de graphiste pour faire des pochettes de disque, la musique étant mon autre passion.
En stage (qui se transforme rapidement en une première embauche) chez ZONE 4 productions, excellente société de production aujourd’hui disparue, je réalise quelques pochettes de compilations, d’artistes et surtout je découvre After Effects et la réalisation de spots de pub pour la musique qui sera mon activité principale pendant plus de 10 ans (environ 600 spots de pubs réalisés à ce jour ).
Au bout de 8 mois, je pensais avoir compris le système et me mets indépendant... tout s’accélère alors.
Un pied dans la vidéo, c’est naturellement que je prends ensuite une caméra pour réaliser des EPK (mini documentaires de présentation des artistes et de leur albums) et puis des petits clips et puis des plus gros clips.
Aujourd’hui j’ai donc une multi activité complémentaire autour de l’image : Directeur artistique, scénariste, réalisateur, graphiste print, graphiste vidéo et truquante after effects, monteur.




Tournage clip « Anyone » - BADEN BADEN

Que vous permet-t-il d’exprimer ? 
Dans la plupart des cas, mes compétences et ma passion pour l’audiovisuel est au service du client. Je tente donc d’exprimer leurs souhaits et de correspondre à leurs choix de stratégie marketing pour présenter un produit ou un artiste (quand ils ont une stratégie, rarement le cas).
Sur certains projets plus personnels et ce vers quoi je tente de me diriger, j’aime exprimer la beauté, par les paysages, les femmes, les émotions.
Je préfère les ambiances, l’esthétique à de complexes histoires.

Des soutiens, rencontres qui vous ont poussés sur cette voie ?
Zone 4 a été ma rampe de lancement.
J’ai eu de la chance de tomber sur cette équipe de passionnés et de perfectionnistes pour un premier emploi.
Ensuite Save Ferris Production me fait confiance pour la plus grande partie de leurs productions, ils sont aujourd’hui encore des amis et des clients fidèles.
Mais ce qui m’a le plus poussé professionnellement c’est moi-même. Passionné, envie de me dépasser, d’aller plus loin, sans savoir vraiment où...

 


Tournage clip « Je veux tout » - ARIANE MOFFATT

Vous avez réalisé un certain nombre de films commerciaux et de spots publicitaires pour Inoa L’Oréal, Appolo, et Nrj , pour ne citer qu’eux… 
Comment gérez-vous l’aspect "travail sur commande" par rapport à votre créativité et tant qu’artiste ?
Je ne me définis surtout pas comme artiste. Avant tout, je fais du business avec le talent (ou plutôt une très grande experience et une quantité de travail phénoménale).
Pour moi un travail de commande me permet d’avoir un cadre pour m’amuser et puis c’est bien plus rentable que des projets personnels (sur le court terme, mais le court terme dure donc tout va bien).
J’aimerais plus me lancer sur des projets personnels, mais le temps me manque, le peu de temps libre qu’il me reste, je le passe avec mes 2 enfants, à nettoyer ma piscine ou arranger mon jardin.

LILIZA - SPRING SUMMER 2011

Que vous apportent vos rencontres/collaborations avec ces entreprises d’un point de vue artistique et personnel ?
Avec les sociétés de production qui font le lien avec le client, c’est une entente, une partenariat qui souvent se transforme en amitié.
Avec le client, c’est souvent des ennuis, des frustrations. Le client ne sait pas ce qu’il veut par principe. A nous de lui proposer des choses, mais s’il ne sait pas, il ne peut pas décider. C’est compliqué surtout quand je sais que le client a tort, soit parce que trop « Parisien » (souvent ils ne vendent pas leurs produits aux parisiens), soit parce que incompétents et surtout toujours dans le rush de la dernière minute.
Je rêve d’un brief précis et concis.

Le monde publicitaire vous inspire-t-il ? Si oui, de quelle manière ?
Oui, j’ai eu l’occasion de réaliser une grosse publicité à Budapest pour le marché europe de l’est.
A la différence du clip, le budget est confortable et le travail de précision.
J’aime exprimer une ambiance dans un format très court (30'') et suivre le cadre qui a été fixé depuis le début. Mon idéal et objectif est de combien ce format avec mes préférences esthétiques, soit la publicité luxe ou parfum. Mais le secteur est complexe, il faut fracasser des portes et je n’ai pas le temps.

Des artistes du secteur musical, notamment La Maison Tellier, Baden Baden et récemment Maximilien (révélation de la dernière saison The Voice) ont fait appel à vos talents.
Parmi ces collaborations, pouvez-vous nous parler d’une ou de plusieurs d’entre elles ? 
Pour ne parler que du positif, mon plus beau souvenir de tournage a été pour le clip de Boogers.
Le personnage est underground, détendu, pas sérieux et fantastiquement joyeux. Il est devenu un ami et est même venu jouer au restaurant de ma femme, devant, dans la rue, pendant 4 jours. J’attends toujours qu’il vienne récupérer ses baskets qu’il a laissé sur le rebord de la fenêtre.
 


BADEN BADEN - ANYONE - OFFICIAL MUSIC VIDEO (SHORT VERSION)

D’autres belles collaborations : La maison Tellier avec qui on a fait une belle fête à Arles, Alela Diane, Emily Loizeau (même si elle n’a plus donné de nouvelles).

LA MAISON TELLIER - UN BON FRANCAIS - OFFICIAL MUSIC VIDEO
INTERVIEW DE LA MAISON TELLIER SUR ARTIST'UP


Quelle est votre marge de manœuvre/degré de liberté, vis-à-vis des artistes qui font l'objet de vos réalisations vidéos ? 
Pas beaucoup de marge de manoeuvre quand l’artiste est signé en label.
Je tente de répondre à un brief (souvent flou) du mieux que je peux et accompagner la sortie d’un album ou d’un single avec une image la plus percutante possible.

BADEN BADEN - A TES COTES - OFFICIAL MUSIC VIDEO
 

Pour les artistes indépendants, on a souvent une plus grande marge de manoeuvre, mais il faut quand même respecter leur musique, leur label et un budget microscopique.
Pour Baden Baden, j’ai pu sortir un clip qui me ressemble et qui sublime la chanson, car ils m'ont laissé presque carte blanche sur le titre « A tes côtés ».

Tournage clip « A tes côtés » - Baden Baden

La règle est simple : plus la musique est bonne, moins il y a de budget…
Le jour ou NRJ décidera de diffuser de la bonne musique, tout changera. Et on sait tous ce qu’est de la « bonne musique ».

Tournage clip « A tes côtés » - Baden Baden

Une anecdote/souvenir de tournage que vous souhaiteriez partager avec nous ? 
Il y en a trop. Chaque tournage est une histoire folle pleine de galères, de joies et de surprises.





Tournage clip « Jour Un » - Louane

Est-ce nécessaire pour vous d’aimer la musique de l’artiste, pour réaliser son clip ? 
C’est mieux. J’essaye de respecter ce choix.
Pour moi pour accepter de faire un clip il faut au moins un ou deux des critères suivants :
- La musique me plaît
- L’artiste est sympa
- Il y a un gros budget 
Si aucun des trois critères c’est difficile d’y mettre du coeur.
Mais mes choix musicaux sont larges, même si je n’écoute pas la musique de l’artiste à la maison, j’essaye de reconnaître la sincérité de l’artiste : l’exemple qui m’a le plus touché est Louane.

LOUANE - JOUR UN - OFFICIAL MUSIC VIDEO

Vous réalisez également des « Beauty Films »… pouvez-vous nous en dire plus…? 
C’est là mon désir de produire de « belles » images, sans aucun message.
Et puis quand j’ai le temps, ça me permet d’avoir des choses différentes à montrer.
 

SHABOP SHALOM LOVE from alexandre saltiel on Vimeo

Comment se passe votre processus créatif et les étapes de travail ? Quel point de comparaison établissez-vous entre la réalisation d’une vidéo publicitaire et un clip vidéo ?
La méthode de travail, l’équipe sont les mêmes. Les attentes sont différentes.




Tournage « SHABOP SHALOM LOVE »

Quels techniques et matériels utilisez-vous ? 
Différent sur chaque tournage. Mais en général en RED puis montage sur FINAL CIUT, FX sur AFTER EFFECTS

Quelle est la place de la post production dans votre processus créatif ? 
La post production est une grande partie de mon travail. Mais quand je réalise un clip j’essaye de prévoir un minimum de post production.
Il m’est arrivé de réaliser des clips en full post production (Manu Chao, La casa…), mais ça ne m’amuse plus du tout.

KENDJI GIRAC- COLOR GITANO - OFFICIAL MUSIC VIDEO

Quelles sont les émotions que vous souhaitez diffuser chez le spectateur ?

Beauté, douceur, voyage...


LA MAISON TELLIER - SUR UN VOLCAN - ORIGINAL MUSIC VIDEO
INTERVIEW DE LA MAISON TELLIER SUR ARTIST'UP


Quelles sont vos sources d’inspirations… des artistes, rencontres qui vous ont marquées ?

Depuis mon petit mas de Provence, je ne rencontre pas beaucoup de monde et je suis bien heureux d’être loin de la représentation parisienne.
Mais j'’aimerais bien un jour serrer la pince très fort à Daniel Askill ou Jonhétan Glazer.



Tournage clip « Sur un volcan » - La Maison Tellier

Des univers en particulier ? 
Tout m’inspire, surtout la nature et beaucoup moins l’urbain.



Tournage clip « Sur un volcan » - La Maison Tellier

Quelle est l’origine de votre énergie créatrice ?
Waouh… impossible de répondre à ça. La nuit, le sommeil, les rêves. Tout, tout ce qui m’entoure, les gens…

Le mot de la fin ? 
Il faut cultiver son jardin.


Quelles sont vos actualités/projets à venir ?
Actuellement en post production sur le clip de Florina Perez (Universal).
J’espère très fort tourner le prochain clip de Louane à New York, we’ll see…
Quelques spots de pubs pour la musique, des billboards TV, communication du Festival Fnac Live...
voilà une semaine déjà bien remplie, on verra au jour le jour.
C’est le bonheur d’être indépendant !

SUIVEZ LES ACTUALITES DE ALEXANDRE SALTIEL :

SITE OFFICIEL
PAGE ARTIST'UP
VIMEO
  • Artist UP
    (hôte)
    • 2015-06-23 08:53:22
    • 1 730 views
  • Tags - #clip #Graphiste #video #realisateur #film #print #publicité #after effects #monteur #scénariste #Directeur Artistique #La maison tellier #Alexandre Saltiel #spot publicitaire #truquante #beauty film
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI