Zoom sur l’infiniment petit avec le réalisateur Antoine Delach

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité


A travers ses courts métrages d’animation, l’artiste Antoine Delach développe un travail à la fois expérimental et de recherche artistique. Le réalisateur explore les possibilités esthétiques et visuelles qu’offrent l’univers du minuscule, du microscopique et des réactions chimiques.
Formes, mouvements, couleurs de fluides et de matières liquides se rencontrent, fusionnent pour laisser place à un rendu harmonieux et surprenant. Interview... !



Ghost Cell © Antoine Delach

Ghost Cell © Antoine Delach


A travers votre court-métrage ''Ghost Cell'' vous livrez aux spectateurs un documentaire surprenant dans lequel vous mettez en scène la ville de Paris sous l’apparence d’une cellule analysée au microscope…

Quelle est la genèse de ce projet ?  
''Ghost Cell’’ est mon premier court métrage. Tout a commencé par la pratique de nombreuses expérimentations techniques avec le scan 3D qui m'intéressait depuis un moment... en regardant le résultat de mes tests, ça m’est venu tout seul. Après, en ce qui concerne le sujet du film… depuis tout petit, je prends le RER pour aller à Paris et j’observe la "migration pendulaire’’. Le ''va et vient'' incessant des grandes villes m'a toujours fasciné...
Le fait de comparer la ville à un corps humain est un thème récurrent et le dessin des rues de Paris a quelque chose de très organique. Ce type de motif que l'on retrouve partout dans la nature s'appelle en mathématique le ''Voronoï'' et il se trouve que ce motif est similaire à celui d'une cellule. Du coup la comparaison était faite. Paris est une cellule en pleine mitose.
Pour faire simple ''Ghost Cell'' c'est une métaphore entre une ville et une cellule biologique qui s’étend inlassablement. Ce court métrage permet de voir les humains comme des petits éléments qui interagissent chaque jour pour lui redonner vie. Grâce à cette vision graphique et troublante issue du monde réel, j'essaye de créer une sorte de vision parallèle du quotidien pour en faire ressortir certains points.




Rencontres de fluides chimiques colorés, recherche sur les formes microscopiques et organiques…
Votre univers artistique semble s’articuler autour de la recherche scientifique.

Pouvez-vous nous en dire plus vos sources d’inspirations et vos thèmes de predilections ? 
L'imagerie scientifique et la nature sont mes deux principales sources d'inspiration.
J'ai toujours aimé la recherche scientifique et les nouvelles découvertes et dans la 3D il y a un peu de tout cela… jouer avec des univers, la physique, la lumière... C'est vraiment une boite à outils virtuelles géniale. C’est souvent difficile d'arriver à quelque chose de "joli/d'abouti" en 3D, il faut avoir une bonne vision d’ensemble, du début à la fin du processus. Avec les photographies de la série ''Fractals'' ou d’autre c'est pareil, ce sont des softs de geek fait par des geeks. Il y a beaucoup de boutons et de paramètres, du coup il y a beaucoup de possibilités. Moi, j'essaye de me les approprier et de les mélanger pour arriver à une sorte d’univers naturel imaginaire généré...
Plus globalement sur mon projet d'étude de forme, on peut dire que j'étudie et que je m'exerce. C’est un peu comme si je dessinais mais on peut qualifier le résultat de sculptures animées. Ce projet me tient à coeur depuis des années, seulement je ne sais pas encore exactement quoi en faire :)…



Chemical Bouillon © Antoine Delach  

Chemical Bouillon © Antoine Delach  
Chemical Bouillon - Trailer © Antoine Delach 


Quelle est la genèse de votre projet « Chemical Bouillon » ? 
Après mes études et quelques années de travail, j'ai vraiment ressenti le besoin de travailler avec de la matière réelle. Du coup j'ai commencé à jouer chez moi avec des encres et tout un tas d'autres trucs (j'avais déjà fais ça plus jeune). Mais là, les caméras modernes étaient arrivées (youpi! et pas trop chères).
Puis, j’ai appris l'optique de mon coté et j'ai construit mes lumières… Ca a donné ''Macro ink world". Par la suite, j’ai rencontré Teurk, un artiste/graffeur Parisien, et Valère nous a rejoint. On s’est regroupé autour d'un collectif "CHEMICAL BOUILLON". Retour aux sources avec les mains sales  le but étant de découvrir par le biais d’expériences parfois complexes, parfois très simples, la beauté des formations naturelles en tout genre. Les déplacements de fluides, le magnétisme, les cristallisations, l’électricité... et bien d'autres…


'Macro/Ink world" from Antoine Delach on Vimeo


Assistant réalisateur pour la série ''Carnet de Voyage'' diffusée sur Arte vous avez également
participé à la réalisation du long métrage ''ADAMA''.
Comment ces projet ont-t-ils vu le jour ?
Qu’est-ce que ces expériences vous ont-elles apportées ? 
Pour ce qui est de mon parcours dans le monde de l'animation et qui concerne le ''Carnet de Voyage'' à Madagascar et "Portrait de voyage"  réalisé par Bastien Dubois… J’ai d'abord été stagiaire, puis Assistant réal. Mais c'était surtout une l’histoire d’une rencontre d'un ami. Je vois toujours Bastien, il a d'ailleurs beaucoup participé à l’aboutissement de ''Ghost Cell'', qui n’existerait peut-être pas sans lui. Bastien se démène à faire vivre une association collective cool : ''ART BRUTAL''  dans laquelle on monte des ateliers et des expositions. On est souvent à la recherche de partenaires… je vous invite à aller voir le site (désolé un peu de pub).
J'ai également souvent travaillé pour ''Autour de minuit'', qui a produit ''Ghost Cell'' et qui produit chaque année beaucoup d'autres courts métrages d'animation supers.
Par la suite, j'ai eu la chance de travailler sur le long métrage ''ADAMA'' de Simon Rouby qui là encore est le résultat d’une très belle rencontre. ''Adama'' fut une super expérience, "Big Up" à Naïa Production. C’est vraiment super de voir une boite de prod’ qui sort des sentiers battus et qui laisse place à l’expérimentation, pour donner naissance à des choses originales et novatrices dans l’univers du long métrage.

 


Quels sont vos projets en cours ou à venir ?
Du coup voilà, mon travail s’axe maintenant sur 2 plans qui se rejoignent dans l'image : le virtuel et le réel, le tout tourné sur une recherche des formes provenant de la nature ou générées par l’ordinateur. Et ce qui est génial c'est que maintenant tout est entrain de se rejoindre.
Dans le futur, j'aimerais vraiment utiliser mes connaissances pour déformer et perturber le monde réel, en mélangeant animation et la prise de vue réelle. Je pense que l'on se trouve à une époque vraiment inintéressante au niveau du cinéma avec le développement du numérique, c'est un peu une période charnière ou tout est possible et où il y a énormément de nouvelles choses a découvrir.

 
Etude de Formes - Fracts © Antoine Delach


 
RETROUVEZ ANTOINE DELACH : 
  
    • 2016-11-14 10:29:16
    • 879 views
  • Tags - #paris #animation #documentaire #court métrage #microscope #Adama
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI