Le Rock "FRAGILE" de LAST TRAIN

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Près de 2 ans après notre première rencontre (Interview ICI), c'est à l'heure du dîner, quelques heures avant de monter sur la scène du festival Nouvelles Voix en Beaujolais que nous retrouvons le quattuor le plus rock du moment, Tim, Jean-Noël, Antoine et Julien. Alors que la routine de tournée semble déjà être un sujet de discussion récurrent (Oui, les Last Train souhaitent garder leur places aquises lors du déjeuner...) l'ambiance autour de la table est à la rigolade malgré la fatigue accumulée. Last Train c'est surtout une saison 2015-2016 surréaliste. Fraîchement lauréats des inouïs du Printemps de Bourges, les jeunes musiciens originaires de Mulhouse partent sur les routes et donnent plus de 150 concerts.
Les 4 jeunes rockeurs toujours plus déterminés nous parlent de cette année magique et de cet EP nommé "Fragile" avant d'aborder le cap du premier album.

 

 

Quel chemin parcouru depuis les iNouïs 2015… Quel recul avez-vous sur cette saison 2015/2016 ?

Julien: C'est marrant le terme de saison, ça fait un peu championnat de foot.
Tim : C'était une très belle année.
Julien : Un peu déçus de pas jouer la Ligue des Champions… 
Tim : Ouais, mais on peut peut-être se consoler avec l'Europa Ligue… Non mais plus sérieusement, on n'aurait pas pu rêver mieux comme année. Il y a eu Bourges, les Eurockéennes, jouer à la maison, remplir un Noumatrouff qui est chez nous aussi, faire les Vieilles Charrues sur la grande scène, partir en Chine, partir aux Etats Unis… 

 

 

Quel est le meilleur souvenir sur scène de cette année 2016 ?

Jean-Noël : Je ne pense pas qu'il y ait un souvenir en particulier, il y a en a énormément.
Julien : C'est une globalité, c'est le fait de faire ce qu'on kiffe, de voyager à fond etc… 

 


© Christophe Crénel

 

J'ai l'impression que vous avez encore "grossi" votre son, comment avez-vous travaillé pour ce dernier EP ?

Tim : Il fallait qu'on montre qui avait la plus grosse, du coup on a tous acheter un ampli plus gros. Une fois qu'on avait la taille maximum de l'ampli, on a mis un deuxième ampli.
Jean-Noël : On est allé sur les sites pour adultes où ils expliquent comment grossir ton pénis. On a suivi ces conseils pour les amplis. Ça s'est aussi fait par le live. Il y a eu plus de 150 concerts depuis Bourges 2015 donc on se connaît chaque soir un peu mieux sur scène. Chaque soir on arrive à interpréter encore d'une meilleure façon que la veille. Le son n'a pas forcément grossi, c'est juste qu'on l'a ajusté, au rythme des saisons de concert, on retournait en studio pour bosser ça… 

 

 

Vous avez aujourd'hui votre propre structure, Cold Fame Records, quel regard avez-vous aujourd'hui sur ce choix d'être et de rester indé ?

Jean-Noël : Non non, dès qu'on peut lâcher on le fait ! (Rires). Non sérieusement on est très fiers. Ça fait partie des choix qu'on a pris petit à petit, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain. On a commencé à travailler avec des groupes sans même vraiment savoir ce que l'on faisait au début. Aujourd'hui c'est très officialisé, c'est public, on sait très bien ce qui se passe derrière tout ça. C'est quelque chose qui se fait avec le temps et qui continuera à se construire. On est très fiers de tout ça, mais c'est simplement ne pas oublier que ce sont deux choses différentes. On a le groupe d'un côté, et le label de l'autre.

 


© Christophe Crénel

 

Quelles sont les actus des artistes du label en ce moment ?

Jean-Noël : On a Colt Silvers avec qui on travaille en tour qui viennent de sortir leur nouvel album « Swords ». Ils vont partir en tournée l'année prochaine en France. Holy Two vont aussi sortir leur premier album l'an prochain avec une grosse tournée. Là on commence petit à petit à travailler avec un nouvel artiste en tour, c'est Wooden Wolf, un artiste folk qui aura pas mal de dates l'année prochaine.

 

En mai prochain vous faîtes le Bataclan… c'est une date qui va être chargée en émotion j'imagine ?

Tim : On a déjà fait des belles salles parisiennes mais on n'a jamais fait de jauges aussi grandes. C'est impressionnant d'avoir un truc aussi immense. On est sur du 1500 places donc ce n'est pas pareil que le Point Ephémère, la Maroquinerie ou encore la Flèche d'Or.
Jean-Noël : Nous on a plus ou moins eu la chance de ne pas avoir été affecté directement par une connaissance personnelle lors de la tragédie du Bataclan. C'est vrai qu'on a un rapport avec cette salle sans doute différent. C'est respectueux mais on ne va pas non plus faire un hommage. Nous on veut faire une belle soirée dans le respect le plus total bien sûr, mais on y va aussi pour un moment de fête.
Tim : Et puis on a le temps, c'est loin encore. Là on a la fin de tournée cette année. On va avoir des dates à la rentrée avec une sortie d'album. Je pense qu'en mai, on a le temps de le voir venir.

 

 

La sortie de l'album est prévue pour quand ?

Tim : L'album sortira en mars, le 10 mars, voilà donc yolo ! Très heureux qu'il sorte. On est très contents. Même là on a sorti un EP la semaine dernière, mais ça fait très plaisir de sortir un premier truc, donc d'enchaîner avec l'album, ça délivre un peu et c'est cool.

 

© Allin Boris

 

Au début vous tourniez avec 2 titres sur internet…

Tim : oui ! Et ça a continué comme ça tout le long. Au début on avait 2 titres, après 4. Là c'est le gros pas, on en a 8. ça va être marrant, on va pouvoir jouer pendant une heure, une heure et quart et en fait les gens qui auront entendu l'album auront entendu tous les morceaux. C'est quand même assez fou et cela ne nous est jamais arrivé.
Jean-Noël : Au début on avait cette stratégie de sortir le moins de contenu possible. Mais on est tous des passionnés de musique et la musique rythme nos vies de tous les jours, quand tu prends le bus, le train, quand tu es super heureux, quand tu es triste, tu écoute de la musique tout le temps. Alors que nous avec Last Train, on s'est rendus compte que les gens qui aimaient le groupe avaient uniquement la possibilité de vivre cette musique en concert. Forcément, ce premier album, ça va être la première fois où on va poursuivre de manière un peu plus importante cette idée d'écouter du Last Train en live et de l'emmener chez soi après. C'est un truc qui m'excite assez je crois.
Tim : Moi aussi
Julien : Moi aussi
Antoine : Moi aussi.

 

"Fragile" disponible sur Cold Fame Records

 

RETROUVEZ LAST TRAIN SUR :

Facebook
Twitter
Youtube
Cold Fame Records

 

LAST TRAIN EN CONCERT :

09.12 • La Laiterie Strasbourg
10.03 • La Poudrière Belfort
09.05 • Le Bataclan Paris

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2016-11-29 10:05:24
    • 1,856 views
  • Tags - #Live #INTERVIEW #Artist up #Last Train #nouvelles voix en beaujolais #fragile
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI