Le Hip-Hop multiculturel de Chinese Man avec "Shikantaza"

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


12 ans que Chinese Man continue de s'imposer sur la scène hip hop electro française et internationale. Forts d'une multiculturalité, les 3 marseillais livrent un nouvel album, encore plus riche et varié que les précédents. A l'image de Liar ou Escape, "Shikantaza" est un condensé de sonorités venues du monde entier, que High Ku, Sly et Zé Mateo piochent au fur et à mesure des voyages, des rencontres… 

Rencontre avec Zé Mateo, musicien et co-fondateur du label Chinese Man Records. Il nous explique comment "Shikantaza" révolutionne encore un peu plus la culture du sampling

 


Nouvel album "Shikantaza" disponible sur CMR

 

Les sonorités de votre album sont encore plus diversifiées que pour les précédents, comment arrivez-vous à créer cette cohérence ?

Je pense qu'on arrive à ça parce que c'est le résultat d'une cohérence entre nous 3. Le fait d'être 3 à faire de la musique, cela veut dire qu'il y a clairement un consensus et qu'on se met d'accord sur des sonorités qui nous plaisent à tous les 3. C'est un facteur ++ pour raconter des histoires. Ça donne ce truc là qui s'est fait un peu naturellement. Le choix des textures de son apporte aussi une couleur à l'ensemble de l'album et c'est vrai que si on était 2 ce serait différent.

 

 

Vous avez fêté les 10 ans du label en 2014, quel recul avez-vous aujourd'hui sur le fait d'être indépendant et de le rester ?

Je crois qu'on n'a pas trop le choix dans nos perspectives pour vivre ça de façon apaisée et avec plein d'entrain. On sait le luxe que c'est d'être indépendant et on sait l'énergie que ça demande. Le recul qu'on a aujourd'hui c'est que si on avait fait le choix d'aller taper à la porte de structures, ça n'aurait pas du tout permis ce qu'on vit aujourd'hui. Il a mieux valu construire notre propre maison.

 

Même si le travail à fournir est décuplé…?

Oui, après on a la chance d'avoir eu une équipe qui s'est fabriquée, on a structuré notre projet, on l'a développé, il a essuyé des plâtres aussi… On a beaucoup travaillé dans plein de directions. On a un livre d'or qui est en train de se construire au fil des années qui fait qu'on peut vraiment imaginer à chaque fois intégrer les personnes avec une compréhension de projet, parce qu'on peut le dupliquer.
C'est vraiment notre façon naturelle de s'engager dans le parcours professionnel. Nous, on est artistes et fondateurs du label mais aujourd'hui on gère beaucoup moins tout ce qui revêt de l'administration, de la logistique etc. On est plutôt là pour accompagner les artistes qui arrivent. C'est vraiment parce qu'on a une équipe qui croit au projet qu'on arrive à se battre. C'est une forme d'engagement que de se dire qu'on fait les choses par nous-mêmes mais, personnellement, je ne vois pas ma vie différemment.

 


© Léo Berne

 

Quelles sont les actus des artistes du label d'ailleurs ?

Chinese man est dans l'actu en ce moment, Taïwan MC poursuit son chemin, YouthStar, qui a intégré la scène chinese depuis quelques années et qui nous accompagne encore sur ce live, il a un projet d'EP pour le milieu de l'année. Scratch Bandits Crew poursuit son petit bout de chemin.
On a une jeune recrue, qui s'appelle Baja Frequencia, c'est une version très moderne, en marge de cette scène cumbia electro, il y a un mélange vraiment super. Il rentre progressivement dans le projet. Chinese Man Records, c'est aussi comme une énorme famille, avec plein de gens qui se greffent au fur et à mesure et des affinités qui se tissent au fil des années. C'est aussi pour ça que ça marche, on n'est pas dans des perspectives et des ambitions qui nous dépassent en terme de proposition parce qu'on maîtrise notre rôle quoi.

 

 

Pour cet album, vous avez encore beaucoup de featurings. Est-ce que vous réussissez à emmener tout le monde en tournée ?

On ne peut pas emmener tout le monde en tournée. On fait des choix. L'avantage c'est qu'on essaie d'alimenter assez régulièrement la tournée de petites surprises. Maintenant, comme on sait pertinemment que les artistes tournent beaucoup et qu'il y a de fortes chances qu'un public retrouve 2 fois le même artiste sur un festival, on essaie de composer des formules qui sont assez évolutives.
On peut avoir un invité qui se rajoute, un instrumentiste, ça on l'a fait pendant des années. Il y a des rendez-vous où on sait qu'on va avoir un peu plus d'artistes sur scène avec nous, des endroits où on va avoir des formules plus dans la vidéo. Là on a une formule avec YouthStar et les 2 gars de ASM. Ils vont nous accompagner sur la tournée 2017. Ce n'est pas dit qu'il y ait des petites surprises de temps en temps, mais disons qu'en terme d'organisation d'écriture, on ne peut pas non plus être accompagnés par tout le monde. On l'a fait sur certaines manifestations et c'est beaucoup beaucoup d'organisation, il faut vraiment imaginer les choses longtemps à l'avance, et ce sera le cas par rendez-vous clef.

 

© Léo Berne

 

En terme de video, de visuels, il y a des nouveautés sur cette tournée ?

Oh oui, tout est nouveau ! On a la chance de bosser avec des super vidéastes. Les 2 premiers titres Escape et Liar, sont deux des titres pour lesquels certains des vidéastes de chez nous ont bossé. On a un univers graphique assez riche parce que depuis 12 ans on le développe, et c'est un endroit qu'on aime bien laisser libre en terme de proposition. Fred et Annabelle avec qui on bosse depuis des années font leurs propositions. Les Médias countain pour le live vont être écrits, riches etc. Donc on est hyper enthousiastes à l'idée de repartir sur un nouveau live avec des médias, une scéno… avec la technologie on a plein de possibilités maintenant donc ça va être super quoi.

 

On imagine que ces nouveaux jouets vous enchantent… ?

Oui ! Et puis on n'est pas des super grands techniciens donc on aime bien que ces choix nous correspondent, sans aller dans la démesure. On ne serait pas capables. Donc on essaye d'être en adéquation avec ce qu'on est capable de faire, même si on prend toujours des petits risques. C'est normal, c'est pour faire évoluer.

 

 

Y a-t-il un endroit dans le monde où vous n'auriez pas encore joué et qui vous tente particulièrement ?

Oui, il y en a plein ! On a beaucoup voyagé c'est vrai, mais il y a plein d'endroits. On n'a pas fait l'Afrique par exemple, on aimerait bien découvrir. En Amérique du sud on a très peu tourner aussi. On est passé brièvement au Japon il y a quelques mois, on aimerait bien y retourner. Il y a plein d'endroits qui nous donnent envie, aussi bien sur le plan musical que culturel. Voir comment il peut y avoir une articulation qui se fait entre un passage et une rencontre aussi. Je trouve ça intéressant aussi pour ça.

  

Votre musique est tellement multiculturelle qu'elle pourrait passer partout...

Oui c'est sûr qu'elle a ces axes d'idées qui font que, comme on tape dans des samples qui viennent d'un peu partout, ça tisse un lien.

  

 

Avez-vous d'autres projets après cet album ? Est-ce qu'une nouvelle Groove Session est prévue par exemple ?

Pour l'instant, on va défendre cet album et essayer de le représenter comme il faut sur scène. Je pense qu'un album ça t'amène toujours à tourner, à alimenter plein de choses. Là, entre maintenant et l'année prochaine, je pense qu'on ne va pas trop voir le jour. Il va y avoir des choses qui vont arriver avec des artistes du label, et puis une groove session, pourquoi pas, c'est toujours l'occasion de retrouver ces artistes.
Maintenant, je ne sais pas dans quel temps on va imaginer ça. Nous on a aussi grandi dans ce truc là, et c'est important de se préserver et de pas être sur un flux continu et pouvoir varier. On a un projet de cirque, Speak Easy, c'est une jeune troupe qui nous a sollicité. On n'a pas fait la musique mais ils ont tapé un peu dans nos morceaux. On va aussi sur de la musique à l'image. Ce n'est pas dans notre actualité du jour mais on essaie de varier les choses pour pouvoir revenir avec une nouvelle énergie.

 

Nouvel album "Shikantaza" disponible sur CMR

 

RETROUVEZ CHINESE MAN SUR :

Facebook
Chinese Man Records
Youtube

CHINESE MAN EN CONCERT :

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2017-04-14 14:06:09
    • 2,239 views
  • Tags - #INTERVIEW #Artist up #nouvel album #chinese man #taïwan MC #Youthstar #chinese man records #Shikantaza #Scratch Bandits Crew #Baja Frequencia
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI