La pop trash et naïve de THERAPIE TAXI

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Printemps de Bourges
, 22 avril 2017. Cette date est à marquer au fer rouge pour la nouvelle scène pop française. La programmation de la petite salle du 22 était absolument exquise. Cléa Vincent, The Pirouettes, Juliette Armanet, Juniore ou encore Thérapie Taxi… Nous nous sommes intéressés à ce jeune groupe parisien, Thérapie Taxi, qui propose une pop electro chantée en français dont les textes trasho-naïf sont particulièrement ciselés pour le live. Un premier EP fraîchement sorti, le quartet poursuit sa tournée française tout en préparant son premier album. Rencontre avec Adélaïde, Félix, Renaud et Raphaël pour une interview aussi colorée que leur univers…  
 

 

 
"Thérapie Taxi" disponible sur iTunes

 

Vous jouez ce soir à Bourges ce soir, c'est un moment important pour vous ?

Félix : Oui, grave ! C'est un grand rendez-vous, il y a plein d'autres artistes qu'on adore qui jouent ici. La salle a l'air super chouette, la ville aussi, il fait beau...
Renaud : Tu l'as pas vu la salle ! T'es un mytho…
Félix : Ha ouais ? Et sur l'internet mondial ? J'ai tapé « 22 » et voilà !
Renaud : Mais oui, on est super content de jouer à Bourges, c'est une super visibilité. On espère qu'on va pouvoir booker quelques petites dates en plus et se faire remarquer par des programmateurs. C'est quand même très classe de jouer ici. Et puis c'est toujours l'ambiance gros festoches où c'est toujours l'occasion de rencontrer d'autres artistes. Il y a aussi un festival dans les coulisses, entre artistes.

 

© Droits Réservés

 

Justement, que pensez-vous des artistes du plateau de ce soir ?

On a chacun notre avis sur le truc. Cléa Vincent, par exemple, c'est quelqu'un qu'on suit depuis pas mal de temps et c'est cool de partager un plateau avec elle. Juliette Armanet, on aime beaucoup également.

 

Le parallèle entre trash et naïveté chez vous, c'est une facette que vous assumez, que vous cultivez… ?

C'est bien parce qu'à chaque fois c'est une nouvelle manière de dire les choses. Il y a toujours une vision qui est un peu dans la même direction mais qui n'est pas vraiment pareille. Elle est redigérée par la personne. Ça va avec l'idée qu'on a des univers multiples. On cultive plein de trucs qui parfois se contredisent, qui sont très éloignés les uns des autres et ça fait partie de notre poly-personnalité. Par exemple le morceau « Salope »… ou le morceau « Jean Paul » qui lui est plutôt naïf.

 

 

Justement, sur un titre comme « salope » vous ne vous dîtes pas « Nos mamans vont pas aimer… » ?

Raphaël : Elles kiffent nos mamans !
Adélaïde : La mienne, elle est là, elle a adore ! Même ma grand mère l'a entendu.
Félix : Après on n'écrit pas pour nos mamans. Il y a un pote qui a bien résumé ce titre, il m'a dit, c'est le genre de chansons que tu fais quand t'es le dos au mur. Je pense que c'est ça, c'était une époque où on avait besoin de se relancer. C'est un gros pari, un gros risque que tu prends et tu sors ce truc et tu vois. Au final on l'aime beaucoup, cette chanson dit beaucoup de choses mais on savait qu'il y aurait tout le côté choquant qui allait aussi faire que les gens allaient s'intéresser à nous. On n'est pas complètement aveugles là dessus. C'était une bonne chose de la sortir pour essayer de s'apporter un peu de visibilité. On est à l'aise avec ce que ça dégage, tant sur le fond que la forme. A partir du moment où on est à l'aise avec notre propos ça va...

 


© Droits Réservés

 

Dans vos univers multiples, en dehors de la musique, il y a des séries, des films qui vous correspondent bien ?

Adélaïde : ça c'est dur … Je crois qu'on n'a jamais vu la même chose tous les 4. Si New Girl ! Au final c'est pas mal New Girl. C'est genre les potes qui déconnent et tout. S'ils faisaient de la musique ils ressembleraient un peu à nous.
Raphaël : Non je pense pas !
Adélaïde : Si-si je pense !

 

 

En fait vous n'êtes jamais d'accord ?

Adélaïde : Exactement. La meuf chez France Bleu nous a dit la même chose.
Raphaël : Ça dépend. On n'est pas obligés de regarder tous les mêmes films et d'écouter tous les mêmes musiques, au contraire. Mais on a quand même vu Brice 3 par exemple, vu qu'il a cassé le 2… ou les Tuche 1 et 2 qui ont inspiré notre chanson « Jean Paul ».
Adélaïde : En tous cas gros level. On est sur du cinéma d'auteur !

 

© Droits Réservés

 

Et cette nouvelle scène french pop qui se développe depuis quelques années, qu'en pensez-vous ?

C'est bien, c'est une super dynamique. On a des beaux porteurs de cette dynamique là en fait. Il y a de belles prises de risques. Pour moi, celle qui porte toute cette scène là, c'est Fishbach. Il y a eu La Femme, Feu ! Chatterton, Lescop
Mais aujourd'hui il y a une scène encore plus nouvelle.
Il y a  Fishbach et dans sa traînée, il y a tous les groupes dont on fait partie, cette pop parisienne… D'ailleurs le plateau de ce soir, c'est ça. On va retrouver d'autres artistes sur d'autres festivals, comme les Pirouettes par exemple.

 

Que pensez-vous du côté « très » parisien ?
Nous on essaye de sortir de ça mais peut être que ça a un côté très parisien oui. Mais tu vois, là on est à Bourges aujourd'hui, Dans le fond il ne faut pas se mentir, c'est très parisien. C'est une scène parisienne même si c'est en train de se démocratiser. Tous les artistes de ce soir habitent à Paris par exemple. A part Kid Francescoli qui sont de Marseille. 

INTERVIEW de KID FRANCESCOLI

 

Aux Trans, vous avez joué dans une église, est-ce qu'il y a d'autres lieux dans lesquels vous aimeriez bien jouer ?

Un sex shop ! Je crois que c'est un peu l'objectif. Faut avoir l'autorisation. Ou en plein air, dans les gros festoches.
Et puis t'as des salles parisiennes qui sont hyper cools. On va faire le Point Ephémère par exemple. On kiffe de ouf et c'est trop bien de jouer là bas. Encore une fois ça fait très parisien de dire ça mais on est contents d'aller jouer à Toulouse aussi. Il paraît que le Bikini c'est une des salles les plus agréables de France.

 

...Il paraît que c'est le meilleur catering...

Adélaïde : Ha, le catering… 
Raphaël : On nous a dit pareil de Bourges et pour l'instant on n'a rien vu. Mais sinon la salle du chantier des francos elle est sympa, surtout le cadre.

 

 

Quels sont vos projets ?

Félix : Cuisto,
Raphaël : Pizzaiolo !
Sinon, on prépare un album là. Ça sortira bientôt. On bosse dessus… On va jouer cet été et puis on lancera l'album. L'idée est de promouvoir un maximum l'EP, pour rentrer en radio, jouer un maximum, grossir le projet etc. On va essayer d'avoir un album bien béton, avec des titres qui tabassent, se perfectionner sur le live etc… et puis il y a le chantier des francos, c'est cool pour apprendre plein de trucs. On a notamment rencontré une coach du corps qui va nous apprendre à gérer ça. Ça fait 20 ans qu'ils font ça donc ils ont emmagaziné toute l'expérience des 20 années passées. Donc c'est super efficace. On en avait besoin, c'est arrivé au bon moment, là où on commençait à avoir le Printemps de Bourges, notre première date parisienne importante... Grâce en partie à ça, on a réussi à être à la hauteur de ce qu'on attendait de nous.

 

"Thérapie Taxi" disponible sur iTunes

 

RETROUVEZ THERAPIE TAXI SUR :

Facebook
Instagram
Twitter
YouTube


THERAPIE TAXI EN CONCERT :


 02.06 • L'Alternateur Niort
03.06 • Week end des Curiosités Toulouse
16.06 • Le Chantier La Rochelle
01.07 • Biches Festival Cisay Saint Aubain
07.07 • Festival Nuits Blanches Thoronet
12.07 • Le Point Ephémère Paris
13.07 • Francofolies La Rochelle

 

  • Saam WB
    (hôte)
    • 2017-04-27 10:26:34
    • 2 117 views
  • Tags - #printemps de bourges #INTERVIEW #Artist up #french pop #nouvelle vague #Thérapie taxi #le 22 #scène pop
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI