Les personnages surréalistes et poétiques de Michael Husser

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Michael Husser, alias Mika, nous fait voyager avec ses personnages disproportionnés et touchants, qui illustrent son interprétation de la réalité sur fond de poésie. De la France à la Nouvelle-Calédonie, en passant par l’Australie, Mika laisse une trace de son passage sur les murs au grès de ses voyages. La nature est au cœur de la démarche de cet artiste globetrotteur : « dans mes peintures je travaille souvent l’équilibre fragile entre l’Homme et la nature… ».

Michael Husser sera au Festival LaBel Valette du 1er au 3 septembre 2017, accompagné de nombreux autres artistes !

1 - 2 - 3 septembre 2017
3 jours - 100 steet artistes
10 000m2 de murs
36 hectares de parc arboré
2 scènes musicales - 1 urban village


INFORMATIONS PRATIQUES - 
Festival LaBel Valette
1-2-3 septembre 2017 
Château de La Valette Pressigny-les-pins - 45290
Quelques mots sur vos débuts… 
D’une formation de menuisier, en passant par des études d’arts plastiques, comment êtes-vous venu à votre pratique artistique actuelle ?
Et bien bonjour Artist Up !
On va se faire cet interview en musique non ? Je viens de découvrir ça, ça va mettre un peu d’ambiance >>> ICI.
Et sinon, il faut me tutoyer.

Oui moi qui voulais sortir de l’école au plus vite avec un BEP en menuiserie, je me vois obligé de prendre un virage dans cet itinéraire suite à une allergie. Finalement, je me relance dans ce que j’adore faire, le dessin, à travers les arts plastiques et appliqués dans le but d’être designer. Puis me voilà finalement graphiste/illustrateur indépendant ce qui me laisse le temps de me pencher sur des projets personnels comme la peinture depuis quelques années.



L'IMPASSE, Bordeaux © Tous droits réservés


Tu as eu la chance de voyager dans de nombreux pays, pourquoi avoir choisi la Nouvelle Calédonie pour y vivre et créer pendant 4 ans ?
Avant de m’arrêter en Nouvelle Calédonie, j’ai passé plus d’un an en Australie et en Asie. Sans grande attache matériel ou affective, j’ai profité d’une opportunité de travail en Nouvelle-Calédonie grâce à une amie rencontrée en Australie (Salut Julie). En quête d’une nature inconnue, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais ça a été au-delà de mes attentes, ce pays est magnifique.



LE DANSEUR DE WAA WI LÛÛ
Houaïlou | Nouvelle-Calédonie © Tous droits réservés

LOVE IS IN THE AIR
Nouméa | Nouvelle-Calédonie © Tous droits réservés


Comment les murs du Centre d’Art de la ville de Nouméa ont contribué à la suite de ton parcours ?
Je cherchais un lieu pour faire une expo, je suis allé à la rencontre de Lydie, qui s’occupait du Centre d’Art. Finalement au vu de mon travail de peinture en extérieur, elle m’a plutôt offert la possibilité de peindre sur les murs du centre d’art. C’était un superbe projet !



Le Bagnard du Centre d'Art
Nouméa | Nouvelle-Calédonie © Tous droits réservés


Qu’est-ce qui t'as encouragé à faire ta première exposition personnelle en 2015 ? Comment as-tu vécu cette expérience ? A-t-elle été un moteur pour la suite, et si oui de quelle manière ?
Et bien ce pays m’offrait énormément de choses d’un point de vue nature, mode de vie, mais un manque se faisait ressentir. Il ne s’y passait pas grand-chose du côté culturel, du moins dans ce que je cherchais. Alors plutôt que de me plaindre, je me suis dit que je pouvais tenter de rendre la monnaie à ce caillou en organisant quelque chose.
Chose faite, avec l’aide de Jean-Brice et la Province, j’organise une exposition dans un lieu magique, La Maison du Livre, une maison type coloniale avec un jardin qui représente très bien ce que peut être la Nouvelle-Calédonie à mon goût. Le potentiel était là. L’exposition était inspirée des gravures sur bambou kanaks mixées avec mes illustrations sur différents supports. On avait fait un appel à écriture sur les différentes œuvres. Carole Pfendler m’avait aidé sur la scénographie : un grand merci ! Le soir du vernissage, 600 personnes était là, une belle surprise ! En extérieur on projetait des vidéos que l’on avait faites avec Luc Mauduit et Fred Payet, « Save Our Soul » jouaient du bon jazz et Julia Paul était venue pour un set.
Donc oui, sacrée expérience pour une première. Je me suis dit que je ne le referai pas de sitôt, mais je me suis rendu compte que le travail préparatoire d’une exposition est un moment fructueux qui m’apportait une énergie pour travailler sur une série de recherches et d’essayer de nouvelles choses.



 DANCE FOR YOUR RIGHT
Nouméa | Nouvelle-Calédonie  © Tous droits réservés


C’est pendant un voyage en Australie que tu as décidé de réaliser ta première fresque… 
Qu’est-ce qui t'as poussé à sortir dans la rue pour dessiner sur les murs plutôt que dans ton carnet de croquis ?
J’avais déjà essayé le graffiti à deux trois reprises il y a 10 ans à Strasbourg mais ce n’était pas très glorieux. Je suivais pas mal d’artistes urbain mais c’était plus leur style qui m’inspirait que le fait de peindre en extérieur…
Je pense que mon coloc australien m’y avait bien poussé, il voulait absolument un de mes dessins sur le garage de son Bikeshop « Mottanaï Cycles ». J’avais vécu à Melbourne pendant 7 mois, je baignais dans cet art urbain sans vraiment penser à m’y mettre.
Mais ce rapport au grand format et à toute la dynamique et la gestuel que ça comporte me plaît énormément. Je pense que j’ose plus en extérieur. Le fait de sortir de mes pages de carnet, me confronte à un support, à un lieu, des personnes, une exhibition de mon travail qui jusque-là était alors personnel.



BEN THE FISHERMAN, Rey | Australie © Tous droits réservés


De quelle manière cet espace d’expression a influencé ta pratique du dessin ?
Ça m’a refait dessiner je pense. Je n’ai jamais autant dessiné que depuis que je peins en extérieur.

Tu réalises toujours un énorme travail sur les croquis de recherches. Pourquoi accordes-tu une telle importance à cette étape de la création ?
Peut-être tout simplement parce que j’adore dessiner. Il faut que je pose des idées sur papier. Les trois quarts n’arriveront pas à retranscrire ce que j’ai derrière la tête, mais il y a ce petit quart qui méritera un essai en peinture. Je ne vais jamais trop loin dans l’esquisse, je veux laisser une chance au travail sur le mur d’y apporter quelque chose de plus.  
Je reste un grand enfant, un Bic et une feuille blanche et je suis tranquille au fond d’une pièce. Même si la source d’idée peut-être une photo, je dois passer par le dessin afin d’y ajouter ma touche d’interprétation.



Le Birdmaker
Acrylique et crayon sur planche en bois © Tous droits réservés

Acrylique et crayon sur planche en bois © Tous droits réservés


De quelle manière jongles-tu entre les différentes techniques, selon si tu créé dans la rue ou en atelier ?
En arrivant devant un mur je veux retranscrire la spontanéité que j’ai eu lors du croquis, mais ce que le croquis n’a pas c’est la matière, la couleur. Dans la rue j’adore la rapidité et l’efficacité qu’offrent les outils comme la bombe ou le rouleau. La peinture en extérieur me permet d’avoir plus de dynamique, de matières, d’incertitude, d’accidents.  
Pour mon travail sur des supports plus petits, j’aime retourner à un esprit plus méticuleux.  Finalement ces différentes techniques ne sont pas hermétiques, elle se nourrissent mutuellement. De la grande cuisine !

Sur chacun de tes graffs, on retrouve des personnages disproportionnés, et parfois grotesques… s
ont-ils à l’image de ton représentation de la réalité ?
Peut-être, ou alors ils sont une échappatoire à tout ça.



Taxi Driver © Tous droits réservés

THEY USES TO PLAY WITH US, Bordeaux © Tous droits réservés


Qui sont-ils ? Doù viennent-ils ? Que te permettent-ils de mettre en lumière ?
Ils sont un peu moi, un peu l’autre je suppose. Ils viennent d’une bonne macération d’essais et de recherches je pense, je ne saurais pas vraiment les expliquer. Ils me permettent d’accentuer une attitude, une émotion en tout cas.

Y a-t-il d’autres sujets que tu as envie d’aborder ou qui t'inspirent ?
Hormis notre rapport à la nature, ces derniers temps je traitais un peu de notre dépendance clairement excessive aux nouvelles technologies. Il y a des choses qui m’attristent, ou m’énervent, mais je n’arrive pas toujours à trouver les idées pour les traiter. Du coup pour positiver sur tout ça j’essaie d’y apporter un peu de poésie.



 TROPICAL AUTUMN, Bordeaux © Tous droits réservés
Détails, Bordeaux © Tous droits réservés


En septembre prochain tu participes au Festival LaBel Valette. Qu’est-ce que cet événement représente pour toi, et comment l’appréhendes-tu ?
Une très bonne occasion de rencontrer du monde, de voir le travail d’une centaine d’artistes, de partager un bon moment au-delà de la peinture. Ce sera l’occasion de repeindre aux côtés de Jef notamment, que j’avais rencontré au Shake Well de Bordeaux l’année dernière. 
Je ne sais toujours pas ce que je vais y produire, mais j’ai envie d’avoir une autre approche par rapport au support. Je ne suis plus face à un mur, mais au beau milieu d’un espace… Dans tous les cas ce sera que du plaisir.

Quelles sont tes envies, projets pour la suite ?
Mes envies ? Plein ! Continuer à peindre ici et ailleurs, participer à des projets avec différents artistes, continuer à mélanger travail et passion, faire pleins de BBQ cet été après une bonne session de kitesurf et voyager tiens !
Mes projets ? Cet été va être gentiment occupé. Je suis invité à Vannes en mai pour une jam et au Luxembourg en juin pour le festival Kufa’s Urban Art. Le reste, on verra.
Voilà, il n’y a plus de question, je vais pouvoir aller me coucher. J’espère que cette lecture musicale n’aura pas été des plus ennuyeuse.

Merci Artist Up.


SUIVEZ LES ACTUALITES DE MICHAEL HUSSER :


- Artistes sélectionnés pour le Festival Label Valette - 
à la date du 1er avril 2017 :
 
Joachim Romain - INTERVIEW SUR ARTIST UP
Kronyk
Michael Husser
Snake
Noon
Combo
Thym'Art
Daco
JEF
Yakes
Asto
Softwix
Emar
100 Pression
Jérôme Mesnager
Moins 12 Prod
French
Igy Clouin
Chakaligraff
Tom Herck
Ox-Alien
Falk Land
Ives Ones
Said Dokins
Bier en Brood
Smok
Chemis
Sys
Licia Santuz
MC Baldassari
BustArt
Lapiz
Ringo
Mark Gmehling
Vegan Flava
Mehsos
Serge KB
Dopie
MrX
....
  • Chloé Guyot
    (hôte)
    • 2017-05-17 09:23:10
    • 1 752 views
  • Tags - #festival #Graphiste #dessin #bordeaux #peintre #graphic designer #illustrateur #streetart #Festival LaBel Valette #Michael Husser #Mika
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI