Rencontrez Daco et ses animaux d'une autre dimension

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Daco trouve ses marques dans le graffiti à l'age de 17 ans et très vite, il sera attiré par le Wildstyle. On retrouve chez cet artiste des fresques au style déstructuré et éclaté, qui lui sont propres.

Adepte des friches et des gros murs, Daco déploie son identité visuelle dans différents pays comme la France, le Chili, la Suisse, l’Espagne… et j’en passe !
Il sera présent lors du Festival LaBel Valette, du 1er au 3 septembre prochain : « Redonner une seconde vie à un lieu plus ou moins mis à l’écart, tel que le domaine de la Valette, est intéressant et valorisant pour un artiste... » !

1 - 2 - 3 septembre 2017
3 jours - 100 steet artistes
10 000m2 de murs
36 hectares de parc arboré
2 scènes musicales - 1 urban village
 

INFORMATIONS PRATIQUES -

Festival LaBel Valette
1-2-3 septembre 2017 
Château de La Valette Pressigny-les-pins - 45290

 Un animal et un graff © Tous droits réservés


Vous dites avoir fait vos premiers graffs (vandales) à l’âge de 17 ans, accompagné de vos amis. Comment vous êtes-vous tourné vers ce moyen d’expression ?
Je dessine depuis tout petit, et le format papier commençait à me limiter, c’est au lycée d’art appliqué que j’ai rencontré des gars qui peignaient et, un pote qui peignait depuis peu m’a initié plus ou moins, évidemment comme tout graffeur j’ai fait de la lettre alors que sur papier je n’en faisais pas trop.

Qu’avez-vous ressenti lors de cette première session de graffs ?
C’était un peu le stress, le débutant qui ne sait pas ce qu’il allait faire et comment il allait le faire.



© Tous droits réservés


Comment êtes-vous passé du lettrage classique au WildStyle ?
Ça a mis du temps, mais il fallait trouver mon propre style et quelque chose d’esthétique. Cartonner les villes et tous les supports qui passaient avec des lettrages pourris ok mais bon, à la longue… et un jugement au tribunal, je voulais passer à autre chose et avoir des pièces plus abouties. Et puis j’avais 20 ans.



© Tous droits réservés
© Tous droits réservés


Quels médiums avez-vous l’habitude d’utiliser ?
Beaucoup de spray et d’acrylique, puis tout ce qui passe par là.

Comment la série « graffaune » est-elle née (de l’idée, en passant par le titre, aux premières fresques…) ?
J’avais envie de partager autre chose que du lettrage pour quelque chose qui parle plus aux gens, et je me suis tourné vers les animaux car je trouvais que l’humain était beaucoup repris en graff. Au début je faisais un graff / un animal, puis je voulais limiter ma série à la faune. L’idée était de retrouver le style graphique de mes lettrages sur des animaux que je retravaillais. J’avais trouvé comme idée de thème le nom de « Graffaune » (contraction de graffiti et faune), puis finalement c’est resté ma marque de fabrique. Je l’ai imposé aux yeux des passants dans les rues des villes, et l’accueil était bon.



Graffaune © Tous droits réservés

Graffaune © Tous droits réservés


Qu’est-ce qui vous a inspiré pour donner à cette série un style aussi personnel : à la fois punk, esthétique et géométrique ?
J’ai commencé par travailler mes animaux comme mon style graphique dans mes lettrages, puis j’ai voulu leur donner une autre dimension pour éviter qu’on les reconnaisse au premier coup d’œil, donc je rajoutais des pics, des éléments géométriques, des volutes, etc… pour qu’ils soient esthétiques et dynamiques (il y avait ce dessin animé les dino riders où les dinosaures portaient des armures avec des armes, je kiffais ce dessin animé).
Aujourd’hui j’ai simplifié et épuré mes animaux avec des formes uniquement géométrique et des gros aplats de couleurs en conservant au mieux ce dynamisme.



Graffaune © Tous droits réservés


Comment choisissez-vous vos lieux d’expressions (murs, friches, pays, etc.) ?
Je ne choisis pas, je pose là où je peux quand je peux. Tout me va.

De quelle manière ces lieux influencent-ils votre processus de création ?
Si on m’impose un lieu ou une surface, j’essaye de trouver un animal qui s’adapte juste dans la forme du support.



Graffaune © Tous droits réservés


Vous avez été invité à venir peindre sur différents supports : une caravane pour La braderie de l’art, un container pour MyStreetArtParis ou encore un mur de 7 mètres pour le Street Art City… 
Votre démarche artistique est-elle la même pour chacun de ces supports ?
Est-ce que vous préparez votre travail avant ces événements ou est-ce du freestyle ?
Oui ma démarche est la même, je ne pars pas en freestyle car j’ai un temps donné lorsque je suis invité comme pour ce genre d’évènements pour réaliser mes peintures. J’ai un carnet rempli de sketch d’animaux donc ensuite je m’adapte.
Pour la braderie j’avais une demi-journée. Pour le container idem (la nuit est vite tombée). Pour Street Art City j’avais 2 jours.



Graffaune, Roubaix © Tous droits réservés


Y a-t-il un message que vous souhaitez apporter au public à chacune de ces manifestations ?
J’essaye d’apporter une nouvelle lecture des choses, ici en l’occurrence avec mes animaux, de par les formes et les jeux de couleur. J’aime que l’œil du spectateur se balade plusieurs fois et vois de nouveaux détails, c’est ce qui me plait dans le travail d’autres artistes, de ne jamais se lasser à regarder une peinture.



Graffaune © Tous droits réservés


Vous participez au Festival LaBel Valette en septembre prochain… Amateur de friches et de « gros murs », qu’est-ce que cet espace de création vous inspire ?
Pour le Festival Label Valette, ce n’est pas un mur mais une pièce entière à créer, j’ai déjà mon idée. Pour ce qui est du lieu en général, comme pour des friches abandonnées où le graffiti a poussé au fil du temps comme la végétation pour envahir l’espace, on va redonner vie à un lieux ou le temps s’est arrêté, c’est très excitant. J’ai hâte de voir le avant/après.

Le propriétaire de la Valette souhaite faire du domaine un espace intergénérationnel et participatif – que pensez-vous de la démocratisation de l’art urbain et cet événement en particulier ?
Pour des artistes, avoir l’opportunité d’avoir ce genre de lieux pour s’exprimer est important. Nous avons l’habitude de trouver par nous-mêmes des lieux abandonnés pour nous exprimer, mais les gens de tous milieux et générations ne vont pas dans ces lieux, donc c’est bien de donner une visibilité à cela je pense.



© Tous droits réservés


Cet événement va accueillir de nombreux artistes de street art, mais également des musiciens. Avez-vous déjà eu l’occasion de faire des collaborations (avec des artistes du festival ou d’autres) ?
En tant que graffeur, j’ai déjà peint à plusieurs et fais des collabs, mais j’aime bien faire mon truc à moi « trankilou » aussi.

Ce festival s’inscrit comme l’un des grands temps forts du street art en 2017. Avez-vous d’autres projets futurs dans votre agenda ?
Oui je suis invité au Festiwall à paris le 20 et 21 mai prochain sur le canal de l’Ourc, où je ferais une peinture. Puis il y aura une exposition avec une peinture sur plâtre organisée. Une vente aux enchères avec la maison Kioby qui présentera deux de mes œuvres sur toile. Une vente aux enchères avec projet plus action bientôt également. J’ai aussi un solo-show à paris à venir avant l’été.
Une exposition et une fresque pour le lancement d’un champagne en septembre (avec la galerie Akiza). Et enfin, une exposition à paris prévue pour 2018 ainsi que des invitations à des festivals en 2018 également.


SUIVEZ LES ACTUALITES DE DACO :

PAGE FACEBOOK

SITE OFFICIEL


- Artistes sélectionnés pour le Festival Label Valette - 
à la date du 1er avril 2017 :
 
Joachim Romain - INTERVIEW SUR ARTIST UP
Michael Husser - INTERVIEW SUR ARTIST UP
Kronyk
Noon
Combo
Daco
JEF
Yakes
Asto
Softwix
100 Pression
Jérôme Mesnager
Moins 12 Prod
French
Igy Clouin
Chakaligraff
Tom Herck
Ox-Alien
Falk Land
Ives Ones
Said Dokins
Bier en Brood
Smok
Chemis
Sys
Licia Santuz
MC Baldassari
BustArt
Lapiz
Ringo
Mark Gmehling
Vegan Flava
Mehsos
Serge KB
Dopie
MrX
....
  • Chloé Guyot
    (hôte)
    • 2017-05-17 09:22:06
    • 1 404 views
  • Tags - #animaux #streetart #graffitis #wildstyle #Festival LaBel Valette #Daco #graffaune
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI