Les pièces poétiques et émouvantes d'Hamid Ben Mahi

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité


A travers les questionnements sur l’identité et l'histoire personnelle, Hamid Ben Mahi - chorégraphe de la Compagnie Hors Série - emmène la danse hip hop vers un genre nouveau....
De cette urgence d’exprimer l’identité profonde de l’individu, naissent des pièces à la fois sensibles et graves, poétiques et émouvantes, empreintes d’humilité et accessibles à tous.
Toujours dans une volonté de faire disparaître les frontières et faire taire les clichés,Hamid Ben Mahi créé régulièrement des passerelles artistiques à l’occasion de performances, pour faire émerger derrière chaque rencontre une nouvelle aventure artistique.
Hamid Ben Mahi présente sa dernière création, IMMERSTADJE : une pièce légère, poétique et ludique !
En tournée à partir du 20 septembre prochain...



Hamid Ben Mahi © David Bert


De quelle manière votre intérêt pour la culture hip-hop est-il apparu et comment s’est-il développé ? Quelles sont les grandes étapes de votre parcours ?
J’ai découvert la danse hip hop grâce à une émission de télévision dans les années 80. Je me suis alors mis à m’entrainer et à pratiquer avec mes amis. C’était la grande mode à l’époque !
J’ai commencé par la gymnastique acrobatique. J’ai travaillé par la suite pour plusieurs groupes de chanteurs, de rap, de comédies musicales, ce qui m’a amené à faire des formations et à partir chez Rosella Hightower et Alvin Ailey.
J’ai fait quelques rencontres également avec des chorégraphes comme Philippe Decouflé, Kader Attou ou encore Michel Schweizer.




Quelles sont les rencontres qui ont influencé, inspiré votre style artistique ? Comment le définiriez-vous aujourd’hui ?
La rencontre qui a vraiment marqué le travail de ma compagnie, est celle avec Michel Schweizer. On a créé ensemble un solo appelé « Chronics ». C’est à partir de ce travail de paroles directes autobiographiques que j’ai créé une dizaine de spectacles qui s’inspirent de cette rencontre.
Je dirai que mon style est un hip hop documentaire, identitaire, autobiographique, politique. Il y a également ce côté « urgence », de parler du présent.



Chronics © Patrick Veyssières

Chronics © Patrick Veyssières


Pouvez-vous nous en dire plus sur la création de la Compagnie « Hors-Série » en 2000 ? Comment se projet s’est-il monté ? Comment vous est venu le nom ?
En 2000, je ne pouvais pas forcément intégrer de compagnie de danse hip hop car ils n’en existaient pas beaucoup. J’étais donc un peu dans l’obligation de créer ma propre structure et mon propre projet.
Au tout début j’étais dans une compagnie appelée « Révolution », on avait un collectif. En se séparant de ce projet, j’ai eu envie de monter ma compagnie. C’est cette même année que j’ai créé ma première pièce, « Edition spéciale ».
Pour le choix du nom, je voulais être en marge, atypique et différents des autres compagnies déjà existantes. « Hors-Série » était une manière de sortir du lot.



APACHE © Cie Hors Séries


Que voulez-vous raconter dans vos chorégraphies ?
Dans mes chorégraphies je parle du quotidien, je donne la parole aux danseurs sur qui ils sont, d’où ils viennent, pourquoi ils sont sur scène, qu’est-ce qu’ils ont à dire… c’est une manière de questionner le public, de le faire réfléchir.
A une époque je ne voulais pas faire forcément du beau, de la poésie… je voulais un spectacle qui puisse s’imprégner dans les esprits, qui puisse questionner, avec lequel on pouvait amener un débat à la fin de la pièce. Ça m’intéressait de pouvoir dialoguer avec le public à la fin pour pouvoir répondre aux questions posées pendant le spectacle.

Qui sont les danseurs qui vous accompagnent dans tous vos spectacles ? D’où viennent-ils ?
A l’époque, je faisais beaucoup de projets autour de l’identité des rencontres que je pouvais faire (à Nantes, à Paris, en Afrique du Sud, en Algérie…), donc ce ne sont jamais les mêmes danseurs présents dans mes spectacles. Mais depuis 3-4 créations, il y a certains danseurs qui sont fidèles et que l’on retrouve dans mes pièces.



Teaser TOYI TOYI © Cie Hors Série / Hamid Ben Mahi


Vous avez créé en 2000 la chorégraphie « La géographie du danger »… Pourquoi avoir choisi d’adapter le roman d’Hamid Skif ? Comment s’est faite votre rencontre ?
Je voulais faire un nouveau solo, parler de la solitude et de l’enfermement. C’est alors que je suis tombé sur le roman « La géographie du danger » d’Hamid Skif, qui parlait d’un sans papier isolé dans son appartement.
Je voulais parler de l’histoire de cet homme après sa traversée : comment il arrive à vivre 5 ans dans un pays, sans papiers, obligé de se cacher… comme-ci il n’était plus vraiment quelqu’un d’humain, avec une identité, un nom et un prénom. Il devient comme un parasite….



La Géographie du danger © Laurent Philippe

La Géographie du danger © Laurent Philippe


Quels sont les thèmes abordés dans cette œuvre ? Quelle(s) sensation(s) souhaitiez-vous susciter ?
A cette époque j’utilisais mon histoire personnelle dans mes créations et je voulais en sortir, donc j’étais intéressé par le fait de jouer et d’interpréter un autre personnage. Je me suis donc lancé dans cette aventure, en découpant le texte, à le faire résonner en direct tout en l’enregistrant.
C’est seulement lors de la première du spectacle que j’ai invité Hamid Skif à venir découvrir le spectacle. Il fût très surpris car il ne s’imaginait pas que son roman pouvait se danser.
Je voulais que le public se questionne sur soi, sur le « vivre ensemble », sur le monde qui nous entoure. Je voulais que ce spectacle fasse office de « caisse de résonnance », pour interpeller, interroger, questionner et en parler différemment que les médias.


La Géographie du danger © Laurent Philippe


Vous préparez actuellement une nouvelle création intitulée « IMMERSTADJE »…
Quelle est la signification de ce mot ? A quel(s) univers cette pièce renvoie-t-elle ?
« IMMERSTADJE » est un mot inventé. Mais si on le décompose, « immer » signifie « toujours » en allemand et « stadje » est un « lieu-dit » en néerlandais. Il y a également « immersion » dans ce titre. En fait « IMMERSTADJE » est un monde inventé.
Pour moi ce mot correspond à un lieu que j’ai inventé dans ma tête, un endroit où l’on peut tout faire : s’amuser et jouer car en tant qu’adultes, on oublie parfois que l’on peut s’amuser comme on le faisait quand nous étions des enfants.
C’est un peu une pièce pour sortir de toutes les questions politiques, engagées… suite aux derniers événements qui ont eu lieu en France, je ne voulais plus parler de quelque chose de négatif. J’avais envie parler de quelque chose de plus léger, de plus poétique, de plus ludique.



IMMERSTADJE © JP Marcon


Cette chorégraphie sera réalisée sur des rollers – Pourquoi ce choix ?
Je n’avais pas envie de répéter ce que l’on voit aujourd’hui ou ce que l’on a pu voir dans les années 90 et 2000. C’est important pour moi, en tant que créateur, d’essayer d’inventer, d’innover et de prendre des risques. Le fait d’être sur des rollers, c’est une manière de changer le mouvement, d’inventer différemment la danse que je pratique depuis 12 ans. Ces rollers sont un outil qui me permet de creuser et chercher de nouvelles pistes.

Quels sont les premières dates à venir ? Une tournée est-elle prévue… ?
Nous avons déjà prévu une quinzaine de rendez-vous pour la saison prochaine. La tournée va commencer à la Rochelle (la première en septembre), ensuite nous serons au FAB à Bordeaux (au mois d’octobre), puis ça va s’enchaîner à Tremblay en France, Périgueux, Arcachon…
Merci !



IMMERSTADJE © JP Marcon


IMMERSTADJE EN TOURNEE :
20/09/2017 : Centre Chorégraphique National de La Rochelle (17)
23/09 : Festival 3D - Théâtre Louis Aragon - Tremblay en France (93)
17-18/10/2017 : FAB - Le Carré - Les Colonnes - St Médard-en-Jalles (33)
28 novembre 2017 : Le Liburnia - Libourne (33)
12-13/12/2017 : Scène Nationale du Sud Aquitain - Bayonne (64)
14/12/2017 : Théâtre Olympia - Scène conventionnée d’Arcachon
01/02/2018 : L’Odyssée - Scène conventionnée de Périgueux (24)
7 avril 2018 : Espace culturel Michel Manet - Bergerac (24)
15 mai 2018 : Les 13 Arches - Brive-La-Gaillarde (19)
17 mai 2018 : Théâtre des Carmes - Langon (33)
19/05/2018 : Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis - MC93 - Bobigny (93)
26 mai 2018 : Théâtre de Fos-  Fos-sur-Mer (13)


RETROUVEZ LES ACTUALITES D'HAMID BEN MAHI :
  • Chloé Guyot
    (hôte)
    • 2017-07-04 08:52:29
    • 1 399 views
  • Tags - #hiphop #danse #horsséries #hamidbenmahi #immerstadje #chronics
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI