L'immersion californienne de TALISCO avec 'Capitol Vision'

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Après le succès international de "The Keys", Talisco revient avec "Capitol Vision", un deuxième album qui sent bon la Californie. Cet amoureux de Los Angeles a souhaité relater une partie de ses expériences vécues là bas, et nous faire part de son amour pour cette ville riche de sa diversité. Avec "Capitol Vision", album plus pop que le premier, l'artiste français a voulu raconter des histoires vraies, passionnées et habitées... 

Rencontre avec Talisco, à l'occasion de la dernière édition du Printemps de Bourges.

 


"Capitol Vision" disponible sur iTunes 

 

Tu tournes beaucoup à l'étranger, c'est cool de revenir en France ?

Ah oui, moi j'aime ça tourner en France. Dans chaque endroit on a un public qui est très différent. En France c'est vraiment un public très large. Ce sont des gens qui nous suivent depuis le départ donc c'est vraiment cool.

 


© Jérôme Ghern

 

Il y a un pays dans lequel tu sens que ta musique est particulièrement appréciée ?

En Allemagne oui. En Allemagne, on a un public qui est très différent. Il est beaucoup plus averti, c'est un public d'album. Ce ne sont pas des gens qui viennent uniquement pour un titre, ce qui peut arriver dans notre pays... Là ce sont vraiment des gens qui écoutent et qui connaissent l'album. Il y a vraiment une culture musicale qui est très présente. Le public est plus investi dans l'album et dans le projet global.

 

 

Dans ce dernier album, tu dis parler d'histoires vraies… ?

Pour le premier album je me suis vraiment projeté dans des espèces de fantasme, d'imaginaire. J'ai construit cet album autour de ça. Là j'ai vécu plein de trucs avec le groupe, on a tourné partout, on a vécu plein de choses, j'ai pris les moments les plus forts. Pour chaque moment fort, j'écris une chanson autour de ça. Ça parle des moments à Los Angeles, pendant une soirée par exemple. Je parle d'une rencontre que j'ai faite quand j'étais dans le Nevada, je parle de plein d'anecdotes comme ça, un peu improbables et extraordinaires. C'est vraiment tiré d'une réalité.

 


© Jérôme Ghern

 

Tu vis un peu une histoire d'amour avec Los Angeles… 

Oui, c'est très cool quoi. C'est la ville de tous les clichés… Il y a vraiment 3 clichés aux Etats Unis : New-York, Miami et Los Angeles. Moi, j'ai un énorme kiffe pour Los Angeles depuis que je suis gamin. J'ai eu la chance d'y aller une fois, deux fois, trois fois pour la musique… Au final j'ai rencontré du monde, et puis je m'y suis plu, et j'ai passé du temps là bas.
Je suis tombé amoureux de cette ville pour plein de raisons. Le climat est proche du climat méditerranéen, c'est très agréable… ça parle espagnol, les gens sont super cool, il y a une culture très large… Tu te sens plus libre en terme de création, en tous cas moi ça me donne de l'énergie.

 

 

Comment est-ce que tu travailles, tu es un passionné de matos par exemple… ?

Oui j'aime bien ça. J'adore tout ce qui est matos. Je suis toujours en train d'acheter des synthés, de les revendre, d'acheter des guitares, les refaire, de les démonter etc… je passe un temps infini. Ça coûte moins cher que les bagnoles d'être passionné d'instruments ! A
près, ma principale source de travail, c'est l'ordinateur. Je bosse comme un mec qui fait de l'électro en définitive, parce que je suis tout seul. Je travaille avec Ableton etc… Après mes sources, ce sont vraiment des sources externes.

 


© Jérôme Ghern

 

Quel regard tu as sur la scène pop-electro en France ?

J'aime beaucoup la pop déjà. J'écoute énormément de musique, ça passe de trucs très étranges à des choses beaucoup plus simples, beaucoup plus pop. En France, il y a des trucs qui sont cool, d'autres qui m'intéressent moins, mais je n'ai jamais porté un regard sur ce qui se passait en France.
Il y a des groupes que j'écoute, et je découvre seulement après qu'ils sont français en fait. Sur mes playlists, il y a plein de groupes, après est-ce que ça vient des Etats Unis, de la France, de l'Angleterre, je ne sais pas trop. Ce que je vois, ce que je ressens et ce qui est cool, c'est que quand tu fais des festivals d'un pays à l'autre, c'est différent. Les choses sont abordées de manière différentes.

 

 

Tes morceaux sont beaucoup remixés par des DJ. Quelle relation as-tu avec ces différents artistes ?

J'aime bien quand les artistes font ça. En plus, il n'y a rien de très formel dans le remix. Il y a 80% des mecs qui vont s'emparer de tes pistes -comment j'en sais rien – et qui vont faire un remix. J'ai pas de problème avec ça. Après si je dois le « supporter », c'est à dire le mettre en avant, là je vais vraiment regarder... Souvent le remix d'un morceau il ne t'appartient plus, c'est quelqu'un qui se l'accapare et qui s'éclate avec. Moi-même je le fais, et j'aime l'idée de faire n'importe quoi d'un morceau original.

 

Bourges, c'est une étape pour toi ?

Bourges c'est très cool, un peu réducteur de dire que c'est une étape, quand on a démarré le projet, on a commencé par Bourges, et c'était assez cool. Je suis hyper content d'être ici, on joue sur une très belle scène, ça va être chouette et j'ai hâte de jouer, c'est un joli passage.

 


© Jérôme Ghern

 

Quels sont tes projets pour la suite ?

Le 2ème album prend beaucoup de temps. La tournée s'étale pas mal en Europe. Là je pars à Los Angeles pour rencontrer des artistes. Après j'ai des side-projects. C'est un peu tôt pour en parler aujourd'hui.
J'ai un peu plus la casquette de producteur, j'aime bien ça, je suis très à l'aise avec ça. J'aime l'idée de juste faire la musique pour quelqu'un, je trouve ça super cool. La collaboration, c'est un truc qui est hyper excitant. Tu n'as pas l'impression de tout porter sur toi, où tu n'as pas cette pression. Là tu fais juste de la musique, tu t'éclates et basta.

 

"Capitol Vision" disponible sur iTunes

 

RETROUVEZ TALISCO SUR : 

Facebook
Twitter

TALISCO EN CONCERT :

23.06 • Rock In Evreux
24.06 • Festil'Eté Chatou
30.06 • Festival Rencontres en Racines Audincourt
01.07 • Main Square Festival Arras
06.07 • Forum Grimaldi Monaco
07.07 • Festival Plane'R Colmbier Saugnieu
08.07 • Festival Lost In Limoges Couzeix
13.07 • Festival Les Vieilles Charrues Carhaix
14.07 • Les Francofolies La Rochelle
15.07 • Festival Saint Rock La Clayette
16.07 • Festival Musilac Aix Les Bains
18.07 • Arène de Nîmes
28.07 • Festival Les Escales Saint Nazaire
02.08 • Festival Eté à Pau
08.08 • Festival Porto Latino Saint Florent

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2017-06-09 10:46:27
    • 1,112 views
  • Tags - #pop #Los Angeles #printemps de bourges #INTERVIEW #Artist up #nouvel album #talisco #elecro
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI