Koralie : artiste plasticienne urbaine aux multiples talents...!

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité



Koralie est à la fois artiste plasticienne et artiste urbaine originaire de Montpellier. Elle puise son inspiration dans ses nombreux voyages, des différentes cultures et traditions des pays du monde : des costumes folkloriques aux monuments emblématiques, qui offrent une richesse esthétique, une variété de symboles propres à chacun. Elle s’amuse à abattre les frontières en mélangeant des éléments de ces différentes origines et souhaite créer une harmonie multiculturelle onirique.
D’abord directement aux pinceaux sur les murs, elle a ensuite réalisé ces personnages à l’ordinateur pour assouvir son désir de symétrie, qu’elle imprimait en noir et blanc et colorait à l’acrylique pour les coller sur les murs. 
Aujourd’hui, Koralie créé des éléments graphiques en pochoirs, ce qui lui permet d’allier création à l’ordinateur et réalisation à la peinture, qu’elle va accoler, multiplier, juxtaposer, assembler...
Elle agence ces éléments harmonieusement et selon son humeur, ce qui lui permet de retrouver une spontanéité de création. Suivez-nous pour en savoir plus...



South Africa © Koralie


A partir de 2000, en peignant très régulièrement sur les murs de Montpellier, Koralie se fait remarquer car son travail est différent des graffitis que l’on peut déjà voir dans la rue. Elle ne peint pas à la bombe mais à l’acrylique et au pinceau, elle ne fait pas de lettrages mais des personnages très féminins, elle est la première et seule fille activiste dans cette ville et une rare en France.  
Elle s’inscrit dans le mouvement « street art » et « post-graffiti » sans le savoir, car ces termes ne sont pas encore utilisés à l’époque, très peu reconnu dans le milieu de l’art et plutôt dénigré en général. Mais depuis quelques années, ce mouvement se démocratise, il suscite un plus grand intérêt des passants, des collectionneurs et des commanditaires.
Elle paraît dans de nombreux ouvrages références comme les The art of rebellion de C. Hundertmark, les encyclopédies de l’illustration Pictoplasma de P.Thaler et L.Denicke, Planéte graffiti, version fille de N. Ganz ou les 100 artistes du street art aux éditions De La Martinnière.
Elle fait la couverture de nombreux magazine : Modart, Redux, Graffiti art, Kingbrown, Féfé, Cutout
En 2007, le célèbre magazine Juxtapoze lui consacre 8 pages et en 2014 son travail est utilisé comme référence dans Artes 1, livre d’enseignement d’art au Brésil.




Paris - Gare du Nord © Koralie


Paris - Ministère de la Culture © Koralie


Koralie puise son inspiration de ses nombreux voyages, des différentes cultures et traditions des pays du monde : des costumes folkloriques aux monuments emblématiques, qui offrent une richesse esthétique, une variété de symboles propres à chacun. Elle s’amuse à abattre les frontières en mélangeant des éléments de ces différentes origines, traditionnels et contemporains, et souhaite créer une harmonie multiculturelle onirique.




Sri-Lanka - Hikaduwa  © Koralie


Thaïlande -Bangkok © Koralie

New-York © Koralie et Supakitch


Ses premières influences sont pour le Japon. Enfant des années 80, elle est bercée par les mangas et est fascinée par leur esthétique et leurs héroïnes excentriques aux cheveux longs et colorés. Puis elle découvre l’univers des Geishas, ses femmes qui excellent dans les arts et perpétuent des traditions ancestrales dans de sublimes tenues. Elle décide de juxtaposer ces deux mondes qui s’opposent côte à côte.
Elle créé ainsi un personnage hybride entre extravagance et pudeur en mélangeant des codes traditionnels et contemporains. Petit à petit elle intègre des inspirations d’autres continents et époques (une chevelure à la Marie-Antoinette, des parures de Cléopatre, des accessoires de la comedia del arte…).
Elle appelle son personnage : la Geishka , amalgame de geisha et matriochka, qu’elle ballade de toile en mur.



Londres © Koralie

Frankfort - 30 ans Posca © Koralie


«  Peindre sur les murs des villes du monde entier, comme un échange entre le fait de laisser son empreinte et de repartir avec l’inspiration que m’a apporté le lieu ».
D’abord directement aux pinceaux sur les murs, elle a préféré par la suite réaliser ces personnages à l’ordinateur pour assouvir son désir de symétrie, qu’elle imprimait en noir et blanc et colorait à l’acrylique pour les coller sur les murs.
Aujourd’hui, elle crée des éléments graphiques en pochoirs, ce qui lui permet d’allier création à l’ordinateur et réalisation à la peinture, qu’elle va accoler, multiplier, juxtaposer, assembler bref agencer harmonieusement et selon son humeur au moment d’agir sur le mur, ainsi elle retrouve une spontanéité de création. Cette technique est différente du pochoir traditionnel des pochoiristes qui créent le visuel final en amont.
Elle est intervenue sur les murs des quatre coins du monde, commandité ou de façon illégale : Tokyo, New York, Berlin, Barcelone, Lisbonne, Florence, Rome, Copenhague, Paris, Philadelphie, San Francisco, Saïgon, Los Angeles, Big Sure, Hikkaduwa, Anglet, Amsterdam, Bangkok, Montpellier, Bordeaux, Isle de Sky, Londres, Cape town …




Los Angeles - Big weaving © Koralie


Los Angeles - Venice © Koralie


Elle explore également le domaine de la photographie. En 2007, une première série de photos particulièrement sensuelles d’inspiration Shibari. En 2012, elle présente son “SMOVAM project”, photos de chevelures tressées et entrelacées au rendu organique / géométrique. Puis à partir de 2012, elle s’intéresse à la reconstitution de paysages et d’architectures quelle photographie lors de ses voyages, pour en faire des univers surréalistes.




Montpellier - Moulin © Koralie et Supakitch


Montpellier - Villa Rouge © Koralie


C’est grâce à des expositions solo qu’elle se réalise et exprime au mieux toutes les facettes de son travail. L’ensemble des œuvres (toiles, collages, sérigraphies, sculptures, photos…) créé une installation, ainsi on entre dans son monde en trois temps : la globalité de l’exposition, la focalisation sur une œuvre, la ballade dans les détails.

Les éditions Pyarmyd éditent 2 livres présentant le travail de Koralie.
En 2014 le « Black color book » co-écrit par Anne Gauthier et Sarah Mattera est un cahier d’activités présentant son univers et celui de SupaKitch.
En 2015 elle réalise un recueil d’illustration : « Le carnet de dessins à colorier (ou non) de Koralie » .




Paris - Pavillon des canaux © Koralie

SUIVEZ LES ACTUALITES DE KORALIE :

BLOG

FACEBOOK

PINTEREST

INSTAGRAM

SHOP

TWITTER

 

  • Chloé Guyot
    (Owner)
    • 2017-07-12 11:11:36
    • 4,831 views
  • Tags - #graffiti #montpellier #photographies #Sculpture #fresques #streetart #Koralie #supakitch
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI