Les illustrations joyeusement morbides d'Elzo Durt

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Elzo Durt, artiste graphiste Belge, commence à innonder la Belgique d'images psychédéliques et punkoïdes dès 2003, à sa sortie de l'ERG (Ecole de Recherche Graphique).
Il trace sa route petit à petit, réalisant des créations graphiques pour de nombreux groupes et labels. 
L’univers joyeusement morbide d’Elzo se décline aujourd’hui sur des covers de magazines, des affiches de festival, des pochettes de disques, mais aussi dans des journaux comme Le Monde. Avec ses œuvres imprimées en sérigraphie, il a sillonné toute l’Europe, traversant même l’Atlantique pour exposer aux États-Unis.
Elzo nous en dit plus sur son parcours et livre ses secrets pour croiser avec autant d'habileté le pop art, graphisme, et illustrations trash... pour un rendu des plus efficaces !



© Elzo Durt


Peux-tu nous parler de tes débuts ? Comment est né ton intérêt pour le dessin et l’illustration ?
J’ai toujours été baigné dedans à travers les BD, les livres à la maison et les disques. J’en achetais beaucoup, je regardais les pochettes de disques et j’écoutais la musique et très vite j’ai su que j’avais envie de faire ça...!

Quels médiums utilises-tu ? Peux-tu nous en dire plus sur la technique et les supports utilisés ?
Je fais une sorte de collage : j’ai un scanner, un ordinateur, pleins de bouquins et je pique des morceaux, j’assemble, je colorie et je compose ! Je ne dessine pas et il fallait trouver un moyen de « dessiner sans savoir dessiner ».


© Elzo Durt


Comment définirais-tu ton style et pourquoi as-tu choisi de  te tourner vers cet univers "joyeusement morbide" ?
Mon style est un mélange de pop’art et graphisme, d’illustrations trash. J’aime bien faire des images très agressives et, par les couleurs, les rendre plus souples et plus joyeuses. L’idée du « joyeusement morbide » c’était le fait de pouvoir faire des images très trash et qu’avec la couleur, pouvoir les rendre cools et que mêmes les enfants puissent les regarder et les aimer.


© Elzo Durt


Qu’est-ce qui t'a encouragé à ouvrir ta galerie et ta maison d’édition en 2004 ?
A cette époque j’étais à l’école et à la fin de mes études j’ai fait un gros projet sur la culture alternative bruxelloise. Pour le présenter, j’avais trouvé une salle à Bruxelles (Le Recyclart) qui m’a été prêtée pendant une semaine où j’y ai organisé des concerts,  des expositions et des projections.
Comme mon projet avait beaucoup plu, on m’a proposé de me céder cette salle où je pouvais y faire ce que je voulais. J’ai donc décidé d’y lancer une petite galerie.
En parallèle, il n’y avait plus vraiment de librairies alternatives sur Bruxelles, du coup j’ai commencé à vendre des livres… et de fil en aiguille, j’avais envie de faire mes propres livres donc j’ai décidé de monter une maison d’édition (Plin Tub’).
J’ai fait ça pendant 4 ans et je me suis arrêté ensuite car je commençais à avoir pas mal de travail à côté et donc, je n’avais plus forcément le temps et l’énergie pour m’occuper de ça.


© Elzo Durt
© Elzo Durt
© Elzo Durt


Quelles ont été les premières œuvres à y être exposées ? Avec quels artistes as-tu collaboré ?
La première exposition été une exposition personnelle et puis ensuite j’ai surtout présenté les gens qui gravitaient autour de moi. C’était plutôt des artistes belges au début puis une fois que j’avais fait le tour, j’ai commencé à inviter des gens d’ailleurs. J’ai eu par la suite un nouvel espace beaucoup plus grand, ce qui m’a permis de faire des expositions plus importantes, plus conséquentes et d’inviter des artistes internationaux.


Exploding Eyes - Big Neck Records
© Elzo Durt


Tu as lancé en 2011 avec Froos, le label « Teenage Menopause Records » … Quelle est la genèse de ce projet ?
J’ai monté ce projet avec un ami de Paris. L’idée c’était deux potes passionnés de musique : moi je faisais plein de pochettes de disques et lui avait organisé beaucoup de concerts et traînait beaucoup dans les disquaires. Ça s’est fait sur un coup de tête, lors d’une soirée bien arrosée, on avait vu un super concert et on est allés directement voir le groupe pour leur dire « on vous sort un truc ! ».
Au final ça a pris une ampleur qu’on imaginait pas… au départ ça devait être des disques entre copains et puis petit à petit on fait des gros projets, des choses à l’internationale et on a eu des disques qui se sont très bien vendus.
On s’était dit que je ne ferais pas de pochettes  pour notre label, pour trouver d’autres illustrateurs qu’on ne voit pas spécialement sur les pochettes de disques et essayer de les faire bosser. On avait envie de présenter les artistes graphiques à travers les pochettes de disques.


10 ans Born Bad Records - Lyon
© Elzo Durt
10 ans Born Bad Records - Paris
© Elzo Durt
10 ans Born Bad Records - Marseille
© Elzo Durt


Qu’est-ce qui te séduit le plus dans l’univers de la musique ?
J’ai toujours acheté plein de disques et ça m’a donné l’envie de faire des images. C’est super important de pouvoir identifier un disque au travers d’une pochette. Et puis il y aussi un vrai rapport avec les artistes qui font la musique. J’adore faire ça, tu as la liberté sur une pochette de disque de pouvoir faire ce que tu veux.

Tu as notamment fait la pochette de l’album « Psycho Tropical Berlin » de La Femme… Comment avez-vous été amené à collaborer avec le groupe ?
Ils jouaient à Bruxelles, on s’est rencontrés, ils étaient venus boire des coups à la maison et puis ça avait bien collé entre nous. 
Au moment de sortir l’album, ils n’avaient pas de pochette et c’était un peu la panique car ils n’avaient plus que quelques jours pour tout rendre au label. Ils sont un peu venus à la dernière minute pour me demander de leur donner un coup de main et je me suis donc retrouvé à faire leur pochette ! J’étais super content !


ARTICLE - INTERVIEW LA FEMME sur Artist UP

Psycho Tropical Berlin - Pochette La Femme
© Elzo Durt


Quelles ont été les influences qui vous ont inspiré cette pochette d’album ?
Au départ ils avaient tous fait des dessins et ils voulaient que la pochette soit un mélange de tous leurs dessins. Mais rien n’allait… Au final on est parti sur un des dessins avec une femme de face, avec tout le côté tropical autour et Berlin derrière.
L’idée de la pochette est venue assez naturellement, à partir du moment où j’avais trouvé tous les éléments, il a fallu juste les assembler.

Est-ce que cette collaboration a donné naissance à d’autres projets et y-a-til d’autres groupes de musique avec lesquels tu aimerais tout particulièrment travailler ?
Non ça a été la seule. Je pense qu’ils ont la volonté de vouloir travailler à chaque fois avec des artistes différents pour ne pas être trop liés à un artiste en particulier.
Pour les groupes, j’en écoute plein, de style très différent donc oui j’ai envie de faire plein de choses ! Après ce qui m’intéresse le plus c’est quand on me propose des projets auxquels je ne m’attends pas. Par exemple là je viens de faire une pochette pour le groupe « Group Doueh & Cheveu », qui est la fusion d’un groupe français et un groupe de musique africaine, et j’ai dû prendre des directions, au niveau graphique, complètement différentes et c’est ça qui me plaît ! Avoir des challenges, changer d’univers et avoir des images différentes à chaque projet.



Le Banquet © Elzo Durt


Quels sont tes projets pour la suite ?
Mon exposition à la « Galerie du Jour d’Agnès b. » risque de tourner pas mal. Je suis également sur plusieurs planches de skate en ce moment et des pochettes de disques
Il y a pleins de nouveaux projets qui arrivent mais j’essaye de ne pas trop prendre de choses à l’avance car ça me permet d’avoir le temps de bien bosser sur les projets en cours. J’avance au fur et à mesure comme ça, je ne me retrouve pas coincé s’il y a un super projet qui arrive et qui me plaît !


SUIVEZ LES ACTUALITES D'ELZO DURT :
  • Chloé Guyot
    (hôte)
    • 2017-07-26 10:24:10
    • 1 372 views
  • Tags - #graphisme #art #paris #Graphiste #musique #cover #collage #creation #illustrations #exposition #label #psycho #trash #pop art #bruxelles #galerie du jour #agnes b #la femme #pochette #Elzo Durt #joyeusement morbide #Tropical Berlin #pochette de disqaue #maison de disqque
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI