Focus iNouïs #5 : Le rock noisy-pop de MNNQNS

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité


Mnnqns, que l'on prononce Mannequins est l'un des projets les plus excitants de la scène roueannaise, voire de la scène indie tout court... Ces passionnés de matos et de bidouille n'en sont pas à leur coup d'essai. Les formations comme No Tropics ou encore Lascaux figurent déjà à leur palmarès. Après un premier EP "Capital" remarqué, poussé par le titre "Come to Your Senses", il paraît que les normands sont en relation avec un mystérieux label anglais... 

Nous avons rencontré Mnnqns, quelques heures avant qu'ils retournent littéralement la petite salle du 22 à l'occasion des inouïs du Printemps de Bourges.

 

 "Capital" disponible sur iTunes


« Capital » est sorti en 2016, quelles étaient vos références musicales en enregistrant ce disque ?

Les Beach Boys ! En fait, il n'y avait pas de références précises juste pour un disque. "Come to your senses", c'est une bonne synthèse de l'EP. Il est à la fois pop, à la fois noisy, c'est nous quoi... au niveau des références, dans le son on a fait un truc très post punk anglais mais qu'on a voulu faire sonner énorme, histoire de moderniser un peu le truc. On est un peu revenu là dessus depuis, sur cet aspect de la prod, on est un peu revenus de ce truc maximaliste. On était encore 5 à l'époque, maintenant on est 4, là à l'époque c'était encore la tempête de reverb dans tous les sens, c'était un joyeux bordel.
Maintenant on fait des choses plus minimalistes, justement pour que quand on a besoin que quelque chose de plus gros sorte, ce soit 10 000 fois plus gros. Là on a zéro reverb sur les guitares et au moment où ça sort, ça prend une dimension 10 fois plus fat. C'est juste un truc de contraste.
Si tu as tout le temps, la même chose sans arrêt, ça ne paraît pas gros… On essaye d'être plus extrêmes dans nos choix et de passer par un certain minimalisme. Ça nous permet aussi d'avoir plus de champ libre sur le jeu, sur les instruments, on peut en dire plus...

 


© Droits Réservés

 

Que pensez-vous du soutien de la scène locale en Normandie ?

Ils ont beaucoup de compétences qu'on a pas. Quand on doit se tourner vers quelqu'un, ce que ce soit au niveau des rouages de la machine et tout, c'est vraiment important d'avoir des gens comme eux qui savent comment elle fonctionne. C'est mieux d'avoir ces gens là pour des domaines que l'on maîtrise pas en fait. On a pas fait d'études dans le spectacle, on gratte juste des guitares ! Et puis on profite de leur matériel, sans jamais leur rendre… (rires)

 

Il y a toujours ce système de parrainage au 106 ?

Oui, toujours.

 

 

Vous étiez assez fan du matos, de la bidouille, vous fonctionnez toujours comme ça aujourd'hui ?

On a plein de recettes pour la production vu que c'est un truc qui nous tient hyper à cœur. On est sur un créneau un peu batard, parce que vu qu'on fait quelque chose de très live comme musique, de très spontané et qu'en même temps, on réfléchis vachement tout, on est un peu sur un espèce de No Man's Land. Il faut produire hyper bien ce qu'on fait, mais faut pas que ça sonne comme trop produit. C'est vraiment un espèce de corde raide sur laquelle nous oscillons chaque jour que Dieu fait… (rires)
Ce groupe, c'est toujours un truc d'équilibre, de contraste. C'est hyper important, et être vraiment extrême dans tous les choix qu'on fait, que ce soit dans le côté pop, ça ne me fait vraiment pas peur de faire des trucs pop avec des harmonies de voix à fond la caisse etc… Même s'il faut qu'il y ait un côté radio par moment, très bien, ça me va. Mais de l'autre côté quand il faut que ce soit le bordel, il faut que ça tabasse à fond la caisse !

 


© Droits Réservés

 

C'est beaucoup de recherche sonore avant la création d'un morceau, ou c'est l'inverse ?

Souvent, on se retrouve à produire en fonction de ce qu'on a écrit, et encore...
Tu peux penser des trucs qui ne marchent pas donc on laisse les choses s'opérer naturellement. Ce n'est pas le son qui est pensé en amont, mais l'idée générale, l'image du morceau en lui-même. On a pas mal d'images pour chaque morceau... On sait ce qu'on aime, et les sons avec lesquels on joue guident ce qu'on va écrire. Tu ne peux pas écrire du tout le même riff en ayant un son clean et un son méga distordu, ce ne sera jamais le même procédé d'écriture. Vu qu'on sait ce qu'on aime en type de son, on connaît les amplis qu'on utilise, c'est vraiment un truc hyper réfléchi le matos qu'on va utiliser, les réglages sont très précis. Donc ça, ça influe sur l'écriture. On écrit vraiment différemment avec des sons qui ne sont pas les nôtres.
Adrien : Mais oui, moi je passe des heures à regarder des vidéos de matos, là ce soir, j'ai récupéré une petite pédale d'effet pas piquée des hannetons. Tu vas voir, c'est un son improbable de fuzz, gate, suboscillator, c'est n'importe quoi. Quand je vais l'activer, tu comprendras !
On va piocher différents trucs dans plein de décenies, dans plein de styles, le truc en ce moment c'est les batteries des 70's avec des sons tout petits, ce qui laisse de la place au reste. C'est un peu l'opération inverse de ce qu'on a fait avec « Capital », tout était gros, dans tous les sens, là on fait des sons plus petits à la base, ce qui permet d'avoir plus de place pour la prod.

 

 

Le prochain disque c'est pour quand ?

On a un single qui est sorti il y a deux semaines sur Alt, le label du 106. on a une signature qui arrive sur un label indé anglais. Eux sont chauds de ressortir « Capital » puis de ressortir le single qu'on a fait, et si ça fonctionne bien on part direct sur un album, ce qui peut être cool.

 


© Droits Réservés

 

Plutôt sur l'Angleterre du coup ?

Adrien : Pas uniquement, les gars du label me disaient qu'ils voulaient mettre une priorité sur Angleterre, France, et le nord de l'Europe mais ce n'est pas exclusif. C'est quand même une diffusion mondiale, c'est un label qui pèse un peu...

 

 

Vous avez d'autres projets en dehors de MNNQNS ?

Adrien : Vince il est dans Delancey, c'est un super truc très canadien, très bonnet sur la tête, chemises à carreaux et guitares désacordées. Greg est dans lascaux toujours.

 

RETROUVEZ MNNQNS SUR : 

Facebook
YouTube

MNNQNS EN CONCERT :

15.07 • Le Murmure du son Eu
20.07 • Les Terrasses du Jeudi Rouen
18.08 • Festival Terra Incognita Carelles

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2017-07-05 14:19:06
    • 1,388 views
  • Tags - #rock #new wave #printemps de bourges #INTERVIEW #inouis #mnnqns #neo punk #capitol vision
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI