Interview de PETIT BISCUIT ", le super kid de l'électro

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité


" Presence " premier album inspiré pour le kid de l'électro.

 
A 18 ans, Petit Biscuit poursuit tranquillement sa tournée des Zéniths. Après Lille ou Paris, c'est à Rouen, sa ville natale que le jeune Medhi va poser ses valises pour un nouveau show le 1er février prochain. Influencé par les artistes comme Bonobo ou Flume, tout a commencé avec le titre " Sunset Lover " qui a littéralement fait tomber en rideau tous les compteurs d'écoute dès sa sortie. Depuis le jeune artiste a sorti "Presence" un premier album inspiré et inspirant, parfait pour s'évader de la morosité hivernale...


► GAGNEZ 1 x2 PLACES - ICI 

Jeudi 1er février 2018 au ZENITH de Rouen - 20h00
 

 

►►► 1 x 2 PLACES A GAGNER ◄◄◄

Petit Biscuit au Zénith de Rouen
44 avenue des canadiens, 76120 Le Grand-Quevilly

►►► PARTICPEZ ICI ◄◄◄
Les gagnants seront prévenus après tirage au sort : le Mardi 30/01 à 16H.


 

Que recherches-tu dans la composition de ta musique ? 

Le voyage et l'évasion. J'essaye de m'ouvrir à des choses plus sombres et dynamiques, plus pop. De base, c'est l'évasion et le voyage, j'ai toujours été inspiré par ces deux choses là. Aujourd'hui, j'aime bien quand c'est un peu plus sombre, même dans les visuels. 

 


© Charles Lopez

 

En live, tu es seul sur scène, aurais envie de t’entourer de musicien.nes ? 

Aujourd’hui j'ai envie de rester tout seul sur scène, c'est important de m'identifier. Ça suit le schéma de la musique électro, c'est ce qu'il y a de mieux pour un projet solo. Les gens arrivent mieux à cerner ce qui se passe sur scène.
J'en suis pas encore à intégrer des musiciens, je n'en ai pas l'envie pour le moment. Aujourd’hui je suis encore dans une phase de développement, dès qu'on a les meilleures offres pour jouer quelque part, on y va sans trop se poser de questions. Sur une tournée de dix dates où on y réfléchit bien à l'avance, pourquoi pas, pour obtenir un show un peu plus scénarisé.

 


© Charles Lopez

 

Tu as commencé le violoncelle à 5 ans, qu’est-ce que cette formation classique t’as apporté pour ton projet aujourd’hui ? 

C'est le côté technique. Ça donne une base pour pouvoir t'évader et créer quelque-chose en maîtrisant le sujet. Quand tu as des idées en tête mais que tu ne connais pas trop les accords, tu as un peu plus de mal à retranscrir tes idées de la manière la plus simple qui soit.  

 

Tu joues chez toi, au Zénith de Rouen le 1er février, attends-tu cette date avec impatience et comment as-tu vécu le fait de passer de Soundcloud au live dans des Zéniths… ? 

J'ai très hâte de jouer à Rouen oui. C'était un choix de ma part avant tout. Je voulais faire un tour à la maison avant de faire d'autres dates à l'étranger, comme Coachella par exemple. J'avais envie de faire un compte rendu de ce qui s'est passé en deux ou trois ans. Ça fait plus de deux ans que je n'ai pas joué à Rouen, du coup c'était vraiment important pour moi. 
Le passage de Soundcloud aux Zéniths, ça va à la fois tellement vite, mais il se passe tellement de choses que tu en oublies les étapes. Je ne me rappelle plus vraiment de la première fois que j'ai commencé à être contacté par des professionnels de la musique mais je sais que j'ai tout refusé au début, je suis resté en indé. Je me rappelle d'à peu près toutes les dates que j'ai faites parce que le live m'intéresse beaucoup, c'est vraiment la direction que je veux prendre pour le projet. C'est sur scène que tu te sens le plus vivant. La compostion c'est vraiment retranscrir tes émotions et le live c'est le partage. 

 


© Jonathan Bertin

 

Tu as pas mal de collaborations sur l’album, qu’est-ce qui t’as plu chez ces artistes ?

Leur voix et leur personnage. Je les connaissais déjà pas mal, j'écoutais beaucoup leur musique et j'aimais bien. Panama en Australie par exemple, j'aimais beaucoup. J'aime les directions qu'ont pris ces artistes dans leur carrière, les mélodies qui collent direct aux prods. C'est pro et très personnel dans leur travail. J'avais fait plein de demandes avec d'autres artistes et je sens tout de suite quand ça feat ou pas, et pour eux oui, il y avait quelque-chose de particulier. 

 

 

On t'imagine un peu geek niveau matos, peux-tu nous présenter tes joujoux et comment tu travailles au quotidien…? 

Ma manière de travailler change pas mal au fil du temps. J'ai un clavier maître et des grosses banques type Omnisphère sur mon ordi pour les synthés. Le but c'est la recherche du son. Parfois j'emprunte un Prophet ou un Minibrute pour faire des prises de son. J'ai pas mal de guitares, 2 Gibson Les Paul, qui ont un son assez différent. J'ai aussi une Takamine en acoustique que j'ai pas mal utilisé sur l'album. Ça pose une ambiance un peu ethnique.
Il y a aussi mon violoncelle, j'ai aussi un Fender Princeton comme ampli. J'aime bien aussi les VST gratuits sur internet. Parfois t'es obligé de traiter le son mais c'est toujours marrant de chercher ce genre de choses. Des fois c'est mal enregistré mais c'est très authentique parce que c'est toi qui va bosser le son de A à Z. Je commence à pas mal chanter moi-même, avec un Rode NTK, c'est une bonne base pour les démos, sinon je vais en studio direct.

 


© Alexandre Chamelat

 

Pourquoi avoir fait le clip de " Sunset Lover " en 2 parties (France / Etats Unis) ? 

J'ai trouvé ça marrant. C'est un pote qui m'a fait décoler littéralement aux Etats Unis. Je trouvais marrant de faire le lien entre Rouen, les bases du projet et les Etats Unis, jusqu'où ça peut aller. Ça devait juste être un live report au début et finalement ça s'est terminé en clip car les images étaient cool. 

 

 

Quels sont tes projets aujourd’hui ?  

Coachella en avril et quelques dates autour. Toujours plus de tournée, toujours travailler mes lives et toujours la compo. Faut pas partir dans 10 000 projets différents, faut en rester aux bases parce que les gens t'ont apprécié grâce à ces bases là. Je me concentre sur l'essentiel, la musique et le live. Partir plus loin, viser la perfection là dessus, et c'est le plus important. Moi je suis indé, et j'aurai peut être envie de développer d'autres artistes dans le futur.
Je me rappelle de la période où j'envoyais des messages à des artistes pour qu'ils écoutent mes sons et où j'avais 30% de réponse. Donc j'aurai envie plus tard de dénicher les jeunes artistes et de les développer.
Je veux aussi rester indépendant, faire le travail moi même, apprendre. Ces projets là t'occupent déjà quelques années, c'est un peu non-stop. J'ai eu la chance de pouvoir décoler et que les gens identifient le projet et ma patte. Avec cet album j'ai posé les bases et j'espère vraiment travailler dessus encore et encore. 

 

" Presence " disponible


RETROUVEZ PETIT BISCUIT SUR :

Soundcloud
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter

PETIT BISCUIT EN CONCERT EN FRANCE :

01.02 • Zénith de Rouen
03.02 • Festival Electrika Bordeaux
03.03 • Festival Holocene Grenoble
19.03 • Radiant Bellevue Lyon

  

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2018-02-09 15:19:56
    • 1,866 views
  • Tags - #électro #INTERVIEW #Artist up #Rouen #zénith #premier album #Petit Biscuit #presence #sunset lover #flume #bonobo
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI