Les portraits futuristes d'Eddie Colla... INTERVIEW !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Interview exclusive d'Eddie Colla...!


Eddie Colla est un street artiste connu pour ses pochoirs et ses collages, aux individus métissés et pourvus de masques. Des personnages qui nous amènent à s'intérroger sur notre avenir et sur nous-mêmes...
C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons interviewé l’artiste américain, qui a pu nous présenter sa vision et ses projets artistiques.

 

Marisa Wrap Eddie Colla © Tous droits réservés


Ton parcours artistique a débuté dans l’univers de la photographie… Comment la transition vers le street-art s’est-elle opérée et dans quel contexte as-tu été amené à créer dans la rue ?
Je travaillais comme photographe commercial avant, et je commençais à en avoir marre. J'ai fait un break et je me suis mis à la sérigraphie, pochoirs et toutes sortes de travail. Mais je ne voulais pas qu'ils restent dans mon studio, je voulais que les gens les voient. Donc je commençais à les mettre dans la rue.


Te rappelles-tu à quel moment tes œuvres ont été repérées et identifiées dans la rue ?
J'ai mis un grand poster d'Obama (1.2 × 1.8 m) sur le côté du Pont de Oakland Bay en 2008 pendant l'élection. Il n'y avait pas mon nom dessus mais il a été vu par beaucoup des gens.


Quelles sont les étapes de ton processus créatif ?
Je flâne, je réfléchis, je lis puis je me dis "Mer** ! Il faut que tu fasses quelque chose ! ».


Londres, Eddie Colla © Tous droits réservés


Comment choisis-tu tes « spots » de création ?
Ça peut être l’architecture ou la couleur ou la forme d'un mur. La plupart de temps les endroits de haute visibilité ne durent pas longtemps et les moins visibles, plus longtemps. Ça équilibre tout.


Tu utilises les couleurs et tonalités assez sombres, avec des touches de couleurs vives… Peux-tu nous en dire plus sur ce choix et les zones que tu mets en lumière ?
Des fois c'est pour souligner un certain objet comme le masque chirurgical, et des fois juste un élément de composition pour obliger de regarder autour de l'œuvre. Dans les deux cas, c'est pour guider le public.


Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Ce n'est pas juste une chose. C'est la vie ; quelque chose que quelqu'un a dit, une chanson, quelque chose que j'ai lu... les choses qui m'inspirent sont les choses qui restent avec moi pendant longtemps. Beaucoup d'expériences sont éphémères et vite oubliées. D'autres restent avec vous et vous hantent. Ce sont ces expériences-là qui m'inspirent.



El Mismo Cielo, El Mismo Sol Eddie Colla © Tous droits réservés


Tes œuvres sont-elles influencées par le pays dans lequel tu créés ?
Des fois. L'été dernier j'ai fait un mur à la Playa del Carmen au Mexique et je pensais pas écrire quoi que ce soit sur l'image. À la fin j'ai écrit "El mismo ciel el mismo sol" - Le même ciel le même soleil. C'était dû à l'expérience que j'avais eu en travaillant là-bas. Les logements pour touristes fastueux, du shopping et Dr la fortune à juste quelques pâtés plus loin de l'extrême pauvreté. J'avais besoin de m'exprimer là-dessus.


Tes protagonistes sont-ils futuristes ou sont-ils représentatifs du présent ?
Je les vois comme le futur. Ils sont aussi souvent ethniquement mélangés ce qui, à mon avis, sera de plus en plus répandu à l'avenir.


Pourquoi cette omniprésence du masque et des gants sur tes sujets ?
Cela signifie un environnement hostile ou un niveau de danger et de peur. C'est aussi en même temps une protection et une aliénation de l'un à l'autre.



Playa del Carmen Eddie Colla © Tous droits réservés


Les (rares) paysages de fond, et notamment les sinogrammes, ont-ils une signification particulière ?
La fille sur un vélo a souvent la phrase "J'ai un prénom mais ça n'a pas d'importance" d'écrit.


Y-a-t-il une œuvre qui te tient particulièrement à cœur ?
J'ai installé un œuvre en septembre dernier à Detroit appelé Enumeration. C'était dans un vieil entrepôt et l’œuvre intégrait des sons et des vidéos. Je pouvais contrôler tout l'environnement et jusqu'à présent, c'est mon préféré.


Comment cette série a-t-elle vue le jour et pourquoi ce choix de titre ?
Les portraits représentent les qualités humaines qui perdurent et qui sont non-influençables.



Enumeration Eddie Colla  © Tous droits réservés


Qu’est-ce que les bandages/voilages autour des corps, et plus largement les sujets désœuvrés en haillons, évoquent-ils ?
L'adversité. Pour scruter la force sous l'adversité.


Une grande force se dégage de ton travail… Quelle impression souhaites-tu transmettre au public ?
Il n'y a pas qu'une seule chose. Je voudrais que les gens puissent s'identifier avec les portraits et peut être s'interroger sur leur propre puissance.


Quels sont tes projets, envies créatives pour la suite ?
J'aimerais faire plus d'installations cette année et voyager plus. Je quitte les Etats Unis, probablement pour de bon, donc je serai en train de chercher un nouveau chez moi. J'ai une possibilité de résidence pour deux mois en Chine à la fin d'été donc j'ai hâte !



Nothing Last 4 Ever Eddie Colla  © Tous droits réservés


ORIGINAL ENGLISH VERSION :

How did the transition to street art happened and hos did it influenced your art ?
I had been working as a commercial photographer for years. I was kind of burnt out. I took a break and started screen printing and stenciling and making different kinds of work. I didn't want the work to just sit in my studio, I wanted people to see it. So I just started putting it on the street


Do you remember (the exact moment) when your creations were spotted and identified in the streets ?
I put a 4x6 foot poster of Obama on the side of the Oakland Bay Bridge in 2008 during the election. It didnt have my name on it or anything, but a lot of people saw it.


Do you have several steps in your creative process ?
Sit around and think and think and think and read and think and finally say to myself “Fuck man, you have to make something!”.



GoldField Eddie Colla © Tous droits réservés


How do you choose places for your art ?
It could be architecture or the color or the shape of a wall. It might also be a spot where it will be viewed heavily. Most of the time high visibility spots don't last long and hidden places last a long time. it kind of all balances out.


You uses dark colours with a splash of bright colours. Can you tell us more about this choice, and what dou you want do highlight ?
It might be to highlight a certain object like a surgical mask it is sometimes just a compostional element to move the viewers eye around the piece. In both cases its a way to lead the viewer.


Could you tell us few words about your creative inspiration ?
It's not anyone thing. Just life. Something someone said once. A song, or something I read. The things that inspire me are the things that stay with me a long time. A lot of experiences are very fleeting and quickly forgotten. Other ones stay with you even haunt you sometimes. Its those experiences that influence my work.



Playa del Carmen with D Young V Eddie Colla © Tous droits réservés


Are your works influenced by the country where you create ?
Sometimes they are. Last summer I did a wall in Playa del Carmen Mexico and I hadnt planned on writing anything on the image. I ended up wririting “El mismo cielo el mismo sol” The same sky the same sun. That had a lot to do with what I experienced working there. Lavish tourist accomaodations and shopping and wealth exist only blocks away from real poverty. I felt I wanted to say something about that.


Your creations containts figures with masks ... Are they form fruture or form present ?
I see them as the future. They are also quite often ethnically mixed which I think is something that will be much more prevalent in the future.


What do mask and gloves mean ?
It signifies an inhospitable environment or a level of danger and fear. It also signifies to me protectiona and a level of alienation from one another.



Collaboration avec D Young V Eddie Colla © Tous droits réservés


About chinese characters or background... do they have a particular meaning ?
The bike girl character often has the phrase “I have a name but it doesnt matter” written on it.


Do ­you have a favourite work of art ?
I did and installation piece in Detroit ­this past September called Enumeration. It was in an old warehouse ­and included sound and video elements. I was able to control the ­entire environment and to date That is my favorite piece.
The portraits were intended to display the human qualities that are enduring and immune to influence.



Bangkok Eddie Colla © Tous droits réservés


What do bandages on the bodies and lost-looking souls in rags mean ?
Adversity. The portraits are to examine strength under adversity


A great strength springs from your work... What impressions/feelings do you wanna share with people ?
Its not anyone particualr thing, I would like people to see part of themselves in those portraits and perhaps examine their own strengths.


Do you have projets or future creative wishes ?
I ­want to do more Installation works this year and travel a bit more. ­I will be leaving the united states most likely for good, so I'll be ­looking for a new home. I have a 2 month residency in China at the ­end of summer that I am really looking forward to.



Thaïlande Eddie Colla © Tous droits réservés


Pour en (sa)voir plus sur EDDIE COLLA :


Le M.U.R d'Oberkampf 2017 Eddie Colla © Tous droits réservés

  
  • Alice Nicolas
    (Owner)
    • 2018-02-26 14:28:26
    • 2,526 views
  • Tags - #street art #collage #portraits #artist #art de rue #personnages #Masques #pochoir #art de la rue #art urbain #stencil #urban art #futur #artiste américain #Eddie Colla #gants #avenir #sinogrammes #collagist #futurist
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI