GAGNEZ VOS PLACES pour frémir avec PAULINE CROZE à la CIGALE ...

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité



"Ne Rien Faire" nouvel album frémissant de PAULINE CROZE

Après une jolie pause musicale consacrée aux classiques de la bossa nova, Pauline Croze revient avec "Ne Rien Faire", un nouvel album frémissant et délicatement groovy. Epaulée par Ours, Romain Preuss et Marlon B, la jeune artiste a souhaité retrouver une certaine simplicité et authenticité dans ses mots, et une pureté dans sa musique. Rencontre avec Pauline Croze, que vous retrouverez à La Cigale le 9 avril prochain !

 


"Ne Rien Faire" disponible



2 x 2 PLACES A GAGNER 
Concert - Lundi 9 avril

La Cigale : 120 boulevard de Rochechouard, 75018 Paris
Ouverture des portes à 19h, début des concerts à 19h30.
●●●
►►► PARTICIPEZ AU CONCOURS ICI ◄◄◄
avant Vendredi 30 Mars 2018 à 15H
Les gagnants seront prévenus par mail après tirage au sort.




Vous avez choisi de travailler avec Ours et Romain Preuss, pourquoi ce choix ?
Comment la collaboration s'est déroulée ?

Au départ j'ai vu Ours en concert fin 2013 et j'ai beaucoup aimé comment il gérait la scène et les chansons et l'importance des choeurs. Je lui ai donc demandé de faire la réalisation. Comme il n'est pas réalisateur à la base, il ne se sentait pas vraiment de le faire tout seul donc il m'a proposé de travaillé en binôme avec Romain. On est parti à 3 sur cette aventure et à la fin de l'album on a aussi fait appel à Marlon B qui a plus d'expérience.


 


© Julie Trannoy


 

C'est votre 4ème album studio, qu'avez-vous à défendre aujourd'hui ? Que voulez-vous exprimer ?

En fait comme toujours j'avais besoin de sublimer des choses, de les transformer. Je voulais parler parler de choses qui m'ont fait défaut, sur lesquelles j'aurai voulu agir autrement. Sur « Elle n'ose pas » où je parle de la difficulté de se séparer et de la culpabilité que ça induit. Je l'ai vécu et mal vécu et on croit souvent que c'est ceui qui part qui a le moins de peine alors que pas du tout.
Sur « Tout est partout », c'était essayer de transformer la perte de ma mère en une chose qui aide à aller de l'avant. Pour moi c'est rassurant de me dire qu'elle est partout.

 

 

Votre bagage d'influences est assez fourni entre bossa nova, musique africaine, chanson française, de quoi vous-êtes vous nourrie pendant la préparation de ce disque ?

Ces 3 ou 4 dernières années, je n'ai pas forcément eu de coup de cœur. Il n'y a pas une musique qui m'a transcendée au point de me nourrir. C'était plurôt du papillonage, comme Lorde, Midlake avec l'album Antiphon par exemple. Comme là, les morceaux sont finis, je me sens plus disponible pour que la musique me traverse beaucoup plus.
Quand je compose je n'arrive pas à écouter de musique. Sinon, j'adore Frank Ocean ou PNL, c'était une découverte pour moi même si je n'écoute pas de musique urbaine. 

 

 

Il y a toute une nouvelle scène d'artistes qui chantent en français, comment avez-vous suivi cette évolution depuis le début de votre carrière ?

Je me tiens vrament au courant parce que ça m'intéresse de voir ce que les nouveaux artistes font. J'aime beaucoup Fishbach, sa présence, comment elle écrit. Juliette Armanet par exemple c'est moins ma cam mais elle le fait bien. Le côté 80's, c'est une musique avec laquelle j'ai évolué petite. Il y a un côté affectif avec les 45t notamment...
En grandisant j'ai toujours fui cette musique et le fait que ça revienne à la mode ça m'interpelle et j'essaye de trouver des choses intéressantes. J'adore Bonie Banane avec des son trap et de la chanson française. J'aime bien comment elle interprète ses morceaux et sa présent. C'est à mi chemin entre quelque chose de sérieux et quelque chose de martien. Mais je suis attentive à ce nouveau souffle oui. Ça remet en cause le fait de qu'est-ce qu'une chanson, même s'il n'y a pas de recette, on se rend compte que c'est une infinie possibilité l'écriture d'une chanson donc c'est top de toujours être surprise. 

 

© Julie Trannoy 


Pour votre album de reprises en 2016, vous avez pu aller au Brésil, que retenez-vous de cette expérience ?

J'ai enregistré en France mais j'ai fait des sessions acoustiques là-bas. Il y avait une insouciance et une légèreé géniale et rencontrer des pointures et de la musique bossa c'était un honneur. Le voyage était cependant très court. J'aurai voulu prendre plus de temps pour rencontrer plus de musiciens de mon âge. Là ils étaient très ancrés dans la bossa traditionnelle.
Aujourd'hui il y a des jeunes qui font des mélanges entre l'urbain et la samba. Dès que je peux y retourner je vais explorer ça. J'ai rencontré Flavia Coelho, j'ai eu la chance de partager un morceau avec elle et elle peut être ambassadrice pour moi. J'aimerais qu'il y ait une suite à ça... 


 

 

Vous jouez à la Cigale le 9 avril, c'est particulièrement important une date parisienne comme celle-ci ?

Oui, c'est toujours des dates importantes après je traite toutes les dates de la même manière, j'essaye de faire en sorte que le public passe une bonne soirée en étant heureux d'écouter les chansons. Je souhaite qu'il y ait une communion, après pour moi c'est important mais malgré moi.
Il y a plus de pression à Paris, les médias sont plus concentrés, l'attention est un peu plus vive, il y a une sorte d'enjeu qui est un peu flou parce qu'on veut passer un bon concert quand même. On se sent gentiment attendus au tournant. Ça me fait toujours plaisier de jouer à Paris en plus je vais pouvoir inviter des artistes que j'adore. 

 


 

Sur scène, quelle va être la formation ?

On va être 3 un batteur/chanteur, un bassiste/clavieriste chanteur aussi. Les choeurs sont importants dans l'album donc c'était impératif qu'ils chantent. Avant on était 4 ou 5 sur scène et là je voulait trouver l'énergie à 3. C'est une formule agréable à voir sur scène. On est dans un travail d'adaptation de l'album. Certains sons sont très produits donc il faut épurer et garder l'essentiel. Là on a quasiment fini les répétitions et j'ai très hâte. La première date est le 8 mars.

 

© Julie Trannoy 


Outre la tournée quels sont vos projets aujourd'hui ?

J'aimerais beaucoup travailler avec Féloche, un artiste que j'adore. Il fait son album à lui et j'aimerais beaucoup qu'il réaliser quelques titres pour moi car j'adore son univers. J'aimerais beaucoup faire des choses avec l'art plastique, le dessin ou la BD j'aimerais approcher des auteurs de BD comme David B par exemple pour faire autre chose qu'un album « normal ».
Là mon album sort mais j'ai retrovué beaucoup d'inspiriation donc j'ai recommencé à écrire. Je suis sur une bonne lancée car les concerts arrivent et tout mais je vois déjà un peu la suite et avec qui je veux bosser.


"Ne Rien Faire" disponible


RETROUVEZ PAULINE CROZE SUR :

Facebook
Astérios


PAULINE CROZE EN CONCERT :

08.03 • Le Big Band Café Hérouville Saint Clair
10.03 • Le Django Strasbourg
11.03 • Le Plan Ris Orangis
16.03 • La Citrouille Saint Brieuc
17.03 • Le 106 Rouen
30.03 • Le Gallet Pessac
31.03 • Auditorium Gien
06.04 • Fuzz'Yon La Roche sur Yon
09.04 • La Cigale Paris
18.04 • Théâtre Lino Ventura Nice
19.04 • La Tuilerie Bedarieux
20.04 • Espace des Arts Pradet
21.04 • Le Petit Duc Aix en Provence
26.04 • La Bouche d'Air Nantes
27.04 • Printemps de Bourges
28.04 • Le Rockstore Montpellier
29.04 • Théâtre de l'Odéon Lyon
03.05 • Train Théâtre Portes les Valence
04.05 • La Source Fontaine

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2018-02-16 14:14:33
    • 1,950 views
  • Tags - #paris #Live #Concert #groove #chanson #chanson française #INTERVIEW #Artist up #groovy #La Cigale #concours artist up #jeu concours #asterios #Pauline Croze #bossa nova
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI