L'illustrateur Jean Jullien à l'humour british célèbre le quotidien

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Jean Jullien : un humour british qui célèbre le quotidien...


Jean Jullien est un illustrateur et graphiste de la presse internationale aujourd'hui très reconnu. Son secret ? Des dessins, simples et efficaces, qui tournent en dérision l’ère moderne et la vie quotidienne, avec un humour subtil et piquant.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Gags de tous les jours, politique, religion, technologie envahissante … tout y passe sous la mine créative de l’artiste nantais !





Jean Jullien est un illustrateur et graphiste français originaire de Nantes. Il naît à Cholet le 14 mars 1983, d’une mère architecte et scénographe, et d’un père urbaniste et mélomane. Vous l’aurez compris : Jean Jullien grandit dans une famille appréciant la culture et la créativié.
Dans ce contexte, il développe un goût pour les tableaux du peintre nabi Edouard Vuillard et les croquis de Sempé, tout en s’inspirant du manga et de l’affichisme français traditionnel. Entretemps, le jeune homme dessine beaucoup, depuis sa plus tendre enfance....


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Pour ses études, Jean Jullien désire d'entrer à l’école des Beaux-Arts de Paris, voulant faire carrière dans l’animation. Manque de chance, il s’en voit refuser l’accès et il se tourne vers un BTS de communication au lycée Le Paraclet à Quimper.


 

Ses études, à Quimper comme à Londres, vont aider le jeune créatif à ps’exprimer pleinement dans son art, tout en se lançant des défis.
Il connaît alors les bases du métier, ainsi que les grands maîtres du domaine de la publicité, tels que Raymond Savignac et Bernard Villemot, dont la poésie enfantine et le style coloré étaient assez reconnus dans le domaine de la réclame.
Le BTS une fois obtenu, l’école des Beaux-Arts lui ouvre ses portes, mais Jean Jullien choisit la Central Saint-Martins College of Art and Design de Londres. En effet, cette ville fascine l’étudiant, par son melting-pot culturel et son rythme de vie effréné.


 

Tandis qu'à Quimper il s'initiait aux rouages du métier, c’est à Londres qu’il pratique pleinement cette passion qu’est le dessin. Par cette pratique, Jean Jullien expérimente et créé sans relâche.
Jean Jullien occupe une place à part, aux frontières de l’illustration et du graphisme et bien que ses études lui permettent d'être dessinateur et graphiste, il préfère ne pas se mettre dans une case en particulier...


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Jean Jullien vient à élaborer son propre langage créatif, par un savant alphabet de typographies diverses, construites sur ses idées et des règles de composition de l’affiche (telles que donner une information instantanément).  
Ce langage le mène à de multiples projets : la presse, la mode, l’exposition, la littérature pour enfants… Jean Jullien n’aime pas être inactif et, très curieux, il se plaît à expérimenter les champs des possibles du dessin qui devient son métier, au fil des opportunités qui s’offrent à lui.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Un style simple et enfantin, coup de cœur des médias internationaux

Le style de Jean Jullien se démarque par la simplicité de son trait à l’encre noire. Son esprit bon enfant, hérité de l’affichisme français, se caractérise par ses personnages aux contours noirs et épais, inspirés de la culture des années '80.
Ses couleurs vives ou pastel nous rappellent tout autant ses influences affichistes. Ayant étudié et vivant actuellement à Londres, son travail respire l’humour british, par les gags quotidiens y étant illustrés.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Jean Jullien s’amuse à mettre en scène des objets de tous les jours, le complétant avec ses dessins. L’effet de l’œuvre est des plus poétiques, résultant d’une imagination débordante, inspirée des thèmes actuels et des éléments de la vie quotidienne.
Son regard aiguisé sur la société qui l’entoure et son esprit de synthèses amusent par sa dérision. Avec Jean Jullien, tous les sujets prêtent au détournement et à l'humour : l’aliénation de la société pour la technologie, les vacances à la plage, la religion, le quotidien et ses galères…


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Il déclare lors d’une interview : « L’observation est très importante pour comprendre le monde dans lequel je vis, dans lequel je communique, et celui dans lequel vivent les gens à qui je communique ».
Observant constamment ses contemporains dans la vie de tous les jours, Jean Jullien pointe du crayon les absurdités de la société.


 

 « Je suis Charlie » et « Peace for Paris »

Un humour qui se veut nénmoins tendre, surtout dans les moments les plus durs. Après l’attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015, Jean Jullien poste sur les réseaux sociaux un croquis où y est représenté un fusil faisant face à un crayon, dont la mine bouche le canon.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Au-dessus de l’image saisissante, une inscription : « Je suis Charlie ». Ce dessin conquit le monde entier, par son empathie et sa beauté candide.
Autre succès de Jean Jullien, cette fois lié aux attaques terroristes du 13 novembre 2015 en France : le logo Peace for Paris. Ce petit Peace and Love remanié pour y intégrer la Tour Eiffel fait une fois de plus sensation sur les réseaux sociaux, ainsi que dans la presse.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Pendant ces périodes de deuil national, des gens de tous les pays utilisent les images de Jean Jullien comme photos de profil Facebook et les partagent sur Twitter.  Même certains médias internationaux en viennent à les mettre en Une de journal.
Lors de tels événements dramatiques, par son travail, Jean Jullien a su passer un beau message de solidarité et de paix dans le monde entier... et nous pouvons que lui en ête reconnaissants.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Un artiste touche-à-tout

Durant sa carrière, Jean Jullien apprécie découvrir de nouvelles pratiques : le dessin, la photographie, la vidéo, la mode mais aussi les installations, les livres ou encore les affiches… Il en vient même à travailler étroitement avec le musicien The Coward.
En 2011, l’artiste fonde le duo Jullien Brothers, qui se spécialise dans le mouvement de l’image. Un an après, en 2012, il crée la célèbre image News of the Times, en collaboration avec Yann et Gwendal Le Bec.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

En cette même année 2012, Jean Jullien aménage le 32ème étage de la Tour Bretagne de Nantes, après proposition de l’organisation Voyage à Nantes. Il y élabore alors un bar en forme de cigogne, dont le corps sert de comptoir et les œufs de tabourets.
Surnommé « Le Nid », cet espace surplombant la ville de Nantes accueille les visiteurs tel un cocon, pour que ces derniers profitent de la vue dans le confort…


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

En 2013, il expose sa série Allô ? à la Kemistry Gallery de Londres, ainsi que dans deux galeries parisiennes. Les critiques sur cette série sont positives, et en 2015, Jean Jullien expose une fois de plus à Paris, dans les galeries L’Imprimerie et Colette.
En cette même année 2015, le magazine du Monde présente Jean Jullien comme un « illustrateur français renommé sur la scène internationale des arts graphiques ». L’année suivante, il réalise l’affiche à propos du seizième mois des produits tripiers, toujours avec humour et finesse.


 

Du 1er juillet au 28 août 2016, Jean Jullien présente à la ville de Nantes un projet d’exposition d’affiches, intitulée Recyclage. Par cet événement, une soixantaine d’œuvres sont placardées sur plusieurs panneaux et arrêts de bus.
En 2017, il conçoit une affiche à l’occasion du festival de musique Jazz sous les pommiers, et illustre l’article de Télérama traitant des séries télévisées écrites par Cécile Mury. Travaillant à la fois dans la publicité et avec une ligne de vêtements coréenne, il organise une exposition à Bangkok.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Jean Jullien signe une collection capsule pour la marque slow fashion Olow, conçue à Montreuil et réalisée au Portugal. Sa ligne de vêtements pour homme se nomme Club Dimanche, éloge au jour de repos (jour de farniente pourtant détesté par Jean Jullien). L’artiste traite avec un humour singulier la paresse dominicale, par le biais d’un support textile. Il sera amené à travailler une deuxième fois avec la marque en septembre 2017, intéressé par le projet.
Fin 2017, il mêle ses créations au textile en imaginant un tee-shirt pour la collection Champion d’Essential Homme, vendu en édition limitée dans la capsule Artist Series.


 

Entretemps, en octobre 2017, il illustre huit bouteilles de vin de grands domaines viticoles de France, avec pour partenaire la revue Kiblind. Depuis, Jean Jullien collabore avec diverses marques, en passant par l’institution du Centre Georges Pompidou, et illustre encore des magazines comme Télérama, The Guardian ou encore le New York Times.


 

Une publication partagée par Jean Jullien (@jean_jullien) le

 

Jean Jullien, artiste nantais au dossier scolaire peu prometteur, est devenu la coqueluche des médias internationaux… et n’a pas fini de nous surprendre, tant que son crayon le guidera!




Pour en savoir plus sur Jean Jullien :

 
  • Alice Nicolas
    (Owner)
    • 2018-08-31 12:06:46
    • 1,625 views
  • Tags - #graphisme #video #dessin #mode #humour #Quotidien #publicité #médias #presse #londres #personnages #illustrateur #Nantes #magazines #Jean Jullien #Le Nid #Peace for Paris #Je suis Charlie #attentats #thèmes #dérision #affichisme #Club Dimanche #Olow #Art Series
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI