Le langage des mains par Case Maclaim

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Le "langage des mains" de Case Maclaim

Case Maclaim fait partie des grands graffeurs aérosol photoréalistes. Son thème de prédilection ? Les mains. Sujet plutôt difficile à maîtriser, mais que Case Maclaim pratique avec succès et ce, pour plusieurs gestes existants.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Au-delà du fait que la main relie le cerveau au monde réel par le sens du toucher, les mains représentent un charme et expriment la personnalité de chaque être humain. De plus, parler avec les mains ajoute souvent de la conviction et peut approrter du charisme.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Les mains sont un réel pouvoir, ainsi qu’un vrai reflet de l’individu comme du monde entier, par ses signes compris de façon universelle. C’est donc par ce sujet que Case Maclaim aborde ses opinions sur le mur : les mains et le geste manuel...


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 
 
Enfant de la RDA
 
Case Maclaim, de son vrai nom Andres Von Chrzanowski, est un street artiste originaire de Schmalkalden, petite ville avoisinant Francfort. Né le 23 janvier 1979, il grandit en Allemagne de l’Est (RDA).


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Il reçoit un diplôme en Restauration et Conservation de l’Art à l’Université des Sciences Appliquées d’Erfurt, et commence à travailler sur son style dès l’année 1995, en s’essayant aux bombes aérosol.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Et c'est en 1999 que tout commence pour Case Maclaim ! En effet, il rejoint le duo de street artistes Rusk et Akut (membre masculin du duo Hérakut), en collaborant avec eux sur des projets communs. C’est deux ans après que Tasso rejoint le groupe, donnnant lieu à la création du Maclaim Crew en 1999.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Du Maclaim Crew…

Case est alors délégué comme membre fondateur de la bande, connue pour être pionnière du mouvement photoréaliste dans l’art urbain depuis plus de vingt ans à présent. Jeunes et talentueux, ils réalisent des fresques au style photoréaliste innovant qui impressionnent le monde entier !


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Le quatuor insuffle une nouvelle ère dans l’art de rue, par un style hyperréaliste mêlé à des visions fantastiques, le tout formant des œuvres troublantes...


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Colorées et naturalistes, les peintures murales plongent le spectateur dans une mise en scène dans laquelle il devient l’élément principal. Une question se pose alors à nous une fois face à l'œuvre : la réalité nous apparaît-elle vraiment ou y a-t-il une plus grande réalité que celle qui se montre à nous ?


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Peignant jusqu’alors des corps et des portraits, Case Maclaim finit par se diriger vers une partie plus spécifique du corps humain : les mains. Cette approche artistique le démarque des autres d’une manière plus personnelle.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

… au Case Maclaim en solo

Case rejette le système de surconsommation dans lequel nous sommes aspirés depuis des années... Il travaille avec acharnement en dehors du groupe, afin de faire son propre vocabulaire visuel qui repose habituellement sur des éléments du corps humain, abstrait d’ordinaire.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Ces éléments sont mis en scène de façon à ce qu’ils soient narratifs, effrayants, mythiques ou animaliers… Case Maclaim voyage dans une vingtaine de pays, et se rend compte de l’universalité du langage des mains. Il peint dans tous les pays où il séjourne, laissant alors une trace comprise de tous.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Sur la scène nationale comme internationale, Case Maclaim se fait remarquer par ce nouveau style qu’il applique à même les murs : le photoréalisme, avec une pointe de surréalisme. Par le thème de la gestuelle des mains, jusque-là jamais exploitée, l'artiste réalise des fresques uniques qui fascinent les gens aux quatre coins du monde.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

                                                                                        
 
La technique de Case Maclaim

Chez Case, les détails sont précis et harmonieux. Il use principalement de la bombe aérosol, pour un meilleur rendu visuel, voire plus « vivant ». Les mains superposées, synonyme de pouvoir, représentent un motif récurrent chez Case Maclaim.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Par ce travail, l'artiste remet l’Humanité et ses idées en question, à l’aide de sa maîtrise absolue du dessin des mains, ajoutée à un profond symbolisme et d’une recontextualisation de l’être humain, focalisée sur une seule partie du corps que sont les mains.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Afin de transmettre une émotion ou un message, Case Maclaim joue des doigts et des phalanges de ces mains de géants, les mouvant en fonction des gestes et de leur signification. Un poing fermé exprimera la colère, la révolte, tandis qu’une main dans une autre sera plutôt synonyme d’alliance, de solidarité, d’amour…


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Selon l’artiste, « Le geste raconte plus que mille mots ». Il peut être de l’ordre du symbole politique, de l’affirmation voire de la revendication.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le



Quelques projets de Case Maclaim…

En 2004, Case Maclaim publie son premier livre de street-art, où sont recueillies des photographies de ses diverses œuvres répertoriées à travers le monde… C’est officiellement en 2008 qu’il se lance en tant qu’artiste solo, après avoir fait partie du Maclaim Crew pendant neuf ans.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
C’est en 2017 qu’il réalise une fresque à Grigny, nommée Pile ou Face. Ayant comme support un énorme mur d’immeuble, il créé à l’occasion du Street Art Wall Festival, lancé par l’agglomération du Grand Paris Sud.


 

Une publication partagée par @tschelovek_graffiti le

 

L’œuvre représente une main misant par le célèbre jeu du « pile ou face », à l’aide d’une pièce d’un euro. Derrière, on peut apercevoir le globe terrestre et ses divers continents… ainsi que l’Europe. L’œuvre fait notamment référence au Brexit.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
L’œuvre dans son ensemble semble diffuser le message suivant : « Seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin ». Case Maclaim encourage à la diversité et à la solidarité, par la représentation de mains aux couleurs diverses, unies dans un geste confiant, comme avec son œuvre berlinoise : Unter der Hand, réalisée en 2017.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
Par les mains, Case Maclaim réussit à transmettre des messages et des émotions dans tous les pays où il peint, grâce au langage des mains et l'imagerie qui est associée.


 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le

 

Pour en (sa)voir plus sur Case Maclaim :

 

Une publication partagée par case_maclaim (@case_maclaim) le


 
  • Alice Nicolas
    (Owner)
    • 2018-06-06 11:40:19
    • 855 views
  • Tags - #street art #artiste #surréalisme #art de rue #allemand #graffeur #art de la rue #art urbain #main #langage #urban art #bombe aérosol #Case Maclaim #Andres Von Chrzanowski #Schmalkalden #street artiste #Maclaim Crew #Rusk #Akut #Hérakut #Tasso #gestes #photoréalisme
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI