Un hommage émouvant : Cali chante Léo Ferré...

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



2 x 2 PLACES A GAGNER 
Théâtre Dejazet PARIS - 16 novembre 2018 

●●● 
CONCOURS TERMINÉ ●●● 


Léo Ferré aurait eu 100 ans... Cali a souhaité rendre hommage à ce grand monsieur à sa manière. Il en résulte un album de reprises interprétées avec émotion et délicatesse. Plein de respect pour ce personnage qui "faisait pleurer son père", Cali s'est avant tout attelé à des chansons qui résonnaient en lui. Enregistré en cinq jours, ce disque sera défendu en live jusqu'en décembre, puis au printemps pour de nouvelles dates...  
Rencontre avec Bruno Caliciuri, alias Cali, qui nous parle de ce projet qui lui tient infiniment à coeur...  


 
© Yann Orhan
 

2 x 2 PLACES A GAGNER

●●● CONCOURS TERMINÉ ●●●
 
Théâtre Dejazet PARIS - 16 novembre 2018 
41 Boulevard du Temple 750à3 Paris (Métro République)


J’ai l’impression que Léo Ferré a marqué votre enfance, puis votre adolescence, qu’est-ce qui vous a touché dans un premier temps ?

Ce qui m’a touché dans un premier temps, chez lui, c’est la réaction de mon père. Je voyais mon papa qui ne montrait pas vraiment ses failles. Quand je le regardais écouter Léo Ferré, il avait les larmes aux yeux, il était très touché... Cela m’a toujours intrigué, je me demandais qui était capable de transformer mon père comme ça. Qui était cet homme, dont je ne comprenais pas les mots au départ…
Puis, la chanson qui s’appelle "Richard" a été un vrai déclic à l’adolescence. C’est mon grand frère qui me l'a faite écouter et j’ai compris... j’ai vu l’image, j’ai vu le bar, les gars accoudés au comptoir… Cela m’a complètement marqué.

 

Depuis combien de temps ce projet mûrit en vous...?

Je viens d’avoir 50 ans et je pense que je ne pouvais pas le faire plus tôt. L'idée était en moi depuis toujours... J’ai parfois repris des chansons de Léo Ferré en concert ou sur disque.
Le vrai déclic a eu lieu il y a deux ans. Léo aurait eu 100 ans et nous n’avons rien fait en France pour célébrer tout ça. Cela m’a révolté. Je me suis dit que nous étionsdes contemporains de Léo, comme d'autres l’ont été pour Beethoven. Je pense vraiment que dans 300 ans, quand quelqu’un écrira l’histoire de la musique, il passera de Beethoven à Ferré. J'ai été bouleversé par le fait que que notre pays passe à côté de cette date clé, tandis que des pays comme l’Espagne, le Portugal, la Belgique ou encor l’Italie ont appelé la famille Ferré pour faire des fêtes à Ferré. Je me suis donc dit qu’il fallait faire quelque chose !

 

 

Le côté engagé de Léo Ferré, ça vous parle ? Cela joue dans l’affection que vous avez pour cet artiste ?

Ce qui m’influence et qui me parle et que j’essaye toujours d’avoir dans un coin de la tête, c’est que Ferré pour moi, c’est la définition du mot “Liberté”. Nous (les chanteurs) - sommes quand même formatés - à devoir faire des chansons de 3 minutes pour passer en radio.
Leo Ferré a fait ce qu’il a voulu, il a fait un album muet et il s’est permis beaucoup de choses. Il est passé du cabaret à de la chanson avec un grand orchestre en passant par la pop expérimentale… S’il était vivant il ferait du rap avec Eminem ou Dr. Dre (rires). Pour moi, c’est l’influence majeure.
Puis, l’engagement, ce n’est pas rien. Il n'est pas toujours évident de donner son avis en tant qu'artiste, au risque de "se faire taper dessus". Léo Ferré donnait son avis et faisait des chansons là-dessus. D’ailleurs, aujourd’hui et toutes ces années après, certaines personnes ont encore peur de Ferré...
Ce que je retiendrai le plus de ce grand artiste c’est l’amour passion. C'était un grand amoureux... et les chansons d’amour les plus folles, les plus grandes c’est tout simplement Léo !

 

 

Comment avez-vous procédé pour faire le choix difficile (on imagine) des morceaux ?

En effet, j’ai mis beaucoup de temps... il y a plus de 1000 chansons ! Le dogme premier était de faire Ferré uniquement auteur/compositeur. Je me suis éloigné de la période où il chantait avec des mots très parisiens, presque du verlan car cela me parlait moins.
Le choix était terrible... J’avais une centaine de chansons au final et je ne pouvais pas toutes les chanter. Je suis allé au plus simple, c’est à dire ce qu’il me restait de ce qu’écoutait papa. Je suis parti sur mes origines, l’Espagne… “Les étrangers” qui fait échos à ce qu’il se passe aujourd’hui. Je suis bouleversé de voir comment sont traités les migrants en France aujourd’hui. “Paris je ne t’aime plus”, si on regarde bien est en résonnance incroyable avec ce qu’il se passe aujourd’hui.
“L’enfance”, je l’aime depuis toujours par sa mélodie et ce mot merveilleux. Ce titre a pris une autre dimension maintenant que je connais l'histoire de Ferré, de sa vie dans un pensionnat sous Mussolini…
Oui, j'ai eu beaucoup de mal à devoir choisir les chansons.

 


© Yann Orhan 

 

Quel parti pris sur les arrangements pour cette album, ils sont très différents des arrangements de Léo Ferré ?

J’avais envie d’organiser un laboratoire dans le lieu où Léo Ferré avait enregistré ses premiers 78 tours. C’est le studio Pigalle à Paris. J’ai travaillé avec des personnes qui n’avaient pas spécialement la culture Ferré. J’ai appelé un jeune aussi, François Poggio à la guitare. Il joue avec Daho et Lou Doillon. L’ingé son ne connaissait pas Léo Ferré non plus.
Nous avons organisé un laboratoire avec le résulat tel qu'il est et je me suis amusé à chanter. Ce sont des prises uniques. On a fait 20 morceaux en cinq jours.

 

Vous avez donc privilégié la spontanéité ?

Oui, les maître-mots était sobriété, respect et humilité face à ces immenses chansons. Ensuite, on pouvait s’amuser.

 

© Yann Orhan 

 

Sur scène ce sont les mêmes musiciens … ?

Non car ces musicients sont partis en tournée de leur côté - mais c’était merveilleux de travailler le live avec ma nouvelle équipe. Un jeune de 23 ans par exemple, Augustin Charnet qui est un grand musicien classique et aussi un touche-à-tout de la musique actuelle. C’était merveilleux de voir un môme de cet âge reprendre des oeuvres de quelqu’un qui aurait eu 102 ans. J’ai le guitariste de Dionysos avec moi aussi....

 

Le singe présent sur la pochette et dans le clip, que représente-t-il ?

On s’est posé la question au départ, sur la manière de représenter le projet sur la pochette ou les affiches. Est-ce qu’on met mon visage... celle de Léo Ferré... les deux… ? Une photographe m’a dit “ Je n’ai pas une grande culture Ferré, mais tous mes souvenirs reposent sur des photos de Léo Ferré avec sa chimpanzée Pépée ”. L’idée est donc venue de là....

 

 

Quels sont vos projets avec cet album ? Une belle tournée se profile jusqu’en décembre, elle va continuer en 2019 ?

On se pose des questions parce que tout se passe très bien et on recommence à avoir pas mal de demandes. Je voulais le faire de façon assez concentrée, mais au printemps nous partons jouer à la Réunion.
Je pense qu’après nous allons continuer, car on prend un plaisir fou, et le travail pour monter ce projet était vraiment colossal. De plus, j'ai été très touché d’entendre Mathieu, son fils, me dire que beaucoup de personnes avaient repris Léo Ferré mais n’allaient pas enuiste le défendre sur scène... Rien que pour cette raison, j’ai envie de continuer !

 


©Yann Orhan 

 

Votre dernier album studio de compositions date de 2016. Est-ce qu’un autre est d’ores et déjà en route ?

A chaque fois que j’écris des chansons, je ne me dis pas que c’est pour faire un album. J’ai pas mal de chansons parce que ça me plaît d’écrire des chansons tout simplement.
J’ai écrit un livre cette année et je passe pas mal de temps avec ce livre, sur les salons notamment. Je croise des gens que je n’aurais jamais pu rencontrer par ailleurs.
Pourquoi pas un album, mais aujourd’hui on est en en pleine mutation. Je pense que c’est difficile de retenir l’attention sur tout un album, mais c'est à nous de s’adapter.
On va de toutes façons continuer à écrire des chansonà car il faut bien un prétexte pour (re)partir sur la route…!

 

 "Cali Chante Léo Ferré" disponible

 

Retrouvez Cali sur : 

Facebook
Youtube


Cali en concert :

07.11 • Le Radiant / Caluire-et-Cuire
08.11 • Centre Culturel Valery Larbaud / Vichy
09.11 • Espace André le Jeune / Gueret
10.11 • Semaphore en Chanson / Cebazat
14.11 • Espace Dolfus et Noack / Sausheim
16.11 • Théâtre Dejazet / Paris
17.11 • Festival Anymal / Montpellier
22.11 • Le Zéphyr / Hem
24.11 • Festival Haute Fréquence / Hazebrouck
29.11 • Centre Culturel Quai des Reves / Lamballe
05.12 • El Mediator / Perpignan
06.12 • Altigone / St Orens de Gameville

 

  • Saam WB
    (hôte)
    • 2018-11-02 10:44:19
    • 1 114 views
  • Tags - #INTERVIEW #Artist up #tournée #Cali #léo ferré #album de reprises
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI