Interview et places à gagner pour L'Or Du Commun à la Cigale !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



2 x 2 PLACES A GAGNER
La Cigale - 1er décembre
 ●●● CONCOURS TERMINE ●●● 

2 x 2 PLACES A GAGNER 
La Cigale Paris - 1er décembre 

 ●●● CONCOURS TERMINE ●●● 
Les gagnants seront prévenus par mail après tirage au sort.




L'or du Commun, est un projet musical de Primero, Loxley et Swing. Les trois jeunes bruxellois forment aujourd'hui un trio incontournable de la scène rap contemporaine. À l'occasion de la sortie du premier album Sapiens (le 16 Novembre prochain), Primero a répondu à nos questions concernant le groupe, ses influences, l'album et projets à venir...


 


Comment Victor, Robin et Siméon sont devenus Primero, Loxley et Swing… et l'Or du Commun ?
On a trouvé nos blazes personnels après avoir trouvé le nom du groupe. Je pense que ces noms – influencés par nos pseudos et nos personnalités – ont vu le jour, au moment où nous avons dû nous présenter en tant qu’artistes.
Tandis que l'Or Du Commun est né le jour où on a enregistré notre premier morceau. Ce nom nous semblait assez symbolique et évoquait pas mal de choses. Et selon moi, ce sont avant tout les actes et ce que tu représentes, qui vont permettre à nom de résonner.




Pas trop difficile de travailler sur des projets communs et en parallèle travailler sur vos projets personnels respectifs ? 
C'est vrai que c’est un peu difficile, mais on accorde toujours la priorité à l'Or Du Commun. C’est la réalité du monde de la musique avec ses cycles qui s’imposent à nous : sortie du projet en automne/hiver, dates pendant l'année et ensuite c’est la saison des festivals… Ces cycles correspondent aussi à des périodes de sorties d'albums et de tournées.
Ce n’est pas évident de conjuguer avec des projets personnels et on doit s’organiser pour planifier les différentes sorties en parallèle de l'Or Du Commun.
Par exemple Swing a sorti son album en janvier et j’en avais un presque prêt à la même période. Il faut tourner les clips, s'occuper de la cover, laisser la place pour les scènes… Tout ça demande beaucoup de travail et il est impossible de sortir 2 projets en même temps.
Il est donc important de travailler sur la durée, avec la question de la gestion du temps qui est essentielle. On doit trouver un équilibre entre ce qui est possible de faire, nos envies en tant qu’artistes et les attentes du public. A part ça on y arrive, on se débrouille !


L'or Du Commun © Julia Dubois


Quels sont vos projets, en solo et tous ensemble ? La priorité est donnée à la sortie de votre prochain album ?
Nous avons démarré l'écriture et la création pour l’Or Du Commun depuis un peu plus d'un an. Autour s’est aussi articulée la préparation de l’album de Swing et l'écriture de mon solo, mais nous avons laissé la route centrale à l'Or Du Commun. L'album sort en novembre et on va continuer à défendre ce projet. Ensuite, nous pourrons consacrer un peu plus de temps à nos projets solos.




Comment vous complétez-vous ? Certains plus impliqués sur l'écriture, la prod… ?
Personne ne produit chez nous. Pour l'écriture, chacun écrit ses couplets mis à part certaines fois où il y a un passe-passe ou un refrain où on complète nos parties.
On est très complémentaires, surtout dans nos tempéraments et attitudes. Par exemple un d’entre nous aura un talent de médiateur dans les moments difficiles, un autre dans l’échange sur scène avec le public, un autre pour des idées d'arrangements, ou encore pour des démarches dans le réseau professionnel…
C'est dans ce sens-là qu'on se complète, plus que dans la création. C’est parfois compliqué, mais avant tout très enrichissant et utile.


Sapiens - L'Or du Commun  © Tous droits réservés


« Sapiens » sort prochainement. Doit-on y voir un clin d’oeil à l'évolution de l'homo sapiens ?
Dans l'écriture c'est un projet qui tourne autour de l'homme, sa place dans la société, sa manière d'appréhender la vie à la fois dans ses côtés sombres et joyeux. Pour autant, l’approche n’est pas trop intellectuelle non plus.
Bien que nous soyons tous différents, il y a des thèmes qui nous touchent de la même façon. En tant que jeunes dans la société actuelle, on se pose tous des questions. Nous avons tous un regard sur l'évolution, sur ce qu'elle apporte de bon, de mauvais, voire parfois d'absurde.
Ces différentes réflexions constituent clairement la trame du projet.Le nom a été trouvé pendant la création. On avait déjà la moitié des morceaux, lorsqu’on s’est rendu compte que c'était une thématique récurrente, le fil rouge
 
Quelle est la relation entre les thèmes abordés dans l’album et la cover ?
On a dévoilé la cover qui représente un océan de mannequins de magasin. On a choisi ce visuel après de longues recherches car il soulève de nombreux sujets.
L’amas de mannequins évoque la surconsommation et la densité de population. Tous identiques, ils mettent en lumière l’uniformisation, l’ubérisation et les ressemblances dans nos comportements.
C'est une série d'éléments qui, je pense, révèle la façon dont on aborde le mot sapiens.
 
« Sur ma vie que je vais faire ce qu'il faut…». Qu’entendez-vous par « ce qu’il faut » ?
Chacun voit ce qu'il veut, et c’est ce qui est intéressant. Chaque personne a ses objectifs de vie et ses principes : « ce qu'il faut » consisterait à essayer d'atteindre ses objectifs sans déroger à ses principes. Mais comme c'est Swing qui l'a écrit, peut-être qu'il aurait eu une autre vision (rires).


 


Vous dites avoir été « matrixés par l'hégémonie de la scène parisienne » mais on peut clairement dire que la tendance a été renversée. Bruxelles est arrivé comme l'avait annoncé Caballero et Jean Jass....
Comment expliquez-vous l'essor qu'a connu le rap belge ces dernières années ?
C'est une question qu'on nous a beaucoup posé. Je pense que c'est un peu « effet boule de neige » avec des chefs de file et personnalités qui ont marqué la Belgique. Je pense notamment à Stromae ou des François Damiens si on parle d'autre secteur artistique.
Au niveau du rap, on a eu des gens comme Hamza, Damso, Roméo, Caballero, Jean Jass… qui ont fort marqué ces deux trois dernières années. Ces artistes ont attiré l'œil des médias et du public francophone vers la Belgique.
C’était un grand changement pour un petit pays comme le nôtre, où les artistes rap avaient des difficultés pour faire valoir leur musique et d’en vivre. Cette émulation et intérêt de la part de l'extérieur stimulent et donnent envie de croire que c’est possible. C'est un effet global et l'étincelle est venue de ces chefs de file…


L'Or Du Commun© Hamza Seriak


Un moment en particulier qui vous ait marqué dans votre parcours ? Un souvenir de scène, de rencontre… ? 
Je vois notre évolution comme une succession de souvenirs clefs assez symboliques, qui, tout d'un coup, te font réaliser que t'as passé une étape. Je pense que ce qui nous a marqué, c'est notre premier Dour festival. C’est arrivé très tôt. On a été surpris et on a tout fait pour honorer la place qui nous avait été donnée.
Après cet énorme souvenir, il y a eu de nombreuses étapes. Le concert à La Maroquinerie Paris était symbolique, car a rempli cette salle parisienne avec notre nom. On était heureux de voir que notre public est aussi ailleurs qu’en Belgique !
Récemment, on a aussi été marqué par notre apparition sur le show de Roméo Elvis au Brussel Summer Festival. 
Le fait d’être chez nous, devant des milliers de personnes, devant le Palais Royal, avec Roméo qu’on connaît depuis longtemps… c'est des moments comme ça qu'on retient et qui nous marquent.




Si vous deviez donner un titre dont vous ne vous lasserez jamais… ?
Si les deux autres étaient là, on aurait pas du tout le même morceau à mon avis !
Swing aurait surement donné un morceau de Mickaël Jackson. Loxley m'a fait écouter un morceau de BRNS Brains qui l’a fappé. Moi, pour sortir un peu du rap, j'irais vers des artistes que mes parents écoutaient quand j'étais petit. Je dirais Barbara, comme le titre « Quand reviendras-tu » par exemple.




Des choses à ajouter ?
On prépare la sortie de l'album pour mi-novembre. Cette étape va être un autre moment clef de notre parcours.
Cette sortie s’accompagnera d’une belle date release à Paris à La Cigale le 1er décembre. On réfléchit aussi à un concert à Bruxelles - à la maison… note public l’attend depuis longtemps !




Retrouvez l'actualité de L'Or du Commun : 
Suivez Primero : 
Suivez Swing : 
Suivez Loxley :

...et la programmation de la Cigale : 
Site
Page Facebook
Instagram
  • Alia Euchi
    (hôte)
    • 2018-11-12 13:34:08
    • 1 544 views
  • Tags - #paris #swing #rap #concours #INTERVIEW #Artist up #nouvel album #artistup #bruxelles #places a gagner #concours musique #ODC #L'or du Commun #Sapiens #Primero #Loxley #Vaxone #concert musique
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI