Les clichés d'Alain Laboile : une ode à l'enfance, à la famille, à la vie !

FEATURED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Né le 1er mai 1968 à Bordeaux, Alain Laboile est photographe autodidacte et père de six enfants. Affranchis de tout voyeurisme et de la rigidité du quotidien, ses clichés mettent en lumière une vie efferfescente, remplie de surprises et d’émotions… Faisant de sa famille son sujet de prédilection, Alain Laboile nous laisse entrevoir une vie aux confins du monde, où l'intemporalité et l'universalité de l'enfance se rencontrent. 
Alain Laboile est un photographe mondialement connu pour ses photographies de famille en noir et blanc. Ses oeuvres ont déjà fait l’objet de plusieurs expositions organisées aux 4 coins du monde... Aujourd'hui Alain Laboile continue de partager ces extraits de vie en toute simplicité… une ode à l'enfance, à la famille et à la vie !



Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés


Sculpteur de profession, comment la transition vers la pratique photographique s’est-elle opérée ? 
La sculpture s’exprime-t-elle toujours au sein de vos photographies ?
J'ai toujours créé, principalement avec mes mains. Ma rencontre avec ma femme, étudiante en histoire de l'art en 1990 m'a ouvert à la pratique artistique, principalement sculpturale. J'ai expérimenté les techniques et les matériaux avant de me centrer sur le travail de l'acier. 
C’est en achetant un appareil-photo pour faire des clichés de mes sculptures que la passion photographique est née. Après plusieurs années de pratique de la macro-photographie, motivée par ma passion pour l’entomologie, que j’ai levé mon objectif vers ma famille. 
Aujourd'hui je voyage beaucoup, le temps me manque un peu mais je réalise encore des créatures monumentales et fantasmagoriques à la demande de mes enfants. Ces créations apparaissent fréquemment sur mes photographies, en arrière-plan ou escaladées par mes enfants.


 Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés


Père de famille, vous avez tourné rapidement votre appareil vers vos six enfants. Vous travaillez d’ailleurs chez vous, dans votre maison en pleine campagne bordelaise…
Pourquoi avoir choisi la documentation du quotidien de votre vie de famille comme sujet de prédilection ?
Qu’est ce qui rythme votre vie de famille et en quoi représente-t-elle une source d’inspiration ?
A la fois mélancoliques et vivantes… que cherchez-vous à capturer et à transmettre à travers vos photographies ?
Ma pratique photographique en ce lieu s'est imposée naturellement. Il y a une dizaine d'années, la famille s'est installée dans cette vieille maison de la campagne Bordelaise, bordée d'un ruisseau au fond d'un grand jardin, en lisière de forêt.
C'est notre lieu de vie. J'ai appris à en connaitre les espaces, les lumières, les textures... Il est confortable pour moi d'y photographier mon sujet de prédilection : la vie atypique de ma tumultueuse famille nombreuse.

Notre maison est assez vétuste, mais cela nous importe peu. Nous privilégions la vie tournée vers l'extérieur en construisant des cabanes, en creusant un bassin naturel, en aménageant les berges du ruisseau.Nous bénéficions du confort nécessaire, mais sans superflu. Nous sommes reliés à l'internet, mais avons choisi de vivre sans télévision.

Nos choix nous ont permis d'élever nos enfants loin des turpitudes urbaines et des les affranchir des dérives de l'ultra consumérisme. C'est une vie plus lente, rythmée par les saisons. La scolarisation en famille a constitué la dernière étape de notre quête de liberté. Plus de réveille-matin, plus de course contre le temps.

Ce n'est pas une vie hors du temps, mais une vie où le temps semble parfois suspendu. Mes images relatent une vérité bien tangible : la vie quotidienne d'une vie de famille. Ce qui était au départ un simple album familial s'est transformé en outil de transmission d'un patrimoine légué à mes enfants et à leur descendance. Ma photographie constituera un témoignage sociologique de notre passage sur Terre.
 

Alain Laboile © Tous droits réservés
 Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés


Comment procédez-vous à la prise de vue ? Y-a-t-il une mise un scène, une préparation en amont ?
Je travaille à la maison et suis donc toujours auprès de mes enfants. Je ne provoque rien, je sais être là quand une action intéressante se déroule. Je vais chercher mon appareil photo et je capte l'instant. Tout se passe généralement assez vite, ce ne sont pas des photos posées.
Mes photos les plus « surnaturelles » sont issues de la série « Réflexions autour du bassin ». Elles paraissent surréalistes car ce sont des reflets pris dans notre bassin naturel. Mais cela ne nécessite pas plus de préparation que mes autres photos. Mes enfants jouent autour du bassin, m'empruntent mes sculptures, se créent des costumes végétaux... Je n'ai qu'à les observer pendant leurs jeux et déclencher. La magie de mes images repose sur la créativité des enfants, leur capacité à s'inventer un monde merveilleux.


Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés
Alain Laboile © Tous droits réservés


La majorité de vos photographies sont en noir et blanc. Quelle dimension apporte ce choix de colorimétrie selon vous ? 
La grande majorité de mes images est en noir et blanc. Cela leur confère intemporalité et universalité. Sporadiquement, la couleur s'impose. Je suis incapable de rationaliser les raisons de ce choix, c'est de l'ordre du ressenti. En revanche je sais presque systématiquement si je conserverai l'image en couleur ou la convertirai en noir et blanc lors de la prise de vue.
 
Quel matériel utilisez-vous ?
J’utilise un Leica Q + 28 mm. C’est mon unique matériel.

 
Summer of the fawn - Alain Laboile © Tous droits réservés


Vos photographies ont été publiées en édition limitée par la galerie Vevais, par les éditions Bessard, chez l’éditeur hollandais Duncan Meeder ou encore chez l’éditeur allemand Kehrer Verlag. Vous avez récemment publié l’ouvrage Summer of the Fawn.
Pouvez-vous nous en dire plus ? Vous continuerez à évoquer la vie libre et (presque féérique) de votre famille ? 
Summer of the fawn est sorti en novembre, publié par l’excellent Kehrer Verlag. Il a été lancé pendant Paris Photo. Je consigne régulièrement des idées d'images et de séries dans un carnet...pour plus tard... Mais la maison ne désemplit pas. Nos grands enfants y reviennent chaque semaine.
Le sujet ne s'épuise pas. Je continue à me laisser entrainer par la créativité contagieuse de cette bande d'enfants et jeunes adultes en permanente effervescence.
J'immortalise leurs joies, leurs peines, le joyeux chaos de leurs jeux ainsi que la discrète et bienveillante présence de ma femme. Je ne me résous pas à clore l'album. Il y a trop de belles choses à écrire encore. “Summer of the fawn” est un chapitre de plus dans notre parcours de vie.


 Alain Laboile © Tous droits réservés
 Alain Laboile © Tous droits réservés
 Alain Laboile © Tous droits réservés


Sculpture, photographies, livres… qu’en est-il de la vidéo et du cinéma, n’y avez-vous jamais songé ?
Je pratique la vidéo en dilettante, mais c’est surtout la nature que je filme, la pluie, le changement de saisons... J’en aime les textures, les couleurs et le bruit.


  Alain Laboile © Tous droits réservés


Suivez l'actualité d'Alain Laboile : 

Et la galerie 29 Arts In Progress :
  • Alia Euchi
    (Owner)
    • 2019-01-14 11:16:51
    • 1,497 views
  • Tags - #photographie #noir et blanc #émotion #famille #nature #Magie #artistup #enfance #liberté #interview photo #Alain Laboile #hedonisme #interview artist up
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI