Le street art tendre et réaliste de JAUNE

FEATURED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



JAUNE est un street-artiste qui ne manque ni de talent, ni d'humour. Il met majoritairement en scène dans la rue des agents de propreté miniatures, avec son regard personnel et sa technique de pochoirs. 

A travers ces dessins qui se répondent et se rejoignent, on observe beaucoup de réalisme et une mise en avant de ce métier trop peu considéré.


JAUNE © Tous droits réservés


D'où vient votre nom d'artiste ? Pourquoi "Jaune" ?

Il ne s’agit pas d’une histoire folle, simplement de mon prénom prononcé avec un accent grenoblois.


 JAUNE © Tous droits réservés


Depuis quelques années, une bande de petits hommes jaunes envahissent les murs des rues de Bruxelles. 
Comment l’idée de graffer de minuscules agents de la propreté urbaine vous-êtes elle venue ?
Qui sont ces personnage et quelles sont vos sources d’inspiration ?
 

Durant mes études, j’ai travaillé comme agent de propreté pendant l’été, je nettoyais des rues de Bruxelles.
Je me suis donc retrouvé dans cette combinaison fluo au milieu de la ville et j’y ai fait deux constatations qui m’ont marquées.
D’abord combien une ville comme Bruxelles consume par jour, malgré que ce ne soit pas une mégapole (à peine 1 million d’habitants) la quantité de déchets récoltés quotidiennement est vertigineuse. J’ai donc compris l’importance non négligeable que ces services apportent dans notre société. S’ils s’arrêtent de travailler ne fut-ce que quelques jours, la ville se transformera rapidement en dépotoir.
Ensuite j’ai vu et ressenti combien ces travailleurs, malgré leurs tenues fluorescentes, sont totalement invisibles aux yeux des passants, ils font partie intégrante du paysage. Dès lors, si même en faisant le maximum pour être visibles ils deviennent invisibles, rien ne les empêche de faire n’importe quoi, personne ne les calculera de toute façon.
Au même moment je partageais un appartement avec deux graffeurs, c’est ainsi que j’ai découvert plus en profondeur l’univers du graffiti et de l’art urbain.
C’est donc naturellement que j’ai commencé à faire de petits éboueurs au pochoir (une technique qui me convenait plus qu’à main levée) en les dépeignant perpétuellement dans des actions totalement inutiles, je ne les représente jamais occupés à travailler.


JAUNE © Tous droits Réservés
JAUNE © Tous droits réservés


Entre humour et tendresse, vos personnages sont également d’un réalisme inattendu...
Quel message, sentiment, impression souhaitez-vous faire passer à travers vos créations auprès des passants ?

Je n’ai pas exactement la prétention de transmettre un message précis, dans l’optique où j’ai réalisé qu’à partir du moment où vous n’écrivez pas sur la pièce « ceci est la signification de ce que j’ai peint » les gens sont libres d’interprétation. J’ai déjà souvent eu le cas de gens qui font une lecture loin, parfois à l’opposé, de ce que j’ai voulu raconter, mais pourtant vraie car les faits étaient interprétés d’un autre angle.
Il est clair que je tente de raconter quelque chose mais mon job c’est de créer l’image, votre job c’est de la lire et il n’y a pas spécialement une lecture unique.
J’ai une vision chaque jour un peu plus triste de notre monde, j’essaye donc de garder la pêche en parlant avec humour de sujets qu’il me semble important d’évoquer. Mon but premier est que mon travail puisse décrocher un sourire à ceux qui passent devant (les gens paraissent directement plus sympathiques en souriant), ensuite il y a souvent moyen d’y lire des métaphores et autres allégories, mais comme je le disais : chacun est libre de comprendre ou pas un message derrière…


JAUNE © Tous droits réservés
JAUNE © Tous droits réservés


Pouvez-vous nous en dire plus sur votre travail du pochoir et du trompe-l’œil ?

Je pourrais en dire tellement à propos de cette technique… je pense que le point qui me plait le plus dans la technique que j’ai mis au point, est que j’ai réussi à trouver une façon d’utiliser le pochoir avec autant de liberté que si je peignais à main levée.
Le pochoir est une technique plutôt statique, une fois que vous avez créé votre design, il est fixe, il ne changera jamais de position. Par contre, comme j’ai créé tous mes personnages et éléments de décors à la même échelle, ils sont tous combinables les uns avec les autres. J’ai donc des possibilités quasi infinies d’histoires maintenant que je possède des personnages dans de multiples positions et situations. C’est un peu comme le langage, quand nous parlons nous utilisons un registre de mots limités, en les accordant entre eux et en fonction de leurs positions dans la phrase, nous avons la possibilité d’écrire autant d’histoires différentes.
Chacun de mes pochoirs est donc un mot et je construis peu à peu mon dictionnaire, créant chaque fois un personnage différent qui va pouvoir être combiné de façon nouvelle avec chacun des autres personnages.


JAUNE © Oly Bernardi - Miami Juxtapoz club house

JAUNE © Oly Bernardi - Miami Juxtapoz club house

JAUNE © Oly Bernardi - Miami Juxtapoz club house
JAUNE © Oly Bernardi - Miami Juxtapoz club house


Pourquoi avoir opté pour un format offre miniature pour vos œuvres ?

Cette dimension est parfaite pour moi, elle me permet autant de pouvoir utiliser un personnage seul dans un espace restreint ou de couvrir un mur de grande dimension.
De plus leurs tailles participent à l’effet humoristique de mes personnages, par exemple j’aime beaucoup peindre des bagarres entre eux, et malgré la violence de ce que je représente, ça fait rire car ils sont tout petits. Je pense que d’une certaine façon ça renvoie à l’enfance, mes personnages ont la taille des barbies ou des action man, c’est facile de les voir comme des jouets.


JAUNE © Juxtapoz club house


Où peut-on admirer vos œuvres en France, ou ailleurs ?

En France il n’y en a qu’à Bayonne et à Neuf-Brisach en Alsace. Par contre ailleurs il y en à dans une quinzaine de pays répartis sur quatre continents. La liste commence à être longue, Belgique, France, Suisse, Italie, Allemagne, Ecosse, Luxembourg, Espagne, Portugal, Hollande, Norvège, Royaume-uni, USA, Canada, Colombie, Indonésie… prochainement la Pologne… Bref, l’invasion suit son cours.


 JAUNE © Tous droits réservés


Quels sont vos projets à venir ?
Aimerez-vous vous essayer à d’autres pratiques artistiques, le land art par exemple ? 

J’ai plusieurs projets en chantier, et quelques directions que j’aimerais concrétiser. Je n’en ai clairement pas fini avec cette technique, il me reste encore énormément d’âneries à raconter, et tant que je m’amuse je ne m’en priverai pas.
J’aime toujours décliner mon travail sous de nouvelles formes mais pour cela je fais généralement appel à des artisans dont c’est le métier et qui pourront m’aider à mettre en musique mon travail à travers de nouveaux medium (par exemple j’ai fait réaliser un vitrail que j’ai dessiné par le passé, et j’aimerais remettre le couvert dans d’autres disciplines) mais mon travail principal restera essentiellement tourné vers le pochoir.
Un projet de « land art » pourrait effectivement voir le jour mettant en scène mes personnages hors d’un mur, mais c’en est encore à l’état embryonnaire.


 JAUNE © Tous droits réservés


SUIVEZ LES ACTUALITES DE JAUNE : 

Facebook

 

    • 2019-03-28 17:06:39
    • 921 views
  • Tags - #graphisme #street art #dessin #peinture #pochoir #artistup #art urbain #urban art #jaune
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI