Interview de RADIO ELVIS et places à gagner pour le Trianon !

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité



2 x 2 PLACES A GAGNER
●●● CONCOURS TERMINE ●●● 


Deux ans après leur première Victoire de la Musique, Radio Elvis reviennent avec "Ces Garçons Là", un disque plus pop dans l'enrobage mais définitivement plus rock à coeur.
Le trio livre un disque très autobiographique, où il est question de harcèlement, de discrimination et bien sûr de Rock & Roll. Aujourd'hui en quattuor sur scène, le groupe aux 250 concerts a modelé un set très incisif, à l'image de leur disque. La tournée française passera par le Trianon le 4 avril prochain.
En attendant, on vous relate notre rencontre avec Manu, guitariste passionné et passionnant du projet

 


Revenons sur votre Victoire de la Musique en 2017, comment est-ce que celle-ci vous a fait avancer dans le projet ?

C'était d'abord une grande joie parce que depuis tout gamin, on voit les Victoires de la Musique à la télé. On a vu les grands artistes... On avait toujours envie de faire les bons élèves dans tous les prix ou les tremplins auxquels on participaient et là, c'était une sorte de paroxysme de la récompense. Ça nous a donné confiance pour la suite, en plus comme on pensait déjà à l'album suivant, on est resté nous-même et on a souhaité continuer à créer nos envies.

 

C'était un peu une impression de légitimité également... ?

Oui, la reconnaissance du milieu professionnel et du public, même s'il n'a pas voté.

 

 

« Ces Garçons Là », c'est votre deuxième album, ça raconte un peu votre histoire, est-ce que ça raconte l'histoire d'un groupe en tournée qui a enchaîné presque 250 concerts... ?

Oui, on a fait 250 concerts, mais « Ces Garçons Là », le titre de l'album on peut l'interpréter comme ça. Pour ce qui est du titre de la chanson, c'est une histoire un peu plus précise, c'est l'histoire d'une sorte de mauvais garçon qui prend en bouc émissaire un autre jeune garçon, c'est une dimension autobiographique dans laquelle chacun peut se reconnaître je pense parce qu'on est nombreux à être passé par là.

 

Oui, on a lu que l'un d'entre vous avait souffert de harcèlement scolaire...

Oui, on peut facilement être la bête noire d'un groupe quand on est enfant ou adolescent. Cet enfant doit trouver sa place dans les groupes sociaux comme ça, ce n'est pas toujours facile.

 


© Fanny Latour Lambert

 

Quand vous avez commencé l'écriture du disque, aviez-vous une idée précise du résultat en tête ? Par quel angle avez-vous abordé son écriture ?

Le résultat, on ne l'avait peut être pas en tête dès le début, mais on avait une certaine démarche... On savait comment on voulait faire. Sur scène, comme tu disais on a fait 250 concerts, on est vraiment devenus un groupe de rock donc on voulait vraiment se faire confiance par rapport à la manière de faire.
Ça s'est concrétisé par le fait qu'il y ait moins de guitare et plus de piano par exemple. Ça a donné ce côté un peu plus pop, moins agressif dans le son, mais à la fois, dans l'intention on voulait être plus débridés. Finalement le disque est plus rock en lui-même. Pierre livrait des textes avec une écriture plus directe, il voulait que la compréhension pour l'auditeur soit plus immédiate. C'est une autre manière de faire du rock. 

 

 

Comment est-ce que vous passez du studio à la scène ?

Comme on a mis beaucoup de piano dans le disque, pour la scène, il a fallu garder cette couleur, on a pris Martin Lefevre qui est pianiste, qui nous accompagne pour cette tournée là. On s'est aussi dit que malgré tous les arrangements qu'on a mis sur le disque, on voulait livrer un concert rock. On voulait donc un minimum de séquences pré-enregistrées sur scène, pour nous laisser libres de l'expression. Ableton ça peut être utile, mais pas dans cette démarche...

 

© Fanny Latour Lambert

 

On peur dire qie c'est une épuration du son ?

Oui, on avait peur d'avoir à tout réarranger mais finalement, on s'est rendus compte que quand on prend l'essentiel des chansons, on arrive à rendre le titre tel qu'il pourrait exister sur le disque. Surtout, il est présentable sur scène...

 

 

Toi qui es guitariste, est-ce que tu fais partie des geek de matos, sur quoi tu travailles ?

Oui, j'ai ma part de geek ! Là j'ai quelques belles guitares, je suis assez content. J'ai une Jazzmaster signature Thurston Moore. C'est le guitariste de Sonic Youth, mon groupe fétiche. J'adore cette guitare, je suis comme dans un pyjama avec.
Je suis tombé amoureux d'une Duesenberg, je pensais pas l'acheter et j'ai fait l'erreur d'aller l'essayer en magasin et je suis reparti avec... (rires).
Et Gibson me prête une très belle guitare, une Explorer qui sonne vraiment bien, bois naturel vernis, elle est superbe, elle a un look que j'adore et elle sonne super bien pour les morceaux bien rock du set.

 


© Fanny Latour Lambert

 

Aujourd'hui quels sont vos projets en dehors de la tournée, la musique pour le cinéma ça vous tente par exemple ?

Nous allons va apparaître dans un film qui sortira cette année. C'est une idée qui traîne depuis assez longtemps, parce qu'on aime bien le cinéma, tous les 3 on aime un cinéma différent mais globalement on aime ça. C'est un exercice assez intéressant sur lequel on ne s'est jamais penchés. On reste ouverts à toute proposition ! Sinon, tout le mois de mars on tourne bien fort avec la date du Trianon à Paris le 4 avril, il y aura peut être quelques surprises...

 

Instant portrait chinois de Radio Elvis...

Un animal Exotique ?  Ce serait un ara, le perroquet,

Une fréquence radio ? Celle de France Musique

Un personnage historique féminin ? Louise Michel !

 

"Ces Garçons Là" disponible



RETROUVEZ RADIO ELVIS SUR :

Facebook
Instagram
Deezer
YouTube


RADIO ELVIS EN CONCERT :



2 x 2 PLACES A GAGNER
●●● CONCOURS TERMINE ●●● 
 
  • Saam WB
    (Owner)
    • 2019-03-22 16:43:58
    • 923 views
  • Tags - #pop #paris #rock #noir desir #INTERVIEW #nouvel album #trianon #Bashung #manu #places a gagner #Radio Elvis #ces garçons là
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI