Rencontre avec le motion designer Maxime Causeret qui mêle art et sciences

FEATURED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



Maxime Causeret est spécialisé dans l'animation graphique, la 3D, l'architecture, la peinture et le dessin. Il a notamment créé des clips pour Coldplay et Max Cooper...
Cet artiste addict de la création et de l'expérimentation artistique s'inspire de la nature, de la physique et la biologie, qu'il met en lumière à travers des animations 3D colorées...


Maxime Causeret © Tous droits réservés

 

Quel est votre parcours et dans quel contexte avez-vous eu envie de réaliser vos vidéos d’animation ?
Quelle a été votre première création et comment a-t-elle vu le jour ?

J’ai réalisé mes études dans l’animation. Après un bac scientifique j’ai eu envie de m’orienter dans un domaine plus artistique et j’ai fait un master et un doctorat en art et technologie à l’université Paris 8.
Mes premières créations 3d remontent au lycée où on s’amusait à faire des petites animations à plusieurs. 


Maxime Causeret © Tous droits réservés


Vous créez des vidéos pour des clips, par exemple pour Coldplay ou Max Cooper. Notamment pour ce dernier, on retrouve dans vos vidéos des formes organiques, des motifs colorés qui s’animent et qui rappellent la biologie…
Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Quelle(s) passerelle(s) établissez-vous entre la biologie, les motifs organiques et l’art ?

Je m’inspire de la peinture abstraite avec ces compositions, ces matières et cette sensation parfois de mouvement (je peux citer Zao Wou Ki), mais aussi de la nature, d’artistes comme Ernst Haeckel qui mêlent art et sciences.
L’art s’inspire souvent du réel, personnellement j’aime beaucoup l’animation de systèmes dynamiques, qui consiste à partir d’un état initial de voir comment celui-ci évolue avec des règles souvent basées sur de la physique, et ce qui se passe à l’échelle microscopique est très riche de formes, de vie. L’informatique s’est d’ailleurs beaucoup inspiré de la biologie avec les algorithmes génétiques, les réseaux de neurones...




Combien de temps vous est nécessaire pour réaliser une vidéo d’animation ? Quelles sont les étapes clés ?
Par quels procédés passez-vous et sur quels logiciels travaillez-vous ?

Ça prend beaucoup de temps de réaliser une animation de qualité et c’est souvent sous estimé par les musiciens qui veulent réaliser un clip. Si l’on regarde les court-métrages de fin d’étude des écoles d’animation, ils sont souvent réalisés en groupe de 3,4 personnes sur l’année ou sur 6 mois. Pour réaliser un clip seul, on prend donc un parti pris graphique, qui permet d’être efficace. Je dirais qu’il faut entre 2 et 4 mois. 
Il y a une première étape de recherche, où j’effectue des tests variés et où je cherche des références. Ensuite on commence à essayer de mettre tous ces tests ensemble et de ficeler une histoire avec une animatique et un montage très basique. Puis petit à petit on remplace certaines séquences basiques par des séquences rendues que l’on pourra retravailler ci besoin de manière itérative.
J’utilise le logiciel d’animation Houdini pour pratiquement tout faire, jusqu’au compositing. 




Dans la plupart de vos vidéos on retrouve énormément de couleurs.

Quelle est la place de la couleur dans vos œuvres et comment les maniez-vous ?
Qu’est que la richesse et choix de couleurs vous permet de mettre en lumière… de faire ressentir au public ?

La couleur est importante pour moi. Je trouve qu’il y a trop peu d’animations 3D colorées car on a facilement des rendus réalistes aujourd’hui. Mais ce n’est pas quelque-chose de facile, je dois souvent retoucher mes images. J’essaie en tout cas.    
Je trouve que la couleur donne une énergie positive aux images. Dans les festivals de court-métrages d’animation, on voit énormément de films déprimants, sombres, gris, et j’essaie de m’en éloigner en apportant un peu de couleurs. Surtout sur des animations abstraites sans histoire.


Maxime Causeret © Tous droits réservés


Vous faites de l’animation graphique, de la 3D, de l’architecture, de la peinture et également du dessin. On voit dans plusieurs vidéos comme « Ghost are dancing » des dessins qui s’animent.
Pouvez-vous nous parler de votre technique, comment donnez-vous vie à ces dessins ?
Quelle est la place du dessin dans votre métier ?

Je ne dessine plus trop mais c’est ce côté vivant que j’aime bien dans le dessin. Dans « Ghost are dancing » j’avais un effet basé sur du dessin qui suit une animation 3D ou une vidéo. Du coup il fallait dessiner un dessin toutes les 25 images par exemple et le dessin se déformait sur l’animation 3D, il apparaît et disparaît pour ensuite laisser place à un deuxième dessin. C’est vraiment intéressant de pouvoir ramener la spontanéité et l’énergie du dessin dans la 3D, Disney a par exemple utilisé une technique qui ressemble sur son court métrage Paperman, il y a quelques making off.
Dans mon métier le dessin est souvent un peu oublié. Le dessin est utilisé dans l ‘étape de storyboard mais on va très vite en 3D sur une animatique et parfois sur des concepts.




Avez-vous un lieu favori pour créer ? Travaillez-vous en studio, en atelier… ?

Je travaille chez moi. J’aimerais bien avoir un endroit collectif pour travailler mais il faut pouvoir lancer des rendus, parfois vérifier le soir que les calculs en cours sont bien lancés pour la nuit. J’habitais dans les montagnes, mais je viens de déménager vers Montpellier. Je vais voir si l’opportunité se présente.


Maxime Causeret © Tous droits réservés

 


Aimeriez-vous vous essayer à un autre domaine, médium ou esthétique artistique ?

L’animation 3D est finalement un domaine assez varié car on peut y utiliser si on le souhaite de la peinture, du dessin, on peut animer. Son énorme défaut c’est la spontanéité et la lourdeur des processes. Je fais un peu de guitare en loisir, et jouer à plusieurs c’est une expérience très différente qui me suffit pour l’instant et qui avec le recul est complémentaire.


Maxime Causeret © Tous droits réservés

Vous avez également réalisé une vidéo pour le Futuroscope, et des pubs pour Nike, Samsung, ou encore Lacoste.
Qu’appréciez-vous dans la réalisation de ces projets de commandes ?

Alors sur ces projets j’ai pas forcément tout fait. Pour la plupart j’ai travaillé pour une société de post production ou j’ai réalisé des effets sauf pour Nike où j’ai pu travailler directement avec eux. Personnellement j’apprécie aussi d’avoir des projets où il faut moins réfléchir et sortir des images. Il y a une approche plus technique qui demande d’avoir souvent plus de contrôle sur ce qu’on fait car les demandes de retouches sont souvent précises, et parfois la frustration donne des envies et des idées pour des projets plus personnels. Après sur Nike on avait la liberté de faire ce qu’on veut, on a juste cruellement manqué de temps pour le faire. 




Y-a-t-il un artiste ou un projet pour lequel vous aimeriez créer une vidéo/un clip en particulier ?

J’écoute surtout du jazz manouche avec Django Reinhardt. Du coup je suis assez ouvert sur les artistes contemporains, j’aime les choses colorées.


Maxime Causeret © Tous droits réservés


Quels conseils pourriez-vous donner à un motion designer qui se lance ?
De quelles qualités et compétences a-t-il besoin ? Quelles sont les difficultés du métier ?

Ça dépend un peu du type de motion designer qu’il veut être. Mais ça peut être intéressant d’avoir de bonnes bases en animation 2D traditionnelle. On voit de plus en plus de 3D dans le motion design. Personnellement je trouve qu’aujourd’hui c’est toujours un plus d’être à l’aise avec la technique et la programmation, ça peut apporter d’autres cordes à son arc surtout quand on travaille sur un ordinateur dans un domaine qui évolue très vite.
Les principales qualités d’un motion designer, c’est le sens du timing, de la composition, de la couleur, de l’animation et bien connaître son outil de travail.
Les difficultés du métier, c’est souvent les délais, ou les budgets qui ne permettent pas d’avoir des délais suffisants pour faire de la qualité.




Quels sont vos projets à venir ?

En projet à venir, j’ai une animation à faire cet été de nouveau pour Max Cooper pour un concert, ça sera aussi sur Vimeo. Un autre projet dans les cartons, plus à l’étape de test avec la personne avec qui j’avais fait Ghost are Dancing. 



Suivez Maxime Causeret :

VIMEO


    • 2019-04-11 13:00:22
    • 1,370 views
  • Tags - #graphisme #design #clip #video #animations #coldplay #3D #INTERVIEW #coloré #viméo #artistup #max cooper
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI