Un court métrage pour les Salmon Fishers ?

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Les Sal... qui ? Les Salmon fi... qui ? Les Salmon Fishers quoi ! Une bande de potes qui a trop trainée dans les bars à pêcheurs canadiens où ils sont d’ailleurs allés chercher et cerner leur identité musicale. 

Non ! On ne présentera plus ces jeunes lyonnais déjà bien enracinés dans un monde pop et cuivré et qui, avec soif d’expérience et de découverte, abattent une carte de plus sur la table. En effet, « Karuselli » leur dernier EP s’inscrit dans une dimension pluridisciplinaire grâce à un assortiment de clips qui forment, dans le bon ordre de lecture, un court métrage audacieux et très réussi.
 


Vous n’en êtes pas à votre premier EP, en quoi « Karuselli » est-il différent des autres ?

« Là où je trouve que cet album est différent c’est dans la diversité entre chaque titre. On a réfléchi a un concept général autour des facettes de la personnalité d’un personnage que l’on a pas nommé mais plutôt inventé, avec des esthétiques différentes les unes des autres, plus ou moins froides, chaudes, plus ou moins organiques. En terme de son, on trouve des éléments à fil conducteur sur l’EP. Il y a cinq formes différentes de musicalité et c’est leur ensemble qui représente le mieux l’identité Salmon Fishers. Même si on aborde d’autres formes de musicalité et de composition, ce n’est pas un virage radical non plus. »

 


Assortir vos titres de mini-clips vidéo traduit un univers bien particulier. Expliquez-nous pourquoi vous avez décidé de faire ce court métrage ?

« On arrivait pas à dégager un titre phare de cet EP, chaque titre avait une personnalité très forte et différente. On a été attiré par tous les morceaux, de ce fait c’était dommage de mettre un titre en avant alors que l’EP était une histoire. Tous les morceaux étaient important s’enchainaient réellement, comme si c’était différente étapes allant du A jusqu’au Z. Nous avons voulu mettre chaque chanson sur le même piédestal et donc de les assortir chacune d’un clip vidéo. »

 


" White Light " (1/5)

« C’était également l’occasion de sortir un peu du schéma classique de chaque groupe, c’est-à-dire de faire un EP avec une chanson un peu plus visible que les autres. On avait une autre ambition, quelque chose de plus large qui incarne plus ce que l’on veut être et représenter avec les Salmon Fishers. Et puis, c’est toujours un peu grisant de s’arrêter sur la musique et de ne pas toucher aux autres disciplines. On a donc effectivement joué la carte de la pluridisciplinarité. » 
 


En définitive, pouvez-vous me dire quel est le synopsis de ce projet vidéo ?

« On ne peut pas dévoiler la fin de l’histoire tout de suite. A la rigueur, en se rattachant aux paroles, on peut trouver le lien entre les différentes pistes. Il y a 3 clips ouverts et un fermé » 

« On suit plusieurs personnages à la fois avec des histoires et causes perdues pour chacun. On va suivre un homme qui cherche sa voie, une fille qui se perd, un autre qui a un défi à accomplir et qui vont vers le même dénouement. On est sur le principe du film « Babel » plusieurs histoires qui se rejoignent. »
 

" Time to go " (2/5)

« Je pense que le plus important dans ce court métrage c’est les différents tableaux que l’on montre et pas simplement la finalité de l’ensemble, il n’y a pas de grande morale à la fin. On souhaite exprimer un peu plus des ambiances qui reflètent la personnalité de ces personnages. L’expérience qui est tirée de chaque personnage est symbolisée par le verre de vin, ça symbolise cet homme qui s’insurge sur sa situation, qui veut quitter la ville et toutes les mauvaises expériences inhérentes pour retourner à la nature et se retrouver. Finalement il ne s’y retrouve pas et est toujours perdu. »

" Black Machine " (3/5)

« Ce que nous avons remarqué et qui est très intéressant, c’est que chaque personne qui a laissé un commentaire sur la vidéo donne une interprétation différente. Notamment sur " White Light ", beaucoup de personnes sont parties sur la métaphore du crocodile avec l’homme, est-ce qu’ils représentent la même personne ou au contraire est-ce qu’ils se combattent ? C’est ça qui est super ; nous avons notre propre vision mais on se rend compte que les gens ont leur propre interprétation de l’histoire. Cela nous fait voir notre projet et notre musique sous des angles différents. »

 

Quelles ont été vos inspirations et influences pour réaliser ces clips ? 

« On a commencé par faire un brainstorming individuellement pour en dégager des mots et des idées. On a ensuite travaillé sur les mots qui se rapprochaient et qui s’entrecoupaient suite aux différentes écoutes des membres du groupe pour trouver les mots clés qui correspondaient au mieux à ce que chacun on avait ressenti. Ça a pris des mois pour arriver à ces vidéos-là, ça été beaucoup de réflexion, d’écriture et d’idées.

Puis on est arrivé à la réflexion dont je faisais allusion tout à l’heure, c’est à dire qu’on ne voulait pas mettre un seul morceau en avant. On a en ensuite discuté avec le réalisateur, puis nous avons écrit tous ensemble un script. »

" 3 Years " (4/5)
 

Parlez-moi de ce dernier épisode qui sortira très prochainement

« Pour le dernier clip, on va aller dans un nouvel univers, on va arriver sur une réponse un peu plus positive et plus festive. Nous n’avons pas encore vus la version finale mais ce que je peux dire c’est qu’on retrouvera tous les personnages. Sachant que le dernier morceau dure environ 6 minutes, on sera réellement sur un court métrage finalisé dont on pourra enchainer le visionnage et apprécier la vue d’ensemble. »

 


Quels sont vos projets, ambitions et idées pour l’avenir ?

« Actuellement nous sommes dans une réflexion à moyen terme. On se demande comment allons-nous évoluer ? Est-ce qu’on va faire un album dans deux ans et prendre le temps de progresser à ce niveau ? Ou au contraire est-ce qu’on va essayer de faire un tour de France et faire des concerts un peu partout. Nous sommes encore en pleine réflexion sur la stratégie à adopter pour l’évolution de notre groupe.

On va prendre le temps de s’attarder sur des détails importants qui caractérisent notre musique, pour ne pas s’asseoir sur nos accomplissements dont nous sommes plutôt fiers. Alors nous réfléchissons sur notre capacité à aller encore plus loin car jusqu’à présent nous avons toujours eu une vision à court terme, sur les mois à venir, maintenant on veut réfléchir sur le long terme. C’est pour ça que l’on prend le temps de réfléchir afin d’avoir un plan en béton sur les deux prochaines années.

En terme de concerts, on a pas mal joué à Paris ces derniers temps, il en va de même pour la scène Lyonnaise que nous avons beaucoup côtoyée depuis que nous existons. On voudrait maintenant essayer de se confronter à d’autres publics, d’aller en quelque sorte se « casser les dents » dans d’autres villes où le public ne nous connait pas ou moins bien. 

Je pense que maintenant on a l’ambition d’être actif sur plusieurs tableaux, le live, la scène, l’album, la stratégie. »

 

Comment voyez-vous les Salmon Fishers en 2033 ?

« Un groupe identifié qui a marqué sa génération, qui a apporté son esthétique et sa nouveauté à la musique. Un groupe qui nous a porté dans la vie, qui nous a fait plaisir, qui a touché un maximum de personnes, que les gens aient des refrains qui se répètent dans leur tête. Ce qui serait super, c’est que dans 10 ans il y ait des personnes en soirée qui se disent « Eh tiens, si on mettait les Salmon Fishers » et qu’ils se mettent tous à danser dessus pendant 4 minutes. »

 

Retrouvez les Salmon Fishers sur :

www.salmonfishers.com

Facebook

Deezer

Twitter

Soundcloud

 

Leur page Artist'UP :

ICI 

— Propos recueillis de Robin Vincent (Chant) et Allan Garmat (Batterie) —

    • 2015-05-04 18:11:33
    • 1,564 views
  • Tags - #musique #video #Lyon #music #court métrage #salmon fishers
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI