Gregos' faces on the walls

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité





Parlez-nous de votre parcours. Comment êtes-vous arrivé au street art ?

Depuis tout jeune, j'ai toujours détesté m'ennuyer. Le dessin et la sculpture ont été pour moi un refuge.
Mon parcours scolaire et professionnel n'a jamais eu de liens avec ce que j'ai toujours aimé faire, créer, qui n'était donc qu'une passion que je n'assouvissais que seul et dans mon coin.
Puis est venue ma période tag et graffiti à la fin des années 80, avec mes potes de l'époque, nous ne faisions pas que cela, et ce fut la raison pour laquelle notre dernier Crew s'appelait "Da Criminal Artists", ce qui nous à causé beaucoup d'ennuis, mais encore plus à nos rivaux.
Puis j'ai devancé l'appel de mon service militaire suite à la fin de mon parcours scolaire (qui s'est terminé brutalement lorsque mon directeur de lycée s'est fait braquer en pleine cours d'école par des mecs avec qui mon Crew et moi même avions des soucis, j'étais le seul encore dans le circuit scolaire, donc facile à trouver. Ce directeur pour se protéger, m'a tout simplement viré). Lors de ce service militaire, je n'ai eu le temps de créer qu'une seule oeuvre, ma quille de libération, que je possède toujours. Puis en 1995, je suis partis travailler à Athènes en Grèce, ou j'ai beaucoup visité de lieux chargés d'histoire, et ou les sculptures m'ont impressionnées. A mon retour en 1997, je me décidais donc de consacrer une grande partie de mon temps libre à la sculpture, puis au moulage, cela m'a bien occupé pendant des années, pour éviter de sombrer.
En 2003, je partais pour Boston aux états unis, ou je me suis mis à la peinture, tout en pratiquant toujours la sculpture et le moulage. C'est la bas que j'ai crée mon premier visage.
A mon retour en 2006, j'ai atterri dans le quartier de Pigalle, ou j'ai collé ce premier visage.


 

Comment est né ce concept de visages ?

Il est né sur un coup de gueule contre des jeunes étudiants qui discutaient un peu trop fort dans l'impasse ou j'habitais, je travaillais la nuit, et ils m’empêchaient de dormir le jour, alors j'ai collé ce visage (qui tirait la langue) la ou ils squattaient.

Puis j'en ai collé un deuxième, un troisième, puis d'autres, pour que les gens se posent la question : Pourquoi ce visage nous tire la langue ?


 


Comment décririez-vous votre univers artistique ?

Loufoque.


 


Où puisez-vou votre inspiration ? 

Dans la vie et l'actualité de tous les jours.


  


Comment choisissez-vous vos emplacements ?

Ils me choisissent la plupart du temps. Quand j'en choisis un, c'est pour faire une installation plus importante et préméditée.


 
 
Comment les oeuvres sont-elles fixées aux murs ? Ne sont elles pas enlevées ou volées ?

Elle sont fixées avec une colle Polymère, très résistante. Beaucoup sont quand même volées et peu enlevées. Cela ne me dérange plus.


 

 

Vous vous êtes forgé une réelle identité avec vos visages en 3D, en êtes-vous satisfait ? D’autres directions vous attirent-t-elles ?

Je ne serais jamais satisfait de ce que je fais, cela me pousse à faire toujours mieux, plus grand...


 


Quels sont vos projets 2014 ET évènements à venir ?

Elever mon fils, des expositions, des ventes aux enchères, mais surtout et principalement, du travail de rue, en France et à l'étranger.

 





RETROUVEZ GREGOS ART SUR :

Site Officiel

Page Artist'UP

Page Facebook



 

 ! EVENEMENTS ! 

EVENEMENT FACEBOOK
INTERVIEW DE CODEX URBANUS sur Artist'UP
INTERVIEW DE STOUL sur Artist'UP


Vernissage samedi 15 novembre à partir de 17h
pour la sortie du Livre d'artistes urbains FIGURE
JOEL KNAFO ART GALLERY
 : 146 bld Vincent Auriol 75013 Paris

EVENEMENT FACEBOOK

INTERVIEW DE FKDL SUR ARTIST UP

INTERVIEW DE STOUL SUR ARTIST UP

INTERVIEW DE LEVALET SUR ARTIST UP

 

    • 2014-11-09 18:49:40
    • 2,011 views
  • Tags - #paris #street art #collage #peinture #faces #Sculpture #gregos
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI