Les illustrations saisissantes de Fred Le Chevalier

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

La patte de Fred Le Chevalier est identifiable par ses créatures surnaturelles. En les regardant, nous sommes saisis par la simplicité et l'émotion qui s'y dégagent. On retrouve les sentiments en chaque créature, en passant par la mélancolie, la joie, l'espoir... on ressent les émotions de l'artiste, on se les approprie.... Un travail bouleversant à découvrir !

Dans le cadre de la NUIT BLANCHE du 4 octobre 2014 à Paris, Fred Le Chevalier sera présent pour déployer ses collages. Evénement construit autour du thème " Origines, peurs et délices" : 

"Et si on retombait en enfance ? Le temps d’une Nuit Blanche, des artistes et des habitants vont investir l’ancien lycée hôtelier Jean Quarré, déserté depuis des années, pour lui redonner vie. Une seule consigne : retrouver les peurs et les délices de nos origines. Dans ce lieu oublié, nous serons guidés tout au long de la soirée par des comédiens, enseignants performers, danseurs, architectes, éditeurs, écrivains, chanteuse, musicien. A toute heure de cette Nuit Blanche, nous pourrons nous cacher dans des cabanes, déambuler dans des expositions, visiter la librairie éphémère, assister à d’étranges cours, jouer au sable avec un mandala coopératif..."

 

Fred Le Chevalier

 © 2014 Richard Beban and Paris Play
 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours, décrire en quelques lignes votre travail ?

Je n'ai pas de formation artistique, j'ai seulement été passionné de dessin, de lecture, d'image comme beaucoup d'enfants. Un père peintre, une mère grande lectrice, Je me suis découvert une passion pour la mythologie, l'histoire, les romans d'aventures accompagnés de gravures, et d'images à profusion. J'ai grandi avec de la musique punk rock, hardcore, diffusé quelques temps un fanzine, tout cela ayant influé sur mes choix. 
A 33 ans j'ai ressenti le besoin de changer le cours de ma vie, m'inscrire en rupture avec un certain marasme et, influencé par la simplicité du trait et l'efficacité des dessins de la tourangelle Béatrice Myself, j'ai repris le dessin, comme une fenêtre ouverte avant de m'y plonger de plus en plus. 
Je me suis arrêté sur des dessins en noir et blanc représentant un alter ego pis de petits personnages un brin rétro, pas vraiment ancrés dans une époque, ni enfants ni adultes la plupart du temps, pas vraiment féminins pas vraiment masculins. Je les place en mouvement ou de face, accompagnés de monstres, de petites phrases énigmatiques parfois, de symboles dans une envie de douceur sur le monde tel qu'il est, un peu comme des portes bonheur. Libre à chacun d'inventer les histoires qu'il voudra ou de rester froid bien sûr.
 

Fred Le Chevalier 

© Fred Le Chevalier

 

Depuis quand pratiquez-vous le "Street Art" ?

Je n'utilise jamais ce terme à vrai dire. Il renvoie à des modes d'interventions, une culture, des influences qui ne sont pas du tout les miennes autant qu'à une hystérie un peu trop vive pour moi. Je suis vite à l'étroit dans les termes, les milieux qui sont riches en codes, en querelles alors je préfère dire que je dessine, découpe et colle.
Je colle depuis 4 ans et demi, peut être 5. Ça a été une envie spontanée et une suite logique à la fois puisque j'avais envie que mes dessins sortent de chez moi, voyagent. Ils le faisaient déjà d'une certaine manière puisqu'à l'époque je les offrais à des inconnus qui suivaient mes dessins sur MySpace. J'avais envie qu'ils voyagent mais en liberté, sans contrainte, sans comptes à rendre. Il se trouve que j'ai adoré ces moments au point d'en être à plusieurs milliers de collages.

 

Fred Le Chevalier

 © 2014 Richard Beban and Paris Play

 

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

C'est une question difficile... Quand on se lance dans l'écriture ou le dessin, ou d'autres activités qui aèrent, je crois qu'on cherche justement à ne pas définir, pas alourdir, mettre le cerveau en jachère. Comme je le disais plus haut je pense qu'il y a une patte identifiable, un trait, que ce qui interpelle n'est pas dans la technique pure mais par la simplicité au contraire. Mes dessins j'y place de la mélancolie, de la joie, de l'espoir, des émotions, en les laissant assez ouvert pour qu'on se les approprie. Ce qui me vaut des retours ou d'autres se racontent au travers de mes dessins, c'est la richesse du processus.

 

Fred le Chevalier

 © Fred Le Chevalier

 

Quel message souhaitez-vous véhiculer à travers vos créations ?

Je n'ai pas l'ambition d'un message  fermé, impératif. Je suis plus sensible à ce qui suggère, laisse imaginer, rêver, s'envoler par-dessus ce qu'est la vie, la réalité, ne pas subir. Cela n'empêche pas d'évoquer des thèmes comme l'homophobie mais mon dessin est plutôt axé sur l'émotion, l'intime et la suggestion, l'ambition de faire de la poésie.

 

Fred Le Chevalier

© Fred Le Chevalier

 

Quelles sont vos influences ?

Beaucoup d'images liées à l'enfance, l'adolescence, à des périodes où je lisais beaucoup. Des films d'animation comme « Le Roi et l'oiseau » ou « La Planète sauvage ». Les gravures de Gustave Doré et tout ce qui illustrait les livres que je dévorais. De la bande dessinée noir et blanc ou épique comme Toppi, Battaglia  (j'ai grandi à Angoulême où se tient un festival de bandes dessinées qui à l'époque était gratuit et permettait à tous de se confronter aux images). L'iconographie du punk, de fanzines faits à la main avec beaucoup de dessins, des groupes très créatifs comme avec Les Béruriers noirs, les Dead Kennedy's et bien d'autres. Des films comme « Le Freaks » de Tod Browning, « Le Tambour » ou tous les Monty Pythons.
 

Fred le Chevalier

© Fred Le Chevalier

Quelle(s) technique(s) utilisez-vous ?

Je travaille sur de petits formats, même si j'ai envie d'agrandir un peu. Au crayon de papier puis avec des feutres fins, de diamètres différents, j'utilise des marqueurs pour arriver à du très sombre sur les aplats. Mes personnages sont plats, s'apparentant peut être un peu à des masques. Concernant la partie collage je fais imprimer en petit ou très grand, je découpe, détoure, je colorie et puis colle tout bêtement avec la technique utilisée pour le papier peint.

 

Fred le Chevalier colle au M.U.R. - Février 2014 from Laux laurence on Vimeo.

 

Quelle est la création dont vous êtes le plus fier ? Pourquoi ?

C'est souvent la dernière dont on est le plus fier alors je dirais le mur que je viens de réaliser rue d'Oberkampf pour l'association Le Mur. Un huit mètres sur trois où j'ai choisi de dessiner un bal. Je me suis fixé dessus presque deux mois. Un bal me paraissait logique puisqu'il y avait une inauguration, l'occasion d'une fête ensemble. Dans le bal j'ai intégré implicitement la question nauséabonde de cette « théorie du genre » qui empoisonne les esprits. Je vois les moments comme des événements, essayant d'y créer une ambiance, de la joie, un partage, j'avais donc préparé deux cent cinquante masques en papier que j'ai distribué aux spectateurs sur un air de Boris Vian avec l'aide de quelques amis. Il y avait des personnes qui comptent présentes, connues à divers moments de ma vie. Ça a donc été un bien beau moment... En attendant le prochain.

ARTICLE/ ITW le M.U.R sur Artist'UP
 

Fred Le Chevalier

© 2014 Richard Beban and Paris Play

 

Quels sont vos projets à venir ? 

Je prépare une exposition personnelle en octobre et ... Ce qui viendra. 
J'ai aussi sorti un livre objet, recueil de dessins chez Echos Editions nommé  « L'amour n'est jamais sale / Bal et dépendances ».

 

  
"Pour la nuit blanche dans le plus beau quartier de Paris, tout là haut tout au nord, il y aura des comédiens, des architectes, des livres, des portes, des fenêtres et une entrée avec de la lumière.
Sur le thème " Origines, peurs et délices". J'aurai la chance d'y être pour y déployer mes personnages de papier."

- Fred Le Chevalier

 


EVENEMENT FACEBOOK 

 

 

Retrouvez Fred Le Chevalier :

SITE OFFICIEL
FACEBOOK
TWITTER
BOUTIQUE 

 

  • Léa ZASTKO
    (hôte)
    • 2014-10-17 16:22:59
    • 2 965 views
  • Tags - #paris #dessin #collage #Rue #Rêve #bal #le mur #surnaturel
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI