Le virage de la musique électronique avec Thylacine

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Le thylacine était un loup marsupial habitant les forêts de la Tasmanie. Aujourd'hui, il en reste un seul : il vient d'Angers et il a été sélectionné pour les Inouïs du Printemps de Bourges! Sa musique se situe entre l'électronica, le trip hop et la minimale. Découvrez Thylacine, un musicien qui garde le caractère solitaire de son homonyme, mais qui n'hésite pas à collaborer avec d'autres artistes pour nous entraîner dans une musique aussi dansante que mélancolique...


- EN CONCERT LE 26 JUIN 2015 -
17ème édition de Solidays, festival porteur d’espoir et d’humanité !
ARTICLE SUR ARTIST'UP

© Fiona Torre - Thylacine

Qu'est-ce qui caractérise l'électronica par rapport aux autres musiques électroniques ?

L'électronica serait de l’électro dont la finalité n’est pas forcément le club ni la danse, mais qui peut aussi être apprécié au casque, dans le salon etc... 

 © Tianès Montasser - Thylacine
 

Quelles émotions veux-tu produire chez tes auditeurs ?

J'ai pas vraiment une dynamique de vouloir faire quelque chose dans un but précis. Je compose et ça vient naturellement, je suis le morceau en fait, c'est pas moi qui décide vraiment où je vais. Chacun a sa façon de composer mais avec moi ça marche vraiment que comme ça.
 

© Fréd Lombard - Thylacine

 

Quelle sont les artistes qui t'inspirent le plus ?

Le trio qui s'appelle Moderat, c'est l'association de Modeselktor et d'Apparat qui sont deux groupes allemands, c'est une musique qui me touche vraiment beaucoup. Après ça peut être assez varié, dans ce genre là il y a Four Tet que j'écoute beaucoup ou John Talabot aussi. Après j'écoute pas mal de musique un peu plus classique contemporaine comme Philip Glass ou Steve Reich qui ont beaucoup apporté à la musique répétitive. Il y a aussi d'autres plus connus comme Paul Kalkbrenner que j'écoute encore beaucoup et des vieux groupes comme Massive Attack...

 

 

Comment s'est fait le passage du saxophone à la musique électronique ?

Ça s'est fait à un moment donné, j’ai joué dans plusieurs groupes, j'ai fait pas mal de classique au début et un peu de jazz aussi et puis j'ai eu envie de composer mes morceaux tout seul. Au départ je faisais des morceaux avec une petite boite à rythme et du saxo et j'ai vite trouvé la partie électronique plus intéressante, j'ai continué la dedans et j'ai mis le saxo de côté, je le sort de temps en temps quand ça s’y prête vraiment. Mais au départ c'est vraiment arrivé avec la volonté de faire mes morceaux tout seul, sans avoir quelqu'un d'autre et la musique électronique permet vraiment ça. J'ai vraiment découvert cette musique et ce milieu en composant, j'ai commencé un peu à regarder ce qui se faisait, et c'est comme ça que je suis arrivé à ça.
 

© Happiness in Uppasala - Thylacine

 

Mais Thylacine a quand même collaboré avec d'autres artistes, comme Camille Desprès...

Oui, c'était sur le premier EP mais on travaille plus trop ensemble, je suis en train de bosser sur plusieurs morceaux avec d’autres chanteuses et collab’. Je travaille avec Laetitia aussi qui fait de la vidéo en live. C'est surtout au niveau de la composition du morceau que j'ai envie d'être complètement libre, seul dans mon studio et m'amuser à tout gérer, que ce soit la partie rythmique, les basses, tous les synthés... Mais c'est pas du tout d'être tout seul sur scène, d'ailleurs en général j'essaye tout le temps de m'entourer et de faire quelque chose de plus vivant et un peu moins égocentré sur scène.

 



Tu fais des études de Beaux-Arts. Est-ce que tu arrives à associer ces deux domaines artistiques ?  

Aux beaux-arts j'ai presque tout le temps bossé sur la musique, tout ce qui entoure la musique, les partitions, tous les visuels qui peuvent entourer la musique sur la pochette, sur les clips, sur tout ça. J'ai beaucoup bossé ça donc c'est toujours un peu lié, mes profs ont pas été surpris quand ils ont vu que j'ai commencé à faire beaucoup de musique. Thylacine nourrit un peu ce que je fait aux Beaux-Arts, même si maintenant je n'ai plus trop le temps, et inversement ce que j'ai fait aux Beaux Arts a beaucoup apporté à la musique que je fais. Même si c'était une musique beaucoup plus expérimentale que je faisais aux beaux-Arts, ça reste assez lié.
 

 

Tu te vois où dans 5 ans ?

C'est très compliqué. Honnêtement je sais vraiment pas, même dans un an je sais pas où je serai et qu'est-ce que je ferais. Dans 5 ans je me vois bien bosser sur un opéra ou quelque chose comme ça, préparer un gros spectacle, l'opéra m'a toujours attiré donc peut être un jour je tenterai un petit peu ça et pourquoi pas dans cinq ans.

© Fréd Lombard - Thylacine

Un mot pour finir ?

Là je suis en train de préparer la sortie de Home, mon prochain morceau que je joue en live depuis l'été dernier à peu près où du coup je ressort le saxo, je comptais pas vraiment le sortir, mais au final à force de recevoir plein de messages de fans qui me demandent de le sortir, je le sors ce vendredi là. En préparation de l'EP qui sortira en mai.
 

 

Retrouvez Thylacine sur :

Facebook

Artist'UP

Soundcloud

YouTube 

 

Et en Live :

10/04/2014 - Sosh aime les inRocks Lab (Tours)

11/04/2014 - La cave à musique (Mâcon)

12/04/2014 - Go Sound - Stéréolux (Nantes)

23/04/2014 - Printemps de Bourges

 

25/04/2014 - 6 par 4 (Laval)

30/04/2014 - Le Baraka (Clermont-Ferrand)

  • Artist UP
    (Owner)
    • 2015-01-09 22:19:40
    • 1,759 views
  • Tags - #électro #musique #thylacine #Inouïs du printemps de Bourges #elctronica
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI