Sans retouches, Rom Light Painting !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

La curiosité a amené Romain, a.k.a Rom1 Light Painting là où il est aujourd'hui. Sa passion est de faire des découvertes en jouant avec l'ombre et la lumière. Passion qui permet à ce photographe spécialisé en light painting d'offrir une multiplicité d'univers et de thèmes dans ses photographies.
 

© Rom Light painting 

Peux-tu te présenter?

Je suis Romain Millet alias Rom Light painting (ou bien Rom1 Light painting), j’ai 31 ans, je suis photographe spécialisé en light painting sur Lyon. Je n'ai pas toujours été photographe, j'ai découvert la photo en 2009, en achetant mon premier reflex. J'ai donc essayé de me documenter un peu sur ce qui se faisait en photo et je suis notamment tombé sur le light painting. Après des essais et des sessions très ludiques, c'est devenu très vite une vraie passion. J'ai ensuite essayé de développer ça à travers tout un travail photographique. Ce n'est pas mon métier principal, je ne vis pas de la photo, je travaille dans les travaux publics (BTP). Par contre j'envisage vraiment dans un futur proche de faire encore plus de photo, voir même de laisser tomber mon métier principal pour m’y consacrer.

 

 © Rom Light painting 

 

Comment définirais-tu le light painting ?

Alors ça c'est un bon sujet de discorde entre tous les gens qui font du light painting parce qu'il y a plusieurs univers et plusieurs écoles. Il y a ceux qui font plutôt du light graff qui sont donc issus plus du graff et de la culture street. Il y en a qui font plus du dessin, de la mise en scène, de la calligraphie, on appellera ça light painting d'une manière plus large.

Pour moi le light painting ça réuni tous les styles de pose longue utilisant des lumières pour dessiner ou faire des mises en scène.

Il y a ceux qui font des retouches, ceux qui ne font pas de retouches. Il y a même un nouveau truc, c'est SOOC (Straight Out Of Camera), c'est vraiment la photo telle qu'elle est dans l'appareil, sans même un recadrage.

 

 © Rom Light painting 
 

Toi, tu fais un recadrage ?

Moi je ne fais pas de retouches, je fais juste un traitement photo. Je réajuste un peu le cadrage, les contrastes, quelques fois la saturation par exemple. Je l'assume totalement dans le sens où, pour moi, quand on fait une belle photo c'est dommage de pas l'amener le plus loin possible, de révéler au mieux tous sont potentiel. Dans tous les autres domaines photographiques il y a beaucoup de retouches; là c'est seulement un traitement pour l’optimiser, arriver au summum de ce que peut dégager la photo.

 

 © Rom Light painting 

 

Comment décrirais-tu l'univers de tes photos ?

Moi j'ai plein d'univers. Je fais à la fois un peu de dessin, un petit peu d'ambiance, du portrait, de l'abstrait, des modèles, des paysages, des prestations, des ateliers. Donc, mon univers c'est peut-être la trouvaille. J'adore faire des trouvailles, travailler des outils, chercher des solutions. Et surtout, j'essaye de ne pas trop reproduire ce que font les autres. C'est peut-être un peu ça ma ligne de conduite. Au début, j'essayais un petit peu de faire des choses qui me plaisaient, que j'avais vu chez certains photographes. Maintenant, c'est plus essayer d'innover, d'inventer, de réfléchir à des projets qui n’ont pas forcément été faits.

 

 © Rom Light painting 

 

Quels sont donc ces photographes qui t'ont inspirés à tes débuts ?

Au tout début c'était Michael Bosanko, il fait (ou plutôt faisait) du light painting dans des ambiances très fantastique justement, avec des fleurs, des arbres (de lumière), toujours dans la nature, avec une mise en scène à base de dessins plutôt réussis et très hauts en couleurs, ça me plaisait beaucoup.

Jan Leonardo Wöllert a aussi beaucoup fait évoluer le light painting et inspiré la plupart d’entre nous.

Il y a également le collectif Lightgraff composé de Guillaume Plisson et actuellement Brusk, qui m'ont pas mal inspiré sur pas mal de choses parce qu'ils ont exploré et dépoussiéré différents terrains depuis une dizaine d’année. Ils ont réussi à amener le light painting assez loin, d'une façon très propre, très pro. Ça m'a beaucoup inspiré aussi.

Il y a également d'autres artistes que j'aime beaucoup comme Kaalam, qui fait de la calligraphie, Mass Lighter qui fait du superbe light graff, Patrick Rochon, et beaucoup d'autres.

Beaucoup font des très belles choses, après, tout ne rentre pas forcément dans ce que je cherche à faire de mon côté, c'est bien aussi d'essayer de se démarquer, de créer sa propre démarche photographique.

 

 © Rom Light painting 

 

Tu as pas mal de photos dans des univers fantastiques...

Oui, c’est un univers qui me plaît beaucoup. Pour reparler de la photo « Fable Urbaine » avec le modèle sur la cheminée c'était l'inspiration du moment, j'avais envie de faire cet effet là, donc je l'ai travaillé. C'est ça qui est marrant, des fois j'ai la photo en tête et je travaille les outils et la mise en scène, et des fois c'est l'inverse : j'ai l'outil et je réfléchis à ce que je pourrais faire avec. Donc il y a tout un travail autour de cette fée, qui monte en l'air le long de la cheminée, il fallait que je le mette en scène et c'est comme ça que ça s'est fait.

 

 © Rom Light painting
 

Le light painting ce n'est réalisable que pendant la nuit...

Alors, à priori oui, mais non. De la pénombre ça peut suffire, en fait ça dépend de pas mal de choses. De manière générale il faut de la pénombre mais on peut jouer sur les réglages de l’appareil ou trouver des astuces. Je vais essayer dans quelques temps à faire du light painting de jour mais c'est un défi technique et je ne suis pas vraiment sur d'y arriver.

 

 © Rom Light painting

 
Est-ce que tu considères le light painting comme une discipline à part entière ?

Oui oui, parce que tout le monde peut en faire ; par contre, c'est comme tout, tout le monde peut faire de la photo et ce n’est pas pour autant qu'elles seront réussies. Pour arriver à un certain niveau et à un certain résultat, ça demande du travail, de la persévérance, des rencontres, être curieux, etc. ça en devient une discipline à part entière. Par contre dans d'autres disciplines photographiques je ne suis pas tellement au point.

 

Tu touches à d'autres domaines artistiques ?

Pas tellement. Là on m'a proposé de photographier une dizaine de filles torse-nues. J'avais très envie d'y aller parce que c'était un projet porteur par rapport à la galerie qui organisait le projet. C'était à Lyon, la galerie Space Junk, projet Venus. J'ai refusé, tout en me rendant disponible si vraiment ils étaient coincés, mais je n’étais pas équipé studio et je sais que quelqu'un qui aurait été plus dans cette discipline aurait fait un meilleur travail. Vu que le projet était important (contre le cancer) j'ai préféré laisser la place.

 

  © Rom Light painting
 

Comment aimerais-tu évoluer en tant qu'artiste ?

Déjà ça m'a apporté énormément de choses, en termes de rencontres et d'ouverture d'esprit. J'ai rencontré plein de gens de plein de domaines différents que je n'aurais jamais croisé autrement qu'à travers la photo. Chaque univers, ou chaque personne t'apporte toujours quelque chose que ce soit du savoir, un œil, un regard, un avis, une réflexion sur une collaboration... ça peut être du sport, de la musique, de la danse, un cracheur de feu, ça peut être vraiment tout. Ou même avec d'autres photographes, en échangeant on apprend des choses et on apprend aussi à d'autres.

En tout cas ce que j'aimerais c'est que ça devienne mon activité principale. C'est difficile parce que ce n’est pas très connu, il faut être patient, il faut se faire des réseaux.

 

© Rom Light painting

  

Retrouvez Rom Light Painting sur :

Site 

Artist'UP

Facebook

  • Alice Oziol
    (hôte)
    • 2014-09-04 09:25:09
    • 2 641 views
  • Tags - #Lyon #romain millet #rom1 #rom light painting
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI