Najib Guerfi : «Sauvageon» apaisé par la danse

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Par le biais de son talent et de sa notoriété, Najib Guerfi met la danse Hip-Hop au service des autres comme un outil servant à véhiculer des valeurs de respect et de partage. Après de longues années aux cotés de Mourad Merzouki avec qui il a fondé la compagnie Käfig et les pièces incontournables telles que Käfig et Récital, Najib a désormais sa propre compagnie. Cette année il dirige pour la dernière année le festival Accordanse où amateurs et professionnels de rennomée se côtoient. Ce festival qu'il a tiré vers le haut durant 3 années est ainsi passé de festival de quartier à festival de renomée nationale. 
 


Peux-tu nous parler de ton parcours en tant que danseur ? Qu’est ce qui t’a poussé à être chorégraphe ?

En 1982 j’avais 12 ans et j’ai eu ma première rencontre avec le Hip-Hop en regardant une émission dédiée à cette pratique artistique. Ca a été comme un coup de poing et je me suis très vite mis à m’entrainer chez moi ou dans la rue. Pourtant je faisais des études pour être chaudronnier et mon cadre familial ne me prédisposait vraiment pas à être danseur.


NAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi
 

A 16 ans j’ai eu l’occasion de monter sur scène pour le spectacle Espoir quand tu nous tiens à Venissieux, ce qui a confirmé mes attentes par rapport à la danse. Les battles n’étant pas ma tasse de thé, je me suis tout de suite positionné en tant que chorégraphe. Je voulais raconter des histoires. De projet en projet je me suis fait un nom.

Je me suis offert 3 ans de formation au Théâtre du Mouvement pour enseigner correctement la danse. La transmission de la danse occupe une place très importante dans mon projet artistique. 


NAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi

 

Peux-tu nous parler de ta compagnie, sa création, sa raison d’être ?

En 1994 j’ai créé La mort viendra et elle aura tes yeux. En 1996 j’ai rejoint Mourad Merzouki pour créer la pièce KAFIG. Nous devions par la suite créer notre compagnie chacun de notre coté mais en une représentation nous avons reçu 43 demandes. Käfig a donc donné lieu à la compagnie KAFIG que nous avons fondé et qui est maintenant reconnue à travers le monde. Après de longues années de collaboration j’ai créé ma compagnie et en 2004 j’ai créé Orphée car je suis un amoureux de Jean Cocteau. Dans cette création j’ai donc allié danse et théâtre, ce qui a beaucoup plu.

 
NAJIB GUERFI © Recital à 40

 

Quelles sont les grandes collaborations de ta carrière ?

En 2006 J’ai été sollicité par le French Art festival de Kuala Lumpur, pour une pièce avec danseurs malais. De là est né BABEL. Ca a été une expérience formidable car une fois en studio nous nous sommes rendu compte que nous  ne nous comprenions pas. Cependant, nous avons réussi à nous comprendre via la danse !

En 2007 j’ai été contacté par Patrick Timsit pour chorégraphier la comédie musicale des 
Aventures de Rabbi Jacob. Les textes étaient de Mc Solaar et Le propos était fort mais c’était aussi beaucoup de business. La pièce a fait un flop.  C’est là que j’ai appris que  tu ne peux pas être à la fois dans le showbiz et dans le purement culturel. 

Après cette collaboration j’ai fait un long break.
 

© Rabbi Jacob au Palais des Congrès


En 2010 j’ai repris ma carrière en main et j’ai créé Addiction, véritable mise à nu où je relate mon rapport avec l’alcool, ce que cela m’a apporté ou fait perdre et mes moments de perdition (délinquance, alcoolisme…). J’ai décidé d’assumer et de parler de cette période noire de ma vie.

Une occasion magnifique m’a été donnée lorsque j’ai dansé au musée Gallo Romain ! Je ne peux pas m’empêcher de penser à ce que la dalle sur laquelle j’ai dansé a pu vivre.


NAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi - Addiction 2.0


nAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi - Addiction 2.0

 
J’ai écrit un livre : Le Sauvageon. C’est un bilan à mi-parcours. Je me présente comme un exemple pour les jeunes, pour leur donner envie de s’en sortir. Oui j’ai été délinquant et je l’assume. Je m’en suis sorti grâce à la danse et je veux pouvoir le faire comprendre à la partie obscure de chacun. Marie Christine Vernay a relu mon livre et a été très touchée. Après cela, elle m’a aidé et tout comme ma juge, elle m’a vraiment tirée par le haut et je l’en remercie !

Je suis allé danser en prison, où j'ai parlé avec les détenus pour les convaincre de changer. Beaucoup m’ont remercié !

Depuis quelques années je suis maintenant associé à la Maison de la Danse et j’en suis ravi car grâce à cette collaboration, je peux amener la danse là où elle n’est pas.

 

© Compagnie Najib Guerfi - Addiction 2.0
 


Quelle est ton implication dans la création amateur ?

Tout d’abord j’ai toujours été dans la transmission du Hip-Hop. Plus les enfants sont petits, moins ils sont formatés et plus je peux les cadrer, leur inculquer des valeurs à travers la danse. J’en fais une affaire personnelle car après un passage sombre de ma vie où j’ai failli faire de la prison, la danse m’a vraiment sauvée. Je veux à mon tour sauver les jeunes. J’ai déjà réconcilié des élèves avec leurs professeurs grâce à la danse et c’est ce genre de transformation qui me rend fier.

J’aime la création amateur car je mets mes danseurs en conditions professionnelles et j’en fais aussi des spectateurs. Je les pousse à aller vers une réflexion plus approfondie et c’est très important dans l’évolution de la culture. Je retrouve chez les amateurs une spontanéité et une vision de la danse souvent très agréable à travailler.
 

 TEEERA MATER CIE NAJIB GUERFI© Compagnie Najib Guerfi - Terra Mater

 

Peut-tu nous parler de ton spectacle « Tu es moi » ?

Il y a deux ans j’ai retrouvé Farid avec qui j’ai créé le spectacle Tu es Moi. « Tu » et « Moi » sont deux entités qui s’affrontent au sein d’un même individu. C’est une sorte d’introspection où j’évoque le fait que je tue mon ancien « Moi » pour renaître de mes cendres. Je me suis directement inspiré du livre que j’ai écrit.

 
NAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi - Tu es Moi


NAJIB GUERFI © Compagnie Najib Guerfi - Tu es Moi

Quel est ton rapport avec les arts tels que le théâtre ou encore l’écriture ? 

La danse ne me suffit plus. J’ai toujours aimé les textes et le théâtre, d’où Orphée en 2004, c’était important pour moi d’avoir un texte de Jean Cocteau dans mon répertoire.

En 2013 j’ai fait une pièce avec Lucas Franceschi de la Comedia del Arte et Tico, champion du monde de beat Box. J’ai aimé cette collaboration car la Comedia del Arte fait preuve d’irrévérence tout comme le Hip-Hop. Cette pièce a été présentée au festival d’Avignon et diffusée sur France O. ca a été un très grand succès et la pièce est représentée à peu près 100 fois par an !

NAJIB GUERFI ET LA COMEDIA DELA ARTE
© Compagnie Najib Guerfi et la Comedia Del Arte - Les Irrevercieux
 

© Compagnie Najib Guerfi et la Comedia Del Arte - Les Irrevercieux


J’entretiens des liens privilégiés avec les musées. Je m’y promène, regarde les œuvres, les toiles et je demande à l’historienne de s’exprimer avec nous. Ce qu’elle apporte par son texte, ses références font qu’elle est en harmonie totale avec la danse proposée.

 

© Compagnie Najib Guerfi 


Qu’est ce que le festival Accordanse ? A qui s’adresse t-il ? Quelle en est la ligne artistique ?

J’ai signé pour 3 ans avec le festival Accordanse. A l’époque c’était un festival de quartier avec une scène très haute comme pour les galas de danse. J’ai proposé qu’on abaisse la scène et qu’on mette des rangées de chaises. C’est donc devenu un véritable théâtre d’extérieur.

Sur la scène se mêlent compagnies professionnelles et groupes amateurs. Depuis quelques années le festival prend de l’ampleur jusqu’à accueillir cette année des artistes de renommée comme la compagnie Pokémon !

Il y aura également une Battle de danse pour la deuxième année consécutive avec un crew de Marseille qui vient remettre son titre en jeu cette année !

Pour clôturer ce bel événement, nous proposons aussi un Bal ouvert à tous !

 

© Flash mob du festival Accordanse 2012

 

Retrouvez Najib Guerfi sur :

Son Site Officiel

Sur Twitter

    • 2014-09-03 15:01:42
    • 4 088 views
  • Tags - #danse #Hip-Hop #la maison de la danse #mourad merzouki #Festival Accordanse
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI