Saint Oma, saint dessins...

SPONSORED

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité



Saint Oma est un anticonformiste. Ses esquisses surprenantes, originales et inattendues, font sortir les entrailles de l’esprit et nous mettent face à une réflexion noire et amusée de notre condition. Grâce à ses dessins épurés à la fois poétiques et absurdes, il expose la société et ses travers où l’humour devient la politesse du désespoir.

☛ EVENEMENT !!! ☚



La galerie Vaste & Véloce en partenariat avec l'espace Durand-Dessert organise sa première exposition du 8 au 18 septembre 2016 ! 
Entre art urbain et dessin contemporain, 5 artistes se partageront l’espace de 1500 m2 en plein cœur du quartier de Bastille : Bault / Brice Maré / Marie Boralevi / Saint Oma / Monkey Bird


TOUTES LES INFOS SUR L'EXPOSITION > ICI 
REJOIGNEZ L'EVENEMENT FACEBOOK > Le confessionnal de Saint Oma

  © Saint Oma


Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J'ai fait un DMA ciselure sur métal à l'école Boulle,  j'ai ensuite enchainé sur les Beaux-Arts à Épinal. Cette longue formation m’a conduit à construire une trame plastique autour de trois médiums : le dessin, l’animation 2d et le collage/peinture.
J'ai travaillé ensuite quelque temps en tant que graphiste dans une agence web et je me suis dirigé très vite vers le freelance en tant qu'animateur 2d sous flash en binôme avec ma femme.

En parallèle, j'ai continué à développer un travail d'illustration et de peinture jusqu’à trouver une écriture que me convenait et dans lequel je pouvais exprimer mes idées. J'avais l'envie d'en faire un projet d'édition mais je n'ai trouvé aucun éditeur intéressé. Le passage du dessin au collage dans la rue s'est fait naturellement. Cela m'a permis d'exposer librement mon univers d'une manière éphémère et de le confronter au regard de la rue.

Ma première exposition collective a eu lieu à l'Albatros à Montreuil "traits d'unions" en octobre 2013 puis j'ai exposé avec Bault / Lyyst / Pablito Zago au Pavillon des Artistes à Saint Denis en février, ensuite j'ai fait le Drawing Now 2014 ou j'ai été représenté par la galerie du Jour d'Agnès B et en juin ma première expo solo a eu lieu à la galerie du Cabinet d'Amateur.

A LIRE sur Artist'UP INTERVIEW DE BAULT
A LIRE sur Artist'UP INTERVIEW DE PABLITO ZAGO

 

   © Saint Oma, Overdose


© Saint Oma, Tue La Mort

 

Pourquoi avoir choisi le pseudonyme Saint-Oma ?  

C'est ironique, c'est un pied de nez à nos croyances, quelque soit leur nature. Étant agnostique et passionné de philosophie, ça m'amuse beaucoup de me nommer ainsi.

 

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

L'humour noir de Serre, la linéa, les idées noires de Frankin, Sempé, Topor, Folon, Reiser, Vilemin, Pierre la police, Shintaro Kago, Blanquet et bien d'autres univers tordus ou très percutants. L'esprit subversif des dadaïstes, les surréalistes notamment René Magritte, l'univers onirique et métaphorique de Gilbert Garcin. Des artistes comme Basquiat et Keith Haring. L'esprit de Blu et de feu Zoo project, il y a aussi le jazz, la mythologie et la philosophie qui ont nourri fortement mon univers.

 


© Saint Oma, Balle Au Prisonnier

© Saint Oma, Lâcher Prise


© Saint Oma, Crash-Test

 

Pouvez-vous nous parler de votre technique ?
Comment procédez-vous entre dessin, collage, street-art et notamment le choix du noir et blanc ?

Je procède par un travail du dessin en noir et blanc sous une forme la plus simple possible qui donne une priorité à la narration par l’image, dans un registre à  la fois poétique, truculent, viscéral et absurde. Tout part de mes carnets de dessins, c'est un jeu que je pratique au quotidien, il suffit de laisser son esprit divaguer et de se servir d'idées qui naissent en nous spontanément ou qui se nourrissent du monde extérieur. A partir de cette matière brut, je passe à la réalisation du dessin, à cette étape il arrive souvent qu'une idée se peaufine ou devienne autre chose. J'aime aussi travailler en partant de rien,  le trait se fait, confronté à  la pensée qui associe, crée une forme de dialogue où se dévoile au fur et à mesure une cohérence et souvent l'idée est au bout du chemin.
Pour le collage, je suis très sporadique, je choisi quelques dessins qui se prêtent selon moi le mieux à la rue, je les dessine en plusieurs exemplaires sur du papier nappe que je découpe.

 


© Saint Oma, Abracadabras

 

Quel est votre rapport au street-art ? Est-ce une pratique que vous considérez comme importante dans votre travail ?

Non elle ne l'est pas, c'est un support comme un autre pour moi.

 


© Saint Oma, Boat-People

© Saint Oma, La Balle Au Prisonnier

 

Vos dessins sont empreints d’ironie et d’humour noir. Avez-vous un message à faire passer ?

Il n'y a aucun message, c'est plus un constat qui témoigne du versant violent et absurde de ce monde. Ce sont des dessins nourris de questions existentielles. J’établis un jeu humoristique entre le titre et le dessin, en passant par une expression, un jeu de mot ou sous forme de métaphore. Il y a peu ou pas de décor, se sont souvent des situations isolées, non contextuelles, voulant tendre vers l’universel et l’intemporel. Tous les dessins se concentrent sur l’action qui se déroule.

 


© Saint Oma, Fukushima

 

Vous avez travaillé sur Le Jazz Standard Project. La musique, notamment le Jazz, a-t-elle une influence sur vous et votre travail ?

Grand mélomane, j'écoute beaucoup de jazz et aussi beaucoup d'autres musiques dans un genre radicalement différent. Le Jazz Standard Project est un projet que j'ai réalisé avec mon ami poète Stéphane Bataillon.
J'ai beaucoup dessiné et cherché des idées à partir de thème de jazz, gravant à ma manière cette musique de l'instant. Ce qui m'a permis de réaliser des illustrations pour Jazzman et d'être édité avec ma femme dans la collection BDjazz (Coleman Hawkins).

 

Mot de la fin… ?

Ainsi soit-il ! 

 

© Saint Oma, Tetris


© Saint Oma, Voyance

© Saint Oma, L'Eponge



EVENEMENTS PASSES :


Le Cabinet d'amateur
 présente « du NOIR au BLANC »
les travaux en noir et blanc de six artistes urbains
Noir sur blanc, noir au blanc, ton sur ton et toutes les nuances de gris...


Exposition du jeudi 14 au dimanche 31 janvier 2016
Vernissage le jeudi 14 janvier à partir de 18 h

Philippe HérardLevaletLyystSaint-OmaTetar MaxDavid Veroone

Cabinet d'amateur 12 rue de la Forge Royale, 75011 Paris
EVENEMENT FACEBOOK


EXPOSITION "Vis-à-Vis" au Cabinet d'Amateur !
du 18 décembre 2014 au dimanche 11 janvier 2015 

Avec la participation exceptionnelle de : Bault, Arnaud Boisramé, Codex Urbanus, Ender, Joanna Flatau, Philippe HérardLevaletMosko, Ricardo Mosner, Paella?, Simon Pradinas, Saint-Oma.

Part I 
Du jeudi 18 au mercredi 31 décembre 2014

Part II
Du mardi 6 au dimanche 11 janvier 2015
Vernissage royal le mardi 6 janvier à partir de 18 h 

En vis-à-vis, face-à-face, dos-à-dos, côte-à-côte, en regard, en collaboration, en duo et par affinités, douze artistes ont créé des œuvres uniques et rares. Mélange des styles, confrontation des idées, dialogue entre générations, peintres, dessinateurs, artistes urbains sont réunis au cabinet d'amateur, pour une exposition faite de rencontres et d'échanges.

Horaires :
Tous les jours du mardi au samedi de 14 à 19 h et le dimanche de 14 à 17 h
Le mercredi 24 et le mercredi 31 décembre de 14 à 17 h
Fermé le jeudi 25 décembre 2014 et du 1er au 5 janvier 2015

RETROUVEZ LES AUTRES ARTISTES DE L'EXPOSITION sur ARTIST'UP :

INTERVIEW DE BAULT 
INTERVIEW DE CODEX URBANUS
INTERVIEW DE PHILIPPE HERARD
INTERVIEW DE LEVALET
INTERVIEW DE MOSKO
INTERVIEW DE PAELLA? 

 

Après une 1ère exposition personnelle au Cabinet d’Amateur (juin),
Saint Oma a participé à l’exposition collective
de Pablo Delgado avec Bault et Levalet (juillet)

 



Saint-Oma prêche au Batofar


Suivez les actualités de SAINT OMA sur :

PAGE ARTIST'UP
Site officiel 
PAGE FACEBOOK

  • Anna Frick
    (hôte)
    • 2016-09-05 14:08:58
    • 3 107 views
  • Tags - #paris #street art #humour #Bault #levalet #saint oma #dessin d'idée #cabinet d'amateur #exposition collective #galerie jour agnes b #batofar
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI