CALIGR : entre ombre et lumière

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

CALIGR est un grand voyageur qui a travaillé avec plusieurs Crews, ses "familles" avec qui il n'a cessé de partager la passion toujours grandissante du graffiti. Fort de ses expériences et collaborations il a développé son propre style, univers et technique de mise en volume. 
Rigueur, observation et créativité sont les maîtres mots de CALIGR qui a répondu aux questions pour notre plus grand plaisir !


LA RESERVE MALAKOFF PRESENTE… LE GRAND 8 DE L’ART URBAIN 
UN LIEU EPHEMERE  & UN PARCOURS URBAIN


CALIGR sera présent 



LA RESERVE MALAKOFF
 : 7 rue Paul Bert 92240 Malakoff
 
OUVERTURE AU PUBLIC du 1er JUIN au 31 OCTOBRE 2016 

POUR EN SAVOIR PLUS >>> PAR ICI


CALIGR
© CALIGR
 

Comment s’est développée votre passion pour le Graff ? Parlez-nous de votre parcours...

Cette passion a commencé avec des tags au Posca fin 90. Puis, en 2000, est arrivée la bombe, avec les premières sorties sur les voies ferrées et les autoroutes où l’on pratique essentiellement le chrome. Rapidement, on a découvert les usines abandonnées et le mur légal que les PSh (Luner et Bronze) avaient négociés à tout change. La couleur est devenue de rigueur, les fresques également pour ainsi accueillir la 3D.


CALIGR
© CALIGR
 

Etudiant à Paris milieu 2000, j'ai commencé à faire des connections (16T,IMF, VPC, MDC, FLM...) pour ainsi découvrir l’ambiance de la capitale et ses friches avec de nouveaux partenaires les 2AC (Djalouz, Pesca, Rash, Hakic, Toux et Doudou). En 2006, j’ai quitté la France pour le Danemark afin de travailler mon style, mes décors et finalement intégrer les TPN (Debs, Dixone, Haks, Mester, Toms) avec lesquels j’ai beaucoup travaillé la qualité, propreté et la technicité.

Depuis, je suis de retour à Paris et je travaille en tant que peintre décorateur et graffeur artiste à mon compte. A côté de ça, je garde contact avec chacune de mes familles pour partager cette passion qu’est le graffiti et qui ne fait que grandir.
 

A DECOUVRIR INTERVIEW DE DJALOUZ SUR ARTIST'UP


CALIGR© CALIGR
 

Votre travail sur la 3D et les lettres est impressionnant, d’où tirez-vous toute cette maîtrise ?

Le travail et l’observation sont les mots de rigueur. Evidemment j’ai eu mes influences. Tout d abord, mes professeurs de perspective, de calligraphie et de graphisme m’ont beaucoup influencés. Puis, j’ai été inspiré par Astek pour ses formes piquantes, Daddy Cool et Pryme pour leur compréhension et leur travail sur la lumière. Depuis, je pense avoir développé mon propre style, univers et technique de mise en volume. 
 

© CALIGR- CAMION GRAFFITI/ ANARTCHIK.COM

 

Vous avez travaillé sur de nombreux supports tels que les corps humain, les camions, les murs, les toiles, et divers objets du quotidien. Avez-vous des supports préférés ?  

Je dirai sans hésitation un gros mur en béton lisse. C’est la base de tout graffeur.


CALIGR© CALIGR - © Hervé PHOTOGRAFF

Vos body paintings sont vraiment époustouflants. Comment faites-vous pour rendre vos graffs si réels, parlez-nous de votre technique ?

Je pense que le réalisme vient surtout de ma manière de jouer avec les jeux d’ombre. Le travail sur la lumière et la perspective sont aussi importants. Enfin, je joue avec les trompes l’œil. 

CALIGR© CALIGR - © Hervé PHOTOGRAFF

A quelle occasion avez-vous commencé à faire du body painting ? Qu’est ce qui vous intéresse dans ce support ? 

J’ai débuté avec Djalouz. On réalisait des performances au Bric à Brac rue Oberkampf. Maintenant, je fais du body painting de façon occasionnelle et privée.


A DECOUVRIR INTERVIEW DE DJALOUZ SUR ARTIST'UP


CALIGR
© CALIGR


Utilisez-vous  la même technique pour les graffs que pour les toiles ? Comment faites-vous pour les rendre si nets et si réalistes ? 

Je dirai que la technique varie en fonction du support avec lequel je travaille. Je commence toujours avec la bombe, puis je continue au pinceau. Enfin, j’utilise l’aérosol que j’utilise pour créer des dégradés de couleurs et des ombres.


CALIGR
© CALIGR
 

J’ai trouvé impressionnant le travail que vous avez effectué sur ce graff (photo ci-dessus). Racontez-nous son histoire, technique, message...

A vrai dire c’était un petit mur 2 mètres sur 2 mètres au Hall of Fame à Copenhague. L’histoire serait celle de Dali et de son fameux regard. Ce que j’aime, c’est qu’on ne sait pas trop si cette expression est due à sa confrontation au graffiti ou si c’est la perte de ses moustaches. En ce qui concerne la technique, c’est du spray comme toujours.


CALIGR
© CALIGR


Parlez-nous de vos collaborations avec d’autres artistes. Lequel vous a-t-il le plus marqué ?

Déjà, il y a les membres de mes crews ; avec Luner on vit le graffiti comme au premier jour mais sans les sorties nocturnes. Avec Djalouz et Pesca on passe nos après-midi dans les terrains vierges que l’on s’approprie, où l'on réalise des performances ou autres prestations dans la capitale. Avec Debs et Dix, on réalise des grosses fresques, block letter et de la décoration chiadée. Après, il y a Raphe Hec et Name Bcb avec qui je fais des décorations entre Paris et Copenhague.

Celle qui m’aura le plus marquée restera ma rencontre avec Debs pour sa qualité de travail et la passion commune que l’on partage pour la fresque.


CALIGR
© CALIGR

CALIGR
© CALIGR 
 

RETROUVEZ CALIGR SUR :
  • Artist UP
    (hôte)
    • 2016-05-19 13:41:50
    • 3 152 views
  • Tags - #street art #graffiti #bombe #body painting #CALINGR #PSH #2AC #TPN #décos graffiti #aerosol graff #Trait d Union 4 exposition #Alex Perret et CALIGR #exposition Montreuil octobre 2014 #Galerie Monsieur #Galerie Montpensier #Debs et Caligr #trait d'union exposition
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI