Dilian : "Je me suis inventée pour dessiner ! "

SPONSORED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

La fée du dessin a rendu visite à Dilian par un soir d'octobre..."Le dessin est arrivé comme ça dans ma vie. Sans que je l’ai choisi. Ce que je dessine, c’est toute une partie de moi que je cachais au Monde et à tout le monde." Depuis, Dilian n'a pas arrêté de dessiner, dessiner, dessiner... en moins de 4 ans, près de 750 dessins ont vus le jour ! 
Dilian est une artiste d'une sincérité et d'une spontanéité désarmantes qui laisse rêveur, apaise et réveille la candeur de l'enfance qui sommeille en chacun d'entre nous. Le coeur sur la main et la main devenue feutre "Le feutre, c’est magique. Ça permet de laisser glisser sur le papier toutes ses pensées d’enfant même quand on est grand !".
L'artiste associe le dessin à la poésie. Alliant la bonté, la beauté et en exprimant le sens réel des choses, l'artiste parvient à attendre la simplicité véritable, telle que Platon l'avait décrite, cette simplicité qui ne s'imite pas et avec laquelle on ne triche pas. Poussée par son envie de partage, c'est ainsi que Dilian s'est lancée dans son projet de livre de dessins "Une araignée c'est pas si méchant". 
A l'occasion de la sortie de ce premier livre, Dilian vous invite à son Vernissage & Dédicace dimanche 30 novembre à Studio Paris Gallery, Paris 18eme de 14h à 19h. 
Mais nous n'allons pas tout vous raconter... Dilian a encore tellement de choses à vous dire !
 

  

Peux-tu te présenter… :
Qui est Dilian… ? Comment t’es-tu lancée… devant ta feuille blanche - feutre à la main  ?
A quel moment le dessin a-t-il pris une place centrale dans la «vraie vie» ?

« Dilian, c’est l’anagramme de mon petit moi-même.
Je me suis inventée pour dessiner !
Dessiner et (me) partager au Monde. »
C’est toujours ce que je dis. Parce que, c’est simplement vrai. C’est un pseudo. Un pseudo qui a le sens de qui je suis dans un ordre tout mélangé ! Tu prends deux lettres de mon prénom, deux lettres de mon deuxième prénom et deux lettres de mon nom de famille… tu mélanges tout et ça (d’)écrit Dilian et l’origine de mon histoire de dessineuse...
Le dessin est arrivé comme ça dans ma vie. Sans que je l’ai choisi. Ce que je dessine, c’est toute une partie de moi que je cachais au Monde et à tout le monde.
J’ai commencé à dessiner il y a à peine plus de 4 ans. En octobre 2010. Je dis toujours que je n’avais jamais dessiné avant. C’est la façon dont je le vis. Mais je me suis rendue compte à l’occasion d’une très récente discussion que c’était presque un petit mensonge… J’avais dessiné quelques fois dans ma vie avant, quelques fois pas plus. Une 10ène de dessins, ca ne compte pas vraiment. Et puis les fois où j’avais dessiné, c’est parce que je m’ennuyais. C’est très très différent depuis ce soir d’octobre 2010. 
« Ce soir là, j’ai pris un feutre et une feuille de papier. 
Un feutre rouge. Et une feuille de papier. Blanc. 
D’un trait, d’un trait de feutre sur ce bout de papier, 
j’ai créé un petit personnage. »
Bien sûr, le trait depuis s’est allongé et affiné mais c’est le même. Le même que ce soir-là. Ce soir d’octobre où j’ai « trouvé mon trait » comme on dit. Et depuis, je dessine tout le temps. En 4 ans, j’ai fait plus de 750 dessins. Et je partage dès que je dessine. Parce que je trouve ça triste de dessiner juste pour soi.
  

"J'irai dire au cœur du Monde." "Mais ? Le monde n'a pas de cœur." "Et qu'est ce que tu en sais toi ?" - by © Dilian

 T’es où ? - by © Dilian

- by © Dilian

Peux-tu nous parler de ton petit personnage…  Qui est-t-il ? De quelle planète vient-t-il ?

J’ai plusieurs personnages mais le petit personnage principal bien sûr c’est le personnage fille avec sa barrette dans les cheveux. Ce personnage-là, même si je ne vous le disais pas, vous le savez bien, ce petit personnage là, c’est le mien ! …mais shuttttt, je n’ai rien dit ! Tous les personnages qui ressemblent à des êtres humains, y compris le mien, ce sont des … Etres Humains! Des Etres Humains comme tous ceux qui vivent sur la planète. Avec toute leur imperfection d’être humain. Doux, parfois amer. Rouge et souvent bleu. Au final, mon univers, c’est la planète
« C’est l’humanité, belle et chiffonnée.
C’est la douceur et la colère du Monde.
C’est l’expression d’un trait,
d’une couleur et de quelques mots
…qui inventent des histoires dans une histoire
et qui laissent chacun les lire avec la sienne. »
  

Je te dis. Je te dis. Je te donne. Et te donne. Je te dis. Je te dis. Tu me donnes ? Et tu me réponds comme à chaque fois "Et pourquoi ça ?" - by © Dilian
  

Dessin et Poésie... tu associes des textes à tes dessins.
Quelle est la relation entre les deux ? Qu’est-ce que les deux s’apportent-t-ils mutuellement… ?
Dans ton processus créatif est-ce … la poésie ou le dessin qui arrive en premier ?

C’est vrai que je glisse toujours (presque !) des textes avec mes dessins. J’aime la complicité entre le texte et le dessin. Parfois, le texte contredit le dessin. Parfois, il le console. Ou encore, l’interroge. Texte et dessin ne forment ainsi  souvent plus qu’un : une poésie. Mais le dessin reste essentiel. D’ailleurs, je ne dis jamais que j’écris. Je dis que je dessine.
Mon processus créatif ? C’est une question très compliquée ça. Mes dessins sont très instantanés. C’est une humeur ou une pensée qui m’effleure et qui se traduit en un instant par un dessin. Mais je ne pense pas en dessin, je pense en mots. Enfin… j’en sais rien. C’est vraiment une question compliquée. Je ne suis pas sûre d’avoir de processus créatif au fond. Je ne fais pas d’effort pour créer. J’ai des choses qui me passent par la tête et je les mets juste avec mes feutres sur un bout de papier ! La réponse est peut-être pas celle que vous attendiez, mais je crois bien que j’en ai pas d’autre à formuler…
  

- by © Dilian

Et finalement. C’est pas si différent. - by © Dilian

Peux-tu nous présenter tes 2 grandes « familles » de séries de dessins : «Dessins en poésie» et «BLA» ?

En réalité, il n’y a pas vraiment deux grandes familles. Il y surtout des dessins. Et parfois seulement, des bla. Un bla c’est simplement quand le texte prend plus d’importance que le dessin.
 

Bla - by © Dilian

  Bla - by © Dilian

Tes dessins sont remplis de poésie et d’un brin de nostalgie douce-amère…
Le dessin permettrait-t-il d’adoucir la réalité, d’affronter les méandres de la vie… voire de guérir l’humanité ? 

Si la nostalgie c’est regretter quelque chose qui aurait existé, avec presque un clin d’œil, je te répondrai qu’il n’y a pas de nostalgie dans mes dessins. Par contre ta question est très juste oui. Mes dessins (me) permettent souvent d’adoucir la réalité du Monde. En tout cas, la réalité du Monde tel que je la reçois. Je la trouve souvent dure moi la réalité à la seconde où on la vit. Avant de l’avoir compris. Mes dessins adoucissent surement un peu ca oui. Il y a longtemps maintenant, j’avais résumé ca par ce texte là. Et quand je le relis, je le trouve assez juste sur le sens de mes dessins.
« Illustrations instantanées, d'humeurs instantanées 
prisent sur le fait de ma surprise intérieure. 
Illustrations des mots qui s'interdisent. 
Illustrations d'un monde qui ne se dit pas. 
Expression en rose, d'un monde en noir et blanc, 
d'un (dés)espoir ultime d'humanité (im)parfaite. »
Par contre, je ne cherche pas non plus à guérir l’humanité. Je ne m’en sentirais pas capable. Je ne crois pas dans le fond que l’être humain doit être guéri d’être si simplement ce qu’il est : un être humain dans toute son imperfection et toutes ses contradictions.

Extrait de toile - by © Dilian

Play Me I'm yours 2014 - © Olivier Dexheimer

Play Me I'm yours 2014

Tu dessines au feutre, mais aussi à l’encre avec un calame, … à la bombe… (d’autres ?)
Comment choisis-tu les supports ? 

Je dessine principalement au feutre. Le feutre, c’est magique. Ça permet de laisser glisser sur le papier toutes ses pensées d’enfant même quand on est grand !
Et c’est au feutre que je fais 99% de mes dessins. Ce sont tous ceux que je fais comme ca, juste comme ça.

Les dessins que je fais à l’encre sur des fonds d’aplat de couleur à la bombe, ce sont principalement des dessins que je fais quand on me propose de participer à une exposition ou alors quand on me demande un dessin pour faire un cadeau. Ce n’est pas tout à fait pareil quand je les fais ceux-là. Je les dessine pour quelqu’un d’autre. Je les dessine pour une autre raison. Ceux-là, je les pense. Parce que mon imagination dans ce cas, ne vient pas d’une humeur à moi. Mais de l’humeur de celui qui me le demande. C’est pas pareil. Mais j’aime beaucoup ça aussi.
  

Take Away - by © Dilian

Take Away - by © Dilian

Take Away - by © Dilian

Tel un petit poucet, tu sèmes parfois tes dessins dans les rues de Paris.
Peux-tu nous en dire plus sur tes «Take Away» et les «Ephémères» ? Comment choisis-tu leurs emplacements ? Quel message/énergie souhaites-tu transmettre aux passants ? 

C’est vrai que j’utilise parfois le dehors du Monde. Mais, je ne me definis pas du tout comme une street artiste. Je le dis parce que vraiment, je dessine et c’est tout. Et le dehors est un endroit pour partager et le dehors est un endroit où l’on peut aussi beaucoup s’amuser avec des dessins mais c’est pour moi, simplement mes dessins qui sont dehors au lieu d’être dedans !

Mes Take Away, ce sont mes dessins que j’imprime sur papier photo et que je dépose au hasard du Monde dans les rues de Paris pour que les gens qui passent par là en adoptent un – juste comme ça. Juste pour rien. Je fais ça parce que j’adore l’idée de la surprise d’un dessin cadeau offert à quelq’un juste pour rien. Et puis ca me plait aussi d’imaginer mes dessins adoptés par quelqu’un que je ne connais pas. Et qui va aller se promener, mon dessin, dans un autre ailleurs de cette façon là.

Je prévois pas vraiment les endroits où je vais déposer mes take away. Je pars juste avec et puis quand un endroit me plait, je les dépose. Je peux vraiment presque les mettre n’importe où. J’aime vraiment faire ça. Il y a pas longtemps, je me suis aperçue que j’en avais collé près de 2000 en 3 ans. J’en ai été moi-même surprise.

Ephémère - by © Dilian  

Ephémère - by © Dilian


Quant aux Ephémères, j’en ai pas fait tellement au final. J’ai dû en coller une trentaine peut être, pas plus. Je le referai peut être. Ou peut-être pas. Je ne sais pas. Ces Ephémères comme je les appelle, ce sont des dessins au feutre et à la bombe sur du tissu que je colle sur les murs. Ça m’a beaucoup amusé aussi. Mais le problème, bien que ce soit le jeu du dehors, les derniers que j’ai collé sont restés moins de 24h. Je ne les faisais pas pour qu’ils soient emportés ceux-là. Et le fait qu’ils soient kidnappés aussi vite m’a un peu blessé dans ma démarche. Alors, j’ai simplement arrêté !
 


Peux-tu nous parler de ton projet de Livre de dessins… «Une araignée, c’est pas si méchant.» Comment le thème et le projet de livre sont-t-ils nés ?

« Une araignée, c’est pas si méchant. » C’est un livre de dessins. Un livre pour le petit moi des grands.
Comme un livre de poésie avec des dessins dedans. Un livre à feuilleter tout doucement. Des dessins à explorer, en prenant son temps.
C’est un livre qui regroupe 19 dessins où ma minuscule petite araignée est allée se promener… Dix neuf dessins, chacun accompagné par la main, de son texte à lui.
C'est un livre de 44 pages, format 19cm x 19 cm imprimé en offset sur du papier 200g avec une couverture brute en carton souple. Avec un dos carré cousu collé ! 
Ce livre de dessins est un ‘objet’ qui offre le plaisir du papier, de la couleur et de la main. 
Et puis dans chaque livre, il y a une surprise : Un Love Away en cadeau.
C’est un projet que j’avais dans un petit coin de ma tête depuis un peu plus d’un an je crois. Et puis, il fallait que j’aie du temps pour le créer et du temps pour savoir comment j’allais le sortir. Et puis finalement, j’ai décidé d’essayer de l’auto éditer parce que je pense pas qu’il rentre facilement «dans les cases» des éditions classiques. Je ne pense pas que ce soit de la jeunesse et ce n’est pas de la BD et j’avoue, que je n’ai pas essayé de trouver un éditeur, parce que je voulais également pour ce tout premier livre ma totale liberté de création dans la forme et le contenu. Et puis pour m’aider à le financer, je l’ai mis sur une plateforme de financement participatif (ulule). J’aime l’idée du «participatif». C’est en harmonie avec ma démarche de dessineuse. Et je suis aujourd’hui très heureuse de savoir que ce livre voit le jour parce que d’autres que moi en ont eu envie aussi. C’était un pari difficile pour moi mais c’est un pari gagné grâce à toutes les personnes qui ont soutenues ce projet.

Après sa sortie officielle le 30 novembre, il faudra que je cherche comment le distribuer etc, je ne sais pas encore comment je vais faire ça mais pour une fois, j’ai préféré me laisser un peu porter plutôt que de tout trop anticiper.

 
Le bruit court… que ta petite araignée va se promener sur les murs de Paris jusqu’à fin décembre… Où, Quand peut-t-on croiser son chemin ?

Oui, Une araignée, parfois, ça se peint aussi au mur !
C’est une belle rencontre au détour de mon projet du livre qui m’a proposé de dessiner sur tous les murs de la rue Androuët aux Abbesses. C’est une femme qui me l’a très simplement et joliment proposée et j’ai dit oui. C’est la première fois que je dessine en direct sur les murs. J’ai adoré faire ca. Et puis la proposition était tellement belle : tous les murs d’une petite rues juste pour mes dessins. Et à Montmartre en plus, à quelques petites minutes du sacré cœur que j’ai dessiné dans mon livre de dessins. Le hasard du Monde sait parfois aussi être très joli.
Je les ai dessinés début octobre et ils doivent normalement rester juqu’à fin décembre 2014.
Pour ceux qui viendront à l’exposition pour la sortie officielle du livre « Une araignée, c’est pas si méchant », les découvriront ! C’est dans la même rue que la galerie Éphémère dans laquelle je fais l’expo.

  rue Androuet - © Alex Tassot

rue Androuet - © Olivier Dexheimer

Il parait aussi qu’on peut te rencontrer pour en savoir un peu plus sur toute cette histoire…. à l’occasion de l’exposition-dédicace. S'agit-t-il de la sortie officielle du livre ? Où ? Quand ?  A quelle heure ? 

Oui, C'est la sortie officielle de ce tout 1er livre de dessins : une araignée, c'est pas si méchant.
A découvrir, à l'occasion de cette exposition, le livre bien sûr et les dessins originaux.

C’est quand ?
Après-midi Vernissage & Dédicace Dimanche 30 novembre de 14h à 19h
Expo ouverte : Dimanche 30 novembre de 11h à 19h & Lundi 1er décembre de 9h à 17h. En présence de l’artiste.

C’est où ?
Studio Paris Gallery 2 rue Androuët - Paris 18eme - Metro Abbesses.
(c’est la rue dans le prolongement du passage des Abbesses. La rue où ma petit araignée se promène sur tous ses murs aussi jusqu’à fin décembre). 

 

RETROUVEZ DILIAN sur :

Son SITE Officiel

PAGE Facebook

et à l'occasion de la sortie de son 1er livre de Dessins 
EVENEMENT Facebook

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2014-11-24 10:15:48
    • 2 222 views
  • Tags - #paris #dessin #artiste #exposition #poésie #monde #livre #Dilian #Studio Paris Gallery #rue Androuët
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI