La pop electro frétillante et aérienne de April was a passenger !

SPONSORED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Les influences du groupe aussi larges que l'océan Pacifique, donnent naissance à une pop inédite, où l'on peut entendre à la fois de l'électro, du rock... disco-rock, de la new wave... Suivez vos guides, les trois membres de "April was a passenger" vous embarqueront dans un voyage passionant, une virée aux décors changeants et aux atmosphères versatiles.
La magie opère sur les titres de "April was a passenger", on en oublierait presque qu'il nous reste près de 10 semaines avant le mois d'Avril et la douceur du printemps... !

  

--- Propos recueillis de Minouche Briot

« April was a passenger », composé de Minouche Briot, Jérôme Baudouin et Anthony Caruana. A quelle occasion vous êtes-vous rencontrés et comment le projet « April was a passenger » a-t-il vu le jour ?

J'ai commencée à composer quelque temps avant de rencontrer les gars. On s'est d'abord rencontré avec Jérôme à une soirée à l'International à Paris. Puis lors d'un autre concert à Rennes, nous avons parlé du projet à Anthony. Je lui ai envoyé les maquettes que j'avais, le projet lui a plu et c'était parti. On a fait notre premier concert le 1 mars 2012.

 


Quelle est l’origine de votre nom ?

Pour le nom du groupe, c'est lié à la première année que j'ai passée à Paris en arrivant de Rennes. Ça n'a pas été la période de ma vie la plus joyeuse, bien qu'avec du recul, j'en garde de très bons souvenirs. Enfin, le mois d'avril reste un mois toujours magique, le retour du printemps etc. Je trouve qu'il y a toujours une ambiance particulière et cette année-là n'a pas échappée à l'exception, sauf qu'au mois de mai tout est reparti de travers... Bon et depuis tout va bien!!!!
 


Quelles sont vos influences ? Comment cette diversité s’exprime-t-elle dans votre projet musical ?

Comment se passe votre processus créatif : qui écrit les textes, les compos… dans quel contexte ?

Il n'y pas de contexte particulier. Je compose et enregistre à la maison. 

J'ai écouté beaucoup de choses différentes, j'ai eu plusieurs "périodes". J'ai écouté beaucoup de soul Marvin Gaye, Aretha Franklin, Sam Cooke, des trucs comme Buddy Holly, Ricky Nelson, avec ma mère étant petite. Puis je pense que j'ai fait mes petites découvertes comme tout le monde à l'école, à l'adolescence. On a découvert avec mon frère les vieux vinyles de nos parents, Pink Floyd, les Moody Blues, King Crimson, Iron Butterfly, Aphrodite's Child... Du coup, on a une bonne période de Gong, Yes, Magma, Jimi Hendrix, pis Queen... J'ai grandi dans une région où la musique traditionnelle a une place importante, ce qui m'a poussé à écouter énormément de musiques des 4 coins du monde, du jazz, pas mal de chant lyrique. En parallèle, je me suis intéressée à la musique électro, au rap, au rock... J'adore les groupes allemands des années 80, ce minimalisme... C'est pas facile de faire le tour!!! 

Enfin, j'imagine qu'à chaque fois que je compose un morceau un petit peu de tout ça refait surface suivant mon humeur, ce que j'ai écouté dernièrement, ce dont j'ai envie de parler et peut-être à quoi ou à quelle période de vie je fais référence et comment j'ai envie de l'exprimer.

Les gars viennent tous les deux d'univers différents. Anthony aime beaucoup les univers aériens comme Sigur Rós, Woven Hand, Apparat, The National, Radiohead, Explosions in the sky. Ce qui se ressent beaucoup dans ces choix de son de guitare, la manière dont il place ses lignes.

Jérôme est très curieux aussi, mais ce serait certainement le plus "rock" d'entre nous, il est un grand fan des Pixies, de Cake et Black Sabbath !!!!
 


On adore le décors changeants et atmosphères versatiles de votre Pop Electro…
Comment définiriez-vous votre univers musical ?

Ce n'est pas évident de définir soi-même sa musique... Au final, on l'apprend à la fin des concerts quand les gens viennent nous parler. On a des retours très variés, les comparaisons qui en ressortent, peuvent être aux opposés! 

 


A quel moment savez-vous qu’un titre est abouti, prêt à être partagé avec le public ?

On se sent prêt à jouer un titre en live, quand on arrive au point on l'on pense faire passer ce qu'on a envie de faire passer. De là, c'est parti. Bien sûr c'est toujours dur de s'arrêter et de se dire "stop, là c'est bien!" Ça peut très bien être sans fin, on peut toujours peaufiner mais le danger c'est aussi de "tuer" une certaine spontanéité et de fausser un peu cette intention. Il faut trouver le juste milieu !!! 


En 2013 vous avez sorti un premier EP marqué par une pop frétillante et aérienne, aux couleurs tantôt new wave, tantôt disco-rock… 

Avec ce 1er EP vous semblez vous affranchir des codes, croisant avec naturel et légèreté les esthétiques. 

Est-ce que cet EP a défini/confirmé vos choix artistiques ? Si oui, quel est votre fil rouge pour la suite de l’aventure ?

Je ne sais pas si cet EP a défini un choix artistique, je pense que ce choix s'est décidé avant, sur les premières compos et bien sûr quand on a commencé à travailler tous les trois sur le live, et que chacun a apporté petit à petit ses couleurs et ses suggestions. Je ne sais d'ailleurs pas si j'ai fait un vrai choix artistique... Ça a été assez spontané... 
 

Qu’est-ce que vous retenez de cette 1ere expérience de sortie d’EP ? Comment l’avez-vous vécue ?

J'ai enregistré et mixé l'EP à la maison, ça a été une expérience très prenante! Pas de limite de temps, ni même vraiment d'espace avec la vraie vie! Et comme je le disais juste avant, c'est pas toujours évident de s'arrêter, de se dire, que là c'est bien, qu'on conserve une fraîcheur et une spontanéité et que si l'on va plus loin, on risque de tuer tout ça et d’aseptiser les émotions. C'est pas facile d'avoir ce recul. On va enregistrer un prochain EP, des fois je me dis que ce serait chouette de travailler avec une tierce personne qui sache justement stopper tout ça, apporter une autre couleur, comprendre l'univers et faire des suggestions... Des fois, je me dis que j'aime aussi ces moments seule à bidouiller, chercher, la façon dont l'alchimie traduira au mieux ce que je veux dire. On écoute et réécoute, on revient sur certaines choses...
 


Difficile de résister aux envolées lyriques et à l’univers digne d’un conte de fées de votre clip officiel « ReD Light romance » 

Pouvez-vous nous parler du tournage et de votre collaboration avec le réalisateur Samuel Kaperski ? Un souvenir, une anecdote du tournage à partager avec nous ?

On se connait depuis assez longtemps avec Sam et on s'est compris très vite. On a vite capté les références de chacun, on n'a pas eu besoin de discuter beaucoup, et on lui a fait entièrement confiance. Il nous a suggéré ses idées, on a dit "ok, c'est parfait"! Le tournage a été et reste un super souvenir!!!
L'extérieur a été légèrement plus compliqué que prévu, il faisait normalement assez doux à cette période de l'année et on a eu ce gros froid sorti de nul part et surtout toute cette neige, c'était dingue!!!! On a tourné deux nuits à -14... je devais tomber dans l'eau, ça a un peu compliqué les choses... Maintenant on en rit, sans compter, que c'était assez magique, le silence de la neige, la nuit, c'est un super souvenir... Ça a vraiment apporté autre chose au clip, Sam, a rebondit dessus, s'en est servi. Quand on a vu le clip, on s'est dit que ça valait bien deux nuits dans le froid!!! Même si, ok, sur le coup, on avoue, ça piquait un peu !!!! 


Comment préparez-vous et vivez-vous vos lives ?

On aime beaucoup les lives!!!! C'est vraiment le moment où l'on se retrouve ensemble et surtout c'est la concrétisation de tout notre travail en amont.
On prend un énorme plaisir à partager tout ça avec le public.
La mise en place des morceaux pour le live prend toujours pas mal de temps. Même si c'est de l'électro, on essaie de jouer le maximum de choses.

Une scène, un co-plateau qui vous ont particulièrement marqués ?

Une scène qu'on n'oubliera pas, notre premier concert à Stockholm ! Nous avons joué pour une association nommée Heaven Up Here, des gens super curieux avec une super belle énergie. On a joué avec un groupe qu'on a beaucoup aimé qui s'appelle Silent Wave. Je crois qu'ils viennent justement de sortir 2 titres.

 

 

Quelles sont vos actualités-temps forts pour 2015 (projets, dates, clip… tournée, EP… ) ?

Nous allons enregistrer un nouvel EP pour la rentrée. On devait le faire plus tôt mais ce sont les aléas de l'auto-prod'!!! On prend notre temps, on n'a pas envie de se presser, on veut avoir vraiment le choix des morceaux aussi! On va certainement refaire un clip avec Sam Kaperski, même équipe !!!  

 

SUIVEZ "April was a passenger" sur :

PAGE ARTIST'UP

SITE OFFICIEL

FACEBOOK

SOUNDCLOUD

YOUTUBE

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2015-01-30 10:03:16
    • 2 138 views
  • Tags - #pop #paris #clip #rock #électro #Live #Concert #musique #disco #new wave #tournage #Rennes #April was a passenger #aérien #Samuel Kaperski
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI