L'oeuvre de Rémy Perthuisot : fenêtre ouverte sur le monde intérieur...

SPONSORED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

A travers ses photographies, Rémy PERTHUISOT laisse exprimer son goût immodéré pour les images (que ce soit la peinture ou le dessin) et pour la narration. A ses débuts, ce photographe professionnel a beaucoup appris seul, puis au travers de partages et de nombreuses rencontres. 
Entre rêve et réalité au coeur de l'univers féminin, ses mises en scènes sont empreintes de douceur et d'histoires dignes de contes et de légendes : "Je n'ai jamais vraiment abandonné ma vision d'enfant, cette envie de raconter des histoires, mais avec une grande pudeur, sans vraiment savoir si ces histoires vont plaire, si ce que je ressens moi, va toucher l'autre." Les photographies de Rémy Perthuisot nous donnent des clés sans jamais dévoiler l'histoire.
En associant formes, couleurs et idées, l'artiste nous invite à questionner le monde "réel", à nous pencher sur nos propres histoires, fantasmes et moyens d'évasion... une invitation à laisser parler nos émotions et au “lâcher-prise”, attitude intérieure d’ouverture à la vie et aux autres.

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours… Dans quel contexte s’est développée votre passion pour la photographie ?

Je pense que ça remonte à l'enfance, un goût immodéré pour les images (dessin et peinture) et la narration. Je n'ai pas grandi dans un environnement « facile » économiquement, et nos jeux d'enfants faisaient la part belle aux moyens du bord. On a besoin de peu de choses pour s’évader : une feuille de papier, une histoire imaginée... Plus tard en grandissant j'ai de plus en plus utilisé des photos pour développer certains aspects de ce que je faisais en dessin et peinture au point de me dire que la photographie était un medium à tester absolument et que je devais essayer.
A la fin du lycée j'ai économisé et passé le cap en m'achetant un reflex, un argentique à l’époque (nous étions dans les années 90). J'ai de suite eu l'impression que les choses devenait plus simples. Je pouvais « piocher » directement ce que je voulais montrer avec la photo. On ne photographie pas vraiment ce qu'on voit, mais plutôt ce qu'on ressent, ce qu'on croit percevoir, la manière dont on le comprend et la photographie retranscrit ces fragments qu'on choisit de montrer. J'ai appris énormément de choses seul au début, puis au travers de partages et de rencontres ensuite. La photo était avant tout pour moi un loisir. Au cours de mes études supérieures j'ai fait deux cursus : un de sciences et un de sciences humaines, plus précisément en histoire de l'art où je me suis spécialisé en histoire de la photographie pour justement approfondir ma connaissance du medium mais surtout de son univers, de son histoire, de ses maîtres.


© Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe

A quel moment « avez-vous su » que le médium photographique allait vous (a)mener sur votre chemin de vie ? A quelle occasion vous êtes-vous lancé ?

Je n'en avais aucune idée, les choses se sont produites en cours de route. Durant mon cursus universitaire, dans le cadre des emplois qu'on prend pour financer ses études, j'ai côtoyé un milieu qui n'avait pas vraiment de rapport avec tout ce que je connaissais : le sport de haut niveau. J'ai accompagné un temps certains sportifs dans leurs études, et je proposai quelques animations artistiques. Un travail qui me plaisait bien et que j'ai fait quelque temps à temps plein, après mon cursus d'histoire de l'art, et où je ne n'envisageais pas vraiment de faire intervenir la photo autrement que par le biais du plaisir. Mais un jour après une discussion avec des nageuses de l'équipe de France de natation synchronisée - une très belle discipline, trop injustement méconnue - je me retrouve à prendre des photos d'un de leur entraînement. Et là, tout s’enchaîne à une vitesse folle. Les photos circulent vite, donnent lieu à une exposition, des commandes pour publications, d'autres fédérations me contactent (notamment la fédération des sports de glace, pour suivre l'équipe de France de patinage artistique), des compagnies de danse, avec qui souvent le travail d'expression prime... A l'époque je n'avais qu'un blog et pour régulariser les commandes je me professionnalise. Et je décide de ne faire plus que ça (je n'avais plus vraiment le temps de faire autre chose en fait). En parallèle je reçois des demandes pour les autres genres que je pratique : le portrait, je m'essaie un petit temps à la mode. Je développe mes mises en scènes pour lesquelles on me contacte aussi assez rapidement, en France mais aussi à l'étranger... Et je constate que cet aspect de mon travail plaît lui aussi, je le développe. Au début je n'osais pas, je me disais que faire des mises en scène, qui plus est dans un univers très féminin, ça ne plairait jamais, mais les contacts et propositions se multiplient. Nous en sommes là aujourd'hui, je ne sais pas combien de temps ça durera peut être pas mais c'est extrêmement motivant et enrichissant.



© Rémy Perthuisot Photographe

© Rémy Perthuisot Photographe

Avec votre portfolio, vous semblez explorer un monde fantasmé et/ou intérieur… Par quoi/par qui êtes-vous guidé dans votre processus créatif ? Quelles notions questionnez-vous ?

Je n'ai jamais vraiment abandonné ma vision d'enfant, cette envie de raconter des histoires, mais avec une grande pudeur, sans vraiment savoir si ces histoires vont plaire, si ce que je ressens moi, va toucher l'autre. En créant des images on peut se permettre d'être évasif, de donner des clés sans donner l'histoire, de faire passer des questionnements, des émotions sur une manière de percevoir le réel, sur la volonté de faire un lecture métaphorique de la manière dont on perçoit ce réel, de parler de ses envies, de ses fantasmes, de ses propres peurs et obsessions au sens large ou tout simplement de se faire plaisir en associant formes, couleurs et idées d'une manière qui nous touche, mais dans lesquelles transparaissent toujours une part de soi. Ce n'est pas vraiment une manière directe d’échapper au monde « réel » mais plus d'en questionner certains aspects, de perpétuellement chercher une place, de soulever des questions. Je suis avant tout guidé par une envie de partage, de créer des ouvertures, à la manière de fenêtres qui donneraient à voir des parcelles de ce monde intérieur, des « visions » que la photo cristallise, et de faire un peu réfléchir en retour. Avec l'idée que les gens questionnent leurs propres histoires, leurs propres fantasmes, peurs et motivations, leurs propres moyens d'évasion. Les contes, les légendes, les mythes questionnent depuis des temps immémoriaux tous ces aspects.

 © Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe

Pouvez-vous nous parler de vos sources d’inspirations ?

Je puise dans tout ce qui m'entoure, la musique est une très grande source d'inspirations, la littérature le cinéma, la danse, la peinture... Les légendes et les mythes de tout pays et toutes époques. J'ai la « chance » (ou malchance) de faire des rêves assez délirants et récurrents et je me dis toujours que je ne les exploite pas assez, qu'il faudra s'y mettre un jour. Ensuite j'aime discuter, partager, j'aime beaucoup travailler en équipe, avec les mêmes modèles pendant très longtemps. Mes modèles récurrents sont devenues des amies proches, elles font partie de la mise en place du processus créatif, de par nos échanges, leurs goûts, leurs histoires, leurs envies tout est bon pour nourrir l'inspiration. J'aime aussi évidemment beaucoup regarder le travail des autres, partager avec d'autres créatifs issus de différents milieux et courant, parler des heures avec des photographes et autres de nos projets, nos idées, nos visions des choses.

 © Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe

Des artistes - photographes, conteurs, écrivains, vidéastes... d’aujourd’hui ou d'(avant)hier - qui sont une source d’inspiration pour vous ?

La liste serait tellement longue qu'elle ne tiendrait pas dans une interview, mais par moments, des noms émergent plus que d'autres quand l'idée de me vient d'explorer des thèmes précis : l'extrême sensibilité de l’œuvre deFrancesca Woodman, le questionnement du rapport au réel de Cindy Sherman, certaines toiles de Friedrich qui me hantent tout comme certains poèmes de John Keats ou de Milton, ou cette œuvre incroyable qu'est la divine Comédie de Dante, les nouvelles fantastiques de Maupassant, les jeux de perception de Dan Graham, la profondeur des toiles de Rothko, les univers mentaux de David Lynch, la perception de la lumière chez Terrence Malick, les harmonies de Berlioz, les univers musicaux et oniriques de certains groupes modernes comme Bat for Lashes, Sigur Ros etc. etc. On pourrait passer des heures à ce petit jeu.

 © Rémy Perthuisot Photographe

Quelques mots sur le matériel utilisé ?

Rien d'extraordinaire dans le matériel que j'utilise, un reflex numérique et des outils de développement et de traitement d'images (l'incontournable Photoshop), mais je repasse avec plaisir de temps en temps sur mes vieux appareils photos ou sur des antiquités argentiques.



© Rémy Perthuisot Photographe

Selon vous, quel rapport existe-t-il entre la photographie, l’expression et l’humain ? Quel rapport entretenez-vous avec la photographie ?

La photographie est intimement liée à l'expression (une photographie « objective » ça n'existe pas, elle est toujours le produit d'une manière de voir et de percevoir, même en presse) et l'expression est intimement liée à l'humain. Communiquer c'est non seulement vital, mais c'est une des bases de la transmission et du développement de la pensée. Certaines choses, certaines idées sont extrêmement difficile à exprimer (dire « je t'aime » à quelqu'un par exemple), personnellement, je suis persuadé que j'ai plus de facilité à m'exprimer par la photographie - indépendamment du problème de la réception et de la compréhension du message.


© Rémy Perthuisot PhotographeIn a Castle from remy perthuisot on Vimeo. - With Neriaké & Héléna


Avez-vous déjà eu envie d’explorer d’autres médiums… d’autres moyens d’expression ?
J'aurai rêvé être musicien, ou danseur ou même encore mieux chorégraphe, mais on ne peut pas tout faire dans une seule vie malheureusement ! Parfois je me dis que je me remettrai bien au dessin et à la peinture qui étaient des passe temps d'enfants. Sinon plus sérieusement j'explore depuis quelque temps le médium vidéo et ça me plaît énormément.



© Rémy Perthuisot PhotographeMalory from remy perthuisot on Vimeo.

Une expérience/rencontre artistique qui vous a particulièrement marquée ? 

J'ai eu et j'ai toujours la chance de  faire des rencontres dans la photographie, dans le milieu du cinéma français, de la peinture et de la danse internationales, qui m'ont vraiment marquées et grandement apportées, des personnes parfois en fin de carrière qui ont une expérience formidable à partager, ou même des plus jeunes dotés d'un talent fou et ouverts au partage, autant de personnes que je ne remercierai jamais assez.

 
© Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe


Quelles sont vos actualités, projets pour 2015 ? 
Je prépare une petite exposition très bientôt en Île de France suite à une invitation du centre culturel de Champigny sur Marne, mais je constate que je m'occupe trop peu de cet aspect de mon travail et qu'il serait temps peut être de prospecter un peu plus pour exposer plus régulièrement. Je suis assez étonné à chaque fois par l'engouement des gens sur les réseaux sociaux où mon travail est assez suivi, ce qui fait vraiment chaud au cœur. Je remercie d'ailleurs cette communauté très active.
En parallèle je continue à travailler certains aspects narratifs de mes travaux et j'ai envie d'approfondir et d'explorer des thèmes qu'on y trouve déjà : la féminité, l'occulte, les mondes invisibles, etc. J'ai de beaux projets en cours dans le milieu du sport et de la danse et de belles collaborations à venir et des gens qui soutiennent et diffusent certains des mes travaux, comme l'agence anglaise Trevillion avec qui je travaille depuis le printemps dernier. Et surtout une grosse envie de développer certaines expériences en vidéos.

 
© Rémy Perthuisot Photographe
© Rémy Perthuisot Photographe

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2017-04-14 13:50:35
    • 3 814 views
  • Tags - #paris #photographe #video #dessin #photographie #exposition #danse #peinture #sensible #histoire #FANTASME #conte #peur #monde #realité #Rémy Perthuisot #interiorite #sentiments
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI