Olga Valeska créatrice d'images, nous émerveille...

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

L'expression à travers la création photographique s'est imposée à Olga Valeska comme une évidence, de la manière la plus naturelle et sincère qui soit : "Seules mes images comptent et plus que tout, les messages et émotions qu'elles véhiculent. (...) Je suis une personne simple qui s'adresse aux coeurs. Aux coeurs simples."
C'est certain, entre rêve et réalité, les créations de Olga Valeska sont à la fois empreintes de mysticisme et de romantisme, d'une authenticité à couper le souffle. Selon ses propres mots, elle est une "artisane photographe" qui a amorcé un retour à la simplicité, au naturel, portée par les traditions d'ici et d'ailleurs.
Olga fait confiance à son instinct "Je suis vraiment ce que je montre (...)." Ses photographies sont des "mises en scènes instantanées" exprimant avec beaucoup de naturel et de vérité son rapport à la nature et sa recherche d'une forme de transcendance : "Pour moi, l'art en est une, c'est la mienne. C'est ma façon très intime de parler à la Terre et à(ux) Dieu(x), de les honorer et de les glorifier. Sans cela, je ne pourrais pas me sentir en vie!".


Comment votre intérêt pour la photographie a-t-il vu le jour et s'est-t-il développé ?
Assez étrangement en fait, car du plus loin que je me souvienne, je n'ai jamais rêvé de devenir photographe. Auparavant je dessinais beaucoup, j'écrivais, je faisais de la peinture, de la sculpture... J'ai toujours eu quelque chose dans les mains, et j'ai appris très vite à m'émerveiller d'un rien, à créer à partir de choses si modestes en apparence... En fait, j'ai eu une enfance assez "spartiate", j'ai grandi dans la nature, loin du "monde moderne". Je n'ai eu donc accès que très tard à tout un tas de médiums, dont la photographie. La première fois que j'ai eu un appareil photo, c'était il y a quatre ans seulement. Je n'avais aucune connaissance technique, très peu d'attrait pour l'outil en tant que tel... maintenant encore la photographie comme technique n'est pas vraiment mon « dada » ! Mais je crois qu'à un moment donné cette forme d'expression s'est imposée à moi comme une évidence, sans que je m'en rende compte. J'avais envie de rassembler toutes mes passions et surtout de réaliser certains rêves de façon encore plus concrète. Et dans le sens où elle peut vraiment faire le lien entre rêve et réalité, la photographie est vraiment un médium formidable à mes yeux.

© Olga Valeska

Comment pourriez-vous situer votre pratique photographique ?
Je ne me revendique pas vraiment comme photographe, mais plutôt comme une "créatrice d'images". Je dis souvent que pour moi le photographe est comme un vampire qui s'approprie des instants de réalité qui ne lui appartiennent pas, qu'il n'a pas créés. De fait, sans ma démarche de l'autoportrait, de la mise en scène, sans mes mélanges de photographie et de peinture, je ferais certainement beaucoup moins de photographie! En fait je suis plus une "artiste" qu'une photographe. Et comme pour moi « artiste » est un bien grand mot souvent utilisé à tort et à travers, je m'amuse plutôt à me qualifier "d'artisane photographe". Avec l'idée que je me m'applique simplement à créer de belles choses, qui éventuellement feront plaisir aux gens. J'aime cette simplicité et cette discrétion qui n'attend pas d'éloges. Seules mes images comptent, et plus que tout, les messages et émotions qu'elles véhiculent -je l'espère-! Je travaille sans me poser de questions, et surtout j'évite de tout conceptualiser. Tout l'inverse de ce qu'on peut voir dans l'art "content pour rien" actuellement. (rires) Pour certains je fais de l'art naïf, décoratif... J'en suis si fière et heureuse! (rires) Je suis une personne simple qui s'adresse aux coeurs. Aux coeurs simples.


© Olga Valeska

Votre travail porte sur des autoportraits, dont vous dites être « l’héroïne de (vos) propres fictions ». Qu’est-ce que le medium photographique : vous permet-t-il d’explorer, d’exprimer ? Qu'apporte-t-il dans votre parcours de vie et votre quotidien ?
Oui, j'ai dit ça un jour... Mais j'ai beaucoup changé. Je m'éloigne de plus en plus de la dimension très autocentrée de l'autoportrait, démarche assez adolescente au final : se regarder, parler de soi et de son petit "moi je"... chercher à être comprise... Ca ne m'intéresse plus trop. Tout le monde sait que chercher à être compris est une entreprise un peu vaine. Quant au narcissisme, cela me fait vomir, et mon propre narcissisme encore plus! Je suis un peu sévère envers moi-même en disant cela, je dois quand même reconnaître que mes anciens autoportraits étaient plus l'expression d'une vie intérieure très intense. Ils m'aidaient aussi à trouver une forme de refuge loin de la réalité moderne. Mais aujourd'hui, je ressens plus le besoin de transmettre, des idées, des messages. Peut-être un peu de bonheur aux gens ? J'ai beaucoup moins envie de ne faire des photos que pour moi. Alors quand je fais une photo, j'oublie complètement que je suis la personne photographiée et en réalité, je fais tout pour réaliser bien plus que de simples portraits. Le but n'est pas tant de faire un portrait de moi. Mon corps et mon visage sont simplement des outils, un véhicule sans trop d'importance... "Memento homo quia pulvis es et in pulverem reverteris"... (Poussière, tu retourneras à la poussière... )
Et si je continue l'autoportrait, c'est simplement parce que j'aime travailler entièrement seule, maîtriser mes images de bout en bout et de fait créer quelque chose d'encore plus personnel. Grâce à cela, je n'ai pas besoin de mettre mon nom partout sur mes images, telle une enfant infatuée qui dirait: "c'est moi qui l'ai fait, c'est moi qui l'ai fait!". Est-ce que Michel-Ange aurait peint en grosse lettre "michelangelo-peinture.com" dans la chapelle Sixtine? (rires) J'admire les artistes de notre passé, pour leur grande humilité et discrétion... Moi, si j'ai une signature, eh bien, c'est tout simplement ma bobine, même si elle est souvent très trafiquée! (rires)

© Olga Valeska
© Olga Valeska
 
Votre patte remarquable et remarquée est imprégnée de romantisme, de rêves et d’une touche de mysticisme… Où puisez-vous vos diverses inspirations ? (artistes, des "maîtres à photographier", autres formes-expressions artistiques, oeuvres littéraires…) 
Merci pour cette gentille description! Le rêve, le romantisme... Oui ! Mais c'est avec "mysticisme" que vous touchez vraiment juste. "Mystique d'abord" c'est mon credo! Le rêve, le romantisme... tout vient de là. Quant aux inspirations, à vrai dire, je ne m'inspire pas directement d'artistes en particulier. Indirectement, oui, la question ne se pose pas, car "nous ne sommes que des nains sur des épaules de géant". Mais je me retrouve bien désemparée quand on me demande des références précises.
Mes images sont un peu mystérieuses pour moi, elles s'imposent à moi et me viennent de je ne sais où. Chaque image est le fruit d'une multitude de hasards que j'accepte. De plus je n'ai pas de maîtres en photographies. Les artistes que j'aime sont plutôt des peintres, des auteurs des compositeurs... Et puis je ne suis pas fascinée par des hommes en particulier, plus par leurs œuvres, les impressions qu'elles suscitent, leur sens même. Je suis influencée par les mythes, les idées, les mouvances, la religion... Des paysages, des musiques... Des choses un peu irréelles en fait... L'ésotérisme, la philosophie... Et puis, zut ! Voici une petite liste en vrac : la mythologie russe, nordique, celtique... « Le seigneur des anneaux » de Tolkien et « Le conte du Graal » de Chrétien de Troyes... La Nature, les petites maisons folkloriques, les cartes postales de noël/Yule russes et suédoises par exemple... Les musiques et costumes folkloriques de Russie, Suisse, Bavière, Suède, Norvège, Irlande, Bretagne, Corse, Savoie... Les traditions chrétiennes et celles plus anciennes, païennes... Les châteaux, les églises et les vieilles pierres... Les croix dans les montagnes enneigées... et celles, celtiques, qui font face à un océan déchaîné... ..."L'Europe toujours verte" dans mon coeur...

© Olga Valeska
© Olga Valeska

Avez-vous un environnement, un lieu de prédilection pour laisser libre cours à votre imagination/ inspiration - en amont de la session photo ?
La Nature, les petits hameaux de campagnes, sans hésitation. Pour ça, je suis particulièrement heureuse et servie dans ma région que j'adore : la Savoie ! Mais plus largement, mon imagination travaille n'importe où, nimporte quand, en tout lieu et en tout temps. A vrai dire à des moments j'aimerais même que ça se calme un peu, car je souffre de ne pas arriver à m'adapter au monde réel, à la modernité... Parfois je rencontre des artistes qui se plaignent car ils n'ont plus d'inspiration et je me dis que le monde est mal fait. Si on pouvait échanger d'âme à l'occasion ce serait bien agréable. C'est pour cela que je suis toujours héberluée quand quelqu'un me dit par exemple: "Je veux devenir photographe, quel appareil dois-je acheter?" Sans même parler du fait que l'on peut déjà faire des choses magnifiques avec le plus mauvais des petits compacts numériques, avant tout pour moi on devient photographe parce que l'on s'est d'abord mis à photographier, comme ça, sans se poser de question et sans savoir même que l'on créé. Cela vaut pour tout. Pour moi on fait quelque chose parce que c'est évident. Et j'oserai dire : vital.  


© Olga Valeska

© Olga Valeska
   
Pourriez-vous nous parler de votre processus créatif …
- Quelle est la place des décors, choix des costumes, de la coiffure, du maquillage ?
- Travaillez-vous seule ou collaborez-vous avez d’autres artistes ?
- Réalisez-vous un travail de retouches/de montage ?
Je travaille exclusivement seule et je tiens beaucoup à ça. Pour moi c'est la seule façon d'être vraiment créatif en photographie et de faire un travail vraiment personnel. J'ai du mal à collaborer et à déléguer dans l'ensemble car je mets tellement de moi-même dans mon travail. Je collabore très peu et je recherche rarement des modèles, et quand cela arrive, ce sont seulement des gens qui sont avant tout mes amis, des membres de ma famille, qui peuvent être artistes mais pas nécessairement. Il n'est pas facile pour moi d'accueillir une personne dans ma tête et dans mon univers. Je suis une indécrottable enfant sauvage!
De fait je crée moi-même mes décors, mes costumes, coiffures, etc... Mais de plus en plus, j'en ai assez de l'accumulation de matériel, des décors factices... De fait, les costumes que l'on voit dans mes photos par exemple sont avant tout des vêtements que je crée pour mon quotidien; ou bien je choisis de plus en plus des décors naturels, des intérieurs qui existent déjà, dans ma maison ou mon jardin par exemple. J'aime beaucoup la décoration, créer des petits objets, des coiffes, etc... même en dehors de mes mises en scènes.
Enfin, je ne fais pas précisément du montage, ma grande passion c'est plutôt le mélange de photographie et de peinture. Cela rejoint aussi cette volonté de ne plus accumuler. La peinture permet d'aller encore plus loin dans l'imagination, sans être prisonnier du matériel. On peut tout imaginer, et tout devient possible avec un papier et un crayon. J'aime la grande modestie de cette forme d'expression, accessible à tous les portes-monnaies !


© Olga Valeska

Vos images sont-elles toujours des mises en scène ou travaillez-vous aussi la photographie instantanée ?
La plupart de mes photographies sont des « mises en scènes instantanées » !  
En réalité il n'y a pas tant de préparatifs que ça pour chaque image. Les décors, les paysages, les tenues, coiffures, etc... font très souvent partie de mon quotidien comme je l'ai expliqué précédemment. Je suis vraiment ce que je montre la plupart du temps. Dans ce sens là, il y a vraiment cette forme d'instantanéité, de naturel et de vérité. Et puis, j'adore improviser quand je travaille seule. Parfois je pars simplement avec mon appareil sous le bras, telle que je suis et advienne que pourra ! Je me laisse une grande liberté et je fais confiance en mon instinct, c'est ça qui me plaît. Je me rends beaucoup plus compte de l'ampleur du travail quand je reçois une commande et que je dois tout créer et préparer de A à Z. Cela me prend trois semaines/ un mois au minimum pour une commande. 

© Olga Valeska
 
Selon vous, est-ce le travail photographique qui sublime le modèle ou le modèle qui donne toute la dimension à son travail ?
Délicate question. Cela dépend de la qualité du modèle et du photographe. Un bon modèle peut vraiment apporter une dimension très importante au travail, surtout si le photographe n'a pas un concept ou un travail de mise en scène particulier. Certains se contentent de chercher des personnes très charismatiques et inspirantes, des muses... ils ne peuvent travailler sans. Parmis ces gens là il y a bien sûr d'excellents photographes. Prenez la plus belle des personnes, mal photographiée elle peut devenir très insignifiante, d'autant que les gens beaux ne sont pas forcément photogéniques. Donc le photographe fait énormément. Mais même si celui-ci a un vrai style, cela reste une œuvre faite à deux, le fruit d'une rencontre. C'est tout à fait honorable, mais pour ma part j'ai du mal à travailler comme ça, ou seulement pour certains projets en particulier, avec des personnes que j'aime énormément et qui effectivement m'inspirent et m'influencent, comme des membres de ma famille. J'ai besoin d'une intense compréhension mutuelle, qu'on me fasse totalement confiance. Ce n'est pas évident. Je collabore donc rarement avec d'autres artistes, modèles, et quand cela se produit, c'est plus pour le plaisir de rencontrer certaines personnes vraiment adorables qui me soutiennent depuis le début, et de leur faire plaisir à mon tour, mais pas nécessairement pour réaliser un rêve en particulier. Donc je préfère privilégier les autoportraits. Quand je pose, je suis réellement en train de créer mon image. C'est comme une performance. Là photo est déjà là, quelque part. Et puis j'ai une liberté pleine de possibilités. Je peux décider de faire une photo quand je veux, où je veux, la trafiquer comme je veux... ça me permet d'aller beaucoup plus loin dans mon travail. 

© Olga Valeska

Qu’est-ce qui vous stimule, vous pousse à vous dépasser, à aller toujours plus loin dans votre expression artistique ?

J'ai toujours eu un côté très frénétique, passionné. Ce sentiment d'urgence chevillé au corps... La Vie nous attend, là, mystérieuse, superbe et terrible à la fois ! Il faut la découvrir, aller jusqu'au bout de ses possibilités, donner le meilleur de soi-même... aller encore plus loin, travailler sans relâche, se dépasser, toujours plus ! La rendre toujours plus belle cette Vie, toujours plus brillante, encore plus pleine de sens, de splendeur, d'espérance! Parce qu'elle peut se briser à tout moment, c'est une chance incroyable d'être en vie, un défi que je veux relever chaque jour. Tout m'enchante, tout m'étonne, tout m'émerveille, tout me fait réfléchir et réagir, intérieurement. C'est assez épuisant d'être enfermée dans ma tête ! (rires) La panne d'inspiration, être blasée, je ne connais pas! Au contraire il me faudrait plusieurs vies pour réaliser tout ce que je voudrais faire! Et puis surtout... je suis sans cesse à la recherche d'une forme de transcendance. Pour moi, l'art en est une, c'est la mienne. C'est ma façon très intime de parler à la Terre et à(ux) Dieu(x), de les honorer et de les glorifier. Sans cela, je ne pourrais pas me sentir en vie !

© Olga Valeska

Quelles sont vos envies - projets en cours et à venir ?
Tout dernièrement j'ai ouvert une boutique en ligne. Pour l'instant j'y vends des petites cartes postales, bientôt des enveloppes, des tirages de plus grand format... peut-être d'autres produits dérivés également. Cela me rend vraiment heureuse! Je passe beaucoup de temps à soigner les envois, les personnaliser le plus possible, c'est ma façon de remercier les gens qui me soutiennent. J'adore ce côté très populaire de l'art, très accessible, presque « intimiste », qui ne s'adresse pas à une soi-disant élite. Moi, mes plus grands coup de coeur artistiques, je les ai eu en découpant une minuscule image dans un journal, en découvrant une reproduction sur une petite boîte à musique, en ouvrant des vieilles boîtes de cartes postales poussiéreuses... Pas dans une galerie froide devant un mur blanc où est accroché une toile immense et hors de prix. C'est pour cela que je m'enthousiasme beaucoup pour ce projet et que je compte vraiment poursuivre dans cette voie là. 
Quant à mes envies récentes, je crois que depuis quelques temps j'ai amorcé un vrai retour à la simplicité, au naturel... à plus de force, de vérité et de profondeur dans ce que je fais. Du moins je l'espère ! Mais les choses sont bien faites au fond et l'âpreté de la vie nous fait toujours  revenir à l'essentiel... M'a fait revenir à l'essentiel. Les photos de mode, les portraits de nymphettes en fleurs avec des papillons (rires) m'intéressent moins... J'ai de plus en plus conscience qu'il y a des choses bien plus importantes, qui me dépassent. Des choses fragiles... que j'ai envie de continuer à faire vivre, à protéger, à ma petite échelle. Cela peut être... Le respect et l'amour de la Nature, de la Vie... L'intérêt d'une vie plus simple, plus traditionnelle, plus proche de la Nature... Une vie moins matérialiste, avec plus de sens et de spiritualité... Et puis j'ai envie de montrer l'amour de mes racines, la beauté de l'Europe... mon envie de faire vivre ses traditions qui sont parfois hélas en voie de disparition, mais qui seront toujours les miennes. 


© Olga Valeska

Mot de la fin ?

Merci beaucoup pour votre intérêt, cela me touche énormément... Cela me surprendra toujours quand on m'en témoigne... Je dis souvent que je ne cherche pas à plaire aux autres avec mon travail et cela ne cessera jamais -ou alors j'aurais raté ma vocation!-. Mais je me rend compte que sans toutes ces réactions positives je ne pourrais jamais vivre de mes petites images. C'est une chance immense et je suis tellement reconnaissante. Je travaille dur pour préserver cette liberté. Parce qu'on ne devient pas artiste pour devenir riche. On est artiste parce que l'on veut vivre modestement. Libre, et heureux. Ce qui pour moi va toujours ensemble. Le plus modeste, le plus libre. Le plus libre, le plus heureux.

© Olga Valeska

SUIVEZ OLGA VALESKA sur :

SITE OFFICEL
PAGE FACEBOOK
BOUTIQUE

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2016-05-18 13:38:14
    • 3 673 views
  • Tags - #photographe #photographie #peinture #Spontané #nature #vie #Rêve #mystique #romantisme #Olga Valeska #costumes #autoportrait
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI