Rencontre avec Stew, street-artiste "infograffeur" !

SPONSORED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


De son premier tag vandale en passant par la Tour Paris 13 et la fresque monumentale de Héron Bleu (reconnue comme la 2eme plus haute façade d’Europe jamais peinte) dans le 13ème arrondissement de Paris, à 36 ans Stew a parcouru un long chemin !
La rue est devenue très tôt son terrain de jeu avec la découverte de l'univers du graffiti - qu'il a pas lâché depuis les années '90.
"Je me définis souvent comme « infograffeur »"! Dans son travail, il dépasse l'approche traditionnelle conciliant les créations numériques et le graffiti, tout en utilisant de nombreuses techniques comme la sérigraphie, le collage, le pochoir...
De ses oeuvres émane une grande douceur et la délicatesse, avec des représentations d'oiseaux magnifiques : "J’aime la nature, je m’en inspire beaucoup pour les couleurs et puis ce qui m’inspire le plus c’est le fait de voyager, même si ce n’est que dans ta tête !".





L'artiste Stew en partenariat avec la maison d'édition Carma Phi 
présente une exposition KNOW HOW "savoir-faire" où l'Art urbain rencontre l'Artisanat ! 

L’exposition KNOW HOW présentera :
- des vases en faïence décorés par Stew
- un travail au pochoir sur bois
- une installation florale de la maison IKEBANART

Edités par la maison Carma Phi et fabriqués par la Faïencerie Georges à Nevers, 3 modèles de vase de 50cm, inspirés des formats traditionnels asiatiques, seront décorés d’impressions en chromographie avec les motifs de STEW. Ces motifs seront posés à la main par la faïencerie et rehaussés par STEW. Edition limité de 18 vases. 

NB: Compte tenu de la courte durée de l'exposition, l'atelier de STEW sera ouvert (sur demande) du 1er avril au 31 mai. Les personnes intéressées mais qui ne pourront pas être disponible pendant l'exposition auront ainsi l'occasion de découvrir les vases et éventuellement passer une commande.

24 - 30 AVRIL 2017

Vernissage lundi 24 avril à 18h

Espace Oppidum 
30 rue de Picardie 75003 Paris
12h - 21h

EVENEMENT FACEBOOK


© Stew


D’où viens-tu, qui es-tu STEW ? Racontes-nous tes débuts… de ta chambre d’enfant et la personnalisation de sa tapisserie à tes premiers pas dans la rue ?
Né en 1978 aux Lilas, j’ai grandi dans la banlieue ouest parisienne. La rue est devenue très tôt un terrain de jeu pour moi, au début en roller ou en skate et puis à force de prendre le train j’ai découvert tout un univers, celui du graffiti que j’ai pas lâché depuis 95-96.



© Stew

© Stew

© Stew


Comment définirais-tu ton style et ta façon de travailler ?
Je me définis souvent comme « infograffeur », du coup j’ai bossé pas mal sur mon ordi de par ma formation de graphiste, ce qui m’a permis de créer autre chose que du graffiti traditionnel. L’ordinateur est devenu un passage obligatoire dans mon processus de création. Je passe beaucoup de temps devant mon écran, c’est même devenu un problème car je n’arrivais pas à concilier mes créations numériques et le graffiti.
J’ai alors essayé d’utiliser d’autres techniques comme la sérigraphie (qui est le moyen le plus artisanal pour moi de sortir du vexel), le collage (qui me permet de faire des montages complexes de mes imprimés en noir et blanc), le pochoir - au début sous forme de motifs puis de personnages. Il prend une grande place dans ma création aujourd’hui car c’est vraiment lui qui m’a permis de faire le pont :) entre mon travail numérique et la rue. Ce qui est sympa, c’est qu’elles ont toutes une utilité, supports de prédilections, elles font partie d’un tout.


© Stew
© Stew
© Stew


De tes oeuvres émane une sensation de grandeur mais aussi de douceur et de délicatesse, avec des représentations de l’univers asiatique.
 Peux-tu nous parler de tes inspirations ?

Je suis un grand fan et collectionneur d’estampe. Malheureusement toutes celle qui m’intéressent sont en vitrine dans les musées, du coup je me documente beaucoup !
J’aime la nature, je m’inspire beaucoup d’elle pour les couleurs et puis ce qui m’inspire le plus c’est le fait de voyager, même si ce n’est que dans ta tête !
Je mentirais si je ne disais pas que je m’inspire de tout ce que je vois sur internet et dans la rue, des rencontres que j’ai faites, de ma famille et des mes amis.



© Stew - le Héron Bleu
Commande de la Mairie du 13ème arrondissement de Paris
curatée par la galerie Itinerrance


60 heures de peinture, 30 heures d'atelier, 30 litres de peinture, une centaine de bombes pour une surface de 52x14 mètres… Tu es l’auteur d’une réalisation monumentale, reconnue comme la 2eme plus haute façade d’Europe jamais peinte.
 Dans quel cadre ce projet dans le 13e arrondissement de Paris a-t-il été réalisé ?

La fresque du Héron bleu à été réalisée en vandal…. non sans blague elle a été réalisée avec le concours de la marie du 13e arrondissement de Paris et de la galerie Itinerrance. Il y avait un ravalement de façade à ce moment-là et on a pu se servir de l’échafaudage.




Quelle a été ta réaction/ressenti quand on t’a dit « C’est parti!! » ?
Quand on m’a annoncé la nouvelle, je ne me suis pas rendu compte tout de suite de ce qui se passait, c’est une fois en bas du mur que j’ai vraiment commencé à « kiffffer ma race », j’aurais rarement dans ma vie l’occasion de peindre un mur si grand !



© Stew - Tour Paris 13

© Stew - Tour Paris 13


Qu’est-ce qui te plait dans le fait de travailler sur de grands formats en général ?
Travailler des grands formats est très intéressant du fait du changement d’échelle, cela demande beaucoup de travail car on peut vraiment rentrer dans le détail, mais le résultat est très gratifiant !


© Stew - @ Moscou


Peux-tu nous parler de ton expérience à Moscou dans le cadre du projet de « camouflage urbain » ?
D’autres expériences hors Europe qui t’ont marquées ?
Ce projet est mené par une petite chaine de TV « Aone ». Ils m’ont demandés de faire partie du jury, pour élire le plus beau projet graffiti du concours. J’ai accepté avec plaisir car j’étais curieux de voir ce que les russes pouvaient produire et j’ai pas été déçu car ils ont utilisés toutes les disciplines du Hip-Hop pour s’exprimer.
 
Tu as peint le phoenix magique, un des oiseaux phares du folklore russe… Fais-tu des recherches pour réaliser des fresques qui fassent écho à la culture du pays où tu te trouves ? 

D'autres expériences qui t'ont marquées ?
Oui en général quand je voyage j’essaie de m’inspirer de la faune locale, j’aime faire plaisir aux gens, qu’ils puissent retrouver un peu de leur enfance dans mes peintures.
Je trouve enrichissant d’avoir un échange avec le public, le fait de m’intéresser à leur culture me permet de briser la glace quand ils viennent me parler.
Par exemple pendant le projet Djerbahood en tunisie, j’ai peint des flamants roses car ils viennent se reproduire dans le Nord et une femme après quelques minutes de discussion à voulu me faire manger avec sa famille, je crois même qu’elle voulait me présenter sa fille !!


© Stew - @ Djerbahood


Une nouvelle destination en vue … ?
J’aimerais beaucoup aller peindre une grande fresque au Japon ou en Asie….


© Stew
© Stew
© Stew


EVENEMENTS - EXPOSITONS PASSEES :


© Tuco - EVENEMENT FACEBOOK

Expositon ZØØ 
jeudi 2 au dimanche 19 juillet 2015
au Cabinet d'amateur
Bault / Codex Urbanus / Patrick Jannin / Levalet / Mosko / Stew / Tuco
Vernissage le jeudi 2 juillet à partir de 18 h


© Stew


SUIVEZ LES ACTUALITES de STEW sur :

SITE OFFICIEL
PAGE FACEBOOK

  • Artist UP
    (hôte)
    • 2017-04-24 09:07:03
    • 8 279 views
  • Tags - #paris #street art #dessin #collage #graffiti #Asie #Rue #pochoir #galerie itinerrance #urban art #stew #tour 13 #moscou #djerbahoood
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI