L'harmonie du réel selon Chassol...

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

L'harmonie du réel. Ces quelques mots résonnent déjà comme un voyage onirique. Christophe Chassol manie l'art de l'ultrascore, une discipline dont il est le précurseur. Il part en voyage, filme des personnages, des animaux, des situations de la vie courante et crée l'harmonie qui correspond à ces images. A 4 ans il entrait déjà au conservatoire, il y a appris le piano et s'est vite intéressé aux suites d'accords. Quelques années plus tard, il travaillera avec Phoenix ou Sébastien Tellier, composera de nombreuses musiques de films et sortira son 3ème album studio Big Sun dont il est aujourd'hui question.

Christophe m'a accordé un petit quart d'heure durant sa journée de promotion, le temps d'un coup de fil pour réponde à mes questions.
Je vous rassure d'emblée, Chassol n'est pas du tout prêt de réaliser un album au format classique. 

 

Tu es pianiste classique de formation, comment es-tu venu aux ultrascores ?

C'est une sorte de progression dans la recherche. Déjà dans le jazz ou la musique classique c'est un peu le cas donc j'ai gardé ça.
J'ai aussi fait beaucoup de musiques de films, et j'en fais toujours, et puis en 2004 – 2005 j'ai habité à Los Angeles, j'étais résident dans un centre d'art donc j'ai eu beaucoup de temps pour faire de l'expérimentation. Ensuite Youtube est arrivé donc j'ai pu récupérer des extraits de films, de vidéos très facilement. J'avais toujours les vidéos en synchro avec de la musique et mon piano à proximité, comme pour la musique de film. Donc le son des vidéos et les vidéos en elles-mêmes sont devenus une matière à exploiter, au même titre que ce que je peux produire avec les autres instruments.

 

© LOUIS CANADAS

 

Tu as déjà une carrière impressionnante, des musiques de film, des collaborations avec les plus grands, à 39 ans est-ce que tu as encore des projets plein la tête, des rêves, des envies folles ?

J'ai toujours la même envie qui domine depuis mon adolescence, c'est travailler l'harmonie, les suites d'accords. J'ai aussi envie d'approfondir mon travail sur l'image, les liens de synchro musique - film. J'ai aussi envie de filmer de nouvelles choses, trouver des nouvelles idées visuelles et musicales. Et puis j'ai envie de rendre compte les choses comme pourrait le faire un documentariste.

 

 

J'ai notamment découvert ta musique par le biais du morceau Odissy n°II, le remix de Yuksek. Y'a-t-il une collaboration de prévue avec lui sur Big Sun ? D'autres invités sur ce disque ?

Oui, pour Yuksek. J'aime bien l'idée des remix donc je commence à envoyer quelques morceaux à des gens que j'aime bien, et puis je leur demande s'il y a un titre qui leur plairait en particulier. Et puis comme collaboration, il y a d'abord mon équipe de tournage qui me suit, les gens à l'écran bien sûr et mon batteur sur scène. Sinon, c'est un peu au fur et à mesure des rencontres.

 

© D.R. 

 

Raconte moi un peu l'histoire de Big Sun...

C'est d'abord la nature sonore, le bruit de la nature, la nuit avec le son des grenouilles. Et puis je me suis intéressé à la langue, le créole. Donc je suis passé de la nature à la culture. J'ai rencontré des poètes, un flutiste, je me suis baladé dans les marchés, j'ai croisé des joueurs de dominos, des rappeurs, des chanteurs. Et le fil rouge de l'album, c'est surtout le carnaval, cette sorte de folkore local. 

 



 © D.R.

 

Les Antilles, c'est peut-être un retour aux sources pour toi. En quoi la préparation de l'album était-t-elle différente par rapport à l'Inde par exemple ? 

Je connais bien la musique antillaise, mon père était musicien. Mais ce n'est pas vraiment un retour aux sources parce que la source est là tout le temps, en moi. C'est différent dans la forme mais les sujets sont toujours l'harmonie et la musique donc ça ne change pas tant que ça. L'angle de travail est toujours le même, quelque soit la destination.

 

 

Quelle est ta façon de travailler sur place ? Tu filmes tout toi-même, j'imagine qu'il y a gros travail de dérush après ?!

Oui c'est un process que je commence un peu à maîtriser. Ça commence par la recherche de documents, et puis je commence à prendre quelques rendez-vous. Après je réfléchis au sens que je veux donner au film, à ce que j'ai envie de dire. Après, il y a les deux semaines de tournage, durant lesquelles, malgré la structure du film, je laisse beaucoup d'espace aux gens que je rencontre. Et puis quand je rentre, je crée des grilles d'accords, je dérush, je monte les images, tout en suivant une structure et un fil conducteur. Le projet se monte petit à petit comme ça.

 


 © D.R.

 

Tu vas entamer une tournée mondiale pour défendre cet album, ce sera l'occasion de filmer encore plein de situations... Est-ce que tu as une destination rêvée pour ton prochain album ?

Non, je n'ai pas vraiment de destination rêvée. C'est quelque chose qui va un peu m'appeler. C'est le sujet qui m'intéresse avant tout, avant de partir pour une destination.

 

 

Outre la tournée et l'album, quels sont tes projets pour 2015 ?

Je fais actuellement une autre musique de film et puis j'en ai encore une de prévue pour cet été. Je travaille actuellement aussi avec Franck Ocean et j'ai également une résidence au Japon qui va s'organiser. Donc beaucoup de choses pour les prochains mois !

 

© D.R. 

 
 SUIVEZ L'ACTUALITÉ DE CHASSOL :
  • Saam WB
    (hôte)
    • 2015-03-11 15:52:58
    • 1 593 views
  • Tags - #musique #piano #jazz #world #album #films #youtube #harmonie #melodies #chassol #big sun #tricatel #accords #ultrascore #record #synchro
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI