Faada Freddy, un voyage en terre Gospel...

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Faada Freddy, le street dandy, un look à l'image de sa musique, parfaitement singulier et unique. Ce qui frappe d'emblée, c'est cette simplicité et cette aisance qu'a Abdou Fatha Seck dans la façon de délivrer sa musique. Son nouvel album Gospel Journey a été réalisé uniquement grâce à des instruments corporels (beatbox, chant et percussions corporelles). Sur scène, entouré de ses quelques musiciens, l'atmosphère qu'il crée devient envoûtante. Au delà de la musique, on touche à la spiritualité... 
Faada Freddy remanie les styles musicaux qui l'ont toujours bercés avec une vraie sincérité et une authenticité rare. Gospel Journey est bien plus qu'un exercice de style, c'est un album on ne peut plus moderne. 
Ici, Faada Freddy nous parle de ses influences, de ses origines mais surtout de ce qui anime en lui cette flamme musicale. 

 
- EN CONCERT LE 26 JUIN 2015 -
17ème édition de Solidays, festival porteur d’espoir et d’humanité !
ARTICLE SUR ARTIST'UP


© Barron Claiborne

 

Vous êtes originaire du Sénégal, quelle place occupe ce pays dans votre rapport à la musique ?

Le Sénégal est un pays très tolérant, un pays où il y a des brassages de cultures et de couleurs et forcément les influences sont des influences culturelles. Etant un pays qui a été colonisé par la France et qui a été également influencé par les Etats Unis, notre génération est partagée entre différentes cultures et donc différents métissages, et forcément, ceci se ressent dans la musique.

 

 © Barron Claiborne

 

Beatbox, chant, percussions, pourquoi ce choix de n'utiliser que des instruments corporels ?

C'était pour moi une manière organique de faire de la musique et aussi d'expérimenter à fond la performance vocale. J'aime bien tout ce qui consiste à chercher les différentes tessitures vocales qui collent par rapport aux différents styles. J'ai reçu des influences d'Al Jarreau ou d'Ella Fitzgerald donc ça se sent dans tout ce que je fais. Chanter A Capella est quelque chose qui me parle beaucoup, je l'ai souvent fait depuis mon enfance et je l'ai souvent fait pour des musiques de films. C'était pour moi un moyen de renouer un contact avec la musique « naturelle » et surtout de nous prouver que parfois il faut se défaire des instruments, se défaire de la machine pour retourner à l'état pur des choses.

 

 

Le gospel est souvent considéré comme une musique religieuse, vos sources d'inspirations sont-elles en partie spirituelles ?

Effectivement, le gospel est une musique spirituelle. Ce que j'ai emprunté au gospel, c'est juste l'aspect rythmique parce que, quand on est en transe dans le gospel on tape sur la poitrine, on tape des pieds, on tape des mains et c'est ça que j'ai utilisé pour faire tous les instruments corporels. C'était pour tenir le contexte rythmique de l'album. Pour moi, définitivement la musique reste spirituelle, je pense qu'il y a toujours une connexion de l'esprit parce que ça nourrit aussi l'intérieur.

 

 

  © Barron Claiborne

 

Gospel Journey est un recueil de covers ré-arrangées par vos soins, pourquoi avoir choisi cette direction pour cet album ? Un album de compositions est-il prévu ?

Effectivement, j'ai choisi bon nombre d'artistes dont j'aime beaucoup le travail, donc je me suis octroyé le plaisir d'interpréter leurs morceaux sans instrument. Ce sont des morceaux que j'aime et souvent, quand j'entends un morceau, j'ai envie de l'interpréter à ma manière. Après 20 ans de carrière, je pense que parfois on a envie de chanter des chansons d'autres personnes, n'empêche qu'il y a toujours Reality sur cet album, un morceau que j'ai écrit il y a plus de 10 ans et que j'ai toujours plaisir à chanter.

 

 

As' (Imany) est le producteur de cet album, comment s'est passé la collaboration avec lui ?

Les rapports avec mon producteur sont des rapports de confiance, des rapports normaux qu'un artiste peut avoir avec son producteur. Avec lui, je suis sûr d'emprunter un chemin de carrière qui n'enfreint pas à mes désirs de faire un travail de développement et surtout un travail qui corresponde à mon image. Je sais qu'il veillera à ne pas dénaturer ni mon inspiration ni mon univers. C'est également un rapport particulier parce que je connais et j'ai aimé ce qu'il a déjà fait avec Ayo et Imany. Aujourd'hui, je pense que je suis à l'aise dans ce label, vu qu'il y a un esprit de famille qui règne. Cela me met en harmonie pour travailler avec une équipe qui a les mêmes motivations et la même vision de la musique que moi donc voilà, c'est la raison pour laquelle j'ai choisi ce producteur qui m'a aussi choisi en particulier.

 

  © Barron Claiborne

 

Vous jouez à la Cigale en avril prochain, c'est déjà complet... dans quel état d'esprit abordez-vous cette date et cette tournée ?

Oui je suis très content de voir que la Cigale est complète et je serai également heureux de voir que l'Olympia est complet aussi. Je n'arrêterai pas de véhiculer mon message et de partager ma musique. Simplement parce que pour moi, la musique est un outil de partage pour faire tomber les barrières, consolider les esprits, surtout quand on sait que de nos jours, on marche sous la peur et j'espère que ma musique va continuer à faire tomber les préjugés et à nous fondre dans une seule race qu'on appelle humanité. Je continuerai toujours à chanter pour ça. Mon état d'esprit est toujours de continuer à chanter pour que les esprits se rassemblent. Pour les concerts c'est le même enthousiasme, à chaque fois que je fais un concert, j'ai l'impression que c'est la première fois que je joue et je suis dans un perpétuel processus d'apprentissage et ce sera une redécouverte de me produire autant à la Cigale qu'à l'Olympia.

 

 

Cet album et votre façon de faire de la musique sont comme une évidence, même Lenny Kravitz le dit, j'imagine que c'est encourageant ce genre de compliment… ?

Oui c'est très encourageant de voir que Lenny Kravitz a remarqué ce que je fais, je pense que je suis autant content de voir qu'il y a du monde qui se mobilise pour partager ma musique. Je remercie tout simplement tous ceux qui se donnent la peine d'écouter ma musique et de la partager. Je leurs suis redevable de ce qui m'arrive. C'est juste un bonheur infini.

 

© Barron Claiborne 


SUIVEZ FAADA FREDDY sur :

FACEBOOK
ALBUM EN ECOUTE SUR DEEZER


CONCERTS A VENIR :

avr. 04 THEATRE FELIX MARTIN - St Raphael

avr. 09 Victoire 2 - Saint Jean De Vedas

avr. 10 CHAPITEAU Cully - Switzerland

avr. 13 La Cigale Paris - complet

avr. 25 ESP. CULTUREL FRANCOIS MITTERRAND - Canteleu

avr. 28 l'Auditorium - Bourges

mai 22 Ile de Bourgines - Angoulême

mai 23 GRANDE SCENE - Angouleme

mai 24 Ile de Bourgines - Angoulême

juin 11 Palais des Spectacles - Saint-Etienne

juin 26 FESTIVAL SOLIDAYS - Paris

juil. 19 PLACE DES TONNELIERS - Meze

juil. 31 Presquile de Crozon - Crozon

août 01 Presquile de Crozon - Crozon

oct. 03 SALLE CAP CAVAL - Penmarch

oct. 05 L'Olympia - Paris

nov. 14 LA FERME DU BUISSON - Marne La Vallee  

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2015-03-18 16:44:33
    • 2,024 views
  • Tags - #musique #beatbox #Voyage #chant #voix #percussions #gospel #senegal #Olympia #covers #faada #freddy #instruments corporels #gospel journey #cigale #lenny kravitz #imany #ayo
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI