Nadège DAUVERGNE flirte avec l'illusion d'optique et le double sens !

SPONSORED

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Nadège Dauvergne décrit son univers comme étant du « Pop art classique ». Elle se rappelle avoir commencé en peignant et dessinant son quotidien. Puis, la création de mélanges entre le sujet classique de la nature morte et de la publicité l'a orientée sur la voie de son univers créatif : "je vois la publicité comme la fille de la peinture et c'est par cette filiation que ces deux univers, que l'on considère souvent comme éloignés, se retrouvent si facilement dans mon œuvre." 
De 2010 à 2014 le travail de Nadège Dauvergne tourne autour du monde de la consommation et de l'art et se traduit par le dessin auquel l'artiste est profondément attachée : "C'est un jeu visuel, très plaisant pour moi, flirtant avec l'illusion d'optique et le double sens."
À la suite de ces petits formats entre 2013 et 2014, elle décline la formule sur les panneaux publicitaires 4x3, dans la rue, créant les figures classiques mais à taille humaine voire plus, sur du kraft et en utilisant la bombe aérosol et l'acrylique.
Depuis 2014, une part importante de ses créations est orientée vers l'art de rue, toujours axé sur le détournement de l'environnement, sans lien avec la publicité mais gardant le même principe : une figure classique vient nous rendre visite...


« Drôles d'impressions... (La collective !) »

Arnaud Boisramé, Codex Urbanus, Nadège Dauvergne, Ender,
Joanna Flatau, Philippe Hérard, Hélène Lhote, Florian Marco,
Paella?, Simon Pradinas...
Exposition du jeudi 17 décembre 2015 au dimanche 10 janvier 2016
au Cabinet d'amateur (Paris 11e)

EVENEMENT FACEBOOK


© Nadège DAUVERGNE : Collage / Bombe aérosol / Acrylique
D'après "Faticida" de Frederic Leighton


A quelle occasion avez-vous rejoint le secteur artistique?
Quel a été votre parcours ? Quelles ont été vos influences ?
J'ai d'abord suivi des études dans un lycée d'arts graphiques. J'avais ensuite la possibilité de travailler en agence de pub ou de continuer mes études. J'ai opté pour cette dernière option et je suis rentrée aux beaux-arts. Mon travail d'aujourd'hui est influencé par ce parcours, il est un condensé de mes connaissances en matière d'image via la publicité et l'histoire de l'art.

© Nadège DAUVERGNE - Ève - Page de magazine et Posca
20 x 19 cm
 
Pouvez-vous décrire votre univers artistique...
Comment l’idée de confronter des figures du passé face à notre monde moderne a-t-elle vue le jour ? 
Je décrirais mon univers comme étant du « Pop art classique ». Je me rappelle avoir commencé en peignant et dessinant mon quotidien. Je représentais par exemple la table du petit déjeuner telle que je la voyais, avec tous les emballages, une nature morte d'aujourd'hui en somme. J'ai ensuite davantage mis en avant les logos, les code-barres, les accroches publicitaires. Faire des mélanges entre le sujet classique de la nature morte et la publicité m'a orienté dans cette voie. En diversifiant les supports et en étendant mes recherches sur l'art classique m'est un jour venu l'idée de dessiner une figure issue d'un tableau sur un fond de catalogue. J'ai vu alors un arrière-plan de tableau à la place de la page de pub et les associations d'idées ont commencé. De là, j'ai réalisé beaucoup de ces trompe-l'œil, un nouveau fond entraînant la recherche d'une figure, ou l'inverse. C'est un jeu visuel, très plaisant pour moi, flirtant avec l'illusion d'optique et le double sens.

© Nadège DAUVERGNE - Amour désarmé
Page de magazine et Posca 25 x 19 cm
© Nadège DAUVERGNE - Bain turc - Page de magazine et Posca
25 x 19 cm

Quel est votre rapport à la consommation et à la publicité ? Comment ces deux thèmes se retrouvent-t-ils dans votre œuvre ?  
Comme je l'expliquais, je pense qu'il s'agit de la conséquence de mon parcours. La publicité m'a été enseignée en premier mais je ne me voyais pas travailler dedans. Le fait de continuer dans le domaine artistique m'a permis de comprendre les liens que la publicité entretient avec la peinture puisque les règles de compositions n'ont pas changé depuis la Renaissance. En cela je vois la publicité comme la fille de la peinture et c'est par cette filiation que ces deux univers, que l'on considère souvent comme éloignés, se retrouvent si facilement dans mon œuvre.


© Nadège DAUVERGNE 



Pensez-vous que l’art puisse permettre un réel questionnement et/ou une remise en question… ?
Au delà de l'aspect ludique que je propose, l'art peut peut-être permettre de prendre de la hauteur et dire : « Regardez, ceci est une image » et son principe n'est pas nouveau. Il s'agit avant tout d'un agencement de formes, de lignes et de couleurs. Ne pas oublier que quelque soit le but, moralisant ou commercial, l'image doit convaincre, avec son langage propre, figé et silencieux. Ma base est l'Image avec un grand « I », et je joue avec les signes d'hier et d'aujourd'hui. Je propose un décalage léger, presque délicat du tableau comme de la publicité et j'aimerais bien au fond que l'ensemble devienne harmonieux.

 
© Nadège DAUVERGNE
Suivre ou pas - Collage Bombe Aérosol Acrylique
d'après La mort d'Hector du peintre J.L David

Sur quels types de supports travaillez-vous, quels médias utilisez-vous ?
Je travaille sur les papiers glacés des magazines et je dessine aux marqueurs Posca. Ma technique de dessin est très classique, avec une succession de hachures et de contre-hachures je créer mes modelés et les couleurs que je veux obtenir. Je réalise également des fresques à la bombe aérosol ainsi que des collages dans la rue sur du kraft, à la bombe et à l'acrylique.


© Nadège DAUVERGNE - Collage / Bombe aérosol / Acrylique
D'après : "Madame Récamier" du peintre J-L David

© Nadège DAUVERGNE - Collage / Bombe aérosol / Acrylique
D'après "Jeune homme nu assis au bord de la mer" du peintre H. Flandrin
 
Depuis 2013, vous avez commencé à travailler dans la rue. Comment êtes-vous venue à la rue, ou la rue est-t-elle venue à vous ? 
La rue s'est « imposée » à moi à cause des panneaux publicitaires 4x3 car j'ai voulu décliner ce que je faisais sur les pages sur de grandes publicités. J'ai alors dû développer une autre technique que les marqueurs et je suis passée à la bombe aérosol et l'acrylique sur du kraft. Je venais alors poser mes figures sur les panneaux avec de la colle à papier peint. J'ai ensuite eu envie de continuer ce travail en ville mais dans d'autres lieux, hors publicités. L'environnement est important bien sûr, l'image que je colle vient résonner avec celui-ci. Le principe est encore le même, les figures de la peinture classique nous rendent visite, elles débarquent avec leurs mimiques dans des lieux improbables pour elles et le résultat est décalé.

© Nadège DAUVERGNE
Passage ROCHE / PANTIN
Collage/ bombe aérosol / acrylique
d'après l'oeuvre d'Edouard Manet "Le Balcon" 

Que pensez-vous de l’aspect éphémère de vos œuvres ?
L'aspect éphémère fait partie du principe de l'art de rue, les collages sont fragiles, ils subissent les intempéries et l'arrachage. Une fois posés et les photos faites je ne m'en soucie plus. Je vois cela un peu comme une performance et un excellent moyen d'aller à la rencontre du public. On le sait, la rue est une galerie à ciel ouvert, c'est fragile mais c'est fort.

© Nadège DAUVERGNE - Danaé (2) - Page de magazine et Posca
25 x 19 cm

Au cœur de votre travail, quel que soit le lieu ou le support utilisé, nous retrouvons des figures majeures de l’Histoire de la peinture, classique ou moderne. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Les figures que je choisis datent souvent du XIXe siècle dans les styles pompier ou olympien. Ce sont des Vénus, des nymphes, des jeunes femmes de la Grèce antique. Les thèmes tournent autour de l'Antiquité, la mythologie et les légendes. Je trouve les postures de ces figures éloquentes et elles m'évoquent force, beauté, grâce et naïveté. Elles symbolisent l'amour et les passions de l'âme. Je suis à la fois amusée et fascinée par leurs attitudes théâtralisées. Sensible à tous ces détails très codifiés pour l'époque que sont l'expression du visage, la position des mains, des doigts, des pieds. C'est une période de l'histoire de l'art où je peux me retrouver car en reprenant ainsi ces modèles j’assouvis mon plaisir de dessiner de manière académique tout en proposant un travail pouvant nous parler aujourd'hui.

© Nadège DAUVERGNE - Nu endormi - Page de magazine et Posca
25 x 19 cm

Avez-vous un musée favori ? 
Le lieu que j'arpente le plus est le musée d'Orsay. J'y vois les tableaux que j'ai détourné, je peux admirer de près la manière dont William Bouguereau a choisi de traduire la peau, presque transparente. C'est de l'art académique, de la grande pompe mais je suis admirative. Quel déballage, que de grâce, de sensibilité toute féminine peinte par des vieux barbus !

© Nadège DAUVERGNE - Danaé - Page de magazine et Posca
23 x 16 cm

Si vous deviez être amenée à vous identifier à l’une de vos « dames » laquelle serait-t-elle et pourquoi ?
Je me vois bien habillée à la grecque, les tenues sont élégantes, semblent confortables. Les coiffures sont fraîches, champêtres, tout ça me plaît. Je serais donc la grande Dame de la rue Dénoyez.

© Nadège DAUVERGNE
Collage - Bombe aérosol - Acrylique
D'après l'œuvre d'Albert Joseph Moore, "Les Canaries"

Vos projets, envies pour l’année 2015 ? 
Il y a une exposition au mois de juin, un solo show au Cabinet d'amateur, la participation à une œuvre collective en mai pour le 60e Salon de Montrouge (l'ayant fait en 2012). Une fresque, une commande à réaliser courant avril, voilà pour cette moitié d'année. Ensuite je vais continuer à travailler, voir comment évolue mon dessin. Continuer les collages dans la rue, maintenant que je maîtrise bien la technique. Aussi, j'aimerais participer à des projets collectifs !



- EVENEMENTS PASSES -

« Tout doit (va) disparaître ! »
Exposition du jeudi 28 mai au mercredi 10 juin 2015
au Cabinet d'amateur (Paris 11e)
EVENEMENT FACEBOOK


SUIVEZ LES ACTUALITES DE NADEGE DAUVERGNE :

SITE OFFICIEL
BLOG
  • Léa Rekouane
    (hôte)
    • 2016-01-05 10:53:30
    • 3 038 views
  • Tags - #street art #collage #portrait #classique #peinture #publicité #Acrylique #posca #art urbain #cabinet d'amateur #Nadege DAUVERGNE #nature morte #musee orsay #bombe aérosol #Salon de Montrouge
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI