Les folksongs ténébreuses de Louis Aguilar and the Crocodile Tears...

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Louis Aguilar a commencé à écrire des morceaux dès l'age de 15 ans et du haut de sa vingtaine c'est déjà un "vieux loup de la folk". A son actif, des concerts en France et aux Etats-Unis et déjà trois albums d’une stupéfiante maturité.
Louis accompagné de "The crocodile tears" nous embarque dans une folk ténébreuse, apprivoisant des ambiances nostalgiques, tout en gardant une dimension positive.
Les mélodies conjuguées à la voix caverneuse de Louis font vibrer l’âme, livrant un univers mélancolique dans lequel on s'y sent bien et qu'on n'a plus envie de quitter...
Bonne nouvelle! Louis Aguilar and the crocodile tears ont tout fraîchement sorti un nouvel EP et un premier vinyle - à l'occasion du Disquaire Day (le 18 Avril dernier).

Ils vous régaleront aussi avec 2 nouvelles dates de concerts : 21 avril aux Trois Baudets (Paris) et le 30 avril à La Lune des Pirates (Amiens).



A quelle occasion vous êtes-vous rencontrés et comment le projet "Louis Aguilar and the crocodile tears" a-t-il vu le jour ?
Le projet Louis Aguilar est avant tout un projet solo, j’ai commencé à écrire des morceaux vers l’age de 15 ans. J’ai sorti plusieurs albums entre 2006 et 2009 aidés par des petites structures lilloises et c’est en 2010 après un an passé aux Etats-Unis que j’ai décidé de m’entourer d’autres musiciens pour donner une nouvelle dimension à mes morceaux. 
Au depart nous étions 3 avec Nicolas (Batterie) et Brendan (Basse), puis Sylvain nous a rejoint à la deuxième guitare. Maintenant je joue à la fois seul et en groupe, selon les concerts.


© crédit photo - Kelly Joaquina
 
Quels sont les membres du groupe, quel est le parcours respectif de chacun et qu’est-ce que chaque artiste a-t-il apporté au projet ?
Nicolas est à la batterie, il était le batteur de Roken is Dodelijk
Brendan est à la basse, il jouait dans Only for Money
et Sylvain est à la guitare, il était chanteur et clavier dans Curry and Coco
tout le monde était à Lille et on s’est rencontré à des concerts ou dans les bars !


© crédit photo - Caroline Cartatoto
 
Comment se passe votre processus de création ?
J’écris et compose tout les morceaux, j’enregistre des démos tout seul dans lesquelles je joue chaque instrument. Ensuite, je les propose au groupe et on travaille dessus. Parfois rien ne change, mais la plupart du temps chacun vient ajouter sa touche personnelle pour faire évoluer le morceau. 
 

 
Quel est votre univers musical ? 
C’est un univers assez large, un peu comme un vieux cirque qui fait du rodéo dans une station service désaffectée. 
 
Quelles sont vos influences ? 
Nos influences sont très variées, mais on se retrouvent tous avec une passion commune pour des groupes comme The Band, Mac DeMarco, Bon Iver.

Avez-vous un endroit de prédilection pour composer et écrire vos textes ? 
Pas particulièrement d’endroit précis. Il m’arrive d’écrire des chansons en voiture, dans le train ou n’importe où. Cela dit, j’aime bien travailler chez moi quand même, ça me permet d’essayer directement plusieurs instruments et j’y suis vraiment au calme.



Quelles émotions souhaitez-vous faire passer à travers votre musique ?
Chaque chanson apporte son lot d’émotions. Souvent, mes chansons racontent des histoires ou décrivent des situations, des états d’esprit. Elles sont souvent empreintes d’une certaine mélancolie car elles parlent beaucoup de situations amoureuses un peu compliquées ou complètement foireuses. Je veux surtout que ce soient des morceaux à écouter en voiture sur des long roadtrips.



Quel rapport entretenez-vous avec les Etats-Unis et quelle couleur musicale cela a-t-il apporté à votre projet ?
en 2009/2010 j’ai passé presque un an dans le Missouri. Là bas j’ai rencontré beaucoup de personnes différentes et j’ai rejoint un groupe de country avec lequel nous allions jouer dans les rodéos à travers le midwest. J’étais déjà passionné de musique folk et country, mais j’y ai découvert un mode de vie assez unique. Partir sur la route avec un groupe, une caravane et des chevaux c’est quand même assez dépaysant. Je pense que j’y ai affiné mon rapport à la musique. J’ai découvert une manière de faire beaucoup plus directe. 



Louis, vous avez également un autre groupe, d’un style différent, « Weekend Affair ». Comment situez-vous/ quel est le lien à vos yeux entre ces deux projets ?
Ce sont deux projets complètement différents. J’y écris toujours des chansons. Je pense que le fait d’avoir plusieurs projets me permet de jouer encore plus de musique et de rencontrer encore plus de monde. Finalement, je pense que c’est ce qu’on recherche quand on aime autant la musique.
 
Comment arrivez-vous à porter tous ces projets simultanément ?
Je me suis acheté un agenda !


 

Quel a été votre meilleur et votre pire souvenir (live, studio, tournée, répèts, rencontres…) ?
Difficile à dire. Je dirais que les pires souvenirs se situent surtout dans des bars avec le public qui veut se battre ou le patron qui refuse de payer le cachet convenu…
Un de mes meilleurs souvenirs était certainement un after avec Moriarty, dans les cuisines d’une salle de Lorient après un concert. On jouait tous ensemble et la cuisinière du catering nous chantait des chansons. J’étais accompagné d’Amélie (Team Wild) à l’époque on jouait en duo.
Quel est le dernier évènement musical qui vous a marqué ? Pourquoi ? 
J’ai été pas mal marqué par la mort de Joe Cocker. Pas que j’ai suivi toute sa carrière, soyons honnêtes, mais son live de Woodstock m’avait vraiment marqué la première fois que je l’ai vu à la télé, il a été une des raisons pour laquelle j’ai commencé la musique !
 

 
Quel serait le lieu le plus original où vous souhaiteriez jouer ?
J’aimerais bien jouer dans un stade (mais pas pendant un match. )

Des actualités, des projets pour 2015 ? 
On sort un nouvel EP pour le Disquaire Day (le 18 Avril 2015 ), ce sera mon premier vinyle ! 


PROCHAINS CONCERTS :

21 avril - Les Trois Baudets (Paris)
30 avril - La Lune des Pirates (Amiens) - event Facebook

 SUIVEZ LES ACTUALITES DE "Louis Aguilar and the crocodile tears" :

PAGE FACEBOOK LOUIS AGUILAR
BANDCAMP
  • Léa Rekouane
    (Owner)
    • 2015-04-20 16:03:22
    • 3,099 views
  • Tags - #folk #USA #france #indie #Lille #american #country #Louis Aguilar #americana #fresh
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI