L'évasion hallucinée aux côtés de Maxime ROY... !

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Maxime Roy est un jeune artiste breton dont les illustrations ultra colorées se démarquent par un style personnel psychédélique, trash et décalé.
Ses multiples influences et son inspiration infinie, lui permettent de créer des œuvres de styles et univers très hétéroclytes. “Je mélange beaucoup d’influences différentes, drôles, bizarres ou parfois glauques, le tout lié par la technique”. 
Son travail principalement numérique revient aux techniques artisanales avec la sérigraphie, qui lui permet d’imprimer ses visuels aux couleurs flamboyantes. 
Maxime Roy développe son talent par le biais de projets divers et variés et compte de nombreuses collaborations, notamment dans le secteur musical.
Sans revendiquer de message particulier, les oeuvres de Maxime Roy attirent toute l’attention en nous invitant à voyager dans un monde halluciné.

 
A quelle occasion votre intérêt pour l'art s'est-t-il manifesté et comment a-t-il évolué depuis ?
Depuis très jeune, j'ai toujours eu un intérêt prononcé pour le dessin en général. Je pense que ça a commencé par la lecture intensive de bandes dessinées, visites de musées... Ma pratique à évolué petit à petit pendant mon cursus scolaire en choisissant les arts plastiques comme matière principale. Je n'ai pas toujours eu ce style, j'ai eu une pratique de peinture au début, pour ensuite expérimenter la photo, tout s'est plus ou moins mélangé maintenant.

Avez-vous eu des rencontres marquantes au sein de votre parcours ?
Pas de rencontres précises mais une exposition en particulier, de Jean Luc Moermann à la Criée de Rennes en 2004. J'étais encore à l'université, une vraie claque visuelle et ça a beaucoup joué sur le travail des formes par la suite dans mes travaux.

 © Maxime Roy 

Quelle(s) technique(s) utilisez-vous et comment se passe votre processus de création ?
J'utilise essentiellement les outils numériques, j'ai une tablette graphique et les logiciels habituels pour des travaux plus conventionels. Pour les créations vraiment personnelles, j'ai un logiciel libre de droit (Inkscape) qui me permet de faire du dessin vectoriel plus libre.
Sinon j'ai toujours de temps en temps la pratique de la peinture, mais ça arrive de moins en moins. C'est souvent pour un projet d'expo spécifique.
Pour le processus de création, je n'ai pas vraiment de recette, je m'accroche souvent sur une vague idée, qui va se préciser par une session de recherche d'images web pour alimenter tout ça.

© Maxime Roy  
© Maxime Roy 

Avez-vous des techniques de prédilection et comment influencent-t-elles votre travail ?
J'ai repris la pratique de la sérigraphie depuis deux ans environ. Ca me permet de retrouver une notion artisanale pour l'impression des visuels. Je limite beaucoup plus certains facteurs dans la création d'une illustration, la notion du format et le nombre de couleurs par exemple.

Votre univers est marqué par la couleur et un côté "pop" propre aux comics et aux cartoons... Pouvez-vous nous en dire plus ? 
C'est bien résumé en effet, la plus grosse source d'inspiration vient des cartoons américains et de l'animation en générale, ce qui est un peu paradoxal, vu que j'ai très peu travaillé dans ce domaine. Pour les exemples, je suis un énorme fan des programmes d'Adult Swim, une chaîne du groupe cartoon network qui propose des contenus absurdes. Je conseille d'ailleurs Superjail, ça reste pour moi le cartoon de référence.

 © Maxime Roy 
© Maxime Roy 

Quelles sont vos influences, autres sources d'inspirations ?
Pour le reste, j'aime bien mélanger toutes les références, de la culture populaire, geek, punk...
J'aime beaucoup les stock photos, les postures stéréotypées trouver dans google images. En gros c'est une grosse bouillabaisse d'idées que j'essaye de trier dans chaque illustration.

Souhaitez-vous communiquer un message particulier à travers vos créations ?
Je ne réfléchis jamais vraiment à ça, je laisse l'interprétation assez libre pour ceux qui voient mes œuvres. Sur un plan plus formel, je travaille essentiellement sur la notion de texture, de la déformation de la figure humaine qui apparaît souvent au final.

Si vous aviez à choisir l'un de vos travaux et le présenter, lequel serait-t-il ?
 © Maxime Roy 

Les nageurs (image), je ne sais pas vraiment pourquoi celui-ci, il est assez atypique du reste. Je l'avais laissé un peu traîner pour sérigraphier une petite série, j'ai eu beaucoup de retours positifs. Il représente bien ma capacité à changer de style sur un coup de tête.

Vous avez multiplié nombre de collaborations, toutes situées dans l'univers de la culture (musique, label, magazines...). Quelle a été votre collaboration la plus marquante ?
Il y en a eu beaucoup, je pense que c'est avec Gonzaï Magazine, c'est une collaboration qui dure encore et ça se passe très bien. J'ai repris une forme de dessin que je n'avais plus depuis des annèes, quelque chose de plus libre et de plus concret.

©Maxime Roy

Avez-vous des idées de collaborations/expériences interdisciplinaire en tête ?
Oui, récemment j'ai réalisé une borne d'arcade pour moi. C'est un projet qui va aller vers des collaborations avec des designers et des créateurs de jeux vidéos indépendants.

© Maxime Roy  

Quels sont vos projets et vos actualités pour 2015 ?
Pour l'instant rien de vraiment programmé, je suis en préparation sur plusieurs projets, expositions, fanzines, pochettes de disques. Vu que j'ai mon activité de graphiste, je dois trouver le timing pour réaliser les projets personnels.

© Maxime Roy

SUIVEZ LES ACTUALISTES de MAXIME ROY SUR : 
PAGE ARTIST'UP
SITE OFFICIEL
    • 2015-04-22 16:22:43
    • 2,965 views
  • Tags - #pop #graphisme #illustration #évasion #serigraphie #psychédélique #numérique #décalé #couleur #trash #Maxime Roy #voyaage #halluciné
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI