Street FANS : le street art s'invite au musée de l'éventail !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

- du 11 mai au 29 juillet 2015 -
16 artistes du graffiti et du street art présentent
les éventails réalisés avec l'Atelier Hoguet
dans le cadre somptueux et hors du temps du Musée de l'Eventail
Artistes participants :
 ASTRO, AKIZA, NOSBE, PHILIPPE HERARD, LEVALET, NEMI, ADEY, KANOS, CODEX URBANUS, TETAR, TAREK,
MG La Bomba, BUST, SHADEEK, SOLYLAISSE, BASTEK

REJOIGNEZ L'EVENEMENT FACEBOOK
 

L’Atelier Anne Hoguet et le Musée de l’éventail : un savoir-faire exceptionnel !
Repère historique
Né en Orient, l’éventail fut introduit en Europe par les navigateurs portugais. A l’origine il avait trois fonctions : attiser le feu, chasser les mouches et s’éventer. Il fut aussi un attribut masculin pour assurer son autorité et montrer sa puissance, mais la femme s’emparera de cet accessoire dès l’époque grecque et ne le lâchera plus. Elle l’utilisera comme élément de séduction et de coquetterie, il accompagnera sa toilette au fil du temps.
Le XVIII ème sera l’âge d’or de l'éventail, son usage se développera à la cour du Roi à Versailles , la révolution amorcera son déclin , il renaîtra sous Napoléon III, Paris comptait environ 70 éventaillistes jusqu‘à la guerre de 1914.
En 1960, Hervé Hoguet reprend le dernier atelier d’éventail qui subsistait et ainsi Anne Hoguet débute sa carrière professionnelle et reprend la tradition familiale.
Elle travaille pour le monde du spectacle, la haute couture et restaure des éventails.
En 1993, le Musée de l’éventail sera créé au sein de l’atelier.

Le Musée de l’ éventail
Dans son cadre unique, il présente les techniques de fabrication de l’éventail et des pièces de la collection viennent orner le salon d’exposition classé aux Monuments Historiques.
Chaque année, le musée accueille des artistes afin de donner un nouveau souffle à l'éventail d’où l’exposition “ Street Fan ” qui clôturera peut-être la belle aventure du Musée de l’éventail, dont l’avenir est malheureusement menacé.
 

Propos de l’Exposition
Du XVIIème siècle jusqu’à l’entre-deux-guerres, l’éventail a non seulement incarné l’élégance et le style, mais a aussi été un support artistique majeur.
On retrouve sur ces objets raffinés tous les mouvements artistiques des époques qu’il a traversées, des “fêtes galantes” du XVIII ème siècle au style art déco en passant par l’impressionnisme. Héritiers de ces mouvements picturaux, les street artistes de Paris ont accepté de délaisser un instant les murs de la ville pour s’attaquer à ce délicat support.
Il en résulte une exposition complexe, magique et paradoxale, où l’ambiance feutrée d’un atelier centenaire et l’excellence d’un art de vivre traditionnel ancien rencontrent un mouvement artistique contemporain et turbulent, et flirtent avec les codes de la rue, du graffiti au street art.
Une occasion unique de découvrir l’un des musées les plus confidentiels de Paris et de redécouvrir un objet fascinant entre accessoire de mode et oeuvre d’art, qui pourrait bien revenir sur le devant de la scène !
 
16 artistes du graffiti et du street art pour relever le défi
Sur une suggestion de Codex Urbanus, Anne Hoguet a donné carte blanche à 16 artistes pour réaliser des oeuvres qui ont ensuite été montées par ses soins au sein de l’atelier.
Ces 16 artistes, issus du street art et du graffiti, ont tous le point commun d’être actifs dans la rue en région parisienne et il n’est pas rare de croiser leurs oeuvres in situ, au détour d’un immeuble...

 
ADEY
Membre de la WCA et élève d’Artiste-Ouvrier, Adey est une pochoiriste de Caen qui explore des mondes ethniques ou oniriques au moyen d’une palette complète et surprenante de couleurs. Toujours à la recherche d’images illustrant le rêve et l’ailleurs, elle apporte une touche d’originalité par la technique du double pochoir.
AKIZA
Akiza est un duo montmartrois qui a pris le nom de leur petite poupée fétiche. Pochoiristes pointus, ils font jaillir dans la rue ce personnage sombre, innocent et surprenant, qu’ils customisent en fonction de leurs humeurs et des gens qui les inspirent.
 

ASTRO
Astro est un graffeur francilien qui travaille à la bombe des lettrages flexibles et raffinés avec de nombreux effets, qui ne sont pas sans rappeler l’art nouveau. Ombrés, effets de lumière, marbrés, ses lettres et ses formes développent un monde graphique qui lui est propre. Il est avec Kanos le concepteur du Cellograff, le graffiti sur cellophane.
 

BASTEK
Bastek est un street artiste francilien qui colle (très) en hauteur des toiles en losange au coin des rues de la capitale.
Travaillant au Posca, il joue avec des globules colorés qui représentent la foule des hommes, tout en apportant une dose de poésie sur les murs gris.


 
BUST
Bust est un street artiste parisien qui colle des productions contemporaines qui s’inspirent de la culture urbaine, du hip-hop à la danse. Il s’attaque plus particulièrement au thème de l’énergie, avec des pièces puissantes et colorées comme autant de cris exutoires dans la rue.

 

CODEX URBANUS
Codex Urbanus est un street artiste montmartrois qui crée en vandale, nuit après nuit, un bestiaire d’animaux fantastiques au Posca sur les murs de la ville.
Mélangeant les espèces pour générer des chimères qu’il nomme toujours en latin, il organise un vrai safari onirique dans Paris.
KANOS
Kanos est un graffeur de la région parisienne qui mélange dans ses murs des lettrages complexes et des éléments graphiques explicites, et assez souvent anatomiques ou représentatifs de notre société actuelle. 
Il est avec Astro le concepteur du Cellograff, le graffiti sur cellophane.
LEVALET
Levalet est un street artiste parisien qui réalise à l’encre de chine des mises en scène à taille humaine qu’il colle ensuite dans la rue. Interagissant avec la ville, il apporte au détour d’un mur un accident surréaliste étonnant qui en fait aujourd’hui l’une des valeurs montantes du street art mondial.
MG La Bomba
MG la Bomba est un graffeur vandale d’île-de-France qui écume la région avec son personnage, une petite bombe qui se glisse partout. Quand il a plus de temps, il excelle notamment dans le lettrage 3D sur mur ou sur toile, et s’est fait remarquer pour ses trompe-l’oeil saisissants.
 


NEMI
Nemi est un graffeur de la capitale qui s’exprime de differentes façons, mais en ayant la plupart du temps recours à la forme ronde d’un poisson, qui peut apparaître au sol ou sur les murs.
C’est dans cette forme qu’il développe un style graphique original, entre motifs fluides et art abstrait.
 


NOSBE
Nosbé est un graffeur d’île-de-France . Sur mur il crée des images à la bombe, entre dessin tribal polynésien et déstructuration biologique. Ses visages dans les friches illustrent la liberté de son trait, ce qui ne l’empêche pas de faire preuve de perfectionnisme sur toile ou sur papier.
 


PHILIPPE HERARD
Philippe Hérard est un peintre qui a investi les rues de son quartier, Belleville, en collant des personnages poétiques sur papier kraft. Ces pièces uniques, toujours inattendues, offrent des scènes où l’Homme se mesure de manière décalée à des objets, bouée, chaise, échelle ou encore sphère.
SHADEEK
ShadeeK est un street artist qui colle dans tout Paris ses nounours sympathiques et pervers, au croisement de l’imaginaire des comics et d’une certaine tendresse décalée et bizarre.
SOLYLAISSE
Solylaisse est une street artist qui vient de l’illustration, et qui cherche à occuper l’espace urbain avec des motifs figuratifs entrelacés, tout en magnifiant le travail de la couleur. 
Ces productions qui rappellent un peu l’art aborigène d’Australie fleurissent sur les rideaux de fer des magasins parisiens.
 


TAREK
Tarek commence le tag en 1985 après un voyage à Londres... En 2010, il décide de réinvestir la rue autrement à travers des collages en volume (Men at work, Skull et Girl in thé city) et des fresques peintes avec d’autres artistes urbains. Il a décliné ses collages urbains en volume sur toile mais aussi en sculpture.
TETAR
Héritier des pixadores de São Paulo, Tetar est un street artist parisien qui envahit l’espace avec une concentration dense de runes, jouant sur le contraste et les textures. 
Cherchant un équilibre parfait, il peut passer des heures à expérimenter et améliorer ses inscriptions pour un résultat idéal, entre graffiti et abstraction.
Quelques exemples de réalisations
avec Philippe Hérard, Basket, Codex Urbanus, ShadeeK, Solylaisse
par Philippe Hérard
par Basket
par Codex Urbanus
par ShadeeK
par Solylaisse

Exposition “Street Fans - Le street art s’invite au musée de l’Eventail"

Du 11 mai au 29 juillet 2015
Musée de l’Eventail - Atelier Anne Hoguet
Ouverture lundi, mardi et mercredi de 14h à 18h.
Ouverture exceptionnelle les weekends des 16 et 17 mai 
et 13 et 14 juin de 14h à 18h


REJOIGNEZ L'EVENEMENT FACEBOOK

Plein tarif : 6,50 €
Tarif réduit : 3,50 € et 4,50 €
2, boulevard de Strasbourg 75010 Paris
Tél. : 01 42 08 90 20
Métrolignes 4, 8 et 9 : Strasbourg-Saint-Denis

[Source du texte et crédits visuels : communiqué de presse]

  • Artist UP
    (Owner)
    • 2015-07-03 12:21:16
    • 3,480 views
  • Tags - #paris #street art #astro #musée #Tarek #levalet #kanos #Philippe Herard #CODEX URBANUS #AKIZA #Adey #eventail #NOSBE #NEMI #TETAR #MG La Bomba #BUST #SHADEEK #SOLYLAISSE #bastek
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI