L'univers artistique intensément éclectique de BEBAR !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

  
ARTISTE PARTICIPANT au :

Festival LaBel Valette
1 - 2 - 3 septembre 2017
3 jours - 100 steet artistes
10 000m2 de murs
36 hectares de parc arboré
2 scènes musicales - 1 urban village

« Les street artistes du Vitry Jam faisaient légalement en plein jour ce que j’avais toujours voulu faire dans MA ville ! ». BEBAR est un vitriot qui lui aussi a succombé au Street Art.
Du cartoon figuratif, de l'abstrait coloré ou des icônes macabres en noir et blanc rappelant la gravure, l’artiste « aime avoir plusieurs cordes à (son) arc, c’est cet éclectisme qui (le) définit ».
Bebar travaille ses fresques de manière spontanée, créé des œuvres colorées et s’est aujourd’hui fait une place parmi les multiples talents de la scène Street Art française !
Entre le dessin, le graffiti, le light painting, l’utilisation de la bombe aérosol, du vaporisateur, des stickers, voici un artiste complet qui s’épanouit pleinement dans son expression artistique.
Membre du MAC crew depuis 2013 cet artiste ne cesse de développer son talent et d’affuter son identité visuelle.
Laissez-vous séduire par un jeune artiste passionné et curieux, en quête d’enrichissement artistique… 

 © BEBAR

Comment «  Bebarbarie  » est-t-il né  ?
Bebarbarie est le nom que j'ai attribué à mes travaux. Mon pseudonyme est BEBAR comme la barbe (en verlan) mais aussi comme le mot vol en argot (barber).
 
© BEBAR

Originaire de Vitry sur Seine, scène incontournable du Street Art français,
Pensez-vous que cet environnement vous a mis sur la voie créative  ? Et si oui de quelle manière  ?

Oui indéniablement mais à l'époque ce n'était pas pareil, il s’agissait plutôt d’une scène graffiti. Il fallait vraiment ouvrir les yeux pour tomber sur de belles réalisations. Aujourd'hui une multitude de styles se rencontrent, c’est beaucoup plus riche et varié.
Je me rappelle qu’enfant, tous les dimanches lorsque je me rendais chez mes grands parents, je croisais sur mon chemin une œuvre de l’artiste Meushay. Elle n’était pas signée, il n’y avait aucun lettrage, juste une tête en noir et chrome, à la fois très street et cartoon : j'ai adoré ! J’ignorais encore tout de la culture street art mais le parti pris de signer d’un personnage m’avait déjà séduit. 


© BEBAR

L'élément déclencheur à été plus tardif : certainement l’un des premiers Vitry Jam organisé à la gare de Vitry sur Seine. ( il s’agissait d’un événement où des street artistes, à l’époque Pixel Pancho, C215, Eme, Method Graphic etc… investissaient les murs de la ville.) Je rentrais des cours et là je tombe sur tout ce beau monde à l'œuvre : ils faisaient légalement en plein jour ce que j’avais toujours voulu faire dans MA ville !
J’ai été dans un premier temps dégouté de ne pas faire partie de ce groupe puis tout de suite excité de l'occasion qui s’offrait à moi. J’ai couru jusqu’à chez moi, j’ai pris deux, trois bombes pour réaliser un de mes personnages et je suis ressorti les rejoindre. Je n'ai parlé à personne, j’ai choisi un store vierge près des autres artistes et j'ai simulé faire parti du groupe. J’ai fait ma peinture et je suis rentré. 

 © BEBAR

Pouvez-vous nous raconter vos premières expériences, vos premières fresques  ?
Ma première fresque était à l’âge de 13 ans environ au canal de l'Ourcq à Paris. J'allais y rejoindre plusieurs connaissances à savoir : Okone, Veras, Ante, MIC, Kenya… J'ai fais un lettrage “SAD” qui signifiait en fait  "Smile And Dream", en noir, contours roses avec plein de cœurs ! J’étais déjà dans l’opposition entre le significant et le signifié haha 

Vous avez participé au grand projet de «  Vitry vit le Street Art  » aux côtés d’artistes de renom. Puis en 2013 vous avez intégré le MAC Crew. Pouvez-vous nous ne dire plus sur ce crew  : comment l’avez-vous intégré, ses membres, ses projets …  ?
Le MAC crew est né en 1987 à Paris et il s’agit d’un des crews les plus emblématiques de la fresque. Ils ont organisé plus de 11 saisons du festival Kosmopolite à Bagnolet et à l'étranger. On y retrouve des artistes tels que : Colorz, Kongo, Alex, Juan, Pwoz, Oruce, Peej, Ragtime et j'en passe.
J'ai rencontré Kongo et Colorz en 2013 lors d'une de mes expositions à Chatelet au Workshop. Ce sont eux qui m'ont invité à participer au Kosmopolite de la même année.

© BEBAR - Festival Kosmopolite
 © BEBAR

Que vous ont apporté ces rencontres/collaborations  ? Ont-t-elles eu une influence sur votre approche artistique  ?
Tout d’abord la possibilité de m'exprimer lors du Kosmopolite en exposant auprès de Zeky et Batsh dans un ancien local réinvesti par nos soins. Une belle expérience. À refaire ! Également la chance de pouvoir disposer de l'atelier à Narvaland pendant plus d’un an pour y travailler des grands formats.
Mais surtout le côté humain ; Colorz a joué un rôle important dans mon apprentissage de ce que je qualifie de "beaux arts de la rue". J'ai toujours aimé la polyvalence dans les techniques et médium de représentation, c'est aussi mon jeune âge qui justifie cette recherche.  Colorz lui, à su me canaliser et m’a motivé à me focaliser sur une démarche à la fois afin d'affuté mon identité visuelle. Gros big Up à lui !

© BEBAR

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos sources d’inspirations... des artistes, "maîtres à dessiner" qui vous ont marqués  ?
Le premier Jean Dubuffet car il est impossible pour les vitriots d’ignorer l’existence de sa statue "Cheminée" qui veille sur le MAC/VAL !
Plus sérieusement une petite liste non exhaustive : Fernand Léger, Picasso, Dali, Keith Haring, Basquiat, Velasquez, Albrecht Dürer, Lichtenstein, Van Gogh… Il y en a tellement, chacuns pour différentes raisons et de nouveaux artistes s'ajoutent à la liste tous les jours. Tout est inspirant, il faut se nourrir de tout.
 
© BEBAR

À la fois sombre et ironique, votre style introduit également de la couleur. Pouvez-vous nous en dire plus…  Comment définiriez-vous votre style  ?
Le souci est bien là, je ne peux pas le définir car je n’ai pas un seul et unique style ! Je peux faire du cartoon figuratif, de l'abstrait coloré ou des icônes macabres en noir et blanc rappelant la gravure. J'aime avoir plusieurs cordes à mon arc, c’est cet éclectisme qui me définit. 

© BEBAR

Votre façon de travailler  ?
Je n’ai pas de routine particulière, selon le projet je peux travailler de manière réfléchie et méthodique ou totalement spontanée et libre.  
Quelle est la place de la couleur au sein de vos travaux  ?
La couleur est primordiale, surtout dans mes fresques murales puisqu' elle compose l'organisme graphique de celle-ci ; les couleurs s'opposent, se superposent ou se marient entre elles. Le choix des couleurs est une composition unique, réalisée instinctivement sur un instant T, selon l’humeur du jour. 

 © BEBAR

Quelles émotions/réactions voulez-vous susciter  ?
Peu importe ce que suscite mon travail, que la réaction soit bonne ou mauvaise. C’est le propre de l’art : faire réagir. On peut détester, s’interroger, être émerveillé, choqué ou admiratif.  Après si mes projets plaisent tant mieux !

On peut dire que vous êtes un artiste complet.
Vous utilisez de nombreux médiums et techniques  : dessin, graffiti, light painting, utilisation de la bombe aérosol, du vaporisateur, des stickers, etc.
Quelles passerelles établissez-vous entre-elles et qu’apportent-t-elles à votre expression artistique  ?

Chaque medium est une façon différente de s’exprimer, d’investir différents supports et donc d’avoir plus de visibilité. Mais c’est surtout égoïstement un épanouissement personnel et artistique qui contribue au processus artistique. 

 
© BEBAR
© BEBAR

Préférez vous une technique/médium en particulier  ?
Feutre noir pour le papier , bombes aérosols pour les grandes surfaces et gravure sur cuivre pour les techniques un peu anciennes.

© BEBAR

Voulez-vous expérimenter un nouveau médium pour la suite  ?
J'aimerais tenter la céramique et le moulage en résine ou platre par exemple. Explorer d’avantage le volume.
Le tatoo aussi, même si l'acquisition de cette technique est vraiment difficile j'aimerais bien relever le défi un jour.

© BEBAR

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus créatif  … Préparez-vous vos fresques ou êtes-vous plutôt freestyle  ?
Mes fresques sont toutes freestyle, je ne sais pas moi-même à quoi elles vont exactement ressembler à la fin. Mes toiles et illustrations par contre sont plus travaillées et réfléchies.  


© BEBAR

Mot de la fin  ?
Je remercie toutes les personnes passionées et généreuses qui me suivent et soutiennent mon travail. Ce sont elles qui me donnent la force.

Des projets en cours ou à venir  ?
Réussir tout mes examens, rédiger mon mémoire, obtenir mon diplôme et peindre, peindre, peindre…

 SUIVEZ LES ACTUALITES de BEBAR sur:
FACEBOOK
TUMBLR
INSTAGRAM
    • 2015-06-04 09:46:27
    • 2,995 views
  • Tags - #street art #urban #feutre #gravure #bombe aérosol #Bebarbarie #Bebar #Vitry #MAC crew
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI