JUPITER : une électro sensuelle aux tonalités pop-disco acidulées !

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

« On aimait ce nom car il représentait beaucoup de choses qui nous correspondaient : le thème de l'espace, le synthétiseur mythique ainsi que le dieu romain évidemment ! ».
Jupiter est un projet musical créé par Amélie et Quarles rejoints par Timothy et Benjamin. Ces 4 artistes composent une musique décomplexée, oscillant entre une électro sensuelle et une pop-disco acidulée…

Inspirés par leur enfance, leurs voyages et leur fascination pour la culture japonaise, les mélodies de Jupiter dévoilent un univers musical et artistique assumé que l’on retrouve avec plaisir à travers les clips vidéo décalés et pleins d’humour !
Le groupe nous réserve de belles surprises avec notamment une tournée pour la rentrée… En attendant, laissez-vous porter par « Bandana Republic », leur 2ème opus qui vous accompagnera sur les plages cet été !

 
Amélie et Quarles, un duo haut en couleur appelé Jupiter… Comment le projet Jupiter est-t-il né ? 
Nous nous sommes rencontrés à une soirée à Londres, où on étudiait tous les deux la musique !

 © Charlotte Studio - JUPITER

Que signifie/représente le nom Jupiter et en quoi correspond-t-il à votre projet musical ?
On aimait ce nom car il représentait beaucoup de choses qui nous correspondait: le thème de l'espace (extrêmement présent dans la Disco), le synthétiseur mythique ainsi que le dieu romain évidemment! C'était aussi un nom universel, prononcé de la même manière autour du globe.

Timothy Baseden (guitare, clavier et écriture) et Benjamin Delacroix à la batterie vous ont rejoint dans cette belle aventure musicale… A quelle occasion vous êtes vous rencontrés et quel tournant le projet a-t-il pris avec cette nouvelle composition ?
Timothy est le cousin de Quarles et jouait avec nous sur la précédente tournée. Il a participé à l'écriture de quelques morceaux! Quand à Benjamin, nous cherchions depuis longtemps à intégrer un batteur - d'ailleurs cet album a été en partie conceptualisé avec une batterie live en tête.

 
Pouvez-vous nous parler de vos parcours respectifs…?
Quarles et moi avons un peu le même parcours musical, en réalité. On a énormément été influencés par nos grands frères et grandes sœurs ; ceux-ci écoutaient beaucoup de rock et d'électro, ce qui a marqué nos enfances.
On a d'ailleurs tous les deux commencé par apprendre à jouer de la guitare.
Ensuite nous avons naturellement évolué vers les claviers et surtout la basse pour Quarles. On a également tous les deux suivi un cursus de musique dans une université Londonienne.


© Charlotte Studio - JUPITER

De quelle manière chacun de vous intervient-t-il dans le projet ?
Cela dépend, la moitié des morceaux ont été écrits à deux de A à Z, mais pour d'autres nous avons commencé à écrire chacun de notre côté pour ensuite développer le reste ensemble.
 
Vous accordez un intérêt particulier pour le Japon et sa culture. Quelle est l’origine de cette fascination ? 
On ne sait pas exactement mais sûrement de notre enfance et de la présence constante du Japon dans ce qui nous entoure. Que ce soit les dessins animés, les synthétiseurs ou même tout l'électronique en général. Il y a de manière générale une fascination réciproque entre Français et Japonais, et on n'échappe clairement pas à la règle !

 
Une électro sensuelle et lumineuse aux tonalités décomplexées, qui flirte avec la Pop… votre musique est riche de vos multiples inspirations… 
Pouvez-vous nous en dire plus sur vos influences ? 

On est extrêmement influencés par les endroits où l'on voyage que ce soit l'Asie, les USA ou même la Russie et l'Italie. Cet album a été en partie écrit en Californie et c'est du coup l'influence principale de Bandana Republic : le désert, la montagne, la mer mais aussi Los Angeles et les banlieues alentours.

Des univers/disciplines artistiques qui vous ont inspirés ? 
On aime beaucoup les films de Wes Anderson et à l'opposé (pas tant que ça finalement?) les films avec Pierre Richard ; j'imagine que ces deux univers nous influencent beaucoup. 

 
© JUPITER

Du fantasme à la réalité, vous écrivez des chansons aux sonorités POP… « Bandana Republic » votre 2ème opus sorti le 4 mai dernier met en lumière un style musical assumé et revendiqué, à l’image de Jupiter. Pouvez-vous nous parler de la genèse et de l’univers de cet album ?
On a essayé de ne pas refaire le même album que le premier, c'est à dire de la pop disco "acidulée" en s'essayant sur des terrains parfois un peu plus rock californien, tout en gardant notre patte. C'est toujours le son Jupiter, mais avec des influences et un terrain de jeu plus larges.

Quelle réaction souhaitez-vous provoquer chez le public avec votre musique et particulièrement avec ce nouvel opus ?
Qu'ils retrouvent Jupiter, mais différemment. Une redécouverte, en quelque sorte.




Difficile de résister à cette énergie et liberté qui se dégage de votre dernier album écrit en partie en Californie. De quelle manière le « Golden State » a-t-il influencé l’album ?
On a passé beaucoup de temps sur la route, dans des environnements très divers pour essayer de puiser de nouvelles inspirations. On a essayé de se ressourcer, dans tous les sens du terme : trouver des nouvelles sources était indispensable pour ne pas se répéter.

 
© Charlotte Studio - JUPITER

A quel moment savez-vous qu’un titre est abouti, prêt à être partagé avec le public ?
Il y a un moment où on sent qu'une idée est suffisamment bonne, il y a une sorte de déclic. A partir de là, on l'exploite, on l'approfondit et en général ça donne un résultat final à la hauteur de nos aspirations initiales. Là, on sait que le morceau est prêt à être partagé.
A quelques exceptions près, ça marche comme ça - certains morceaux ont été totalement finis mais on ne les a pas trouvé suffisamment bons ou cohérents pour être intégrés à l'album, mais dans la majeure partie des cas, ça fonctionne comme ça.
 
Dans quel contexte votre créativité est-t-elle à son comble ?
Clairement, lorsqu'on change totalement d'atmosphère. En l'occurrence, travailler depuis l'étranger a été particulièrement productif en ce qui nous concerne.

JUPITER - Tour of the America PART III
 
Repérés par Kitsuné, vous y avez collaboré à plusieurs reprises... 
Comment cet collaboration a-t-elle vue le jour et comment s’est-t-elle déroulée ?
Le label avait entendu nos premiers morceaux en 2008 (Starlighter principalement, ainsi qu'un remix de Heartbreaker de Metronomy) et nous a d'abord demandé de remixer un de leurs artistes. Le résultat leur a plu, on est sorti sur le single en question et de fil en aiguille, ils ont intégré nos morceaux sur leurs compilations Maison Kitsuné, puis, travaillant en étroite collaboration avec notre manager ils ont sorti deux de nos singles. Un échelon à la fois, en somme !

Comment cette rencontre a-t-elle marquée votre parcours ?
L'exposition fournie par Kitsuné et tout le rayonnement qui en découle nous a offert une exposition énorme, on leur doit beaucoup. Beaucoup de gens nous on découvert par ce biais et nous on tout simplement suivi dans notre parcours à partir de là.

JUPITER - Saké
 
Les clips vidéo de « Saké » et le dernier en date « Do it «  pour ne citer qu’eux, sont décalés et pleins d’humour. Quelle importance portez-vous à la réalisation de clips vidéo ?
L'image est plus importante que jamais en ce qui concerne les groupes de musique, donc c'est évident qu'on porte beaucoup d'importance à ce médium. Après, notre métier c'est musicien donc on fait confiance à des réalisateurs, quand l'idée est bonne, mais ça n'est pas non plus une fin en soi.

Qu’est-ce qui vous plait dans la collaboration interdisciplinaire ?
Il y a évidemment plein de parallèles entre le monde de l'image et le monde du son, donc c'est très inspirant de voir comment les autres travaillent sur des sujets finalement pas si éloignés. Les processus créatifs sont semblables, donc l'expérience est toujours bonne à prendre.

 JUPITER - Do It

Un souvenir/anecdote de tournage que vous souhaitez partager avec nous ?
La scène des cosmonaute dans le clip de "Do It", aussi courte soit-elle, a été un réel challenge physique. Il faisait 50 degrés dans les combinaisons, il n'y avait quasi-aucun moyen de respirer et les casques étaient complètement opaques. Avec tout ça, on devait sauter sur un trampoline... on était très proche de l'évanouissement, mais l'idée nous plaisait donc on est allés jusqu'au bout !

 
Quelles sont vos actualités, projets pour 2015 ?
Pour le moment on rode notre live, puisqu'on joue avec une formule inédite pour nous ; c'est à dire un full band avec batterie, basse, guitare et bien sûr synthés, en attendant une tournée pour la rentrée. En parallèle on prépare le prochain single, et pourquoi pas le prochain clip. Puis du contenu de toutes sortes, mais on ne veut rien spoiler pour le moment !

JUPITER x BB Brunes - Stéréolive @Grand Journal 

Mot de la fin ? Que pouvons-nous souhaitez à Jupiter pour la suite ?
Une tournée sur l'ensemble du territoire Californien, par exemple, serait un juste retour des choses pour cet album. Full circle !

 © Charlotte Studio - JUPITER

SUIVEZ LES ACTUALITES de JUPITER sur : 
SITE OFFICIEL
FACEBOOK
SOUNDCLOUD
YOUTUBE
    • 2016-04-08 07:54:10
    • 1 678 views
  • Tags - #pop #électro #disco #groupe #duo #Voyage #couleur #japon #Jupiter #kitsuné #californie
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI