Rejoignez les indomptés de SET&MATCH et dévorez leur premier album !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

En ce lundi 15 juin Set&Match sortent "Cosy Bang Bang", leur tout premier album !
Avec leur réputation de bosseurs et toujours déterminés à avancer seuls, en indé, Set&Match sont en train de se modeler une certaine réputation dans le paysage rap français. C'est ainsi qu'après seulement un premier EP "Tudo Bem" sorti en 2013, le groupe a enchaîné les dates et a vu son public s'accroître.
Avec des textes taillés dans le vif et un amour des instrus, le groupe montpelliérain nous surprend et nous fait vibrer. Set&Match défendront notamment leur premier album "Cosy Bang Bang" à La Cigale le 3 octobre 2015 ! 
Entretien avec Gabriel qui nous présente l'équipe Set&Match...

 

PREMIER ALBUM COSY BANG BANG SUR ITUNES
EN CONCERT À LA CIGALE LE 3 OCTOBRE 2015

 

Quelle est l'histoire de Set&Match ?

Moi, je suis le plus vieux du groupe, j'ai 32 piges cette année et j'ai toujours baigné dans les instrus, le scratch, le rap. C'est en arrivant à Montpellier, à la grande époque de Myspace que j'ai rencontré Faktiss. Lui déjà avait une espèce de petite bande de potes avec qui il faisait du rap, des open mics, ils déliraient quoi. Eux, c'était vraiment la nouvelle génération, beaucoup plus influencés par Disiz ou Lil Wayne plutôt que comme moi, de l'ancienne école, par IAM par exemple. Dans les années 2005, je trouvais le rap français un peu triste, du coup, j'ai kiffé leur fraîcheur. On a alors commencé à faire du son ensemble. On a fait un premier morceau, puis un deuxième, puis on a fait un petit EP, juste Faktiss et moi.
Après, comme ses potes gravitaient autour de notre projet, on en est vite venus à créer Set&Match, même si à la base ce n'était pas trop sérieux. On voulait aller plus loin, mais au niveau des paroles, au niveau de l'état d'esprit c'était très détendu. On avait chacun notre life, on ne se connaissait pas hyper bien au départ et la musique c'était une manière d'oublier tous nos problèmes ou nos soucis respectifs, ça permettait de s'amuser, d'aller faire des open mics etc…
C'est pour ça que Set&Match a commencé sur un ton assez jeune, assez frais et rigolo. L'évolution du groupe a fait qu'on est devenus super potes, une vraie équipe. La teinte des projets et des morceaux s'est précisée, s'est renforcée, et c'est petit à petit qu'on a développé l'univers de Set&Match.
Après un street album et un premier EP, on sort cette année notre premier album « Cosy Bang Bang » !

 

© Jérémy Estève

 

Comment travaillez-vous pour la composition des tracks et l'écriture des textes ?

Au départ, il y a un gros travail de recherche d'instrus. On est vraiment est des amoureux de l'instru ! On travaille avec plusieurs beatmakers hyper pointus chacun dans leur genre, dans l'album il y a 9 beatmakers différents.
Ensuite suivant la configuration, soit il y en a un qui a déjà ouvert le morceau de son côté, qui le propose aux autres, soit on ouvre des morceaux ensemble, on trouve des gimmick ensemble, il n'y a pas de règle.
On aime beaucoup s'isoler aussi, à la campagne ou au bord de la mer, dans des gîtes, chez des potes... On bosse beaucoup comme ça.

 

 

Votre premier album, "Cosy Bang Bang" sort le 15 juin, de quoi parle ce disque ?

C'est une nouvelle aventure à chaque fois, à chaque chanson. Il y a toujours cette empreinte très sudiste, ce lifestyle du sud. Avec le soleil, les jolies filles etc… On est très hédoniste, on profite de la vie, on est des bons vivants. Ensuite, il y a des couleurs, des choses un peu plus profondes.
On parle beaucoup de la liberté, de cette sensation d'avoir pris une trajectoire, un peu atypique et qui fait qu'on fait vraiment ce qu'on aime. On est un peu dans des situations précaires en permanence, on est obligé de se réinventer pour continuer à bouffer parce qu'on vit de notre musique. Du coup, ce sont des choses qui n'étaient pas dans les thématiques du début, aujourd'hui on est toujours en indé, on produit en indé, (même si on a un contrat de licence pour la promo marketing, distribution) avec nos propres moyens, on fait nous même les clips, donc le Do It Yourself revient aussi pas mal dans nos thèmes. Parfois, c'est gratuit, comme le morceau « Fallait pas m'inviter ». On a aussi des morceaux un peu engagés comme "Tout s'achète", qui est clairement sur cette hyper consommation et le fait que tout tourne autour de l'argent de manière générale. Mais l'engagement n'est jamais le thème d'un morceau. Notre engagement il est dans certaines punchlines des textes. Plus ça va, plus notre écriture est spontanée. Elle continuera à l'être encore plus.

 

 

Quelles sont vos influences ? Toi, tu me disais que tu étais fan d'IAM par exemple… ?

Non, aujourd'hui je ne suis plus trop fan d'IAM, je n'aime pas le dernier album par exemple. Ça m'a influencé, ça m'a passionné, j'étais fan d'IAM dans les années '95 mais plus maintenant. Par contre, dans l'état d'esprit, je t'avoue qu'ils m'ont marqué.
Plus tard, j'ai été influencé par Triptik ou Xmen, mais aujourd'hui je t'avoue, je suis autant influencé par un Booba que par un Kendrick Lamar ou un Big Sean. Je suis plus drivé par les locomotives actuelles que par les fantômes du passé.
Dernièrement, j'ai suivi cette espèce de polémique sur Akash, c'est un mec que je défends et que j'admire énormément mais il ne m'influence pas.
Mes collègues écoutent à peu près la même chose que moi. On aime bien des groupes comme Outkast aussi. Ils n'hésitent pas à aborder plein de styles musicaux, desfois ça nous rend service, desfois non, on a ce côté un peu outsider, un peu "Outkast", "on ne sait pas trop ce qu'ils font mais ils font parler d'eux". Récemment, c'est marrant il y a un rappeur qui est venu me parler, il m'a dit « ha ouais, j'étais pas très locace à votre sujet mais j'en pensais pas moins, c'est cool vous vous battez, vous apparaissez clairement dans le paysage rap actuel". Ça fait vraiment plaisir, le travail ça paye. On est toujours un peu outsiders parce qu'on ne fait pas de featuring, on n'est pas intéressés. On s'en fout, on fait notre truc, point barre. On n'est pas rageux sur les autres MCs mais on n'a pas besoin d'eux pour avancer.

 

© Jérémy Estève


Quelle est votre meilleur souvenir de tournée... ?

Comme on le dit souvent, chaque concert est vraiment une aventure, des fois c'est sans grand souvenir.
Dernièrement, à Biarritz, on a été agréablement surpris parce qu'il y avait grave du monde, alors que Biarritz, c'est une petite ville. Il y avait plus de 500 personnes, juste pour nous, c'est quand même dingue.
J'ai joué récemment à Agen dans la ville où j'ai grandi et j'ai toujours trouvé cette ville morte... et boum, il y avait 400 personnes. J'ai eu plein de potes et ma famille.
Après on a fait Garorock l'an dernier, on a joué devant 5000 ou 6000 personnes. C'était grand, on a vu que sur scène, on arrivait aussi bien à retourner une salle de 200 places qu'un festival où il y a 5000 personnes.
On a aussi joué deux fois au Canada, deux années d'affilé, et quand ta musique t'amène à voyager, tu en tires un bon souvenir. On est resté des gens assez simples, sans prétention, assez modeste. Avant un concert où il y a 200 personnes, on flippe autant que quand il y en a 5000. Donc moi, d'avoir joué dans ma ville natale et que tout le monde ait été réuni à cet endroit là, ça a rajouté une armure à mon constume, ça m'a blindé, je me suis dit, la suite c'est bon. Après plus c'est spectaculaire, plus tu en tires des souvenirs. 

 

 

… le pire ?

Le pire, les fois où on s'est planté. Mais ça date, parce que maintenant quand on fait des concerts, on a tellement joué le set qu'on est rôdés. En fait, je n'ai pas de pire souvenirs.

 

© Jérémy Estève

 

Que pensez-vous des réseaux sociaux quant à la diffusion de votre musique, la communication avec vos fans… ?

Je trouve ça bien parce qu'on a la main sur tout, mais je trouve ça aussi un peu triste. C'est pour ça qu'on adore la scène, parce qu'on a un contact direct avec les gens. Récemment, il y a un mec qui est venu nous voir après le concert et après sur internet il nous a laissé un message en disant qu'il n'y avait que des enfants, qu'après le concert on est direct allé au merch vendre nos tee-shirts etc... Alors j'ai répondu, même si je ne le fais jamais, en lui disant, "mais t'es qui ? Tu viens nous voir après le concert, tu nous dis rien, et là derrière l'écran…". On est assez libre donc on peut paratager ce qu'on veut, mais en vrai je trouve que les réseaux sociaux, c'est un peu triste. Mais bon on n'a pas le choix. Si tu renies ça en bloc, il faut être sur-armé pour avoir une autre technique de promotion.
Aujourd'hui tous les outils de communication sont bons, il faut savoir s'en servir. C'est ce qui nous a permis de nous développer. C'est pas des featurings ou des quelconques connexions qui nous ont fait grandir, mais le public, et c'est aussi grâce aux réseaux sociaux. Mais bon, ils ne nous filent pas assez d'oseil avec leurs annonceurs ; ce n'est pas très réglo tout ça, et sur Facebook plus t'as de fans, plus il faut payer pour être reconnu donc bon… 
 

 

Outre l'album, quels sont vos projets pour cette année ?

L'album, c'est déjà beaucoup, c'est notre premier, c'est quelque chose qu'on va défendre. On a quelques festivals cet été, l'album sort un peu tard donc on n'a pas pu décrocher énormément de festivals, mais on en a quand même entre 5 et 10 donc c'est correct.
On a aussi une tournée cet automne, et sans annoncer tout de suite les choses, on va quand même préparer la suite pour 2016. Je pense que "Cosy Bang Bang" peut avoir sa suite, on a envie de la dégueuler assez rapidement. "Chiens sauvages", le clip est sorti, un autre single « On dirait le sud » va sortir aussi. On a beaucoup de choses à dire encore sur ce projet là. On enchaîne, on est déterminés !

 

 

RETROUVEZ SET&MATCH SUR :
FACEBOOK
ITUNES
SITE
YOUTUBE

SET&MATCH EN CONCERT :
27.06 | FESTIVAL DÉMON D'OR Poleymieux Au Mont d'Or
03.07 | LES EUROCKÉENNES Belfort
25.07 | LE GRAND SOUK Riberac
22.08 | POSITIV FESTIVAL Marseille
03.10 | LA CIGALE Paris
14.11 | LE ROCHER DE PALMER Cénon

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2015-06-15 09:07:23
    • 1,759 views
  • Tags - #Concert #musique #Français #montpellier #rap #hip hop #La Cigale #tournée #premier album #on tour #set&match #cosy bang bang #chiens sauvages
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI