Le coup de crayon aiguisé du Réalisateur/Dessinateur Ugo Bienvenu

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Ugo Bienvenu est un réalisateur/dessinateur de 27 ans, diplômé entre autres de l’école Estienne et des Gobelins. Il travaille depuis 2009 sur des courts et des longs métrages d’animation pour adultes à Miyu Productions en étroite collaboration avec Kevin Manach, son "binôme en animation et un très grand ami dans la vie".
Passionné et talentueux, Ugo a également travaillé sur la réalisation de clips vidéos, notamment pour Chris Adams, Renart et Jabberwocky pour ne citer qu’eux…
Dernièrement Ugo a également exercé son talent sur le papier, en réalisant l'adaptation du livre de David Vann (lauréat du prix Médicis étranger en 2010) « Sukkwan Island » en BD littéraire ! Il a relevé le challenge, parvenant à retranscrire sans artifices et avec justesse cette histoire d'une beauté sombre et effroyable.

Interview d'un artiste à suivre assurément... !



De l’école Estienne, à la Californian Institute of the Arts, en passant par l’école des Gobelins et des l’Ecole des arts décoratifs de Paris, vous avez suivi un parcours riche, à équidistance de l’illustration et de l’image animée… 
Comment est né votre intérêt pour l’art, plus particulièrement la vidéo et le dessin et comment s’est-t-il développé ? 
Mon envie de dessiner est venu des bandes dessinées que je lisais très jeune (Tintin, Ric Hochet, Jeremiah, les tuniques bleues, Soda...) ainsi que des séries animées magnifiques que l'on nous proposait à cette époque (je pense à Batman) l'arrivée de Dragon Ball Z a été décisive je pense parce qu'elle m'a revelé que tout était possible.
J'ai par ailleurs grandi dans une famille où l'art tenait une place très importante, ma mère étant graphiste et mon père philosophe de formation, les expositions et les livres qui trainaient partout dans la maison ont constitué un socle favorable, une présence douce, la pratique artistique m'a toujours été montrée comme possible.



Hman: réalisé avec Kevin Manach
Générique animé de la série Arte avec Arthur H

 
Quel lien établissez entre ces deux pratiques artistiques ? 
Ces deux pratiques viennent d'un seul et même endroit, le besoin de faire. Je pense que comme toutes les pratiques elles demandent du travail, de la rigueur, de l'endurance, de l'imagination et du goût. Je dis souvent que si je faisais du pain je le ferais comme je dessine ou comme je réalise en essayant de le faire du mieux que je peux, le but étant de s'amuser un peu aussi, de trouver un interêt à son travail.


Que vous permettent-t-elles d’exprimer ? 
Elle me permettent d'abîmer un peu les choses, de les tordre de les montrer sous un jours nouveau, sous un angle que je choisis.







Clip de Renart - Réalisation : Ugo Bienvenu et Kevin Manach
Production : Miyu Productions


Vous intégrez Miyu Productions en tant que réalisateur et travaillez depuis en étroite collaboration avec Kevin Manach. Quand avez-vous rejoint cette société de production audiovisuelle ? 
J'ai rejoint Miyu, une petite structure d'audiovisuel, dont les locaux étaient à l'epoque l'appartement de notre producteur Emmanuel Alain Raynal, en sortant de l'ecole des gobelins pour y réaliser le clip Renart avec Kevin Manach, nous avions besoin d'un endroit pour nous accueillir le temps de la production, au début ça ne devait être que ça et puis j'ai eu une commande de film pendant mon année de post diplôme aux Arts décoratifs de Paris j'ai donc recontacté Miyu pour le réaliser à nouveau chez Miyu.
Les commandes de films et de clips ont continué nous avons écrit un court métrage avec Kevin (Maman) qui a eu l'aide au developpement du Cnc et un pré-achat de Canal+ et je me suis installé assez logiquement dans cette boîte dont l'activité à commencé, par la force des choses à s'orienter principalement vers l'animation et à changer de volume. 


Le soldat méconnu 26 minutes d'animation, auteur graphique, storyboard,
layout, décors et supervision de l'animation avec Kevin Manach
Réalisé par Jéremie Malavoy pour Planet +


Vous avez notamment réalisé le court-métrage « Le soldat Méconnu » et vous développez actuellement un projet de série « Soupçon ». Pouvez-vous nous en dire plus sur ces projets…? 
Une de ces commandes a été le Soldat méconnu, un documentaire de 56 minutes réalisé par Jérémie Malavoy, sur le dernier tué de la 1ere guerre mondiale. Nous avons étés sollicités Kevin et moi pour constituer un dossier de financement, les producteurs ayant vu le film "Une île", l'idée du film étant que la moitié serait en animation traditionnelle.
Nous avons eu les financements un très gros achat de la chaîne (Planet +) et un soutient très fort du cnc, ce qui nous  a permis de réaliser ce défi : je pense que c'est la première fois qu'un documentaire comporte autant d'animation traditionnelle. C'était aussi l'occasion pour nous de constituer une equipe solide et de se frotter à sa gestion.
Avec Kevin nous développons plusieurs projets en ce moment : un projets aux allures très étranges nommé "soupçons" que nous avons mis de côté pour un temps à cause ou grace (plus approprié) à notre projet de long métrage "Domenica" qui a déjà obtenu des financements et sur lequel nous travaillons au developpement graphique et au pilote actuellement. Ce projet est écrit par Jean Luc Fromental et Patrick Raynal.
Par ailleurs j'écris une bande dessinée avec Florent Dubois un artiste céramiste, dessinateur, une autre avec Kevin "Les jumeaux" que j'espère un jour avoir le temps de faire et un album de sciences fiction, seul, se déroulant en bourgogne que j'ai du mal à avancer.



Pilote d' Hotel Wonderful : Projet avorté avec Kevin Manach


Quel est l’impact de ces expériences sur votre expression artistique personnelle ?
Je considère tous ce que je fais comme personnel, j'essaie à chaque fois de placer un niveau de qualité qui me satisfasse, les commandes comme les projets personnels. Les commandes me nourrissent physiquement et intellectuellement, elles me frustrent aussi parfois et me permettent de tout lacher dans ce que je fais uniquement pour moi.





Quelques mots sur votre rapport au travail en équipe…? 
Mon travail avec Kevin en animation est fondamental, il nous permet d'être constamment sur le feu d'aller très vite, et de se rassurer sur les décisions à prendre sur ces objets complexes que sont les films. Si il me dit ok c'est que c'est bon, si il ne dit rien, c'est que je dis de la merde.
Kevin est mon binôme en animation et un très grand ami dans la vie, j'essaie de travailler avec les gens que j'aime, c'est la seule manière pour moi de les voir et de vivre des choses avec eux.







Vous avez également réalisé des clips vidéo, notamment pour Chris Adams, Renart et Jabberwocky pour ne citer qu’eux… Pouvez-vous nous parler d’une ou plusieurs de ces rencontres…?
Le clip m'a permis de développer une méthode, un vocabulaire et une grammaire sans avoir peur de leur défaillance. Le clip m'a permis de m'extraire de tout et de tenter des choses de développer des formes, une gestion du temps, de définir des rythmes que je réutilise parfois ailleurs, bd ou film.



Fragments - Réalisation: Ugo Bienvenu - Musique: Chris Adams
Production: Miyu Productions


Les rencontres se sont toujours faites de manière naturelle et efficace : Chris Adams faisait des concerts de 24h fascinants à la Calarts nous sommes devenus amis et avons décidé de ce premiers clip.
Pour Renart c'est ma copine Jade Nin qui m'a présenté un ami à elle Florent Hadjinazarian directeur artistique de Dawn records qui m'a demandé un clip pour Renart, nous avons ensuite beaucoup joué ensembles sur pleins de projets c'était très stimulant d'avoir un support comme Dawn pour essayer plein de choses. Infine m'a contacté ensuite pour Agoria.
Pour Jabberwocky c'est sur le tournage du film Eden de Mia Hansen love, où je jouais le rôle de Quentin et sur lequel j'ai fait du décors, conçu avec Christian Debbane le generique et animé avec Kevin l'hallucination du début du film, que j'ai rencontré Felix de Givry le label manager des Jabberwocky. Nous nous sommes très bien entendus et avons parlé de faire ce clip.


Jabberwocky - Fog ft. Ana Zimmer


Quelle est votre degré de liberté, vis-à-vis des artistes qui font l'objet de vos réalisations vidéo ?

Quand on me demande de faire un clip, ma seule volonté est d'être à 100% libres de mes mouvements, j'écris, je réalise et dessine libre. Ces objets n'étant pas des sources financières enormes. Ce sont aussi des espaces de liberté que je tiens à garder. L'ecriture est ma partie préférée du travail, aussi me l'enlever serait annuler mon désir de le faire.




Fog: clip pour Jabberwocky réalisé avec Kevin Manach
produit par Universal Polidor et Pain surprises 

  

Une anecdote/souvenir de tournage que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Je ne tourne rien, aussi j'ai assez peu de souvenirs de ce type... Je me rappelle juste des journées de fatigue extrême où nous relâchons la pression, bourrés par le travail et où nous sommes très drôles pour nous mêmes.



Qu’est-ce qui vous plait dans l’univers musical et dans la collaboration interdisciplinaire ? Est-ce nécessaire pour vous d’aimer la musique de l’artiste, pour réaliser son clip ?

La musique est un support, un socle très intéressant pour réveiller des images, pour les véhiculer, c'est en cela que j'aime travailler dessus. Je pense que je ne pourrais pas réaliser le clip d'un musicien dont je ne comprends, ou dont je n'aime pas la musique.
Nous avons eu de la chance de pouvoir nous retrouver dans les musique que nous avions à accompagner. J'ai là dessus une déception sur le clip d'Agoria et je crois qu'on peut le sentir, je me sentais trop loin du morceau et n'ai pas vraiment su quoi faire avec. Je crois ma seule vraie déception. 


Agoria - Singing from Miyu Productions on Vimeo


Pouvez-vous nous parler de votre processus créatif…?
Quel matériel utilisez-vous et quelles sont les étapes nécessaires à la réalisation ? 
Je travaille avec un stylo et un carnet, là dedans tout est consigné, c'est la base de tout, où observations et pensées se mêlent. Une fois que j'ai des idées je les déploie dans un espace narratifs (cases ou timeline) et teste leur résistance. 
En animation je travaille de manière très traditionnelle, scenario, storyboard, layout, animatique, animation, colorisation, compositing. Quand ce sont des projets que nous estimons suffisamment personnels avec Kevin, nous faisons tout à l'ancienne sur papier, sinon nous travaillons sur Cintiq. Il ya aussi des projets trop lourds pour de l'animation papier auquel cas nous passons aussi sur Cintiq. Mais le dessin reste au centre de notre pratique...


Ugo Bienvenu


Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre travail de post production ? 
Notre post production est très simple et nous essayons au maximum de concevoir l'image en amont, toutes ses composantes sont prévues pour ne pas avoir à rattraper notre image au bout de la chaîne par des effets informatiques. Notre post production ressemble à tout le reste, classique et minimale.


Ugo Bienvenu


Dessinateur/illustrateur, vous vous êtes lancé dans une folle aventure… L’adaptation du livre de David Vann « Sukkwan Island » en BD littéraire.  Comment est né ce projet et quel a été le moteur de vos motivations ? 
J'ai découvert le travail de David Vann grace à Fabrice Collin via Jean Luc Fromental. Le fait d'adapter un récit déjà existant me permettait de me confronter essentiellement aux problématiques de découpage, de rythme et de narration. Je n'avais jamais fait de bande dessinée avant et je n'avais pas dans mes cartons d'histoire correspondant à ce médium très particulier. Avoir un socle de la qualité de Sukkwan Island était du pain béni, j'ai tout de suite su ce que je pourrais en faire.
Ce qui m'a attiré dans le livre  c'est que le texte jouait avec une grammaire vraiment similaire à la mienne : économie de moyens narratif, constructions en mirroir, focalisation sur la qualité d'un geste, arc narratif lâche au premier abord soutenu par un réseau de thématiques compactes encore une fois se rapprochant des thématiques qui me sont chères : L'intimité, l'ultra violence contenue dans le cercle familial, la non communication etc...


Ugo Bienvenu


Avez-vous bénéficié de soutiens dans sa réalisation ? 
J'ai eu les soutients habituels mentionnés dans les remerciements de fin de livres, des amis que j'aime.

Que retenez-vous de cette expérience ? 
J'aime beaucoup la bande dessinée, le temps y est tout autre, on le gère différemment. C'est un travail autrement mais aussi difficile que l'animation, solitaire et lent, qui procure comme toutes les choses difficiles et longues beaucoup de plaisir à la fin.




Ugo Bienvenu

 
Vos œuvres audiovisuels et graphiques mettent en évidence votre style très inspiré de la BD. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos sources d’inspirations…? Des artistes/univers/disciplines artistiques qui vous ont marqués ? 
Mes sources d'inspiration sont partout dans la vie, dans ce que je lis dans les gens que je côtoie, dans la musique que j'ecoute, ce que je mange, comme tout le monde en fait je crois.
J'aime beaucoup le travail de Alex Raymond, de Harold Foster, j'aime beaucoup la gravure, les peintres comme Luc Tuymans, Richter, le titien et bien d'autres, Antonioni, les frères Cohenen...
En litterature Tchekov, Pinter, Reza, en fait plein de monde, c'est dur d'isoler des oeuvres d'en choisir peu.
J'ai la chance de travailler avec Kevin qui fait partie des gens que j'isolerais volontiers dans une liste.


Ugo Bienvenu
 

Mot de la fin ? Comment voyez-vous la suite de votre parcours ?
Pour la suite j'aimerais continuer à faire ce que j'aime, aller vers la peinture, continuer la bande dessinée, continuer de tester pleins de choses et de supports, rester libre.





 SUIVEZ LES ACTUALITES DE UGO BIENVENU :

SITE OFFICIEL
MIYU PRODUCTIONS
  • Artist UP
    (hôte)
    • 2015-06-28 09:03:22
    • 2 509 views
  • Tags - #realisateur #animation #film #Dessinateur #court métrage #long metrage #jabberwocky #gobelins #UGO BIENVENU #Chris Adams #Renart #Estienne
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI