Madame Moustache artiste de rue, fait parler le passé...

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Madame (ou Madame Moustache selon les différentes lectures de sa signature) est une artiste de rue qui fait parler le passé par le biais du présent ! Le collage « vintage » est son domaine de prédilection. Si vous n'avez pas encore croisé une de ses grandes affiches dans les rues de la capitale... ouvrez l'oeil...
L'artiste donne vie à un monde fantasque peuplé de personnages étranges mi-homme, mi-femme, mi-animaux qui proviennent de son imagination et de ses envies. "Ces entités sont les porte paroles de mes interrogations de genre, de frontière, de transgression...".
En effet, au-delà de la plaisanterie, de la provocation et de l'extravagance, les créations de Madame ont une signification bien plus profonde "Parce que détourner c'est ouvrir le(s) sens."




Exposition de Madame à la galerie Clémouchka (Lyon)
du 10 Septembre au 18 Octobre
Vernissage le 10 Septembre à partir de 19H en présence de l'artiste
EVENEMENT FACEBOOK

© Madame

Comment Madame Moustache est-t-elle née ?
Pouvez-vous nous parler de votre parcours artistique ? Vous souvenez-vous de votre 1ère pièce… ?
Je suis issue d'une famille d'artistes. Mon grand père était peintre et scénographe du théâtre de Tours (où se trouvent encore ses peintures en front de scène d'ailleurs) et mon père, qui n'a pas embrassé de carrière artistique, a pourtant toujours dessiné et sculpté à la maison.
Aussi depuis très jeune j'ai baigné dans cette ambiance. Seulement et certainement par esprit de contradiction ou par peur de décevoir (probablement un peu des deux), je n'ai jamais osé emboiter ce chemin. Je ne l'ai jamais suivi mais l'ai toujours gardé en vue je crois.


© Madame

Aussi, je me suis diplômée en lettres et en métiers de la production théâtrale et j'ai parallèlement à ces études été comédienne, scénographe et professeur de théâtre. Puis je suis partie voyager et c'est à mon retour de voyage que j'ai cherché un nouveau moyen de m'exprimer qui ne serait pas le théâtre.
Le collage est venu progressivement, il y a eu des carnets de voyage, puis des dessins au pastel, des collages sur les dessins, pour ensuite ne plus laisser de place qu'au collage.

© Madame 

C'est à ce moment là qu'un ami peintre et graffeur m'a proposé d'imprimer certains de mes collages pour les apposer dans la rue. C'était il y a quatre ans, vers le canal st Martin à Paris, il s'agissait d'un singe avec pour organe génital une trompe d'éléphant.
Je souris en y repensant. Il me semble que c'était hier et en même temps ça me semble être il y a une éternité.
Quand à la signature elle est venue je crois au collage suivant, directement, je trouvais ça simple et efficace, Madame.

© Madame
 
Dans quel contexte et pourquoi avez-vous choisi de vous exprimer dans l’espace urbain… ? En quoi le street-art fait-t-il écho à votre démarche créative ?
Je crois que je suis venue à la rue. Tout d'abord par hasard par le biais de cet ami, puis ensuite certainement un peu par défi. Il y a quelque chose non seulement de très excitant d'aller s'exprimer quelque part là on l'on n'en a pas forcement le droit, puis il y a quelque chose de très cathartique aussi, dont j'avais sans doute besoin après ma "rupture" avec le monde du théâtre.




J'ai toujours admiré ceux qui osaient peindre au vu et au su de tout le monde, ceux qui en quelque sorte osaient s'exposer en plein jour, un peu comme j'avais pu le faire sur une scène les années auparavant, à la différence qu'il n'y avait pas de cadre de scène pour se protéger. Puis j'y voyais toujours une certaine beauté, un organisation, un process, une concentration qui me semblait familière.
Avec le recul cette démarche, au vu de mes pièces et de mon parcours me parait pour ainsi dire logique. Ma démarche participe totalement sinon du théâtre au moins de la représentation. Ma démarche est celle de l'atelier à la rue, de l'intime au public, et quelle autre meilleure scène y a t'il que la rue ?



© Madame - Lecco Street view (street art festival)
 
Quelques mots sur votre mode opératoire, le processus créatif et le choix des médiums…
Avez-vous un rituel avant de réaliser une oeuvre, des sources d’inspiration en particulier ? Qu'est ce qui vous plaît dans la réunion entre peinture, collage et pochoir ? 
Il n'y a pas de rituel ni de source d'inspiration particulière. Je vais avoir une phrase en tête ou un moment, je vais avoir vu un corps dans mon quotidien ou dans un magazine, un visage, une couleur, en feuilletant mes vieux papiers, et je vais avoir envie de partir de cela.
Alors je fouille dans ce que j'ai. Je ne travaille qu'avec de vieux documents d'époque dont je n'ai qu'un seul exemplaire de chaque, ce qui fait des mes pièces originales, des pièces uniques et reproductibles.
Puis, à la manière d'un tableau c'est une construction de couleur de matière, d'espace, toujours articulé entre mots et images.
Puis cette pièce originale est ensuite scannée et redimensionnée pour être collée, légalement (ou le plus souvent pas) dans la rue.


© Madame 

Comment choisissez-vous les spots pour vos collages ? 
Préférez-vous coller de jour ou de nuit ? Seule ou accompagnée ?
Pour coller les pièces dans la rue il y a des endroits, des quartiers que j'aime particulièrement à Paris, sinon, ailleurs, c'est au sentiment, au petit bonheur, ou parfois des gens qui nous orientent, nous parlent de murs qu'ils ont vu.
J'aime coller accompagnée, ou seule, mais je le fais toujours de jour, parce que j'aime le contact avec les gens, le dialogue que cela créé, les réactions...
J'aime coller à la lumière du jour, c'est à ce moment là que tout prend sens...



© Madame 

Si vous deviez définir, décrire votre style ?
Ce sont les personnes qui aiment mon travail qui seraient certainement plus aptes à le décrire.
C'est dur de définir son travail. C'est comme de se regarder dans la glace et se dire voila, je suis "ça". Pour ma part j'en suis incapable.
Mon style il est multiple et il n'est pas, il est composé de tout ce qui m'entoure et en même temps de poussière, de rien...
Je crois que je tente juste de faire parler le passé par le biais du présent. Je crois que mon style est sans doute quelque chose qui se place entre la résurrection du passé et l'amour de l'objet, de la matière, de la couleur, de l'absurde, de la trace, de l'artisanat, de la fragilité, de l'enfance...
 
© Madame

Votre univers fantasque est peuplé de poissons chats à moustache, de femmes fatales et d’autres créatures curieuses… Qui sont-t-elles ? D’où viennent t-elles ?
Je crois que tous ces personnages étranges mi homme, mi femme, mi animaux, proviennent juste de mon imagination, de ce que j'ai envie d'exprimer, de ce qui me touche et sans doute de qui je suis.
Pourquoi Khalo aimait le bleu et soulage le noir ?
Ils sont juste les vecteurs de ce que j'ai envie et besoin d'exprimer, à la différence près que je maitrise les ciseaux plutôt que la couleur ou le trait.
C'est juste que ces entités sont les porte paroles de mes interrogations de genre, de frontière, de transgression... C'est de tout cela dont ces personnages parlent.


© Madame
  
Qu'est-ce que le détournement, l’humour et un certain plaisir de subversion vous permettent-t-ils d'exprimer… d'explorer ?
Je crois que le détournement que j'utilise dans mes pièces me permets de toucher des questions plus globales et plus lourdes que mon simple petit bonheur tout en restant légère, enfin je l'espère.
Aussi, au regard de mes pièces d'aucuns y verront des blagues douteuses, des phrases alambiquées et des personnages trop genrés et d'autres y verront un sens plus large et c'est ce qui me plait dans le fait de détourner. Parce que détourner c'est ouvrir le(s) sens.
 

© Madame

Quelle réaction souhaitez-vous provoquer chez les passants ? 
J'ai juste le désir profond de les surprendre (ce qui explique la taille de mes collages et le fait que je ne colle une pièce qu'une seule fois), puis des les faire sourire. Si j'arrive à provoquer ces deux sensations, je suis comblée, parce que je crois que ces deux sensations sont les plus vraies qui soient. C'est si beau la surprise, et encore plus quand elle fait sourire non ?


© Madame

Quels sont vos projets et actualités à venir ?
Je suis à Lyon jusqu'au 10 septembre, parce qu'à cette date j'ai un vernissage à la galerie Clémouchka.
A Paris, pour une exposition collective le 15 octobre à la galerie Sakura.
Puis je suis à Marseille pour le festival Impressions Visuelles et Sonores et pour un petit vernissage perso la semaine suivante.
Puis je pars en Haïti en novembre pour le festival 4 chemins et il y a pas mal de petites choses entre tout ça et de jolis projets pour l'année à venir.



© Madame

SUIVEZ LES ACTUALITES DE MADAME SUR :
  • Artist UP
    (hôte)
    • 2015-09-08 17:09:33
    • 4 244 views
  • Tags - #art #paris #street art #urbain #collage #humour #urban #affiche #detournement #mur #art de la rue #galerie clemouchka #Madame Moustache #Madame #subversion #Fred Le Chevalier
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI